AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Daniel Mauroc (Traducteur)
ISBN : 2070401596
Éditeur : Gallimard (24/10/1996)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 29 notes)
Résumé :
« Il y avait une fois un vieil homme avec un ver dans le ventre. Le ver aimait grignoter. Le vieil homme devait s'empoigner, comme s'il voulait s'arracher les entrailles. [...] Le café était mauvais pour son ver, dont les mille petites pinces s'accrochaient aux intestins du vieil homme qui chancelait sur le trottoir en bredouillant "Merde, putain, Dieu", ou toutes les insanités qui lui passaient par la tête. Il évitait le café pendant cinq ou six jours. Puis ne pouv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
BVIALLET
  27 octobre 2012
Dans le Bronx, Isaac Sidel, dit « le brave » est le premier adjoint de Tiger John, vieux commissaire revenu de tout qui ne reste en place que par la grâce du maire de New York, Sammy Dunne. Dans ce quartier particulièrement chaud, flics ripoux, maquereaux et prostituées prolifèrent. La corruption est telle que tout le monde en croque et que les alliances les plus incroyables se nouent. Un certain Dermott Bride, un irlandais brun de poil et de peau, semble tirer les ficelles et tenir la place de parrain des parrains. Il est d'ailleurs surnommé « le Roi », est quasi invisible et ne se salit jamais les mains. Après le démantèlement du gang des Guzman où il a chopé un ver qui lui dévore les entrailles, Sidel se terre dans un hôtel minable, déguisé en clochard pour mieux surprendre les malfrats. Ainsi rencontre-t-il Annie Powell, un belle fille aux yeux verts dont la joue a été balafrée au couteau et marquée d'un gros « D ». Sidel veut savoir qui lui a fait cela et qui dirige tous les réseaux de prostitution. Son enquête le mènera jusqu'au fin fond de l'Irlande...
Un roman policier pas vraiment classique dans le sens où il est plutôt basé sur l'ambiance d'un quartier et la description d'une faune très particulière constituée de personnages totalement improbables. Aux limites du roman noir, ce livre est foisonnant, paradoxal et tonitruant. Juif lui-même, Isaac se sent presque irlandais, tant il baigne dans ce milieu très particulier avec ses vieux flics en retraite méchants, tordus et sadiques, ses filles publiques à moitié et parfois complètement folles et ses luttes de pouvoir autant pour garder la mairie de New-York que le trône de Roi de la pègre. On cherchera en vain un héros positif ou simplement un honnête homme dans ce grand ramassis de tarés, de profiteurs et d'arrivistes. L'intrigue est fort mince et semble parfois partir dans tous les sens. La lecture de cette histoire plutôt longuette reste un peu laborieuse. Charyn a voulu pratiquer toutes sortes d'allusions et de rapprochements avec le célèbre et peu lisible « Ulysse » de James Joyce, ce qui n'a malheureusement pas fluidifié son style. Au total, pas le meilleur ouvrage de ce prolifique auteur.

Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Godefroid
  22 novembre 2015
Isaac Sidel 4 : le vers et le solitaire (Isaac le mystérieux) (1978) - Toujours encombré de son vers solitaire, Isaac Sidel s'est déguisé en clochard pour mieux approcher les macs et les putes (de plus en plus jeunes) qui prolifèrent à New York. Tous les hauts flics (des irlandais) semblent étrangement complaisants avec ce commerce en pleine expansion : le haut commissaire dit "le tigre", un redoutable inspecteur principal, et le maire lui-même. Seul le tout puissant procureur spécial Mangen semble déterminé à remuer toute la merde. Une splendide prostituée marquée à la joue mettra Isaac sur la trace du chaînon manquant, l'ex-petite frappe Dermott Bride dit "le Roi". Deux escapades en Irlande seront nécessaires pour faire le ménage à fond. Ajoutons qu'Isaac tombe amoureux et se prépare une descendance clandestine… un 4ème tome aussi captivant que le précédent.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
BVIALLETBVIALLET   27 octobre 2012
Le mac prenait un portemanteau, le tordait pour lui donner la forme d'une initiale, le chauffait à la flamme d'un réchaud et le collait sur la figure de sa femme. Dermott se servait d'un canif.
C'était un vieux rite du Bronx, remontant à bien avant la bande des Diables. Les filles pouvaient être les plus belles et les plus coriaces du monde, elles n'avaient aucune indépendance. Elles étaient votre propriété, comme un pic à glace ou un pigeon domestique. Et quand une fille vous « blessait », quand elle provoquait votre jalousie, quand elle vous faisait honte aux yeux de la bande, vous preniez votre couteau pour lui montrer et montrer à tous les limites de la propriété et de l'indépendance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BVIALLETBVIALLET   27 octobre 2012
Et puis quoi, zut ? Pourquoi ne se laisserait-il pas peloter près d'un flic endormi ? Il avait eu tellement de déceptions depuis quelques jours. Sa Jenny aux yeux verts avait un enfant de lui, mais sans lui. On avait dérouillé à mort O'Toole. Des putains impubères envahissaient son hôtel. Rebecca Karp avait fait de la lèche au maire et obtenu un bail pour la baraque d'Isaac. Annie Powell s'enfermait avec trois sorcières irlandaises dans un château fort de carton et ne le saluait même plus. Mangen l'emmerdait avec ses histoires sur le Tigre. Elles n'avaient aucun sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BVIALLETBVIALLET   27 octobre 2012
Ca puait le Démocrate : tous ces juges, ces avocats, ces putains de luxe, tous ces hommes et toutes ces femmes que Dermott avait couverts de son sale fric. Il avait acheté le petit maire et le chef de la police. Dieu lui en était témoin, la moitié de la ville vivait de ses libéralités. Manhattan s'effondrerait, sans les filles de l'Allée Réservée. Le Roi prélevait sa dîme sur ces filles, qui pouvaient ainsi entretenir toute cette putain d'île. L'équilibre économique de New-York dépendait de ces prostituées et de ce qu'on pouvait gagner sur leur dos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jerome Charyn (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jerome Charyn

CHRONIQUE LITTÉRAIRE - Février 2015 - Anne Michel
Bronx Amer en treize nouvelles, un voyage au pays du Bronx, le lieu qui hante Jerome Charyn.
autres livres classés : satire politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tu charries, Charyn !

Mon pote Daniel Pennac dirait qu'il a le cul bordé de nouilles, moi je préfère dire que j'ai le cul............?...................

Rouge
Bleu
Vert
Blanc
Noir

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Jerome CharynCréer un quiz sur ce livre