AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2723475107
Éditeur : Glénat (23/03/2011)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 55 notes)
Résumé :

Martin Bonsoir est chauffeur de camion. Il parcourt seul les paysages grandioses du Canada et des États-Unis sans plus les voir. Jusqu’au jour où son camion est immobilisé par la neige dans un bled paumé du Canada. Il y est secouru par une femme seule, plus âgée que lui, Esmé Larivière. Sur un coup de tête, elle demande à Martin de l’emmener avec lui. Le voyage de Martin prend alors une ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  14 décembre 2013
Martin Bonsoir, chauffeur routier, traverse Les Laurentides, province du Québec. Mais, il se fait surprendre par la neige et rage de voir, qu'une fois de plus, la météo n'avait pas prévu cette tempête. La visibilité se faisant moindre, il ne voit pas bien les panneaux de signalisation et se trompe de route. Dans un virage sinueux, son camion se met en travers et il se retrouve ainsi bloqué. Pas moyen de dégager les roues sauf avec une pelle, ce dont il ne dispose pas. Plus qu'à marcher vers le prochain village, Saint Christophe, qui se trouve à 4 kilomètres! Sous la neige et dans le froid, il peine à arriver enfin à une demeure où une femme, quelque peu méfiante vu qu'elle lui ouvre un fusil braqué sur lui, le laisse entrer, voyant qu'il a dû subir les affres du temps. Elle l'installe au coin du feu, lui sert à manger et lui propose de passer la nuit ici. Elle juge en effet qu'il serait imprudent de reprendre la route et décide qu'ils aviseront au petit matin. le lendemain, après avoir dormi très tard, ils prennent la route vers le camion et c'est Esmé qui s'occupe de déneiger, une vraie pro qui a l'air de s'y connaître. Les conditions météo ne s'arrangeant pas, elle lui propose à nouveau de passer la nuit chez elle et il pourra ainsi reprendre la route dans de meilleures conditions. Elle lui montre alors le beau camion de son mari, décédé, et Martin est en extase devant l'engin. le lendemain matin, Esmé demande à Martin de l'emmener avec lui, car elle a toujours rêvé de visiter le Grand Canyon. D'ailleurs, ses valises sont déjà prêtes. Apparemment, il n'a pas vraiment le choix, et étant donné tout ce qu'elle a fait pour lui, il accepte de l'embarquer avec lui...
Nous voici à bord du camion de Martin pour un virée incroyable où s'enchaînent des paysages plus somptueux les uns que les autres. Maryse et Jean-François Charles nous offre un road-movie passionnant et passionnel, sensible et très touchant. Un écart de conduite, une rencontre fortuite et la vie de chacun va basculer immanquablement. Un lien très fort qui s'accentuera au fil de l'escapade, va se nouer entre eux, une complicité certaine mais aussi de lourds secrets. Cet album authentique, frais, dépaysant et émouvant surprend et nous attendrit. Avec de superbes dessins à la gouache, aux couleurs automnales et aux décors absolument somptueux, Gamberini a majestueusement mis en image cette si belle rencontre.
Far away... et au-delà...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          452
Crossroads
  06 avril 2014
Qu'est-ce qui prédestinait Martin Bonsoir et Esmé Larivière au bonheur d'être simplement réunis?
A priori pas grand chose.
Lui au volant de son truck toujours sur la route, elle enracinée à sa maison.
Lui plutôt jeune, elle légèrement flétrie par le poids des ans.
Lui réservé et fruste, elle beaucoup plus ouverte et instruite.
Il aura fallu ce petit grain de sable météorologique qui sévit un jour dans les Laurentides, province du Québec, pour que Martin ne reste embourbé dans la neige avant de finir par trouver refuge chez l'habitante.
Le temps de s'apprivoiser et c'est ensemble qu'ils reprennent la route, Esmé ayant toujours rêvé de voir le Grand Canyon...
Il y a des récits que vous terminez la boule au ventre et la gorge serrée.
Far Away, road-movie tout en simplicité, est de ceux-là.
Une rencontre, un bout de chemin ensemble à se raconter, s'amadouer, se découvrir la possibilité d'un " nous " et puis, et puis...
Et puis cette charge émotionnelle dans chaque page.
Un paysage Nord-Américain somptueux qui défile au rythme des vibrations de la machine.
Un magistral travail de colorisation où chaque plan s'apparente à un tableau à la gouache des plus évocateurs.
Une histoire comme il en existe des millions mais des souvenirs qui n'appartiennent déjà qu'à eux deux.
Un conte de fée poétique, sincère et délicat qui nous rappelle finalement que les histoires d'amour finissent...
Splendide, tabernacle !
PS : pour les plus sensibles, possibilité de se faire sponsoriser par les serpillières Sniiirfmouchechiale...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4224
InstinctPolaire
  06 novembre 2012
C'est un beau roman, c'est une belle histoire,
C'est une romance d'aujourd'hui.
Il rentrait chez lui là-haut dans le brouillard,
Elle descendait dans le Midi.
Ils se sont trouvés au bord du chemin...
Toutes ces histoires se ressemblent, toutes ces histoires sont uniques. Tout semble déjà écrit, mais tout continue à nous captiver...
" Il " s'appelle Bonsoir. Martin Bonsoir. Comme " Il " le fait remarquer, " Il " est comme les chutes du Niagara, américain et canadien. " La-haut dans le brouillard ", c'est La Tuque dans les Laurentines – Québec . Routier, c'est en bloquant son camion dans la neige qu'"Il " va la rencontrer.
" Elle " s'appelle Larivière. Esmée Larivière. " Au bord du chemin " qu'emprunte Martin, la petite maison où " Elle " vit. Fine connaisseuse de la mécanique, elle aide notre routier à dégager son bahut. En échange, " Elle " lui demande de la " Descend(re) dans le Midi ". Pour être exact, " Elle " compte sur le fait qu'"Il " reprend la route pour l'Arizona pour réaliser son rêve : Voir le Grand Canyon.
Les chutes du Niagara, le Mont Rochmore, mais aussi Péribonka, le village de " Maria Chapdelaine ", les bisons traversant la route dans le Dakota du Sud. On s'interroge. Fait-" Il " la route pour son travail ou est-ce un voyage d'agrément pour " Elle " ? Et " Elle " qui l'invite au l'hôtel, au restaurant, qui lui parle de la vie, tient-" Elle " vraiment à arriver ? Cet arrêt impromptu dans une pharmacie qu'" Elle " fait...
Deux solitudes réunies dans la cabine d'un gros camion Made In USA. Deux petites personnes dans ces immensités sauvages. Un inéluctable rapprochement couronné, on le pressent par une fin tragique...
Bien sûr c'est une histoire d'amour. Bien sûr un voyage initiatique entre l'inexpérimenté et rustre routier et la douce et volubile institutrice. Pour celui qui reste, nécessairement un bouleversement.
Tout est écrit, mais tout est si magnifiquement représenté. On ouvre " Far Away " pour curiosité devant la qualité de son dessin et on mène le voyage jusqu'à son terme pour sa magnifique histoire. Placez-vous " au bord du chemin ", levez le pouce, " Il " s'arrêtera pour vous prendre et vous parler d'"Elle "...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
tynn
  24 juin 2015
Les Laurentides, Québec.
Tabernacle! Mauvais virage... Mais nouvelle vie...
Son truck embourbé dans une congère, pendant une tempête de neige, Martin était bien mal parti! Le froid de la belle Province, ça pardonne pas!
La bonne fée de la providence sera Esmé, une femme seule, un peu plus âgée que lui, avec qui il va entamer un road movie à travers les États Unis, une histoire d'amitié teinté d'amour platonique, entre tendresse et confiance pour ces deux solitudes, une tranche de vie commune qui sera éphémère mais qui changera la vie de Martin.
Une belle histoire un peu triste mais pétrie d'humanité et de pudeur qui fait voyager dans les paysages grandioses, des Rocheuses au Colorado, dans les cabines de monstrueux camions, avec étapes dans les diners des grands axes routiers.
