AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782882534453
Luce Wilquin (20/08/2012)
3.9/5   10 notes
Résumé :
Pourquoi François Lombard a-t-il vu se distendre les liens qui l’unissaient à Sonia ? Quel secret cache-t-il au fond de sa mémoire ? Que cherche-t-il, sillonnant les quais de Meuse, traversant les ponts, creusant dans son passé, dans l’histoire d’une ville, dans les méandres d’un fleuve ? Est-il encore temps de jeter une passerelle entre Sonia et lui ?

Le roman d’une ville et d’un fleuve, d’un homme et d’un amour
Peut-êt... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
argali
  04 février 2013
l'aube de sa vie, François Lombard jette un regard dans le rétroviseur. Il revoit sa vie s'écouler, comme les eaux du fleuve qu'il longe quotidiennement, au fil de ses balades. Tantôt calme et joyeuse, tantôt tumultueuse, sombre, tourmentée. Chaque promenade est l'occasion de se remémorer un événement précis, une époque de sa vie qu'il a soin de replacer dans le contexte géographique et historique. Ainsi en sept chapitres au titre évoquant des ponts de Liège, il nous confie sa vie et nous conte également sa ville et ses transformations, les heurs et malheurs qui l'ont façonnée et la façonnent encore aujourd'hui. Et l'on plonge dans l'une et l'autre avec curiosité et tendresse. La Meuse devient miroir de l'âme.

Au fil des pages, nous découvrons le paradis perdu de François, arpentons Liège et la sentons vibrer sous ses pas. Je serais curieuse de savoir si les non Liégeois sont sensibles à ce roman. Tout y est si intime, si parlant pour un habitant de la Cité Ardente que j'ai eu l'impression à chaque page qu'il avait été écrit pour moi, pour que je me souvienne et que je n'oublie pas. Je me suis immergée dans les parfums de l'enfance, ai retrouvé des images enfouies, des visages, des lieux que j'avais connus et aimés. J'ai retrouvé des sensations oubliées. Mais peut-on goûter à ces petites perles narratives, si on ne les a pas vécues de l'intérieure ?

L'écriture de Daniel Charneux est pleine de charme et de rigueur, frôlant parfois l'obsession. Après avoir été séduite par la maîtrise de la langue et la beauté des mots, j'avoue pourtant m'être un peu lassée de ses multiples appositions et des énumérations sans fin. Certes la langue est belle mais les phrases sont longues et par trop ouvragées. Cela sied à merveille à cet octogénaire sur lequel pèse le poids des ans et du passé. Forme et fond s'unissent pour attiser le propos ; l'effet est indéniable. Mais j'aurais goûté un trait un peu plus léger.

Mis à part ce petit bémol, je quitte à regret cette balade en amnésie dans laquelle ce roman m'a plongée. Ce fut pour moi un vrai coup de coeur.

Lien : http://argali.eklablog.fr/co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Francedewepion
  16 septembre 2018
Très beau livre émouvant. François, 80 ans, se remémore sa vie au fil des ses promenades le long de la Meuse à Liège. Il tente de reconstituer comment Sonia, son épouse s'est éloignée de lui est s'est murée dans le silence. Chaque chapitre évoque un pont jeté au-dessus du fleuve. Mais n'est ce pas aussi des ponts jetés pour retrouver leur amour originel, le temps lissant leurs désaccords ?
Très belle écriture aussi, on oublie, nous francophones belges, que nous avons de très bons auteurs que l'on néglige trop souvent par méconnaissance ou du manque de "publicité " de la part des médias.
NB Les Editions Luce Wilquin ne m'ont jamais déçue. Je leur fais parfois une confiance aveugle quand je découvre un de leur livre au détour des rayons des librairies.
Commenter  J’apprécie          50
Esorlecram
  10 mars 2015
Un vieux Liégeois déambule dans les rues de sa ville en se remémorant ce que fut son existence. de pont en pont (7 chapitres, 7 ponts), il nous conte son enfance, ses premières années de mariage, ces années de bonheur. Il le fait au moyen de longues phrases très poétiques, dans lesquelles chaque mot est susceptible de faire naître d'autres souvenirs, d'autres images, ou des considérations sur la vie actuelle. Puis il rentre chez lui et y retrouve sa femme, inerte, rongée par l'alcool: elle ne lui parle plus depuis longtemps. Au fil de ses promenades, il dévoile petit à petit ce que fut le drame de sa vie.
C'est écrit simplement, avec le coeur, et devrait plaire encore davantage à ceux qui connaissent bien Liège, car la ville est le second personnage du roman. L'auteur s'y réfère en permanence, la décrit comme elle est actuellement, mais aussi comme elle vit dans sa mémoire.
"Un roman d'une ville et d'un fleuve, d'un homme et d'un amour".
Commenter  J’apprécie          10
nathavh
  15 avril 2013
François a 80 ans, il est au seuil de sa vie, il va revivre celle-ci, telle les méandres du fleuve qui a bercé son existence. Au gré de 7 chapitres, 7 ponts de Liège nous conteront son histoire. Il vit avec Sonia qui ne lui parle plus. Pourquoi? On va remonter le temps et essayer de comprendre comment ils se sont éloignés.
Un amour fusionnel au départ qui nous conduit vers l'incommunicabilité. Un amour très fort, très puissant, resté intact pour François. Mais pourquoi en est-il là aujourd'hui?
Avec beaucoup de tact et de sensibilité, on va suivre sa vie au jour le jour, le long de ses promenades le long de la Meuse.
Un vrai régal pour celui qui connaît la ville de Liège décrite avec beaucoup d'amour et de passion comme celle qui unit François à Sonia.
Le style est plaisant, Daniel Charneux est un magicien des mots, bien choisis, délicatement. Des expressions bien liégeoises ou belges en italiques surprennent un peu. Aucun dialogue, un style narratif très chargé, toujours très beau, mais la longueur de certaines phrases ou des descriptions m'a un peu fatiguée par moment.
Il n'en reste que c'était un excellent moment , un petit bijou au niveau de l'écriture. En résumé, l'histoire d'une vie, d'un roman que l'on écrit , l'histoire d'un homme et de sa ville, l'histoire d'un homme et d'un fleuve.

Lien : http://nathavh49.blogspot.be/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AWil1
  13 décembre 2012
Très belle promenade dans Liège, de pont en pont, avec un homme qui renoue avec son passé pour peut-être renouer avec sa femme. Liège et la Meuse sont des personnages de premier plan.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
argaliargali   08 février 2013
Des familles se baladaient là, nonchalamment, des garçons plongeaient, torse maigre et nu, peau bronzée, sous les rires criards des filles, on pique-niquait sur les prés, comme autrefois, sans songer que l’hiver, souvent, l’eau enflait, débordait, noyait chalets et bungalows construits, allez savoir pourquoi, en zone inondable, et des larmes, les riverains en versaient, les riverains que l’on n’avait pas prévenus et qui s’épanchaient devant les caméras, ou que l’on avait prévenus, mais qui avaient tout de même construit: C’est si beau, l’été, c’est si agréable!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
argaliargali   08 février 2013
Ses promenades l’emmenaient rarement au-delà du pont de Fragnée, où se rejoignent les eaux de l’Ourthe et de la Meuse, ou alors l’été, quand il se décidait à suivre durant plusieurs heures le sentier de grande randonnée qui filait vers le sud, le long de l’Ourthe, entre les versants d’une vallée profonde, boisée, riante et sombre, une vallée de larmes, songeait-il parfois, quand tout évoquait la joie des grandes vacances, quand l’hiver semblait hors de portée, vaincu, muselé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nathavhnathavh   15 avril 2013
Quelques années auparavant, il avait lu dans "la Meuse" qu'un chômeur s'était recyclé dans l'écriture : il proposait sur un site internet d'écrire une histoire aux gens heureux qui n'en ont pas, si l'on en croit le proverbe ; comme il aurait aimé ne pas avoir d'histoire, ne rien avoir à raconter, comme il aurait aimé pouvoir trouver sa destinée de héros tragique contre l'existence banale de Monsieur Tout le Monde, avec en prime ce tout petit détail : le bonheur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nathavhnathavh   15 avril 2013
Et les années avaient coulé, il échouait jour après jour dans ses tentatives de renouer avec Sonia, et l'éclat de sa réussite professionnelle contrastait cruellement avec l'échec quotidien rencontré sur le terrain qui lui tenait le plus à coeur, celui des relations avec elle qui ne voulait plus de lui,....p106
Commenter  J’apprécie          10
nathavhnathavh   15 avril 2013
C'est un peu comme à la roulette, qu'après le manque vient forcément le passe, que d'abord cela vous manque puis que cela vous passe, que tout a une fin, et il attendait cette fin.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : fleuveVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1243 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre