AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : J'ai Lu (30/11/-1)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Une magnifique réédition du grand classique de Robert Charroux, dans lequel il localise et raconte l’histoire des deux cent cinquante trésors les plus célèbres au monde. Partez à la découverte des inestimables trésors qui sommeillent sous nos pieds et au fond des océans…

Robert Charroux est né en 1909 et fut successivement champion d'athlétisme, plongeur sous-marin, chercheur de trésors, globe-trotter, journaliste, archéologue, mais surtout, à partir ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
philippemarlin
  16 mai 2018
Avec Trésors du Monde (Fayard, 1962), Robert Charroux inaugure l'aspect « grand spectacle » de l'affaire de Rennesle-Château. La citation qui suit est relativement longue, mais elle constitue en quelque sorte l'acte fondateur de la légende.
***
Historique est le trésor de Rennes-le-Château, petit bourg de France dans les monts des Corbières, à soixante kilomètres au sud de Carcassonne. Son église et ses quelques maisons sont perchées sur un piton rocheux auquel on accède par une rampe sévère de cinq mauvais kilomètres. Il a presque fallu un miracle pour qu'un trésor soit caché en ce bout de monde où les autos ne grimpent qu'à grand-peine, sans guère pouvoir se croiser en cours de route.
Pourtant il y a un trésor à Rennes-le-Château, un authentique trésor puisqu'il fut trouvé il y a un demi-siècle par le curé Béranger Saunière, qui, après l'avoir entamé - oh ! à peine sans doute -, le légua à sa servante-maîtresse, la jolie Marie Denarnaud, laquelle le légua à son tour à M. Noël Corbu. Mais l'héritage de Marie Denarnaud fut incomplet puisqu'elle mourut sans avoir eu le temps de révéler la cachette.
Depuis, M. Corbu détecte, pioche, creuse, sonde, dans l'espoir de mettre au jour les pièces d'or, d'argent, les bijoux et les pierres précieuses du trésor évalué à huit milliards, et que des historiens sérieux pensent être le trésor de la France du XIIIe siècle.
Jadis, il y a sept cents ans, dit Noël Corbu, il y avait à Rennes une ville de trois mille âmes et une ceinture de remparts dont on retrouve encore des ruines. En cherchant le trésor, j'ai découvert des monnaies anciennes, des poteries, des armes et les squelettes qui équipent mon petit musée. Selon des historiens de Carcassonne, la genèse du trésor remonterait à février 1250. A cette date, la révolte des pastoureaux déclenchée dans le Nord de la France par le mystérieux "Maître de la Hongrie", battait son plein et la vague des serfs et des gueux déferlait vers le midi. Blanche de Castille, régente de France, vint à Rennes-le-Château - que l'on appelait alors Rhedae - pour y mettre à l'abri, dans la puissante citadelle, le trésor de la France que menaçaient à la fois les pastoureaux et les sourdes cabales de la noblesse. Notez, en passant, que la citadelle de Rhedae passait pour imprenable et se situait sur la route d'Espagne, où Blanche de Castille savait pouvoir trouver refuge en cas de danger. Elle fit déposer le trésor dans la salle souterraine du donjon. du moins, on le pense. Certes, on s'explique mal que le trésor soit demeuré intact si longtemps, surtout durant l'année 1251 au cours de laquelle saint Louis aurait eu tant besoin de subsides que ne pouvait lui envoyer sa mère.
Bref, M. Corbu pense que ce trésor constituait une réserve où l'on ne devait puiser qu'en cas de péril urgent. Blanche de Castille mourut en 1252 après avoir révélé le secret à saint Louis qui le confia à son fils Philippe le Hardi. Ce dernier mourut à Perpignan sans avoir eu le temps de dire à Philippe le Bel le secret de Rhedae. En 1645, on reconstruit Rhedae qui devient Rennes-le-Château ; l'antique forteresse, légèrement déplacée, s'érigeait à l'emplacement de l'actuelle propriété de M. Corbu.
C'est alors que commence la véritable histoire du trésor perdu et trouvé. Trouvé d'abord au XVIIe siècle par un berger du nom d'Ignace Paris, qui, ayant égaré une de ses brebis, l'entendit bêler au fond d'une crevasse où il descendit. Mais la brebis, apeurée par l'irruption du berger, s'enfuit par une galerie. Toujours à sa poursuite, Ignace Paris déboucha dans une crypte "remplie de squelettes et de coffres", les premiers effrayants, les seconds, au contraire, pleins d'attraits. Il remplit ses poches de pièces d'or, s'enfuit épouvanté après coup, et rentra chez lui. Sa subite fortune fut vite sue de tout le village, mais Ignace eut la maladresse de ne pas vouloir en révéler l'origine, et accusé de vol, il fut tué sans avoir pu divulguer le secret de la crypte.
Y eut-il éboulement à l'entrée du souterrain ? On ne sait, mais jusqu'en 1892 il ne fut plus question du trésor dont les parents du berger ne devaient pas connaître l'emplacement.
Un événement fortuit à cette époque, fit entrer en jeu le curé Béranger Saunière.
Il avait obtenu la cure de Rennes en 1885, et fut tout de suite adopté par la famille Denarnaud dont la fille Marie avait dix-huit ans et travaillait comme chapelière au bourg d'Espéraza.
Les Denarnaud, logés à l'étroit, ne tardèrent pas à venir habiter la cure. En 1892, le curé Béranger jouissait de l'estime certaine de ses paroissiens, tant par son zèle que par sa bonne humeur. C'est alors qu'il obtint un crédit municipal de deux mille quatre cents francs pour refaire le maître-autel wisigothique et la toiture de son église. le maçon Babon de Couiza se mit au travail et un matin, à neuf heures, il appela le curé pour lui montrer dans un des piliers de l'autel quatre ou cinq rouleaux de bois, creux et fermés à la cire.
- Je ne sais pas ce que c'est ! dit-il. le curé ouvrit l'un des rouleaux et extirpa un parchemin écrit, pense-t-on, en vieux français mêlé de latin, où l'on pouvait à première vue discerner des passages de l'Evangile.
- Bah, dit-il au maçon, ce sont de vieilles paperasses qui datent de la Révolution. Ça n'a aucune valeur. Babon à midi alla déjeuner à l'auberge, mais une pensée le tracassait, si bien qu'il en fit part autour de lui. le maire vint aux renseignements ; le curé lui montra un parchemin auquel le brave homme ne comprit goutte et l'affaire en resta là. Pas tout à fait cependant, car Béranger Saunière prit sur lui d'arrêter les travaux de l'église. Voici d'après M. Corbu ce qui dut se passer ensuite : le curé cherche à déchiffrer les documents ; il reconnaît les versets de l'Evangile et la signature de Blanche de Castille avec son sceau royal, mais la suite demeure un rébus. Il va donc à Paris en février 1892 consulter quelques linguistes à qui par prudence il ne donne ses documents que par fragments.
Je ne puis pas révéler les sources de mon information [c'est Noël Corbu qui parle] mais puis assurer qu'il s'agissait du trésor de la Couronne de France : dix-huit millions en cinq cent mille pièces d'or, des joyaux, des objets du culte, etc. le curé revient à Rennes sans connaître exactement le point de la cachette, mais avec des indications précieuses et suffisantes. Il cherche dans l'église. Rien ! Marie, pour sa part, est intriguée par une vieille dalle du cimetière portant une inscription bizarre ; c'est la pierre tombale de la comtesse Hautpoul-Blanchefort. Si le trésor était dessous ? le curé ferme à clef la porte du cimetière et, aidé de Marie, durant plusieurs jours, se livre à un mystérieux travail. Un soir, ils sont récompensés de leurs efforts et finissent par reconstituer le puzzle, dont les inscriptions de la pierre tombale leur avaient donné les premiers éléments. Dès cet instant, la situation de Marie Denarnaud change à la cure : elle devient la confidente, la collaboratrice.
Je crois savoir qu'il existe six entrées menant à la cachette, dont celle du donjon qui déjà en 1892 avait disparu.
Sur un des parchemins il y a des lignes comptées en toises qui partent du maître-autel. Marie et le curé mesurent avec des ficelles et trouvent un point terminal en un endroit qu'on appelle le "château", terrain vague maintenant ; ils creusent et trouvent le souterrain et la crypte au trésor où jadis le berger Paris avait abouti. Les pièces d'or, les bijoux, les vaisselles précieuses sont là, ternis par une épaisse couche de poussière, mais intacts.
Ils arrêtent un plan : le curé ira en Espagne, en Belgique en Suisse, en Allemagne changer les pièces, et il expédiera l'argent par la poste, à Couiza au nom de Marie Denarnaud.
C'est ce qu'ils firent non sans danger et difficulté pour rapatrier les capitaux.
Quoi qu'il en soit, en 1893, le curé Saunière est riche, très riche... Tellement, qu'à ses frais il commande toutes les réfections de la toiture et de l'église qu'il embellit de façon somptueuse. Il fait réparer le presbytère, construire le mur d'enceinte du cimetière, édifier un kiosque dans un splendide jardin à rocailles et à jets d'eau. de plus, il achète de beaux meubles, des robes de grand prix pour Marie ; il fait venir du rhum de la Jamaïque, des singes de l'Afrique, il engraisse ses canards de basse-cour avec des biscuits à la cuillère - pour qu'ils aient la chair plus fine, - élève des chiens d'agrément... Bref, c'est la grande vie à Rennes-le-Château où l'on tient table ouverte - et quelle table ! - pour toute la gentry des alentours.
Le curé achète des terrains, des maisons, mais au nom de Marie Denarnaud, et la jolie brunette aux yeux malicieux, à la taille fine, devient une véritable châtelaine. Quand il est en déplacement, le curé lui écrit : "Ma petite Marinette, que deviennent nos bêtes ? "Fais une caresse à Faust et à Pomponnet [les chiens], bonne santé aux lapins. Adieu Marie. Ton Béranger... "
A vrai dire, d'autres belles partagent aussi le coeur du milliardaire. On a avancé les noms d'Emma Calvé, de la belle comtesse de B. et de bien d'autres ! Car cette fortune subite a tourné la tête au prêtre et l'a fait sombrer dans la mégalomanie ; il rêve de construire un château ! Mais, prudent malgré tout, il a soin de détruire les indications qui l'ont mené à la crypte ; dans le cimetière, il gratte les inscriptions de la dalle funéraire de la comtesse, et met les parchemins dans la salle aux trésors.
Le maire vient lui faire des reproches au sujet de la tombe saccagée et des richesses dont il dispose, mais le curé rit de ses craintes, lui parle de l'héritage d'un oncle d'Amérique et lui donne cinq mille francs en or.
Le maire reviendra souvent à la charge... pour le même prix !
Mgr Billard, évêque de Carcassonne, s'inquiète lui aussi du comportement de son prêtre, mais là encore, avec de l'argent, de bons vins et de la bonne chère les difficultés sont aplanies. En 1897, Béranger Saunière fait commencer la construction de la villa Béthania, avec les remparts et la tour qui coûteront la bagatelle d'un million-or ; pour avoir des fleurs à belle année il fait édifier une serre sur le chemin de ronde. le successeur de Mgr Billard, Mgr de Beauséjour, vient jouer les trouble-fête : il demande des explications à Béranger, le convoque en Cour de Rome et finalement prononce contre lui l'interdiction.
Un nouveau curé est nommé à Rennes-le-Château, mais Saunière n'en a cure, et dans la chapelle de sa villa continue à dire sa messe qui rassemble d'ailleurs la quasi-totalité des paroissiens, si bien que le nouveau venu, écoeuré, prend le parti de ne plus faire le rude chemin Couiza-Rennes.
Béranger prépare aussi un nouveau plan d'embellissement : il veut surélever la tour, construire une route jusqu'à Couiza, acheter une auto, faire l'adduction d'eau dans tout le village ; son devis se monte à huit millions-or (en 1914) soit environ huit milliards de francs légers. Cet argent, le curé l'a en espèces. le 5 janvier 1917, il signe des bons de commande, mais une cirrhose du foie l'emporte le 22, avant qu'il ait pu donner corps à son projet. Marie, désolée, dispose le défunt sur la terrasse, assis dans un fauteuil recouvert d'une couverture à pompons rouges et tous les villageois viennent prier et emportent chacun un pompon comme relique du saint homme.
Marie Denarnaud est désormais seule maîtresse de Rennes-le-Château car tout a été mis à son nom, mais elle finit sa vie quasi cloîtrée, ne recevant plus de visites, et il est probable qu'elle ne revint jamais à la crypte au trésor.
Voilà ce que dit Noël Corbu, troisième personnage du roman et héritier de Marie Denarnaud. M. Corbu connut Marie à la fin de sa vie, de 1946 à 1953, tout à fait par hasard. Avec sa femme, il prit pension chez elle et sut lui inspirer confiance et amitié.
- Ne vous faites pas de mauvais sang, monsieur Corbu, lui dit-elle un jour. Vous aurez plus d'argent que vous ne pourrez en dépenser !
- D'où le sortirez-vous ? demanda Noël.
- Ah ça ... je le dirai quand je mourrai !
Le 18 janvier 1953, elle tomba malade, sombra dans l'inconscience et mourut en emportant son secret.
Voilà donc de nouveau le trésor de Blanche de Castille perdu et bien perdu cette fois, semble-t-il ! Mais en fait, rien ne prouve que ce trésor soit celui de la mère de Saint Louis. Certains avancent qu'il s'agirait du trésor d'Alaric dont la capitale était Rennes-le-Château ; d'autres, et c'est plus vraisemblable, penchent pour le trésor des Cathares en tenant compte du fait que Rennes était leur deuxième citadelle après Montségur.
Des documents découverts récemment éclairent l'aventure d'un jour nouveau : il s'agirait de plusieurs trésors et l'un d'eux serait le trésor des Templiers !.
***
Ne retenir de ce livre que la partie consacrée à RLC serait injustement réducteur. On y trouve en effet pas moins de 192 références, allant d'Arginy au trésor des….. Wisigoths. A lire en tout état de cause.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gill
  14 mai 2013
Ressuscitant un vieux rêve de gosse, le chercheur de trésor choisit de défier l'inconnu dans un monde qui semble, aujourd'hui, exploré et balisé dans toutes ses dimensions.
Il lui faudra choisir entre l'eldorado des planètes dans l'espace lointain ou la profondeur mystérieuse des cimetières marins, entre les mines d'émeraude et de rubis ou les caches de pièces d'or nichées dans les vieux murs, entre les souterrains et les forêts vierges impénétrables....
Les temps sont venus où l'aventure recommence et c'est Robert Charroux qui, en 1962 avec ce livre, nous la raconte.
Il est, à l'époque, le président du club international des chercheurs de trésors dont Henry de Monfreid fut président d'honneur..
Se jouant du temps et de l'espace, l'auteur de ce petit bouquin, paru dans la collection "l'aventure mystérieuse" aux éditions "J'ai lu", nous présente le premier "cacheur" qui fut un homme de la préhistoire. Son trésor se composait certainement de pointes de flèches, d'objets peints ou de pièces sculptées.
Puis vinrent les trésors mythiques survenus de l'antiquité, des templiers, du nouveau monde et des galions espagnols, des incas et des pirates....
Mais certains trésors, s'ils sont moins connus, du grand public sont tout aussi recherchés et leur histoire est toute aussi passionnante. Nous les piétinons à longueur de journée, et nos yeux caressent leurs caches sans en déceler, heureusement, le contenu !
Et c'est le récit palpitant d'une quête sans cesse renouvelée qu'entame Robert Charroux, nous embarquant avec lui pour de nombreuses destinations qui ne sont pas toujours si lointaines...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
musaraneus
  20 septembre 2020
Une quatrième bien alléchante : «Dans son livre de référence, Robert Charroux localise avec précision les 250 trésors terrestres et sous-marins les plus célèbres au monde, et nous raconte leur passionnante histoire. » Bon, en fait le livre n'en détaille qu'une petite vingtaine, quand à la précision de la localisation, elle reste malheureusement à l'état de promesse... (mais sinon il n'y aurait plus de plaisir à chercher, me direz-vous !)
Allez, sans rancune, j'enfile ma vareuse pour monter à bord du navire Charroux, parti sillonner les mers du globe à la recherche de richesses oubliées, porcelaines naufragées, butins enfouis et autres rapines de guerre.
En embarquant dans l'aventure je n'imaginais pas découvrir autant de morceaux d'histoire, et, sans être non plus un précis de géopolitique, ce texte raconte bien les conquistadors, pirates, combattants en fuite, d'autant que le ton assez désinvolte rend la lecture plutôt agréable.
A lire cependant avec prudence, en ce qui concerne la fiabilité des données historiques : il s'agit d'un texte de 1962, époque où l'occultisme, l'étude des Ovnis ou encore les remises en question archéologiques font fureur (La théorie des anciens astronautes notamment).
Et Robert Charroux, journaliste loin d'être considéré comme sérieux par ses pairs, est surtout connu pour ses hypothèses pseudo scientifiques proches de celles des adeptes de la théorie du complot...
Un livre qui en dit aussi long sur les trésors du monde que sur les lubies de l'époque, finalement !
Cependant j'ai pris un certain plaisir à découvrir ces légendes de fortunes perdues, cachettes secrètes et magots de pirates, protégés par des templiers, des dames blanches, les douves d'un château fort ou les courants mortels d'une exotique mer du sud.
De quoi rêver d'or et de pierreries, fantasmer sur la gloire d'une découverte et trembler face aux dangers qui guettent le chercheur de trésor qui sommeille en nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ChristianAttard
  08 février 2018
En ouvrant les livres de Robert Charroux, c'est en enfance que l'on replonge. Par le seul pouvoir du mot "trésor" s'ouvrent des coffres ruisselants de pierreries et de bijoux, des malles de doublons d'or, revivent Long John Silver, Barbe Noire, le capitaine Morgan, le capitaine Kid, les conquistadors... Les îles terribles et secrètes, les galions et les cartes parcheminées.
En remontant à la plus haute antiquité, Charroux oubliant qu'il se nommait plus prosaïquement Grugeau va tenter de recenser les plus mythiques trésors de ce monde. Fondateur en 1948 du Club international des chercheurs de trésors, il ne cessa de rêver un monde de mystères et de secrets engloutis. Ce fut là son premier livre, moins contestable que ceux qui suivront sur ces interprétations archéologiques.
C'était une époque bénie où vivaient encore ces poètes aventuriers, ces de Sède, ces Charroux, ces Bergier, ces Charpentier ; où paraissaient les petits livres rouges de "L'aventure mystérieuse" ou les noirs des "Enigmes de l'Univers" chez Laffont. Une époque où survivait encore ce fantastique para-scientifique tué par les pisse-froids de la zététique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Stephorak
  17 février 2019
L'oeil attiré par la belle couverture de ce livre, je me suis penché sur le titre, tout un programme. Une belle promesse pour un de mes sujets de prédilection.
La lecture n'est pas toujours intéressante. Parfois nous nous égarons dans la multitude de trésors évoqués. L'auteur prend tout de même la peine de prendre plus de temps sur certains d'entre eux. (Origine, type du trésors, circonstances de la disparition, lieux, époques).
Robert Charroux ne se livre pas uniquement à la description de certains trésors. Il nous donne aussi son avis sur le devenir de l'homme, de la science et des trésors. Son analyse est très datée. C'est un homme de son époque marqué par la crainte du péril atomique.
Au final j'ai été moyennement touché par ce livre. Promesses non tenues, mais à lire pour ceux que le sujet intéresse.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
gillgill   12 mai 2013
L'or, qui motiva la découverte d'un monde inconnu, illustra aussi l'histoire d'un roman pourpre, jaune et noir : celui des pirates, flibustiers, boucaniers, frères de la côte et corsaires, grands détrousseurs des routes océanes et bénéficiaires par raccroc des incalculables richesses américaines.
Certains de ces aventuriers étaient d'authentiques gentilshommes, des marins et des découvreurs de terres, entraînés par les événements politiques dans la guerre de la course.
D'autres recherchaient tout simplement un butin.
Plusieurs finirent leurs jours, riches, respectés ; quelques uns furent pendus au bout d'une vergue et ils s'y attendaient bien.....
(extrait du sixième chapitre, intitulé "Les pirates", du volume paru aux éditions "J'ai Lu" en 1962)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JacopoJacopo   09 novembre 2020
Il est incontestable qu’au fil des siècles, des millions de personnes ont caché leur fortune, grosse ou petite, et que nombre de cacheurs sont morts sans avoir pu récupérer leur bien ou divulguer le lieu de la cachette. Il est même arrivé que des collectivités entières aient été anéanties sans qu’un seul survivant demeurât, comme ce fut le cas des Vierges Rouges de Wlasta.
Commenter  J’apprécie          20
antonnantonn   22 juillet 2013
Pour les chercheurs de trésors, vivre c’est dire oui à l’aventure où miroitent entre autres fantasmes : les rubis, diamants, émeraudes, topazes, améthystes, joyaux ciselés, vaisselles chiffrées, bagues, bracelets et torques, ducats, louis et piastres ! Pour la joie de la découverte possible, l’amour du fantastique, pour l’intense émotion d’un instant… Vous le croirez difficilement, et pourtant, c’est la vérité profonde de chercheur de trésors : il a trouvé la fortune avant de découvrir la cachette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JacopoJacopo   09 novembre 2020
Le chercheur de trésor a choisi de défier l’inconnu, de deviner le miraculeux, de sonder la matière vierge, de s’excentrer dans l’épaisseur, mais il n’emprunte plus l’arsenal décevant des occultistes : la baguette divinatoire, l’incantation, la mandragore ; la science a mis à sa disposition des sorciers à transistors et l’électronique joue au lutin avec les vieux magots effarés.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : TrésorsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Concours : Gagnez la Bande dessinée La cellule Prométhée, Tome 1 : l'escouade 126

Quelle héroïne célèbre évoluait dans un Paris du début du 20 ème siècle peuplé de "monstres et d'êtres étranges" ?

Adèle blanc-sec
Bécassine
Laureline
Mélusine

10 questions
63 lecteurs ont répondu
Thèmes : ésotérisme , bande dessinée , paranormalCréer un quiz sur ce livre