Le graphisme est tout à fait étonnant, hyper réaliste, entre dessin et photographie retravaillée. Une bien belle lecture.
Commenter  J’apprécie          310
Presence
  28 février 2018
Ce tome comprend une histoire complète indépendante de toute autre, initialement parue en 2011. L'histoire a été coécrite par Maryse & Jean-François Charles, et peinte par Gabriele Gamberini. Ces créateurs ont également réalisé Red Bridge, Tome 1 : Mister Joe and Willoagby (2008/2009) en 2 tomes.
Martin Bonsoir est un routier qui conduit un gros semi-remorque pour le compte d'une entreprise appelée Harris Transports situé à Phoenix en Arizona. Il traverse la région des Laurentides dans la province du Québec, et se dirige vers la ville de la Tuque. Arlos que le soleil de fin d'après-midi fait ressortir les couleurs des feuilles d'automne, il est surpris par une tempête de neige, se trompe à un embranchement, et négocie mal un virage. Son camion se met en ciseau, et les roues patinent. Il se rend compte en plus qu'il n'y a pas de pelle de déneigement sur le camion. Il ne lui reste plus qu'à aller chercher de l'aide à pied. Un panneau lui indique que la ville la plus porche se situe à 4 kilomètres. Il remonte le col de son blouson et commence à marcher péniblement dans la neige. Au bout d'une demi-heure, il aperçoit une lumière. Il s'en rapproche. Il s'agit d'une maison isolée. Il actionne la sonnette, une femme ouvre en tenant à la main un fusil, elle ne comprend rien à ses explications.
Il reprend connaissance allongée sur le canapé où la femme l'a déposé tant bien que mal. Elle l'a recouvert d'une épaisse couverture. Elle lui a également préparé des fèves au lard. Elle lui parle d'une certaine Maria Chapdelaine. Martin Bonsoir accepte l'hospitalité d'Esmé Larivière, pour la nuit. le lendemain, elle lui prépare un petit déjeuner (des oeufs sur le plat et du bacon), et le ramène en pick-up jusqu'à son bahut. Elle lui explique pourquoi il ne démarre pas, et comment le faire démarrer en réchauffant précautionneusement la vanne du système de freinage. Elle le ramène chez lui et le convainc d'attendre le lendemain pour repartir, une fois que la tempête de neige sera passée. le lendemain matin, elle lui demande de l'emmener dans son camion, jusqu'à sa destination en Arizona. Bien qu'étonné par cette demande inattendue, il accepte la proposition et charge ses 3 valises, et Melchior son animal familier, un écureuil.
Maryse & Jean-François Charles forment un couple qui réalise de nombreuses séries comme India Dreams (depuis 2002), Ella Mahé avec d'autres dessinateurs, Les Pionniers du Nouveau Monde avec Ersel, ou des histoires complètes comme L'herbe folle (2016). Mais ce qui séduit immédiatement, c'est la partie graphique. le lecteur apprécie la texture de la neige sur la couverture, ainsi que le froid qui s'en dégage. Il est ébloui par les couleurs rougeoyantes des feuillages des érables, et leur reflet dans le fleuve, dans l'illustration en pleine page, de la première page. Il regarde la neige coller aux chaussures et au jean de Martin Bonsoir, en page 13. Il découvre la glace striée de la surface gelée d'un lac en page 40, avec les flotteurs de l'hydravion pris dedans. Il retrouve le magnifique flamboiement roux en page 47, avec 2 maisons à l'architecture typique de la région. Il découvre la grisaille des néons de l'autoroute urbaine à l'approche de Montréal en page 48, ou encore le bitume gris d'un parking autoroutier en page 51. Il retrouve la beauté de la nature avec les chutes du Niagara en page 54, un pont à haubans au-dessus d'un des grands lacs en page 68, les plaines du Dakota du Sud en page 74, le Mont Rushmore en page 78, etc.
Gabriele Gamberini réalise toutes les pages en peinture directe, et il sait rendre compte de la beauté des paysages, de leur aspect sauvage, sans jouer sur une vision romantique, mais plutôt naturaliste. Il sait utiliser la peinture par touche pour rendre compte de l'effet général, du jeu de la lumière, d'une impression. L'itinéraire suivi par le routier est une invitation au voyage, une promenade touristique faisant honneur aux paysages naturels du Canada, puis des États-Unis. Si le lecteur a déjà visité ces endroits, il en retrouve la saveur unique, les caractéristiques, les sensations qu'ils lui ont laissées. S'il ne les connaît que par photographies ou films, il éprouve l'impression de pouvoir s'y projeter, de les redécouvrir. Il a l'impression de sentir la résistance et la texture de l'herbe quand Esmé et Martin s'arrêtent pour pique-niquer. Il admire les couleurs du coucher de soleil quand ils arrivent à un resto-routier près de Green River. Il reconnaît les différents types de végétation dans chaque endroit traversé.
Le pouvoir de conviction de l'artiste est tout aussi puissant pour les séquences d'intérieur : l'ameublement et la décoration de la maison d'Esmé, les couchettes dans la cabine du poids-lourd de Martin, le luxe de la suite où ils dorment lors de l'escale aux Chutes du Niagara, la décoration du resto-routier, etc. À chaque fois, Gabriele Gamberini donne l'impression de réaliser une photographie du fait du niveau de détails (le lecteur a l'impression de pouvoir mordre dans une miche de pain), tout en conservant une dimension tactile à chaque élément. Ainsi, même un accessoire aussi industriel que la cage en montant de fer de l'écureuil est à la fois dessiné rigoureusement, chaque barreau étant distinct, et à la fois doté de particularité, la lumière jouant de manière différente sur chaque barreau en fonction de ses irrégularités. le lecteur observe cette même capacité de précision et d'unicité dans les tenues vestimentaires. L'artiste a fait en sorte de doter Martin Bonsoir de tenues décontractées et fonctionnelles. Il est visible qu'Esmé a choisi ses tenues pour leur praticité pendant le voyage, tout en conservant une classe certaine. Il est possible par contre que le lecteur se sente plus partagé en ce qui concerne le rendu des visages. Les postures des personnages sont naturelles, et les expressions des visages sont nuancées et très parlantes, permettant de bien ressentir l'état d'esprit des protagonistes. Toutefois, les visages ne sont pas peaufinés, ce qui peut induire une forme de décalage, par rapport au reste de ce qui est représenté. Mais le lecteur se rend vite compte que cela n'obère en rien l'expressivité des personnages, ou la justesse du jeu des acteurs. La direction d'acteurs montre des individus adultes, se comportant comme tel, sans exagération ou caricature. le lecteur en apprend autant en regardant les personnages évoluer, bouger, accomplir les gestes du quotidien, qu'avec les échanges verbaux.
Totalement enchanté par la narration visuelle, le lecteur s'immerge sans s'en rendre compte dans le récit. Il découvre donc 2 personnages qui se rencontrent fortuitement et qui font un bout de chemin ensemble. Il en apprend un peu sur l'histoire personnelle de Martin Bonsoir, son père parti avant sa naissance, sa double nationalité, et très peu sur Esmé Larivière. Il les regarde coexister sans grande difficulté, Esmé étant enchantée de l'aubaine de pouvoir ainsi découvrir du paysage, Martin appréciant la compagnie de cette femme plus âgée que lui, un peu attentionnée sans être envahissante, sachant lui montrer les merveilles qu'il traverse avec un entrain certain. le lecteur prend conscience après coup du naturel de leur comportement, quand dans la dernière partie du récit il en apprend plus sur eux. En particulier, il trouve naturel qu'Esmé dispose d'une bonne connaissance des endroits qu'ils traversent de Trois Rivières, à Sanigaw, en passant par Fort Michilimackinac. de la même manière, il voit en Martin Bonsoir, un individu sympathique, capable d'accepter une autre personne dans la cabine de son camion, sans la trouver importune, sans se renfermer pour retrouver sa solitude habituelle. Les auteurs décrivent un routier dans la routine de son métier, sans condescendance, ni volonté romantique. La remarque sur Maria Chapdelaine (1913) de Louis Hémon ne constitue pas une moquerie, mais un indicateur de sa culture littéraire.
Très vite, le lecteur apprécie de partager l'intimité de leur relation naissante. Il ressent le plaisir simple qu'éprouve Esmé à faire la route avec quelqu'un au comportement amical. Comme Martin, il apprécie le charme de la gentillesse d'Esmé, ses remarques constructives, sa capacité à formuler la beauté des paysages, à apprécier à sa juste valeur la chance de voir passer une harde de bisons dans les plaines. Certes Martin Bonsoir effectue son métier, mais il ne semble ressentir de pression particulière ou d'inquiétude. Esmé est en villégiature a priori sur un coup de tête, sans inquiétude particulière quant à ses conditions de voyage ou à son compagnon de route. le lecteur éprouve un réel réconfort émotionnel à pouvoir être ainsi témoin d'une histoire simple, dans un cadre extraordinaire. Il n'est pas très surpris quand la première fâcherie survient et il sourit quand une demi-douzaine de semi-remorques aide Martin Bonsoir à retrouver Esmé Larivière. Il en oublierait presqu'il s'agit d'une histoire, et qu'elle doit avoir une fin. Les époux Charles racontent effectivement une histoire et les éléments un peu étranges que le lecteur avait accepté comme artifice sans conséquence pour créer ce rapprochement trouvent leur explication pour une conclusion qui touche au coeur. Il mesure alors toute l'affection qu'il avait développée pour ces 2 personnes, et la peine qu'il ressent en voyant l'histoire se terminer.
Maryse & Jean-François Charles et Gabriele Gamberini ont réalisé une histoire extraordinaire, à la fois au travers d'une narration visuelle exceptionnelle pour sa qualité touristique, mais aussi pour sa justesse de sa direction d'acteurs, et pour l'intelligence émotionnelle du récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (1)
ActuaBD   22 août 2011
Les auteurs d’India dreams prennent le chemin des USA avec un road-movie écrit sur mesure pour un auteur au graphisme sensible et réaliste. Une belle épopée toute en émotion.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
InstinctPolaireInstinctPolaire   06 novembre 2012
( Esmée ) : " - Tu vois, Martin, même si notre vie n'est pas éternelle,des choses comme cela font que nous croire à l'éternité de la vie...Je suis heureuse de vivre ça avec toi !...
( Martin ) : - Oh !... t'es croyante toi ?!...
( Esmée ) : - Je ne sais pas... en tout cas, je refuse de croire que l'amour et l'amitié ne soient pas éternels... sans cela, à quoi bon continuer à vivre ?... "
Commenter  J’apprécie          100
luocineluocine   30 octobre 2012
Je refuse de croire que l'amour et l'amitié ne soient pas éternels sans cela à quoi bon continuer à vivre.
Commenter  J’apprécie          110
AsilAsil   14 avril 2011
- Il faut être fou pour vivre isolé ainsi.
- Ce sont les dignes héritiers des trappeurs... Et puis, on ne choisit pas toujours la solitude;;;
Commenter  J’apprécie          50
PresencePresence   28 février 2018
Tu vois Martin, même si notre vie n'est pas éternelle, des choses comme cela nous font croire en l'éternité de la vie. Je suis heureuse de vivre ça avec toi.
Commenter  J’apprécie          30
InstinctPolaireInstinctPolaire   06 novembre 2012
( Martin ) : " - Esmée, ça va ? ça fait un bout de temps que vous n'avez rien dit !... J'ai sans doute été maladroit... C'est ma spécialité d'être gaffeur !...
( Esmée ) : - Non, tu n'y es pour rien !... On a beau enterrer le passé, il peut toujours ressusciter au moment où on l'attend le moins !... "
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Maryse Charles (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maryse Charles
LA CHRONIQUE DE THOMAS - CHINA LY
autres livres classés : road movieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3136 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..