AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021483383
336 pages
Seuil (07/01/2022)
3.88/5   29 notes
Résumé :
Les habitants d’Ibiza racontent que les Sirènes auxquelles Ulysse a échappé se cachaient à Es Vedrá, une petite île voisine aux pentes vertigineuses et à la beauté magnétique. Leur chant a depuis été recouvert par le grondement de la musique électronique.

C’est cette musique que Juan a jouée, derrière ses platines, durant une longue nuit de vingt ans. Vingt années à faire danser le monde entier, vingt années de fêtes et d’excès, sans jamais toucher te... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
3,88

sur 29 notes
5
8 avis
4
13 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
0 avis

cicou45
  31 décembre 2021
Ouvrage reçu dans le cadre d'une opération Masse Critique Privilégie, je commence donc cette critique en remerciant chaleureusement babelio et les éditions Stock pour l'envoi de cet ouvrage qui m'a littéralement coupé le souffle !
Que comble pour un DJ, qui plus est de renommée internationale qui a passé les vingt dernières années de sa vie à ne vivre que la nuit, à mixer sur les plus grandes scènes à travers le monde, à passer de la musique électro, celle des autres mais aussi ses propres compils que de se voir atteint du pire mal qui pourrait lui arriver. Lorsque les premiers acouphènes se font sentir, Juan Llosa, notre protagoniste, ne veut d'abord pas y penser mais lorsque ces derniers deviennent insupportables et qu'ils sont entrecoupés de perte totale audition, Juan a compris qu'il devait se mettre au vert. Échangeant son appartement parisien avec son ami Julian, qui est dans le même branche que lui (c'est même lui qui l'a initié) contre une petite maison en Ardèche,, à la campagne, dans un petit village, Juan ne se doutait pas que cela allait changer sa vie à tout jamais. Lui qui a l'habitude de vivre la nuit, toujours entre deux avions et entre deux soirées généralement très arrosées et pas seulement, Juan a toujours vécu dans l'excès. Il était loin de s'imaginer qu'en s'installant ici, il allait non seulement très vite s'habituer à la vie rurale mais aussi s'attacher à tous les gens de ce petit village. Il va réapprendre à apprécier les plaisirs simples, se laisser enrôler dans des combats écologistes et réapprendre surtout à apprécier ces petits plaisirs simples, qui lui étaient jusqu'alors inconnus, que peut procurer la vie diurne. Certes, il y aura des femmes (mais pour des relations plus sérieuses cette fois-ci) mais lorsqu'il renouera avec Ana, son premier grand amour, qui est désormais mère d'une petite fille, Sascha, qu'elle a eu avec un autre, là encore, Juan, qui croyait que cette dernière était enfin heureuse (lui s'en mord les doigts car il n'a jamais apprécié ce prof de golf duquel elle s'est entichée), là encore Juan n'est pas au bout de ses surprises mais loin de s'imaginer dans quel tourbillon - pas toujours agréable mais à ce sujet je n'en dirais pas plus afin de ne pas vous gâcher le suspense - il va se laisser embarquer !
Oui, la vie est parfois cruelle (bien trop souvent à mon goût d'ailleurs) et elle nous frappe souvent lorsque l'on s-y attend le moins.
Elle peut être belle (cette lecture me l'a démontrée) mais pour cela, il faut savoir saisir les petits plaisirs lorsque ces derniers se présentent à nous et ne pas attendre car certaines choses sont parfois irrémédiables ! On ne vit qu'une fois !
Une lecture désarmante, passionnante, un ouvrage extrêmement bien écrit, bref que dire de plus pour vous convaincre ? Lisez cet ouvrage et vous serez alors votre propre juge mais je peux presque vous assurer que vous ne serez pas déçus ! J'avais moi-même quelques craintes en commençant ce dernier, moi qui ne sui pas du tout fan de la musique électro et n'ai jamais été une très grande fêtarde en me disant que celui-ci n'était pas fait pour moi mais bon, ne dit-on pas qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis ? La preuve, je suis ont ne peut plus ravie que de terminer l'année 2021 avec une critique de ce genre ! J'espère que l'année 2022 commencera sur la même lignée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          514
krzysvanco
  25 janvier 2022
Je tiens à remercier chaleureusement les éditions du Seuil et l'opération Masse critique privilégiée pour l'envoi de ce livre.
le titre m'a immédiatement intrigué, il fait référence à une légende véhiculée par les habitants d'Ibiza, Ce serait à Es Vedrá, petite île à l'ouest d'Ibiza, que se cachaient les sirènes dont le chant envoûtaient les marins. Ces deniers se collaient de la cire dans les oreilles alors qu'Ulysse préférait s'attacher au mat plutôt que de se priver de l'air chant. La photo de couverture du livre évoque ce mythe.
Pourquoi parler d'Ibiza ? L'île est connue pour sa vie nocturne et ses dancings. le roman nous met dans la peau de Juan Llosa, un DJ mondialement célèbre qui effectue ses prestations aux quatre coins du globe, pouvant animer dans la même semaine des fêtes dans trois continents différents. C'est lui qui nous parle.
Vie trépidante, ponctuée de manque de sommeil, d'attentes dans les aéroports, d'alcool, de rencontres faciles, de drogue, d'argent coulant á flot et enfin de sérieux problèmes de santé.
Juan,sujet à des acouphènes et des pertes de conscience, se voit conseiller de prendre du recul. Il profite de la maison d'un ami dans les Cévennes, rupture totale avec sa vie habituelle…
J'ai éprouvé des difficultés à rédiger cet avis …
Pour y arriver, j'ai entamé une seconde lecture une semaine après la première tant certains sentiments vis-à-vis du livre étaient opposés !
Deux précisions sont toutefois nécessaires : le roman se lit facilement, on ne le lâche pas, et il ne laisse pas indifférent. Ceci est indéniable !
Par contre il m'a souvent irrité …
Tout d'abord, par le recours par le protagoniste, et tout au long du livre, d'un langage familier ou argotique ( dégeu, toxico, matos, se geler les couilles, prendre le melon, etc). Je reconnais qu'il s'agit d'une réaction personnelle, j'attends d'un livre un autre choix de mots. Suis-je devenu tellement vieux jeu ?
D'autre part Juan n'est pas tendre avec les Bretons (tarés), les Catalans (irascibles), les Hollandais (éructant des borborygmes, aux enfants indomptables, aux femmes bâties comme des armoires à glace…).
Enfin, Tom Charbit par le biais de son protagoniste, se doit de nous donner son avis sur tout, et cela entraîne de nombreuses digressions : le régime capitaliste, l'ésotérisme, le gaz de schiste, le yoga tantrique, les radios locales, l'alimentation, le vin naturel…
Passons à ce que j'ai apprécié :
- Ces digressions sont faites avec beaucoup d'humour !
- Bien que mon parcours de vie soit à mille lieues de celui d'un DJ riche et vivant à cent à l'heure, j'ai ressenti beaucoup d'empathie pour le protagoniste. J'aime sa fragilité, son désabusement et son autodérision
- J'ai aimé le contraste entre la vie de Juan comme DJ et celui qui se retrouve dans un environnement tout à l'opposé
- J'ai été frappé par la capacité de l'auteur à changer de registre : la dernière partie du roman est totalement différente du reste du roman, elle y apporte une note plus romantique et plus émouvante.
Enfin, les descriptions de l'Ardèche et de ses habitants sont sublimes et m'ont donné l'envie d'y retourner !


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372
Annette55
  27 décembre 2021
C'est l'histoire , lue d'une traite, de Juan Llosa, un célèbre DJ , de réputation internationale , star incontestée de la musique électronique.
Récit intime, désabusé, drôle, pétri d'autodérision , de lucidité , du passé de Juan : un milieu , celui de la nuit, sympathique mais superficiel, il traine une solide expérience de la fête , des déviances et des excès en tous genres : vingt ans d'alcoolisme et de consommation de stupéfiants, a parcouru la planète en long et en large , voyagé en tournée dans tous les pays d'Europe , au Mexique, aux Caraïbes , au Brésil, au Chili en Argentine, et même au Paraguay .
Gagnant énormément d'argent ,toujours de passage, aussi détaché et indifférent qu'un touriste , vivant là quelques jours où plutôt quelques nuits : Une sorte de Junkie mondain .
Seulement arrivé au sommet de sa carrière , Juan craque .
L'anxiété , le stress , les états d'âme , ça fait tache dans le décor puisque vous faites un métier de rêve ! Ne pas pleurnicher sur votre sort !
Affligé de pertes partielles puis de plus en plus sévères de l'audition, il débarque à trente - huit ans , réveil précipité , retraite anticipée , au coeur d'un petit village du sud de l'Ardèche:
Mais comment se réinventer quand autour de soi tout s'effondre?
Et y- a t- il une vie après la FÊTE ? .
Juan se mêle à la population locale , des vignerons bios aux militants écolos et végans, prend conscience des difficultés croissantes du monde rural lutte à leurs côtés , déplore le marathon des vacances et les cohortes de touristes .
C'est une narration riche, pessimiste , cruelle , d'années de fête , de sexe et de drogues, la face cachée de vies détruites ,de destins brisés , de gens broyés sur l'autel de la fête , «  le vrai moteur de cette industrie c'est le fric et la fête » , on peut devenir sourd , accro à la cocaïne…
«  L'archétype du gaspillage consumériste et de la vacuité de la fête pour la fête. » .
Ce récit très contemporain , des illusions , d'une révolution intérieure, tisse une histoire d'amour tragique inoubliable , nous parle au coeur de ce que nous sommes, des folies de notre époque : attentats , militantisme écolo- intello- altermondialiste., fric et fête , de ce que l'on aimerait être , de la nécessité de faire face au cours cruel, abrupt de nos existences .
Roman ample , puissant, drôle , très émouvant , bien écrit, bien construit , désabusé , d'une lucidité et d'une densité remarquables .
La fin est saisissante !
Grand merci chaleureux à Babelio et Masse Critique pour l'envoi de ce livre brillant, impossible de le lâcher : un premier roman prometteur !
Mais ce n'est que mon avis, bien sûr !


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Crazynath
  16 janvier 2022
La musique électro, ce n'est clairement pas ma tasse de thé. Alors, me direz-vous, était-il possible que j'apprécie la lecture des sirènes d'Es Vedra ? Car après tout, le narrateur, Juan Llosa, n'est rien moins qu'un célèbre DJ qui a culminé pendant une vingtaine d'année au sommet de son art. Une vingtaine d'années de voyages, de fêtes, d'excès en tous genres…
Mais un jour, pour des raisons de santé, et pas des moindres pour un DJ, Juan va être obligé de « lever le pied ».
Histoire de se reposer et de récupérer, il va s'installer dans la maison d'un ami en plein coeur de l'Ardèche.
Juan a bien l'intention de profiter de ce break temporaire pour se refaire une santé , mais voilà, se retrouver seul avec soi-même, rencontrer et côtoyer des gens qui n'ont pas forcement les mêmes priorités que lui dans la vie vont l'amener à entamer une réflexion bien plus profonde que prévue.
Certains personnages secondaires sont attachants et pour ma part, j'ai adoré le savoureux Fabrice.
J'ai beaucoup aimé et apprécié cette lecture, bien loin des paillettes du monde de la nuit qui a servie de décor à juan pendant une bonne partie de sa vie.
Le style de l'auteur est très accrocheur, et franchement au vu de la qualité de son écriture, j'espère sincèrement qu'il va faire son chemin dans le paysage des auteurs français, car il le mérite clairement.
Encore un grand merci à Babelio et son opération Masse critique ainsi qu'aux Editions Seuil pour l'envoi de ce livre.
Challenge Multi-Défis 2022

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
babel95
  21 janvier 2022
Juan Llosa, trente-neuf ans, DJ depuis plus de vingt ans, se voit brutalement obligé de changer de métier. Comme il le reconnaît lui même, il ne connaît rien en dehors de ce métier, et la réalité n'est vraiment pas "sa came" à lui qui a parcouru la planète, connaît tout des clubbers, du monde de la fête et de la nuit.
En revanche, la came, la vraie, il la connaît bien.
Il viendra habiter la maison de famille de Julian - un ami musicien originaire d'Ardèche, et lui confiera en échange son appartement parisien.
Quel défi d'habiter une maison assez délabrée dans un village un peu perdu - mais tout est fait pour que l'ami d'un enfant du pays se sente chez lui : dans le village on a le sens de l'accueil, on vit au rythme des saisons, on supporte les migrations de touristes, on se retrouve pour faire la fête. Juan reste en contact avec des amis, et en particulier avec Ana, une jeune femme qu'il a connue et aimée "dans une autre vie", et qui vit à Paris avec son compagnon et un bébé, Sascha.
J'ai reçu Les Sirènes d'Es Vedrà dans le cadre d'une Masse Critique de Babelio, et je remercie les Editions du Seuil.
Le titre du roman fait référence à l'Odyssée : les habitants d'Es Vedrà, île voisine d'Ibiza, affirment que c'est là que se trouvaient les sirènes qui, selon Homère, tentèrent d'ensorceler Ulysse. Je ne pense pas que j'aurais, de moi-même, choisi de lire un roman sur l'histoire d'un DJ en pleine reconversion. Et j'aurais eu tort. En sortant de ma zone de confort j'ai beaucoup appris sur le monde de la nuit, les fêtes, un monde du divertissement incroyable ou rien n'est jamais impossible ! Mais c'est surtout la nouvelle version de Juan qui m'a intéressée, sa rencontre avec une région et des habitants à mille années lumière de sa vie antérieure. Ses faux-pas, sa bonne volonté et sa prise de conscience des difficultés d'un monde rural qu'il apprend à connaître et apprécier sont bien décrits. J'ai beaucoup aimé le style précis de l'auteur, les dialogues, l'humour des situations. La dérision n'est jamais loin : autodérision mais aussi réflexion désabusée sur notre monde et ses valeurs artificielles. Je garderai à l'esprit les superbes descriptions de l'Ardèche. Un seul regret : certaines longueurs et des explications vraiment inutiles.
La fin du roman est inattendue, et nous fournit un nouvel éclairage.
Un beau moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230

Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
babel95babel95   21 janvier 2022
Quand les douze coups de minuit ont retenti sur la vieille horloge plantée à l'entrée de la cuisine, ils m'ont embrassé si chaleureusement que j'ai eu l'impression de faire partie de la famille. Jipé a sorti la bouteille de poire et la liqueur de châtaigne que j'avais apportées, on a trinqué à la nouvelle année, puis Martine a lancé une compil de disco sur une chaîne hi-fi d'un autre âge qui sonnait comme une casserole. Je me suis affalé dans un canapé en face du poêle...
A vrai dire, je n'ai jamais été très friand de ces moments-là, ces fêtes rituelles où on se sent obligé d'être de bonne humeur et de surjouer l'excitation alors qu'on traverse les heures les plus sombres de l'hiver. C'est que je suis un professionnel de la question. Je sais par expérience que l'énergie d'une fête est le plus souvent inversement proportionnelle à celle qu'on a mise à la préparer, quoi qu'en pensent ceux qui investissent des sommes colossales et rivalisent d'inventivité pour faire croire que chaque soirée sera encore plus exceptionnelle que la précédente. Ce n'est rien d'autre que du business : investissement, retour sur investissement. La fête, la vraie, c'est autre chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
babel95babel95   21 janvier 2022
Je sais parfaitement identifier un bon morceau, je suis d'ailleurs capable de prédire sans trop me tromper si ce sera un hit ou non, mais la paperasse, les factures, les contrats de cession de droits, les piles de courrier, c'est pas ma came. Rien que l'idée d'un rendez-vous avec un expert-comptable me donne des sueurs froides.
J'ai commencé à me la coller vers quinze ans dans les raves, mixer à dix-sept, produire à vingt, tourner à vingt-deux. Depuis, je parcours la planète de long en large, j'ai gagné et dépensé un pognon pas possible, mais à part un bel appart à Paris je n'ai rien construit ou presque : une réputation de fêtard invétéré, le respect de mes pairs, de nébuleux souvenirs pour des centaines de milliers de clubbers, une poignée de morceaux dont j'espère qu'on se souviendra encore dans dix ans et la capacité à expliquer dans n'importe quelle langue et à n'importe quel point du globe que j'ai besoin d'une bière fraîche et d'un gramme de cocaïne. Chacun peut comprendre qu'en dehors du petit milieu aussi sympathique que superficiel de la nuit, ma solide expérience de la fête est une compétence assez peu recherchée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
babel95babel95   21 janvier 2022
Voilà, c'est ça le mistral, un sifflement continu qui ne retombe jamais, ponctué de petits coups d'accélérateur bien pénibles et de grosses claques imprévisibles pur finir de vous mettre les nerfs à vif.
Commenter  J’apprécie          30
Floyd2408Floyd2408   17 janvier 2022
C 'est dans ces années que les vignerons de la région se sont organisés en coopératives et que l'ère de la piquette de masse a succédé à l'ère du tord-boyaux qui rend fou.
Commenter  J’apprécie          30
Floyd2408Floyd2408   17 janvier 2022
On dénonce depuis longtemps les diktats véhiculés par la mode ou la pub sur le corps et l'apparence des femmes mais on s'intéresse assez peu à la manière dont le porno a rendu les jeunes spectateurs de leur propre sexualité.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Tom Charbit (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tom Charbit
Les habitants d'Ibiza racontent que les Sirènes auxquelles Ulysse a échappé se cachaient à Es Vedrá, une petite île voisine aux pentes vertigineuses et à la beauté magnétique. Leur chant a depuis été recouvert par le grondement de la musique électronique.
C'est cette musique que Juan a jouée, derrière ses platines, durant une longue nuit de vingt ans. Vingt années à faire danser le monde entier, vingt années de fêtes et d'excès, sans jamais toucher terre.
Les Sirènes d'Es Vedrá est le récit de l'atterrissage en catastrophe d'un homme arrêté au sommet de sa carrière à l'approche de la quarantaine, d'une retraite précipitée, et d'un réveil difficile dans un petit village du sud de l'Ardèche. Mais comment se réinventer quand autour de soi tout s'effondre ? Y a-t-il une vie après la fête ?
Épopée intime pleine d'autodérision d'un homme trop vieux pour avoir encore des illusions mais trop jeune pour faire le deuil d'une autre vie possible, récit d'une révolution intérieure, portrait d'un monde rural en lutte, histoire d'amour tragique inoubliable, ce roman ample et puissant, drôle et émouvant, nous parle de ce que nous sommes, de ce que l'on aimerait être, et de la nécessité de faire face au cours fondamentalement abrupt et cruel de nos existences.
Tom Charbit est né en 1977. Après avoir enseigné la science politique et la sociologie, il quitte Paris pour la Bourgogne où il devient céramiste, puis s'installe en Ardèche. Les Sirènes d'Es Vedrá est son premier roman.
Un film réalisé par Tom Charbit (https://www.tomcharbit.com) Musique originale : Roulian - Dirty Beach (@roulian.music)
Pour en savoir plus : https://bit.ly/3IPl8nb
Suivez-nous sur : Facebook : https://www.facebook.com/editions.seuil/ Twitter : https://twitter.com/EditionsduSeuil Instagram : https://www.instagram.com/editionsduseuil/
+ Lire la suite
autres livres classés : djVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4311 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..