AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253118168
Éditeur : Le Livre de Poche (04/10/2007)

Note moyenne : 3.09/5 (sur 11 notes)
Résumé :

" L'enfer des femmes, c'est la vieillesse... ", a méchamment conclu La Rochefoucauld [...].

En fait vieillir vous précipite dans un monde jusque-là inconnu - j'y suis ! C'est comme une nouvelle naissance qui force à réapprendre l'usage de son corps, de son esprit, la gestion de ses gestes, de ses horaires, jusqu'à ses mœurs.

En renonçant à l'amour ? Je crois au contraire que le " certain âge ", c'est l'âge de l'amour. Car si... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
babounette
  25 juin 2017
Bonjour !
Étant en plein dedans, j'ai été fort intéressée pas ce livre, une fois de plus déniché dans la boîte à livres de mon quartier. "Le certain âge" écrit par Madeleine Chapsal qu'il ne faut plus décrire tant elle est connue.
Et oui, "le certain âge", à partir de quel moment se sent on passer dans cet âge-là ? Je crois que c'est individuel, c'est parfois quand votre petite-fille vous dit un jour "tu es fragile toi hein Babou" , c'est parfois quand on vous cède pour la première fois une place dans le tram, c'est parfois quand vous vous regardez un peu plus attentivement dans le miroir et que c'est une évidence, vous vieillissez , c'est parfois votre corps qui vous dit zut, ce que vous pouviez faire hier encore ne vous est plus permis alors que votre tête, elle, voudrait encore bien le faire ! Il y a comme une espèce de lutte entre la tête et le corps.
Bref, il s'agit du début de la vieillesse, qui quoiqu'on fasse nous attend tous et toutes un jour au tournant.
Dans son livre, Madeleine Chapsal parle avec humour de ce passage, elle nous parle du rapport avec notre corps, avec l'amour, avec l'argent, avec le temps, avec le regard des autres, avec la chirurgie esthétique, la maladie. Elle nous parle de la manière d'aborder ce certain âge avec légèreté, non pas comme une punition, mais ainsi qu'elle le dit, comme une renaissance.
Elle nous dit tous les avantages de vieillir, et oui, il y en a une multitude : plus d'horaire fixe, plus de liberté, voyager (quand on en a les moyens), avoir enfin le temps de s'occuper de soi, réaliser un rêve qu'on a jamais eu le temps de réaliser, voir ses ami(e)s plus souvent, s'instruire aussi etc...
A la fin du livre, elle dialogue avec Claude Sarraute journaliste, Sonia Rykiel célèbre créatrice de mode, Marguerite Mazurier agricultrice, Antoinette un ex-mannequin, et enfin, avec un homme, Patrick Dupond, danseur, avec lui, c'est une autre paire de manches, il ne dialogue pas, il ne parle que de lui, je n'ai pas trop apprécié cette interview, je crois que l'âge l'a rendu aigri.
Bref, si vous vous sentez vieillir, si vous ne savez pas trop bien ce qu'il se passe dans votre corps et votre tête, si vous appréhendez le certain âge, lisez ce livre, il vous remettra en accord avec vous-même, et je l'espère, si cela vous angoisse, balayera tous vos tourments sur la question.
Depuis que j'ai lu ce livre, je ne dis plus "quand j'étais jeune...", je dis quand j'étais plus jeune que maintenant...", une sacrée évolution !!!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6716
Mimimelie
  22 juin 2013
Si vous aussi vous avez « un certain âge» ou «un âge certain» vous sentirez la nuance … ce livre devrait vous enchanter comme il m'a enchantée.
Dès les 4 premières pages pour introduire la périphrase « un certain âge», c'est parti, je jubile... Diable si la suite est de la même veine que cette mise en bouche je vais me régaler !! et elle l'est !
Au cas où vous penseriez à Simone de Beauvoir et à son, au demeurant intéressant, mais déprimant, essai sur la vieillesse, laissez tombez, vous n'y êtes pas...
Avec Madeleine Chaptal, c'est infiniment moins sérieux, et pourtant !
Tout est dit, le plongeon dans une autre dimension, tous les rapports à reconsidérer, au temps, au corps, à l'argent...tous les regards différemment portés sur les choses, sur les autres, sur l'amour... sur soi surtout... tout en approfondissement... sans oublier les regards portés sur vous...
Les doutes, les peurs... les petites et les grandes misères et contrariétés de la dégradation physique au quotidien,mais traités avec un humour vivifiant.
Tout glisse, tout coule, le style est alerte, léger, la pensée lucide et au final il en ressort une grande sérénité et une grande douceur, pas la moindre pointe de tristesse mauvaise n'émerge, au contraire.
Tout est vivant parce qu'elle y met ni plus ni moins tous ses ressentis les plus intimes, ses réflexions, son vécu, avec lucidité et générosité, sans fanfaronnade, et j'ai cru ressentir pour ma part qu'elle avait besoin pour elle-même de raconter cette tranche de vie.
J'aime également que chaque idée, ou sujet,est traitée sur seulement sur 5 à 10 pages maximum, ce qui rend la lecture très tonique, sans aucune longueur ni appesantissement.
La deuxième partie du livre se compose de 4 interviews de l'auteur avec Claude Sarraute, journaliste que tout le monde connait, Sonia Rykiel, créatrice de mode non moins connue, Antoinette une ex-mannequin, et le danseur étoile Patrick Dupond, sur l'expérience de la vie qui passe.
Le ton est tout différend, témoignages que personnellement j'ai trouvé touchants, sincères, humains : celui de l'inexorable « certain âge».
In fine j'ai beaucoup aimé … mais me direz-vous : vous en êtes !! Yes Sirs and Ladies, I am !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Gribouille_idf
  20 novembre 2016
Ces derniers temps, je me suis autorisé à faire des lectures inhabituelles. C'est mon deuxième livre de Madeleine Chapsal et je m'étonne presque à trouver du plaisir à la lire. Allez savoir pourquoi. Son dernier roman, « Brume légère sur notre amour », m'avait déjà beaucoup plu: son écriture y fait sûrement.
Alors, je me suis lancé dans cet ouvrage au titre intriguant mis entre guillemets: un « certain âge ». Ce n'est pas une fiction, plutôt un témoignage. le témoignage d'une femme qui a pris le temps de vivre et d'écrire sur la vie, la longue vie. Il s'agit d'un beau témoignage sur l'art de vieillir et Madeleine Chapsal en parle admirablement bien.
« Quels que soient notre âge, dit-elle, nos difficultés, nos douleurs, nos peurs et nos refus, nous avons avantage à nous perfectionner dans l'initiation de cet art - car c'en est un - qui de tous est le mieux partagé, le plus collectif: vieillir. » Pour elle, ce n'est pas le « certain âge » qu'il faut vouloir changer, « en le gommant éventuellement par la chirurgie esthétique - laquelle trop souvent banalise, uniformise -, c'est notre regard » et en particulier, à mon avis, celui des hommes autant que celui des femmes.
« Tout être humain est un chef-d'oeuvre » dit-elle. C'est si vrai qu'il nous faut avoir un peu d'âge pour le découvrir.
A la fin de l'ouvrage, l'auteure invite quelques femmes mûres, et d'horizons très différents, qu'elle a bien plus que coudoyé et s'interroge avec elle sur le sujet : Claude Sarraute (journaliste, écrivaine et fille de Nathalie Sarraute), Sonia Rykiel (figure de la haute couture, créatrice de mode, décédée l'été 2016), Marguerite Mazurier (agricultrice), Antoinette (ex-mannequin) et un homme, Patrick Dupont.
Ce dernier portrait a quelque peu gâché ce moment de lecture plein de tendresse, de sincérité et de simplicité. Dupont ne s'entretient pas avec mais parle seul. Et il ne parle pas de la vieillesse pour les mêmes raisons qui sont évoquées dans le livre. Lui, en parle avec égoïsme, avec suffisance et avec ringardise, car le privant de la poursuite de son activité de danseur professionnel dont il a tiré une telle notoriété qu'il en est devenu, l'accident n'aidant pas, humainement imbuvable.
S'il fallait à tout prix laisser parler un homme, ne serait-ce qu'un seul, un choix autre eut été infiniment possible. Mais l'amitié, comme la vieillesse, a ses lois qui nous dépassent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
babounettebabounette   25 juin 2017
Le poignant, ce sont les choses qu'on fait pour la dernière fois, sans savoir que c'est la dernière.On s'habitue si bien au bonheur de se répéter !
"Encore", disait Lacan, c'est le mot de l'amour.
Commenter  J’apprécie          434
MimimelieMimimelie   22 juin 2013
 Il y a un mot inventé par les Américains, c'est l' « âgisme », comme on dit « sexisme »... C'est le seul racisme qui garde le droit de s'exprimer dans le monde du « politiquement correct », alors que tu ne peux plus te moquer des « folles » comme le faisait, entre autre Fernand Reynaud, ni des Juifs, ni des Noirs, ni des Arabes, ni des femmes, ni de personne, ça n'est plus dans l'air du temps. Sauf des vieux ! La petite Mamie, le petit Papy, là, tu peux y aller tout ton saoul, et tout le monde y va ! (Claude Sarraute)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MimimelieMimimelie   22 juin 2013
Une autre activité qui vous sort de votre branlante condition, c'est la lecture : on a à nouveau l'âge de Fabrice, du Petit Prince, de la Petite Fadette, de Gavroche, de Milady, d'Esmeralda ou de Mme Bovary. Toutefois, on ne lit plus de la même manière. Beaucoup de romans publiés d'hier me tombent des mains dès la première page : 1, j'ai déjà lu ça ; 2, Il me semble qu'au lieu de s'épancher sur papier blanc, l'auteur aurait mieux fait de dégoiser ses angoisses sur un divan. Ayant régurgité son premier lait aux oreilles d'un thérapeute payé pour l'entendre...peut-être pourrait-il alors s'aventurer dans ce travail d'art qu'est l'écriture.
C'est un des laisser-aller d'aujourd'hui : alors qu'on tolère plutôt mal la peinture d'un barbouilleur, on admet comme un acquis social que tout le monde ait le droit de publier n'importe quoi.
Surprise : l'âge venu, on devient intolérant à ces à-peu-près, à ces ébauches de récits ou à ces approximations de la pensée issus le plus souvent de gens qui n'ont pratiquement rien lu. Et qui ne voient guère la différence -leurs éditeurs non plus, hélas !- entre un livre et un chapelet de SMS sur fil de néant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MimimelieMimimelie   21 juin 2013
Avec le temps, nous devenons tous des experts en quelque chose qui nous concerne de près.... Ainsi de notre passé ! Je relis en ce moment le courrier que j'ai reçu depuis des temps immémoriaux, dont beaucoup de lettres tendres et amoureuses, et c'est seulement maintenant que je comprends ce que l'on m'y disait vraiment : quelle sorte de sentiments s'y expriment, quelle demande s'y formule, quelle envie d'union plus profonde, mais parfois aussi quel désir de rompre, de larguer les amarres... Sur l'instant, je n'avais rien saisi de ce que recelaient les mots, quasiment rien compris aux intentions cachées du scripteur.
Quelle satisfaction de déchiffrer, fût-ce a posteriori, ce qui nous avait échappé sur l'instant et qui donne la clé d'évènements futurs qui s'ensuivirent ; mais aussi quel malheur de n'acquérir ce savoir qu'avec l'âge, ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MimimelieMimimelie   22 juin 2013
Non que je critique la façon de s'affubler des adolescents (ici l'expression "s'habiller" n'est pas méritée) … car la jeunesse a besoin de coller à l'actualité pour l'exprimer, parfois aussi la vomir... C'est merveilleux de voir avec quelle astuce leur vêture parvient à évoquer la mondialisation, la précarité, le nomadisme, les sans-logis, l'art abstrait, comme autant de parures “sauvages”! A travers leurs coiffures et leur fringues décolorées, maclées, trouées, tatouées, graffitées, superposées … nos “petits” se rebiffent, se rebellent, nous accusent, nous incitent à nous interroger sur leur vécu plus qu'à ricaner de leurs élucubrations vestimentaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Madeleine Chapsal (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Madeleine Chapsal
Pour la 2 édition du jeune salon du livre de l'île de Ré, L'ILE AUX LIVRES, sa marraine Madeleine Chapsal et son parrain Patrick Poivre d'Arvor accueillent 80 auteurs dont Jetsun Pema, la soeur de Sa Sainteté le Dalaï Lama.
>Psychologie différentielle et génétique>Psychologie des adultes>Personnes âgées (Psychologie) (8)
autres livres classés : âgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
299 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre