AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

François Boucq (Illustrateur)
ISBN : 2203338067
Éditeur : Casterman (04/05/1993)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Surdoué de la manipulation et de l’illusion, Edmond est un magicien séduisant. Si séduisant qu’à quelques années de distance, il envoûte la jeune Rita et sa mère, Wednesday, entraînant l’une et l’autre sur les scènes de music- hall du monde entier. À la mort de sa mère, Rita s’efforce de fuir l’emprise d’Edmond ; devenu son époux, celui-ci s’ingénie en effet à jouer avec les fantômes intimes et dangereux tapis au plus profond d’elle-même.

Mais on ne c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  22 mars 2014
Un grand merci à Babelio et aux éditions le Lombard Signé...
1956, Saratoga Springs. La jeune Rita vit dans un château en compagnie de sa maman et d'Edmond, le propriétaire des lieux et grand magicien. Elle a une imagination débordante, se raconte des histoires et parle aux animaux. Malgré leur grande différence d'âge et le fait qu'Edmond entretienne une liaison avec sa maman, il lui a promis qu'elle deviendrait un jour sa femme.
1960, Moscou. Edmond, en compagnie de son assistante et de Rita, parcourt le monde en faisant ses tours de magie, tous aussi spectaculaires. Rita commence alors à monter sur scène, vole la vedette du spectacle à sa maman qui devient alors une simple maquilleuse.
1967, Munich. le mariage de Rita et d'Edmond est célébré. Les tournées s'enchaînent. Tout bascule le jour où sa maman décède, elle accuse alors froidement son mari d'en être responsable et s'enfuit, croyant pouvoir échapper aux griffes de ce dernier...
Entre rêve et réalité, illusion et imagination, l'on ressort de cette lecture un peu déboussolé, en proie à quelques doutes et pas mal d'interrogations. Ça part un peu dans tous les sens, à se demander ce que ce bon vieux d'Hercule Poirot (pas le vrai, évidemment!) vient faire ici... Une mort suspecte, des meurtres étranges, un château qui sort de la mer, un loup-garou, des animaux qui parlent... tout ça sous la cape du magicien! Avec ce scénario alambiqué, abscons et singulier, Charyn nous emmène à travers le monde en compagnie de Rita mais pour moi, le voyage fut fastidieux. le dessin ne m'a pas convaincue non plus: un trait maladroit, des visages déformés et inexpressifs et des couleurs trop vives. Faut-il croire que cet album primé à Angoulême en 1986 aurait mal vieilli?
La femme du magicien... elle peut retourner dans sa boîte...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          443
Crossroads
  17 mars 2014
Houlà, houlà, mais ça sent le Boucq par ici !
Un Boucq qui pourrait bien vous rendre chèvre vue la complexité du scénario...
Que faisiez-vous en 86 ?
Perso, je m'en souviens comme si c'était il y a 28 ans.
Permis de conduire avorté haut la main pour la 5e fois puis, dans la foulée, une fantastique moyenne au bachot de 7,3 méritoirement décrochée à force de courage et d'abnégation. Il est vrai que j'ai un peu déchanté en apprenant que c'était sur 20 ce qui ne m'a pas empêché de faire l'admiration de tous ceux s'étant gaufré bien plus que moi. Ils étaient un...
Boucq ( dessin ) et Charyn ( scénario ) obtenaient, eux, l'Alfred du meilleur album au festival d'Angoulême, rien que ça.
Un trio amoureux aux antipodes de Jules et Jim.
Edmond est un jeune magicien prometteur. Mme Wednesday, boniche en chef de la maisonnée, et sa toute jeune fille Rita, tombées sous le charme de ce Garcimore Yaountlouc prédestiné, acceptent de parcourir le monde en devenant ses assistantes attitrées. le fait que toutes deux éprouvent un p'tit béguin pour ce dernier n'est pas étranger à l'affaire, on va pas se mentir. Seulement voilà, un artiste manipulateur et narquois, deux femmes totalement sous sa coupe mais néanmoins très proches, gaffe Edmond, mur droit devant !
Infime partie de ce que recèle cet album bientôt presque trentenaire, Boucq et Charyn font la part belle à un imaginaire débridé qui pourrait bien en déconcerter plus d'un. Véritable expérience fantasmagorique, cette histoire s'essaye à tous les genres avec brio pour peu que l'on adhère au postulat de départ, celui de se laisser embarquer sans a priori au fil des divagations imagées de ces deux talentueux cuistots mixant allègrement ésotérisme et réalité au point de s'y perdre.
Coup de crayon, encrage, trame, aucune fausse note à l'horizon. le tout se tient magistralement en donnant ce sentiment final prédominant d'avoir été le témoin privilégié d'une expérimentation à bulles aussi rare qu'intense !
Magie-stral !
Un grand merci à Babélio et aux éditions le Lombard Signé pour cette redécouverte. A noter qu'aucun petit lapin blanc n'a été maltraité durant la réalisation de cet album...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          412
cicou45
  09 mars 2014
Ouvrage une fois encore reçu dans le cadre du vingtième anniversaire de la collection "Signé", je commence cette critique par remercier les éditions le Lombard ainsi que Babelio qui m'ont permis de découvrir cette superbe collection que je ne connaissais pas.
Ici, le scénariste, Jérôme Charyn nous emmène au coeur de l'étrange : celui de la magie. Edmond est un prestidigitateur hors du commun. L'histoire débute en 1956 dans une très belle villa à Saratoga Springs où Edmond a élu domicile (on ne sait d'ailleurs pas quel rôle il tient exactement dans cette dernière) avec la jeune Rita et la mère de cette dernière, Madame Wednesday, qui n'est autre que l'assistante d'Edmond pour ses remarquables tours de magie. L'auteur fait voyager le lecteur dans de nombreux pays du monde (dans lesquels Edmond et sa fidèle assistante se donnent en spectacle) pour revenir au point de départ, mais en 1973.
Que s'est-il passé au cours de ces dix-sept années ? Beaucoup de choses étranges, je vous l'accorde (d'ailleurs, comment en aurait-il pu être autrement dès lors que la magie entre en scène ?) mais cependant, cela va beaucoup plus loin. Cette bande-dessinée, admirablement illustrée par François Boucq, frôle par moments l'enquête policière avec l'intervention de l'inspecteur Velvet Verbone (qui m'a étrangement fait penser au personnage d'Hercule Poirot) qui enquête cette fois-ci, pour d'abominables crimes commis dans Central Park.
