AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
La jeunesse de Blueberry tome 1 sur 21
EAN : 9782205044843
48 pages
Dargaud (01/01/1975)
3.7/5   62 notes
Résumé :
Vous vous êtes toujours demandé pourquoi Blueberry (Myrtille) porte ce nom ridicule ? Pourquoi il fait partie de l'armée nordiste lui qui est originaire du Sud ? A quoi il peut ressembler déguisé en fille ?
Toutes ces réponses sont dans cet album qui présente à travers trois histoires courtes les premières aventures de Mike S. Blueberry le plus célèbre et le plus turbulent Lieutenant de cavalerie de l'armée des États-Unis.
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,7

sur 62 notes
5
1 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

domisylzen
  06 décembre 2016
Trois histoires regroupées sous cet album, dans lequel on découvre comment Mike Donovan fils d'un riche planteur du sud devient Blueberry engagé dans les rangs des Yankees.
1) le secret de Blueberry.
Mike Donovan, ramène chez lui un esclave évadé, en chemin il s'arrête chez le père d'Harriet, un riche planteur du sud. Après un malheureux concours de circonstance, il est contraint de fuir accusé du meurtre du propriétaire. Il ne devra son salut qu'aux troupes Yankee qui mettront en fuite ses poursuivants. Il leur donnera un faux nom en apercevant un pied de myrtille.
2) le pont de Chattancoga.
Blueberry est recruté comme clairon, celui-ci refusant de tirer sur ses frères du sud. Il se porte volontaire pour une mission derrière les lignes ennemies déguisées en jeune demoiselle, chargé de faire sauter un pont sur une route stratégique.
3) 3000 mustangs.
Les confédérés rassemblent dans un endroit discret, des chevaux dans le but d'attaquer Washington. Une dizaine de Yankee, dont Blueberry sont en charge de disséminé le troupeau.
Un très bon premier numéro avec des rebondissements à la pelle, notamment dans le secret de Blueberry. Les dessins, la colorisation et même l'importance des bulles n'est pas encore au top, mais le scénario est tellement bien ficelé que j'en ai fait abstraction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
belette2911
  12 décembre 2021
Myrtille… Lieutenant Myrtille ! Je vous demande un peu comment il est possible de faire carrière avec un nom aussi ridicule, surtout lorsqu'on est dans l'armée et dans une bédé réaliste !
Si le nom de Myrtille avait été pour un chien, un chat ou un cheval, ma foi, cela aurait été sans problème, comme dans une chanson populaire, style le sergent Flagada ou dans des dessins pour faire rire et se moquer, comme avec l'Adjudant Kronenbourg de Cabu.
Heureusement pour notre lieutenant à la gueule de Belmondo et au nez-cassé, Blueberry, dans nos contrées et à l'époque de sa sortie, ça ne parlait qu'aux bilingues anglais/français.
Moi-même, je ne connaissais pas la signification, avant de la découvrir dans un album où ses pères littéraires expliquaient sa genèse et sa jeunesse dans un texte.
Avec le premier album de la saga de "La Jeunesse de Blueberry", cette histoire lue un jour en texte est enfin mise en image et l'on découvre un Mike S. Donovan, fils d'un planteur du Sud et possesseur d'esclaves.
Notre Mike est un sale type, un esclavagiste qui n'a pas hésité à poursuivre un évadé de leur plantation et de lui réserver le fouet pour servir d'exemple aux autres.
La première chose qui frappe et qui fait mal aux yeux, dans ce premier tome, ce sont les dessins : mamma mia, santa madonna, quelle horreur ! À croire que, comme pour le coloriage, Giraud a confié le tout à son petit neveu pas très talentueux.
Lorsqu'on a été habitué aux magnifiques dessins des albums de la saga mère, la chute est brutale, violente et des années après, je me pose toujours la question de ce manque de qualité de la part d'un dessinateur qui nous a habitué à bien mieux.
Cela aurait été ses premiers griffonnages, j'aurais passé, tous les plus grands dessinateurs ont tâtonné à leurs débuts (Morris, Uderzo, Franquin… pour ne citer qu'eux), mais la publication du tout premier album de Blueberry, "Fort Navajo" date de 1965 et cet album a une date de publication de 1975…
Anybref, passé ce premier moment très mauvais pour les yeux, je m'attacherai à vous parler des trois courts récits qui composent ce premier tome :
Le premier nous explique pourquoi Mike Donovan, originaire du Sud, s'est retrouvé à faire la guerre avec ceux du Nord et pourquoi il a donné le nom de Blueberry lorsqu'on lui a demandé son identité.
Le deuxième est un épisode de bravoure pour notre jeune engagé qui veut faire ses preuves tout en refusant de tirer sur les Sudistes. le final est assez drôle et cynique pour notre Mike.
Le troisième est bourré d'action, de suspense et son gros défaut est d'avoir un ennemi tout droit sorti d'un chapeau puisque nous ne l'avons pas croisé dans l'épisode genèse de Blueberry. Tel un cheveu dans la soupe, tel un Dalton voulant à tout prix se venger de Blueberry, il sera plus un cheveu dans la soupe qu'autre chose, puisque sorti un peu du néant.
Pas vraiment de lien entre les 3 histoires, qui semblent avoir été écrite pour donner une consistance à Blueberry, en le dotant d'un passé et en nous montrant ce que furent ses années de guerre de Sécession, avant qu'il ne soit muté à Fort Navajo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
ElGatoMalo
  06 janvier 2013
Alors là, je dis : ATTENTION ! et même plus : ATTENTION ! ATTENTION ! (je range le ballon grande contenance d'Héritage Chasse-Spleen, je pourrais en renverser sur le clavier, hips !) si par hasard, il venait à l'idée d'un quidam comme moi d'être attiré par la couverture de ce bouquin en se disant que vu le genre très particulier de ce type de dessin et vu la date de parution, 1975, autrement dit la grande période du GIR/Moëbius imaginatif et foisonnant qui créait pour Métal Hurlant des images d'une complexité fascinante digne des univers bizarres d'un Jérôme Bosh ou d'un Mathias Grunewald qui tous deux ont illustré les délires aussi cauchemardesques que libidineux d'anachorètes exilés dans les déserts les plus profonds où le désir fait surgir les rêves les plus fous - certainement après avoir ingéré une salade de champignons hallucinogènes - mais en plus complexe encore, en plus sinueux, en bien plus coloré aussi, sans oublier la moindre touffe d'herbe - accumulant dans ses dessins des formes organiques complètement hors de ce monde aux coloris exaltés dans une série de courts récits titrés Arzach - ou encore le Bandard Fou (ce dernier sans couleur), ce quidam, dis-je, mesdames et messieurs de Babelio, pourrait imaginer que le contenu est en harmonie avec l'annonce de la couverture et il risque fort d'être surpris en ouvrant ce recueil de trois courtes histoire, au demeurant fort bien racontées mais dont le graphisme rappelle beaucoup plus le style d'un Jean-claude Mézière - adapté cow-boys et même pas de l'espace, donc pas de Blueberry sauce Valérian, non ! seulement un dessin dépouillé et lâché mais très efficace n'ayant rien à voir avec ce que semblait promettre la couverture.
Sans compter que la première histoire semble avoir été coloriée par un stagiaire de troisième collège mal réveillé. J'ai du mal à cacher une Grosse déception...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
Davalian
  23 février 2017
La jeunesse de Blueberry est le premier tome de la série éponyme. Cet album se compose des trois premières histoires qui mettent en scène celui qui n'est pas encore le lieutenant Blueberry mais le traître du Sud.

L'intensité monte progressivement au cours des trois récits. le premier récit est sans doute le moins réussi, mais il est également le plus fidèle à l'esprit des origines (c'est-à-dire à la publication dans la revue Pilote). Les couleurs sont ici criardes, les personnages stéréotypés, les traits incertains, voire fluctuants pour les personnages secondaires et avec cela l'histoire s'arrête trop abruptement.

Le deuxième récit nous offre une aventure classique mais avec une chute convenue et un traitement assez amusant pour notre héros, grâce à une petite touche de féminité. En revanche, le troisième récit est original et bien amené (à l'exception d'un adversaire que l'on croirait sorti d'un chapeau).

L'on pourra regretter que l'album se contente de reprendre ce qui a déjà été édité, sans apporter d'éléments complémentaires (par exemple des explications historiques, sur la série). Par ailleurs, les histoires n'ont pas de lien entre elles et donnent l'impression d'être des épisodes issus d'un ensemble qui nous échappe totalement.

Voici donc une lecture indispensable et je ne puis que vous recommander de commencer par cet album votre lecture (ou relecture) de la série. C'est ici le commencement d'une série à succès avec tout ce que cela peut entraîner d'hésitations, d'approximations et d'incertitudes. Bien entendu, tout cela possède un charme particulier qui parlera surtout à un public déjà conquis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Radwan74
  05 juin 2021
Je retrouve Mike Steve Blueberry dans une série consacrée à sa jeunesse et plus particulièrement aux années de guerre civile américaine.
On découvre un Blueberry très loin du lieutenant de cavalerie de la série principale : un pur sudiste poursuivant un noir évadé de sa plantation et dont il a l'attention de punir devant tout ses camarades pour montrer l'exemple. Très loin du Blueberry défenseur des Apaches !
Par contre, ce qui ne change pas, ce sont les décisions injustes à son encontre que ce soit des fausses accusations ou des non reconnaissances de son courage. Tout cela saupoudré d'un peu de la chance caractéristique et on retrouve le cow-boy que l'on connaît bien.
Un premier tome composé de 3 histoires qui nous permettra de découvrir pourquoi il s'appelle Blueberry ? pourquoi il est devenu clairon ? Pourquoi il n'aime pas tuer ? (du moins directement, indirectement ça ne le gêne pas il semblerait) et pourquoi il se retrouve dans l'armée de l'Union au lieu de l'armée confédéré ?
C'est une BD d'introduction à la série plutôt intéressante mais si j'y trouve quelque défauts, notamment un dessin moins joli que dans la série principale et quelques facilités scénaristes (Blueberry arrive à planquer un briquet alors qu'il est jeté en prison et arrive à s'en échapper un peu trop facilement : on va mettre ça sur le compte de la jeunesse et de sa chance irrésistible).
Et puis je termine cette critique par une petite note d'humour qui m'a fait penser aux Tuniques Bleues de Lambil avec une mission digne du Sergent Chesterfield et Blutch où Blueberry se grime en jeune fille pour passer les lignes ennemies avec un sergent…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ElGatoMaloElGatoMalo   03 janvier 2013
Plus tard...
- Que te voulaient ces gars-là ?..
- Vous avez vu le cadavre du noir?.. C'était un esclave évadé et j’essayais de lui faire passer la frontière...
- En ce cas, tu es des nôtres!.. La guerre a éclaté... Tu t'engageras dans notre escadron ?..
- Hein?.. Mais je suis du sud, Sir !.. Je ne puis tirer sur les miens!.. Je refuse!..
- Parfait !.. Il nous manque justement un trompette... ça s'append vite !.. Mais attention!.. Car nous ne manquons pas de prison !.. Alors?.. Quel est ton nom ?.?
Un nom ?.. Les yeux de Mike Donovan cherchent désespérément autour de lui... Soudain, des taches bleues dans l'herbe, accrochent son regard
- Mon nom ?... Heu...Blueberry (1) Sir !.. Mike Steve Blueberry

(1) Myrtille
Fin
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
domisylzendomisylzen   06 décembre 2016
Pouah ! … Fichu pays ! … Rien que de la poussière ! … On a le gosier comme du carton.
Commenter  J’apprécie          220
DavalianDavalian   23 février 2017
-'soir Harriet !.. Bonjour Monsieur Tucker je n'ai pas voulu passer devant votre plantation sans entrer vous saluer.
- Moi ?.. Ou ma fille ? Logez donc ici cette nuit, espèce d'hypocrite !..
Commenter  J’apprécie          62
mikaelunvoasmikaelunvoas   01 novembre 2018
Les gens comme vous et votre père font le jeu des politiciens du Nord qui rêvent de nous écraser au nom de l'anti esclavagisme. Nous allons tout droit à la guerre.
Commenter  J’apprécie          20
bdelhaussebdelhausse   12 novembre 2016
Décidément, je ne puis me résoudre à approuver cette barbarie!.. Même si cela doit signifier notre ruine, le temps de l'esclavage est révolu!.. Mike vendez-moi Long Sam!.. (p.5)
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Michel Charlier (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Michel Charlier
À présent corsaires du Roy, Barbe-Rouge, Éric, Baba et Triple-Patte partent en chasse du « Spectre », un mystérieux pirate qui rançonne les planteurs de Pamticoe Sound. Une course mortelle s'engage contre un adversaire machiavélique… Entre hommage respectueux aux créateurs, Jean-Michel Charlier et Victor Hubinon, et nécessaire actualisation du mythe, Jean-Charles Kraehn et Stefano Carloni signent un retour fracassant du plus célèbre pirate de la BD franco-belge dans ce premier tome d'un diptyque !
autres livres classés : westernVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Aviateurs de légende

Quel pilote de sa majesté a déserté pour rejoindre les républicains à Barcelone dans Mattéo quatrième époque ?

Lord Guynemero
Sir Mermoza
Lord Nungessero
Sir Lindebergha

12 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Michel CharlierCréer un quiz sur ce livre