AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2803670860
Éditeur : Le Lombard (15/06/2018)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Bernado je suis et serai à jamais, moine, guerrier et voleur de renom. Je chante Guillaume l'Hébreu, l'homme au nez crochu, prince de Narbonne, et chef de guerre sans égal. J'ai rencontré Corb-Nez en l'an de grâce 797. J'étais alors l'esclave de Youssef, wali de Cardona...

Guillaume l'Hébreu, dit Corb-Nez, était un vassal de Charlemagne. C'est à ce guerrier vainqueur de mille batailles que l'empereur confia la plus délicate des missions : lui ramener... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
tchouk-tchouk-nougat
  06 juillet 2018
Si je me suis laissé embarqué par le dessin de Civiello, j'ai été moins conquise par l'histoire. C'est celle de Guillaume l'hébreu, dit Corb-nez, fidèle guerrier de Charlemagne. Elle début en 797, Corb-nez assiège la ville de Carbonna tenue par les sarrasins afin de récupérer la belle et rebelle reine de Bourgogne : Witgar, certainement l'une des plus belles femmes franques.
Corb-nez est un personnage assez contracdictoire : un héros brutal et fort, capable de tuer d'un seul coup de poing, au corps musclé couvert de cicatrices mais doté d'un sens de l'honneur digne des romans courtois du moyen-age. Fidélité à son roi Charlemagne et amour courtois envers la belle Witgar qui n'est pas la sienne. Cela parait assez peu crédible dans une cour franque assez primaire et visiblement dévergondée...
J'ai trouvé dommage la façon dont été raconté le récit. On reste assez en dehors des événements et, malgré les 78 pages, ils semblent trop vite raconté et pas assez détaillé. C'est dommage car l'époque franque aurait du être un substrat plus riche. C'est finalement assez centré sur cette amourette platonique qui pourtant n'est pas non plus transcendante...
Par contre je suis toujours séduite par le style en peinture directe de Civiello. Il réalise de très belles planches malgré quelques erreurs de perspective. Et même si je trouve que ce style est vraiment délicat en bande dessinée car nécessite souvent de grandes cases pour s'épanouir pleinement et que sur des scènes d'action elles deviennent vite peu lisibles et figeant un peu trop le mouvement.
Et je me permet de soulever un point sur la dernière page, une grossière erreur ornithologique qui m'a fait rire ; depuis quand les martin-pêcheurs chassent-ils des rats!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Catilina38
  26 juin 2018
Pour leur première incursion dans la prestigieuse collection Signé, l'auteur américain Charyn et le peintre virtuose Civiello nous narrent la geste courtoise (et un peu barbare quand-même...) de Guillaume Corb-Nez ou Guillaume l'hébreu, compagnon de Charlemagne inspiré du personnage historique de Guillaume de Gellone.
La belle reine Witgar, épouse rebelle du duc de Bourgogne s'est enfuie chez le Wali de Cardona, à l'époque franque où Maures et basques parcouraient le sud de la France. L'empereur envoie Guillaume l'hébreu, féroce guerrier et fidèle compagnon d'arme pour récupérer la fuyarde et laver l'affront. Guillaume sera confronté tout au long de cette épopée à la contradiction entre sa fidélité envers Charlemagne et son amour pour la belle...
Étrange album que ce gros volume de presque cent pages aux cases spacieuses en peinture directe auxquelles nous a habitué l'auteur de la Graine de folie. La difficulté de la technique en peinture directe (Rosinski aussi a eu quelques albums compliqués...) c'est que fondamentalement elle ne se prête pas à la BD: le découpage BD nécessite une certaine finesse et du mouvement, ce qui est difficile avec la peinture (à la différence de la colorisation en peinture directe qui utilise le dessin classique et l'encrage). La qualité graphique indéniable de la technique (notamment sur les plans serrés de visages) nécessite un découpage visuel, des dialogues, des paysages, des albums contemplatifs...
Ainsi dans cette histoire nous profitons de planches très différentes, tantôt sublimes lorsqu'elles sont en plans larges ou très cadrées, parfois un peu brouillonnes lorsqu'il s'agit d'illustrer des séquences d'action et de batailles que le style de Civiello rend un peu figé. En revanche, dès les premières pages montrant le moine entamer son récit alors qu'il enlumine des manuscrits, l'on est subjugué par la qualité artistique des pages et par la suite les visages prennent un réalisme saisissant. le style est particulier et ne plaira pas à tout le monde. Mais si vous aimez la peinture et les ouvrages d'illustration cela devrait vous plaire.
Ce qui est le plus intéressant dans ce récit très original c'est la description d'une époque que l'on connaît mal. La figure de l'empereur à la barbe fleurie se mélange aux moeurs frustes que l'on imagine de l'époque, l'amour courtois se mêle aux pulsions les plus primales et les moines du grand Suzerain sont autant des propagateurs de la foi et de la culture que des seigneurs de guerre. le scénario parvient à allier subtilement cette vision romantique et réaliste de cette renaissance de l'Occident après la chute de l'Empire romain. Comme souvent dans ce genre de récit, les moins à l'aise en histoire seront peut-être égarés dans cette époque, mais ils pourront se raccrocher à l'histoire d'amour et cette figure héroïque en diable que celle de Corb-nez.
Le personnage, agencement de plusieurs figures plus ou moins historiques (on pense au Cide ou à Montecritso) est visuellement réussi avec sa figure en nez d'aigle, ses cheveux sauvages et ses cicatrices. La scène de combat dans la prairie est à ce titre très réussie en ce qu'elle illustre la rage et la puissance brute des corps nus en contraste avec l'apparat des tuniques du duc de Bourgogne ou du Sarrazin assiégé. La brutalité physique de Corb-Nez contraste avec sa pureté morale lorsqu'il se brouille avec la belle reine qui lui laisse entendre qu'il n'a pas l'obligation d'obéir à l'empereur. La réalité des relations féodales bouleverseront cette relation et l'approche du chevalier.
Une drôle d'atmosphère flotte sur cette BD sur laquelle il est compliqué de fixer le propos. Est-ce une hagiographie d'un semi-héros? Une chronique historique? Une farce vulgaire ou encore une épopée médiévale? le projet général me rappelle l'extraordinaire album le chevalier à la licorne qui racontait la quête sans fin d'un chevalier revenu d'entre les morts et à la limite de la folie, pris entre la réalité brutale de son époque et ses valeurs chevaleresques... le mélange d'histoire et de fiction participent sans doute à cela et à faire de Corb-Nez un album à part qui a toute sa place dans cette belle collection.
Lien : https://etagereimaginaire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (3)
BoDoi   07 août 2018
Fort de ces planches impressionnantes et de cette ambiance totale, on accepte les élans chevaleresques – littéralement – et les grands sentiments, les envolées quasi lyriques et les outrances. Car la période y est propice et les auteurs ont su en extraire la moëlle pour leur épopée grandiloquente. Chapeau.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Auracan   27 juillet 2018
Cette partition graphique fait parfois flirter certaines ambiances du récit avec le fantastique, ce qui, précisons-le, ne le dessert en aucune façon. Un album qui trouve aisément sa place dans la belle collection Signé !
Lire la critique sur le site : Auracan
BDGest   23 juillet 2018
Les puristes de l'Histoire crieront à l'imposture et monteront aux créneaux, mais les amateurs d'épopée de héros dans la tradition la plus pure, d'aventure virevoltante et passionnée mettront genoux à terre, conquis.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   06 juillet 2018
Je suis guerrier, moine et voleur hors pair. J'ai sillonné les eaux de l'Afrique sur un bateau pirate. J'ai égorgé des voleurs pendant leur sommeil. je suis un homme de lettres et il n'y a pas un livre dans toute la chrétienté ou le royaume des Francs qui n'ait été dessiné par mes pinceaux ou ma plume, ou qui n'arbore mes dorures.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Jerome Charyn (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jerome Charyn

CHRONIQUE LITTÉRAIRE - Février 2015 - Anne Michel
Bronx Amer en treize nouvelles, un voyage au pays du Bronx, le lieu qui hante Jerome Charyn.
autres livres classés : charlemagneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Tu charries, Charyn !

Mon pote Daniel Pennac dirait qu'il a le cul bordé de nouilles, moi je préfère dire que j'ai le cul............?...................

Rouge
Bleu
Vert
Blanc
Noir

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Jerome CharynCréer un quiz sur ce livre