Quel est le lien entre tous ces éléments ? Ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus. J'espère seulement avoir légèrement éveillé votre curiosité pour vous avoir donné l'envie de découvrir quel est le fil conducteur de toute cette histoire.
Une lecture déstabilisante par moments mais au cours de laquelle, le lecteur n'a pas le temps de s'ennuyer...bien au contraire. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
ElGatoMalo
  29 mars 2014
Des jockeys courts sur pattes montés sur des chevaux aux jambes démesurément longues - clin d'oeil aux animaux de la Tentation de Saint-Antoine de Salvador Dali ? On peut se demander ce que viennent faire ces nabots déformés jusqu'à la caricature à cet endroit là : première page ; Saratoga Spring. État de New-york. 1956. Un petit détour par le Wikipédia anglais plus disert que le français sur cette ville. On y apprend qu'il s'y déroule une course célèbre depuis 1863, il s'agit du "oldest continuously-operating sporting event of any kind in the United States" : le plus ancien de tous les événements sportifs des États-Unis encore en activité et cela sans interruption. Clin d'oeil - encore ? - aux Diamands Sont Éternels de Ian Flemming (sorti en 1956, coïncidence de nouveau ou une référence à un permis de tuer combiné aux flash d'un miroir aux alouettes) ? Une gamine qui ne s'appelle pas Alice mais avec un lapin blanc dans les bras vient offrir un verre d'eau au seul personnage qui a pris un coup de chaud, un des cavaliers déformés qui passaient devant chez elle - et nous offre ainsi le contraste simultané des extrémités de la vie : la très jeune fille et le très vieux monsieur dont les rides doivent symboliser l'âge de la course. Il lâche une phrase prophétique : "Tu feras des ravages plus tard". Sur le moment, on n'est pas sensé - on ne peut vraiment pas - savoir que c'est à prendre au premier degré. le lapin se dédouble, court dans les jambes de la fillette. La maman de la jeune Rita fait la cuisine. Il est question d'une "foutue Dolorès" qui doit être retrouvée par le jockey de carnaval. Encore une prophétie. Plus détournée. Parce que ça va effectivement faire mal. Un mal de chien. de loup-garou même. Mais là aussi on ne sait pas encore que c'est une annonce faite à sainte Rita par un drôle d'ange tout ratatiné. Et on passe enfin à la page quatre où une vieille dame au visage plus fripée encore radote dans son jardin, pestant contre son fils et son père de mari qui répare le toit avec un point de vue sur le Grand Canyon.
C'est en quelques pages une accumulation de situations, d'images, de couleurs, de lieux, dedans/dehors, de personnages qui motivent les points de vue et les arrières-plans - sensations de vertige et de liberté certainement pour le papa sur son toit qui doit se souvenir des sensations éprouvées en visitant ce site célèbrissime. Très complexe. On s'y perd ; ça bouge dans tous les sens mais on se rapproche du personnage du magicien qui apparaît à la sixième page. Enfin. On aura eu entre temps l'occasion d'aller faire un tour dans le cagibi, sous l'escalier, et y discuter avec les animaux qui s'y trouvent pour tacher de savoir si le cheval qui est là - sous l'escalier, bizarre, non ? - n'est pas la Dolorès de tout-à-l'heure. Et il est vrai qu'un moment, on aurait pu penser que Dolores était le nom de la jument du jockey dont il ne sera plus question jusqu'à la page 68 où on le retrouve dans un bus.
Pour la seconde fois, le livre me glisse des mains. Je suis vraiment désarçonné par ces collages, ces ripages, ces courts-jus, ces raccourcis, ces sauts du coq à l'âne, entre les clichés, les images d'une Amérique que je ne connais vraiment pas. Est-ce une improvisation ? Une sorte de morceau de jazz visuel et narratif ? Une construction d'ambiance ? Mais voilà, si je comprends que l'histoire avance dans le temps, l'espace, lui se désagrège, se transforme, change trop souvent d'apparence - il zappe - trop vite pour que mon attention s'adapte. Trop déstabilisant. Je ne suis plus. Je laisse tomber. Il paraît qu'on a récompensé l'album d'un Alfred. C'est vrai qu'il est joliment fait avec ces chapitres introduits par des doubles pages opposant le décor monochrome terne et fadasse d'une triste réalité de carton pâte aux fantasmes colorés des rêves qu'ils encadrent. Peut-être est-ce un poème libre en bande dessinée ? Ou un essai de création à la manière de l'Oubapo mais les règles de construction m'échappent. En fin de compte, l'atomisation des significations et leur reconstruction en kaléidoscope me soule un peu. le jeu de la narration suppose qu'on accepte de faire 'comme si', comme si c'était vrai. C'est un contrat entre celui qui raconte et celui qui écoute. Mais quand on ajoute trop de 'comme si' et à force de mélanger le vrai et le faux, on brouille tout et on perd le fil de la lisibilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
manU17
  05 avril 2014
Un lien étrange les unit. Sans elle, il n'est rien. Sans lui, elle est n'est plus vraiment elle-même. Mais qui est-elle vraiment La Femme du magicien ?
Il l'a connu enfant, fille de la domestique de la demeure familiale, un étrange manoir victorien, où de drôles de choses se passent. Il a d'abord séduit la mère. Pour avoir la fille ? Il a eu la fille, en a fait sa muse, son assistante, sa femme. La mère, usée, flétrie, détruite, endosse finalement le rôle d'habilleuse de ce bien étrange trio, rôle qui lui permet de rester auprès des deux personnes qu'elle aime le plus au monde. Un monde que la magie leur fait parcourir. Jusqu'au jour où un drame va tout changer…
François Boucq au dessin et Jérôme Charyn au scénario nous livrent une histoire sombre, désenchantée, faite de magie, de surnaturel, mais aussi d'humiliations et de meurtres où la noirceur des sentiments semble parfois encore plus terrible que la violence des actes.
De Saratoga Spring aux contre-allées mal famées de Central Park, en passant par Moscou, Londres et Munich, entre rêve, réalité ou fantasmes, c'est désormais à votre tour de chercher à démêler le faux du vrai…

"Vous savez bien que les gens ne sont pas semblables à l'image qu'ils donnent d'eux... Beaucoup ignorent tout de leur propre mystère."

Un grand merci à Babelio et aux Éditions le Lombard pour cette étonnante découverte reçue dans le cadre du Club des Chroniqueurs Signé.

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300

critiques presse (1)
Sceneario   08 janvier 2014
La force des images cruelles et captivantes impriment durablement les sentiments acérés du scénario dans l’imaginaire du lecteur.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
manU17manU17   06 avril 2014
- Et puis, il y a eu cette mine, et tout a éclaté, un bruit terrible !... Je la tenais par la main... On s'est pas lâchés... Il y avait du sang partout... Ils m'ont mis ça à la place ! On dit souvent que les membres coupés continuent de vivre. On les sent comme s'ils étaient toujours là... Des fois, je sens encore nos deux mains l'une dans l'autre qui se serrent.
Commenter  J’apprécie          150
CrossroadsCrossroads   14 mars 2014
- Pourquoi veux-tu toujours me faire peur, Edmond?
- Mais parce que je t'aime, Missy. Et c'est comme ça qu'un magicien fait la cour à sa future femme.
Commenter  J’apprécie          240
cicou45cicou45   09 mars 2014
"Vous savez bien que les gens ne sont pas semblables à l'image qu'ils donnent d'eux...Beaucoup ignorent tout de leur propre mystère."
Commenter  J’apprécie          240
MarquePageMarquePage   18 avril 2014
A trop fréquenter les scorpions, on finit par se faire piquer...
... C'est un proverbe chinois de mon invention !
Commenter  J’apprécie          40
MissGMissG   23 mars 2014
Il faudra pourtant que tu le retrouves, tu le sais. Il est nuisible mais tu dois l'aimer. Sans lui, tu n'es rien.
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Jerome Charyn (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jerome Charyn

CHRONIQUE LITTÉRAIRE - Février 2015 - Anne Michel
Bronx Amer en treize nouvelles, un voyage au pays du Bronx, le lieu qui hante Jerome Charyn.
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tu charries, Charyn !

Mon pote Daniel Pennac dirait qu'il a le cul bordé de nouilles, moi je préfère dire que j'ai le cul............?...................

Rouge
Bleu
Vert
Blanc
Noir

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Jerome CharynCréer un quiz sur ce livre
.. ..