AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782715229273
112 pages
Éditeur : Le Mercure de France (20/08/2009)
3/5   17 notes
Résumé :
Quatrième de couverture:
Et j'ai découvert Thérèse, en même temps que je découvrais ma Messe en fa. Pendant les répétitions, j'avais écouté la messe et Thérèse et, là, je les entendais.
Alors, en pleine béatitude, j'ai senti l'amour s'abattre sur moi, comme d'autres sont foudroyés par la beauté, la foi. A moins que ce ne soit de ma propre musique que je sois tombé amoureux. Ou de l'amour lui-même. Ou de Dieu.

Bien que mort prématurémen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
JeanLouisBOIS
  06 juin 2013
Élégante évocation de la vie de Franz Schubert, ce compositeur si méconnu à son époque et dont la célébrité n'a percé qu'à partir des années 1950 dans le domaine de la musique classique, le Requiem de Franz nous laisse sur notre faim. le narrateur, celui qui dit je, n'est autre que le compositeur lui-même à la fin de sa vie. le livre est composé en suivant les différentes parties d'un requiem (Introït, Kyrie, Dies irae...) que Schubert n'a jamais écrit, chaque partie donnant son nom à un chapitre du livre.
Malheureusement, on s'aperçoit très vite que ce roman est écrasé par sa structure, dans le sens où celle-ci n'apporte que peu de compréhension à la vie et à l'oeuvre de Schubert et fait ressortir un aspect artificiel et trop construit qui étouffe le sujet du roman. En réalité, il faut déjà bien connaitre le musicien viennois pour apprécier les différentes allusions qui fourmillent dans ce roman que l'on pourrait presque qualifier d'élitiste au sens négatif et excluant du terme. Je préfère le Schubert de Peter Härtling, plus classique mais plus enrichissant, malgré ses lacunes. En résumé, pour moi, Pierre Charras met trop de rigidité, d'intentions et pas assez de vie et de fluidité dans son récit. L'histoire ne "prend pas".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lapublivore
  31 décembre 2010
Il s'agit d'un monologue du compositeur Franz Schubert.
Ce livre est épouvantablement soporifique. Au départ, ce m'intéressait de découvrir le compositeur dont je ne connaissais pas grand-chose. Une fois le livre lu, je n'ai RIEN appris de plus ! Finalement on découvre si peu de Franz Schubert (alors qu'il ne s'agit QUE de lui, sans doute est-ce là que réside la performance de l'auteur…) que ce bouquin est SANS INTERET. Ah si, j'ai tout de même pris connaissance de 3 éléments de sa vie (ne mentons pas), à savoir : qu'il était orphelin de mère, qu'il vivait à Vienne au crochet de ses amis, et qu'il est mort, jeune, des suites d'une maladie vénérienne. Fascinant, quoi.
Au final, le bouquin n'est constitué que de banalités dignes de conversations de piliers de comptoirs sur les thèmes de l'amitié et de l'amour. Je suis circonspecte. A plusieurs reprises, j'ai voulu interrompre ma lecture, eh bien j'aurais dû !! J'ai véritablement eu la sensation de perdre mon temps. Même le style ne m'a pas convaincue (phrases très courtes, parfois absence de ponctuation)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
KRISS45
  29 avril 2012
Ce n'est pas tout à fait une biographie, mais une évocation émouvante de la vie trop courte d'un compositeur tourmenté, complexé, pauvre et malheureux en amour.
Son physique peu avantageux l'éloigne des femmes dont il rêve. Lui restent son immense talent et le soutien indéfectible de ses amis, compagnons de beuverie, dont il reçoit pourtant soutien financier, moral et encouragements à poursuivre son oeuvre.
La façon dont l'auteur se met dans la peau et le mental de Franz me rappelle "les derniers jours de Stefan Zweig" (autre roman magnifique).
J'ai repensé aussi au récit "Ravel" de Jean Echenoz décrivant la personnalité énigmatique d'un autre compsiteur célèbre.
Commenter  J’apprécie          50
cafeaulait
  24 décembre 2019
Il s'agit de Franz Schubert. Voilà un sujet intéressant et c'est le titre qui m'a inspiré. le livre est divisé en autant de chapitres qu'il y a de thèmes musicaux dans un Requiem (14). L'idée est intéressante. L'auteur est comédien de profession, ce qui donne une impression nettement théâtrale. Pas de discours inutile, l'essentiel est nommé avec sensibilité, peu de personnages et toute l'intensité émotive de Schubert est présente. On connaît son drame. C'est bien écrit. Thème triste puisque la syphilis a emporté Schubert à l'âge de 31 avant même qu'il n'ait pu faire vivre tout son génie. Pour apprécier l'oeuvre dans son entièreté, il faut quelques prémices: connaître Schubert et sa musique, surtout ses lieder et aussi les musiciens de son époque. Schubert est alcoolique et l'auteur aussi l'a été, d'où une description juste du personnage et de sa misère humaine. Ainsi, l'auteur se permet d'entrer dans la tête de Schubert et d'interpréter son vécu. C'est risqué, il faut le voir comme sa lecture à lui et non comme un récit de vie authentique. J'espère juste que sa recherche est suffisamment approfondie pour ne pas nous laisser dans l'erreur ou le doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ProseS
  04 août 2015
On dit qu'avant de mourir on revoit sa vie défiler à toute allure. Ici, le temps semble comme ralenti. L'atmosphère feutrée. Schubert défait paisiblement l'écheveau de sa vie, et comme en confession, porte sur sa propre existence un regard sans concessions. Pourtant, derrière sa fragilité, ses souffrances et son génie tourmenté, point une forme de sagesse. Celle du coucher de la vie.
Par la fenêtre un instant entrouverte, notre regard accompagne celui qui va bientôt se fondre dans la nuit.
Un joli livre. Court. Cela suffit. Un instant avant l'éternité.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
MorgouilleMorgouille   02 octobre 2009
Il est resté longtemps immobile, l’archet posé sur les cordes. J’ai cru qu’il allait prendre la fuite. Et, je l’avoue à ma grande honte, j’ai pensé à ce moment-là que c’était ma présence qui l’intimidait. Il ne m’est pas venu à l’esprit qu’il pouvait attendre que la musique monte en lui. Ou plutôt qu’elle descende en lui : car c’était bien des cieux inexplicables qu’elle coulait, j’ai eu tout le concert, et les suivants, pour m’en apercevoir.
Je l’ai donc regardé. Pas un instant je n’ai détourné les yeux.
Dès la première note, il avait fermé les siens comme s’il avait choisi de nous ignorer et j’ai été transporté hors de réel. Je croyais entendre un être surnaturel ; ou tout un orchestre. La richesse phénoménale de son expression ne pouvait sortir du simple instrument de bois qu’il serrait sous son menton ! Bouleversé, captivé, hilare, le visage tout rouge d’excitation, je laissais ce diable me propulser jusqu’en enfer. Ou jusqu’au paradis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MorgouilleMorgouille   02 octobre 2009
J’ai failli me recueillir auprès du corps de Beethoven. Je l’avais plusieurs fois croisé dans les rues de Vienne. Il marchait très vite, les yeux au sol, enfoui dans ses pensées. Dans sa musique ? Chaque fois j’avais envie de l’aborder. Et chaque fois, je m’abstenais. Que lui aurais-je dit ? Et lui ? Je l’entendais : « Ah oui, Schubert : l’auteur de mélodies populaires ! »
Il encombrait ma route, celle que je souhaitais emprunter à défaut de l’avoir tracée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MorgouilleMorgouille   02 octobre 2009
Quand le directeur a pénétré dans la classe, nous nous sommes tous levés, et tandis que son regard voletait encore de l’un à l’autre, j’ai tout de suite su que c’était sur moi qu’il allait s’arrêter et qu’il n’avait quitté son vaste bureau que pour m’accabler. Immédiatement, je l’ai détesté. Et je n’ai depuis cessé de haïr ce messager du pire. Je vais mourir avant même d’avoir vécu et peut-être, malgré son grand âge, est-il en train de contempler en ce moment le beau soleil qui bientôt ne me réchauffera plus. Si j’étais un autre que moi-même, je formerais des vœux pour qu’il souffre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   06 juin 2013
La musique était déjà dans la poésie. Il me suffisait d'écarter les mots comme les barreaux magnifiques d'une cage précieuse et la musique se trouvait là, enchâssée par le chagrin. (p.34-35).
Commenter  J’apprécie          20
MorgouilleMorgouille   02 octobre 2009
Étais-je chez Franz, ou encore chez Johan ? En attendant mieux. D’un bout à l’autre de ma vie, j’aurai « attendu mieux ». Mais quoi ? Que de temps gâché à attendre !
Commenter  J’apprécie          20

Video de Pierre Charras (1) Voir plusAjouter une vidéo

Pierre Charras : Bonne nuit doux prince
A la Cité Internationale Universitaire de Paris, Olivier BARROT reçoit Pierre CHARRAS sur son livre intitulé "Bonne nuit, doux prince". Il y fait le portrait de son père regretté et parle de son remords du "non-dit" entre son père et lui.
autres livres classés : franz schubertVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
759 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre