AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782717813609
449 pages
Éditeur : Economica (30/11/-1)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Écrit au lendemain de la guerre à un moment où l´État devenait de plus en plus puissant en même temps qu´incritiquable, ce livre-somme est l´oeuvre politique majeure de Bernard Charbonneau. Ce livre impubliable à une époque obsédée par les horreurs du nazisme et le prestige du stalinisme a dû attendre 1987 pour être publié par un éditeur, date à partir de laquelle il est devenu un classique de la pensée anarchiste. Visionnaire, novateur, prophétique, écrit dans une ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
chloris4321
  10 octobre 2020
Les éditions R&N viennent de publier le livre majeur et maudit de Bernard Charbonneau, L'État (550 p., 30 €, préface de Daniel Cérézuelle), écrit entre 1943 et 1949, et ayant subi à peu près toutes les avanies que peut subir un chef-d'oeuvre méconnu – sauf la disparition définitive.
Jean Bernard-Maugiron, animateur du site La Grande Mue, à qui l'on doit cette parution, présente cet ouvrage et son auteur dans notre entretien à lire ci-après.
Il faut dire que Charbonneau (1910-1996) n'a pas de chance. Parce que son nom compte trois syllabes, on dit toujours « Ellul & Charbonneau », alors que son ami de toute une vie a toujours proclamé sa dette et son admiration envers son génie.
Lien : https://lagrandemue.wordpres..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ErnestLONDONErnestLONDON   14 juillet 2020
Le système parlementaire tel qu'il est, est un mensonge qui n'a servi, en dupant la faim de liberté des peuples modernes, qu'à préparer les tyrannies les plus écrasantes que l'humanité ait connues.Des peuples hagards à peine échappés aux flammes des bombardements votent en somnambules sous le regard de la police et sur leurs tetes les haut-parleurs rugissent: "Droit de l'homme, pouvoir législatif, constitution." Mais les peuples sont sourds, et les choses inertes; car ces mots là, de tous sont bien les plus vides.
Le système parlementaire et libéral trahit l"exigence de liberté qu'il prétend servir: parce que ses fondateurs n'ont pas considéré en face la réalité. Celle de l'homme..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
chloris4321chloris4321   10 octobre 2020
Au stade où nous en sommes, l’individu n’est plus seulement physiquement opprimé, il est tout entier nié par l’État : ceci, jusqu’au plus secret de sa pensée. Pour toutes sortes de raisons, il lui est difficile d’en prendre conscience. Autant qu’il est dupé par la permanence du langage, il est stupéfié par l’accélération de l’histoire. La langue du gouvernement et de la guerre est encore celle de l’âge classique avec les concepts de Napoléon ou de Marx. Les mots nous restent pour nous endormir dans l’illusion que la politique est encore exprimable en termes humains. Et quand la grandeur du bouleversement nous force à renoncer à cette permanence trompeuse, c’est alors le torrent des événements qui submerge notre esprit ; nous commençons par nier la détermination que la politique fait peser sur nous, et quand celle-ci s’impose de toute évidence nous la déclarons alors trop déterminante pour qu’il soit question de la discuter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Bernard Charbonneau (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Charbonneau
Dans cet épisode de Réelles fictions, le philosophe de l'urbain Thierry Paquot parle du roman d'Alain Damasio, Les Furtifs. Il aborde la ville décrite par Alain Damasio : les circulations des personnages, l'organisation politique, la périphérie. Il la compare à d'autres villes d'oeuvres de science-fiction et d'anticipation.
Réelles fictions est une série de podcasts qui présentent les cinq romans sélectionnés pour le prix Effractions. Ce prix récompense un roman qui entretient un lien fort avec le réel ; il est remis par la Bibliothèque publique d'information et la Société des Gens de Lettres pendant le festival littéraire « Effractions » en mars 2020.
Références citées dans le podcast : Richard Fleischer, Soleil vert, Metro-Goldwyn-Mayer, 1974. Jean-Luc Godard, Alphaville, Athos Films, 1965. Fritz Lang, Metropolis, Universum-Film AG, 1927. Ridley Scott, Blade Runner, The Ladd Company, 1982. Bernard Charbonneau, Vers la banlieue totale, Eterotopia, 2018. Aldous Huxley, le Meilleur des mondes, Plon, 1932. Étienne de la Boétie, Discours de la servitude volontaire, (1576), Vrin, 2014. Georges Orwell, 1984, Gallimard, 1949. Thierry Paquot, Désastres urbains : les villes meurent aussi, La Découverte, 2015. Extrait lu : Alain Damasio, Les Furtifs, pages 87 et 88 © La Volte, 2019.
Cet épisode a été préparé par Cyril Tavan. Lecture : Denis Cordazzo. Réalisation : Camille Delon et Renaud Ghys. Musique : Thomas Boulard. Merci aux éditions La Volte, à Sébastien Gaudelus, à Inès Carme et à Blandine Fauré. Ce podcast a été enregistré dans les studios du Centre Pompidou.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : L'EtatVoir plus
>Science politique>Science politique (politique et gouvernement)>L'Etat (45)
autres livres classés : stalinismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2163 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre