AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2894288883
Éditeur : Éditions Hurtubise (16/02/2006)

Note moyenne : 2.83/5 (sur 6 notes)
Résumé :

L’été de 1939 est chaud. Montréal connaît une vague de chaleur alors que de l’autre côté de l’Atlantique, l’orage se dessine : l’Europe semble se diriger vers une guerre inévitable.

Au Canada, l’opinion publique est divisée; les francophones, dont plusieurs affichent une sympathie ouverte pour les régimes fascistes, réclament que le pays s’abstienne de toute intervention alors que la majorité anglaise souhaite un engagement aux côtés de la mè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Kassuatheth
  11 février 2014
À la fin de ce roman, l'auteur nous avertit que « Ce livre est une oeuvre de fiction qui aborde des faits que les historiens balaient habituellement sous le tapis ».
Quels sont ces faits? le 13 mai 1939 le paquebot allemand Saint-Louis part de Hambourg avec 937 passagers juifs qui ont des visas pour aller à Cuba. Ils ont payé très cher pour ce passage et ce visa. Il y a même des familles entières qui se sont cotisés pour que l'un d'entre eux puisse faire ce voyage.
Arrivés à Cuba, ils sont refusés et aucun pays d'Amérique du sud ou centrale ne veut les accepter. Pour nous parler de l'antisémitisme d'une partie de la population québécoise, l'auteur raconte l'histoire de la famille Daigle, Renaud, le père est un professeur de droit constitutionnel à l'Université de Montréal, sa femme Virginie, s'occupe de leur cinéma et leur fille Nadja, 12 ans s'apprête à aller à un collège privé en septembre.
Dans ce roman, l'auteur traite de l'antisémitisme avec une profusion de détails. Certains aiment ce style, moi je trouve que cette abondance de détails comme le nom des orateurs à un meeting fasciste ou les personnes sur l'estrade lors de la parade de la Saint-Jean Baptiste ne fait qu'alourdir l'histoire de base qui mérite d'être lue.
Toute l'histoire qui tourne autour de la famille est mieux réussie. La curiosité de Nadja et son éveil progressif, son amitié avec une voisine juive, agrémente positivement ce roman même si elle n'a rien à voir avec la trame de fond. Même Virginie, la mère qui est passablement émancipée pour son époque, permet à l'auteur de lancer quelques flèches au clergé.
Le meurtre de l'épouse d'un député juif nous permet de voir le meilleur enquêteur de l'époque partir à la recherche du vrai meurtrier. Cet aspect du roman aurait pu en faire un bon polar si l'enquête n'avait pas été aussi diluée par le reste des analyses. Il y a tellement de texte entre les apparitions de ce détective privé que le suspense s'en trouve réduit.
De plus, il y a une foule d'événements qui tout en étant intéressants par eux-mêmes n'ont rien à voir avec la trame de base comme la parade de la Saint-Jean-Baptiste, le mariage collectif ou le voyage à New York.
Ce roman serait probablement plus facile à lire si l'auteur élaguait tout ce qui n'ajoute rien à la trame de base.
Malgré les aspects négatifs que j'ai mentionnés, je ne regrette pas de l'avoir lu et je ne crains pas de le recommander aux férus d'histoire et à ceux qui sont intéressés par cet aspect de l'histoire que je ne considère aucunement comme de la petite histoire.
Pour ceux qui iront faire un tour sur l'internet, ils apprendront qu'une bonne partie de ces demandeurs d'asile se sont retrouvés dans les camps de concentration et y sont morts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
KassuathethKassuatheth   10 février 2014
- Le 13 mai dernier, neuf cent sept Juifs se sont embarqués sur un navire dans le port de Hambourg, le Saint-Louis. Il a mis le cap sur La Havane, à Cuba. La traversée a coûté à chacun une petite fortune. Vous le savez, les
Israélites ne peuvent plus occuper un emploi en Allemagne ou en Autriche.
Pour amasser l'argent du voyage, souvent les familles se sont cotisées, elles ont mis en commun tout ce qu'elles possédaient, pour procurer à l'un des leurs un passeport pour la survie. Certaines de ces personnes venaient tout juste de sortir du camp de Dachau…

- Nous essayons de trouver une contrée qui voudrait les accueillir. À ce jour, tous les pays d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale ont refusé.

- Du côté des États-Unis?

- Aucun espoir.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   25 février 2013
Pour une famille bien en vue d’Outremont, la grossesse d’une jeune fille entraînait la ruine de la réputation, celle de la personne qui avait commis l’imprudence de s’abandonner à des privautés sans prendre toutes les «précautions» requises, et aussi celle de tous ses proches. Pour que le médecin avorteur garde le silence, peut-être fallait-il gonfler les honoraires jusqu’à des proportions gargantuesques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
KassuathethKassuatheth   10 février 2014
Les efforts redoublés pour avoir un autre enfant ne devaient jamais peser bien lourds sur les épaules de son conjoint. Quant à elle, elle se disait que les choses se passaient bien avec cet étranger. Devant un médecin canadien français, elle se serait sentie obligée d'exagérer sa timidité de crainte de devenir un sujet de conversation. La pruderie accablait ses compatriotes comme un carcan, même les choses les plus naturelles, comme les plaisirs conjugaux, devenaient tabous: il fallait affecter la plus grande indifférence à ce sujet, ou passer pour une femme de mauvaise vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
KassuathethKassuatheth   10 février 2014
Après cette date, les passagers du Saint-Louis accueillis sur le continent connaîtraient tôt ou tard le nom d'endroits sinistres, comme Auschwitz-Birkenau ou Belzec. Les plus chanceux de ces expatriés, ceux accueillis par le gouvernement britannique, survivraient.
Commenter  J’apprécie          20
KassuathethKassuatheth   10 février 2014
Les prêtres multipliaient les interventions auprès des épouses afin qu'elles se muent en usines à bébés, pour sauver la «race», même quand la crise économique acculait des milliers d'enfants à la misère.

C'était la «revanche» qu'ils avaient imaginée pour empêcher les francophones d'être noyés par les immigrants qui s'assimilaient presque tous à la population anglaise.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Jean-Pierre Charland (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Charland
15 romans sur l?histoire de la famille Picard se déroulent à Québec. L?auteur Jean-Pierre Charland explique sa relation avec cette ville adorée et dévoile plusieurs lieux réels qui se sont glissés dans son récit. Nous voici donc sur les traces du Clan Picard dans la Capitale?
La série le Clan Picard (3 tomes) clôt la saga familiale. Tous les tomes sont disponibles en librairie. Bonne lecture!
autres livres classés : antisémitismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1744 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre