AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Reboul (Préfacier, etc.)
EAN : 9782080700254
Éditeur : Flammarion (26/03/2002)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 164 notes)
Résumé :
Sur les bords du Mississippi, la vie du jeune Chactas commence mal. Sa tribu vaincue, son village détruit, son père mort, ce jeune Indien intrépide, après un rapide passage par la ville, a été fait prisonnier par ses ennemis héréditaires. Promis à une mort atroce, ses derniers jours sont pourtant illuminés par la présence d'Atala, la fille du grand chef. Cet amour lui rendra peut-être la vie. Les deux jeunes gens pourront-ils s'enfuir et échapper à leur destin ? Sur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
JacobBenayoune
  09 février 2014
Chateaubriand a donné ici un exemple parfait du romantisme français avec ces deux courts récits. Tous les traits du romantisme s'y trouvent ici illustrés en toute beauté.
Dans Atala, Chateaubriand voulait concilier la religion et le « bon sauvage », la société et la nature, mais aussi montrer la beauté du christianisme (on sait que les deux récits ont une relation étroite avec son ouvrage le Génie du christianisme). Or, pour ce faire, il a choisi le recours au récit et aux sentiments pour toucher ses lecteurs, ainsi qu'à une prose poétique où l'on trouve de belles descriptions subjectives de cette nature sauvage près du Mississipi. L'intrigue même, avec ce choix du dramatique voire tragique (certains y voient même la forme d'une tragédie surtout pour Atala) est un mélange de grandeur et de pathétique avec ce religieux qui se sacrifie pour sauver les autres et cette fille dévouée et vertueuse. Pour René, il s'agit surtout de décrire (toujours très subjectivement) ce fameux mal du siècle et d'essayer de présenter une solution religieuse à ces effets des passions. Ainsi le livre s'inscrit dans une lignée de livre à tendance autobiographique ayant pour but d'analyser et diagnostiquer la vague des passions.
J'ai eu le bonheur de faire cette lecture agréable à la même période que d'autres livres issus du romantisme français (Stello, Hernani, Adolphe…).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
AMR_La_Pirate
  18 mai 2020
Il m'arrive de me replonger avec un immense plaisir dans d'anciennes lectures et de retrouver les notes prises il y a longtemps… Je redécouvre Chateaubriand, considéré comme l'un des précurseurs du romantisme… L'occasion de relire Atala et René.
À l'origine, Atala et René sont les héros d'une saga indienne que Chateaubriand a écrite au retour de son voyage en Amérique, pendant son exil en Angleterre, dans les années 1793-1800. Il voulait raconter la fin de la tribu des Natchez en prenant le contre-pied de l'Amérique vue comme nouveau monde et insister sur les violences subies par les populations autochtones.
Puis, de retour en France, l'auteur a mis de côté l'histoire des Natchez pour se consacrer au Génie du Christianisme ; ainsi, il a récupèré certains épisodes, dont René et Atala, pour les intégrer à cette composition d'envergure avant de se rendre compte que cela ne convenait pas avec le postulat général…
Atala avait un côté très exotique, un peu à la manière de Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre, paru en 1789.
Pour René, l'auteur s'est interrogé sur le bien-fondé de la présence d'un tel récit, qui fait le portrait d'un incurable mélancolique, dans une oeuvre censée rappeler les mérites de la religion chrétienne : en quoi le cas de René, que rien ne peut guérir de son ennui, pouvait-il aider à la conversion ? Chateaubriand, conscient de cette difficulté, a érigé René en contre-exemple et l'a sorti du cadre du Génie du Christianisme pour le publier à part, le plus souvent associé à Atala.
Chateaubriand a beaucoup insisté dans son oeuvre sur l'affinité de la sensibilité chrétienne et de l'état mélancolique.
Avec Atala, publié en 1801, Chateaubriand voulait démontrer comment la religion est « la première législatrice des hommes » et illustrer les combats de la passion dans un coeur simple.
Au moment de la publication de René, en 1802, cette analyse était assez novatrice mais déjà partagé par bon nombre d'écrivains dits romantiques, profondément marqués par le discours chrétien sur la finitude de la vie, sur les faiblesses de la nature humaine et par les représentations chrétiennes d'un bonheur inaccessible ici-bas, qui pourrait seul combler les désirs du coeur humain.
ATALA :
Ce texte a d'abord été publié sous le titre « Atala ou les amours de deux sauvages dans le désert ». Cette histoire d'amour entre deux « primitifs » a conquis le public de l'époque, par un réel effet de dépaysement.
Il s'agit du récit que fait Chactas, un vieil indien aveugle, à René, un jeune homme venu en Amérique pour échapper à ses propres malheurs. Il lui raconte comment, fait prisonnier par une tribu ennemi, il a été délivré par la fille du chef et comment il s'est enfui avec elle, avec la promesse d'une belle idylle au sein d'une nature accueillante.
Chateaubriand ne met pas réellement en scène des sauvages car ses personnages ont connu la civilisation ; Chactas est allé en Europe, Atala est chrétienne… de plus, extraordinaire coïncidence, elle est en réalité la fille du vieil espagnol qui fut le bienfaiteur de son amant. Malgré tout, ils évoluent dans la proximité de la pleine nature, grandiose et luxuriante, dans la région du Mississipi ; Chateaubriand n'est jamais allé aussi loin au cours de son propre voyage, mais il dépeint les lieux, la faune et la flore en s'inspirant de récits d'explorateurs. Il en fait un endroit enchanteur, aux paysages magnifiques plus à la manière d'un artiste que d'un voyageur ; ses ambiances extérieures vont au-delà du simple décor car elles sont conçues comme de véritables tableaux, en adéquation parfaite avec les sentiments et ressentis des personnages.
L'idylle païenne entre Chactas et Atala est cependant de courte durée car l'attitude de la jeune fille devient de plus en plus incompréhensible pour son compagnon, tant elle est partagée entre son désir de vivre heureuse avec lui et la terreur de manquer à un serment, ancien et secret, fait à sa mère de demeurer vierge. Après un terrible orage, ils sont recueillis par un missionnaire, le Père Aubry. Chactas veut épouser Atala, mais la jeune fille, ignorant qu'elle pourrait être relevée de ses voeux par un évêque, renonce à la vie et à son amour en avalant un breuvage empoisonné ; le père Aubry n'a que le temps de recevoir sa confession et son dernier soupir.
L'écriture est très poétique ; ainsi, la description des transes, des alternatives de crainte, d'espoir, de remords qui tourmentent les fugitifs et celle de la messe dite en plein air par le père Aubry et son sermon sur le néant des passions et la bonté de la providence sont particulièrement lyriques.
Avec Atala, Chateaubriand a voulu démontrer les dangers de l'enthousiasme et de l'ignorance en matière de religion. Il a donné beaucoup d'importance aux derniers moments d'Atala et à ses funérailles, vus au travers du prisme du regard de Chactas ; il en trouve les rites mystérieux et magiques à la fois, entre merveilleux et surnaturel.
Je gardais de cette très ancienne lecture un souvenir à la fois poétique et terriblement triste. J'avoue l'avoir relu avec une posture beaucoup plus esthétisée qui a sans doute nui à l'émotion.
RENÉ :
Ce court récit est à la fois l'analyse d'une crise de la puberté, des troubles de l'adolescence provoqués par l'énergie d'un désir amoureux qui est encore privé d'objet, et une remise en cause des effets du savoir, avec les progrès de l'enseignement et la diffusion des livres qui engendre des générations blasées, sans illusions, déçues avant d'avoir vécu. L'état de mélancolie naît de ce contraste, de ce heurt, entre « un coeur plein » et un « monde vide ».
Le résumé de la vie de René qui ouvre le récit renvoie à l'histoire racontée dans Les Natchez avec quelques petits ajustements concernant son mariage avec l'indienne Celuta. René vit comme un sauvage parmi les sauvages, comme un misanthrope parmi les primitifs, ne fréquentant que l'indien Chactas, sorte de père adoptif, et le père Souel, un missionnaire, deux vieillards qui veillent sur lui sans connaître les raisons de son exil dans les déserts de la Louisiane.
À l'arrivée d'une lettre annonçant la mort de sa soeur, pressé de leur ouvrir son coeur, René accepte de leur confesser « les sentiments secrets de son âme », prenant la parole à la première personne dans un discours chargé émotionnellement, entrecoupé de larmes. Aucun recul dans ce récit, aucun humour, aucune autodérision : c'est vraiment d'essence mélancolique et mortifère, un deuil sans résilience ; ici, la parole ne libère pas, elle entretient la souffrance, se fait complaisante.
René a montré très tôt une inclination à la mélancolie. Orphelin de mère, il est proche de sa soeur, Amélie. A la mort de leur père, les deux enfants envisagent la vie monastique, puis y renoncent ; René choisit de tromper son mal être en voyageant. de retour en France, René découvre une société changée où règnent la corruption et l'impiété. Sa soeur affiche une attitude pleine de défiance et semble le fuir. de plus en plus solitaire, proche de la démence, il songe au suicide mais Amélie parvient à le détourner de ses funestes projets. Puis, la jeune femme disparaît, vraiment résolue à prendre le voile ; lors de la prononciation de ses voeux, René comprend qu'elle a eu pour lui une passion coupable. Ayant enfin une véritable raison d'être malheureux, il semble paradoxalement se ressaisir et décide de partir en Amérique.
Chateaubriand met en place un système de communication qui aboutira au jugement du jeune homme, se servant du père Souel pour dégager une morale chrétienne de l'histoire de René : il va condamner sa solitude rêveuse, éloignée de la foi, livrée aux tourments de l'âme, au désordre des passions sans objet.
En faisant de l'inceste l'objet d'un récit au passé, Chateaubriand attire l'attention moins sur le fait lui-même que sur les désordres qu'il provoque au sein d'une conscience travaillée par le remords et la culpabilité. Il explore le lien entre la mélancolie et la conscience du Mal, entre le héros mélancolique et le héros maudit et dépasse le cadre de l'analyse psychologique de la mélancolie pour continuer de l'appréhender comme une maladie de l'âme, dont l'enjeu est d'ordre spirituel.
Le dénouement est assez complexe ; les conseils du missionnaire, donnés dans un contexte funèbre de rébellion et de disparition, restent sans effet. Non seulement René n'est pas guéri mais, surtout, il devient une figure légendaire, dont on montre le décor privilégié de méditation, particulièrement représentatif. La dernière phrase reprend tous les éléments de la tradition picturale de représentation du mélancolique : René est seul, en proie à ses pensées, assis sur un rocher, dans un décor crépusculaire, tel une icône.
Pendant tout le XIXème siècle, René a été un récit culte sur le mal particulier de cette époque. Chateaubriand a su donner à son personnage une portée universelle : René est devenu l'emblème de toute une génération désenchantée. En même temps, c'est assez malsain car cette apologie de l'état mélancolique, ancrée et encrée dans les esprits peut entrainer des dérives, surtout chez les lecteurs très sensibles.
C'est un texte que j'ai étudié il y a très longtemps pour la première fois et sur lequel je porte aujourd'hui un regard plus mature ; au collège ou au lycée, je voyais essentiellement un personnage insipide qui trainait un mal être qu'il était incapable de justifier. Depuis, j'ai eu l'occasion de mieux appréhender ce texte notamment au cours de reprises d'études universitaires… René synthétise à lui seul toutes les formes répertoriées de mélancolie : culpabilité face à la mort de sa mère à sa naissance, inquiétude amoureuse liée à l'éveil des sens, mal-être d'une aristocratie oisive et déconnectée du monde, insatisfaction du chrétien, imagination exacerbée qui empêche tout investissement dans la vie réelle…
L'inspiration de ce récit est sans doute très personnelle : l'auteur a donné son prénom à son personnage éponyme et on peut y lire la transposition de la complicité qui unissait Chateaubriand à sa soeur Lucile. Cette tentation incestueuse, thème littéraire à la mode au début du XIXe siècle, sert en filigrane de fil directeur à l'intrigue romanesque, à laquelle elle donne un parfum de scandale et une dimension sacrilège. Elle contribue également à la modernité du récit par l'écriture allusive à laquelle Chateaubriand a recours pour à la fois dire et ne pas dire la relation incestueuse : la parole est cryptée ; le lecteur doit déchiffrer, pour lire entre les lignes une passion interdite.
Chateaubriand met aussi dans René ses lecteurs en garde contre les travers d'une vie monastique sans réelle vocation religieuse, propices à des fantasmes destructeurs.

J'ai pris un réel plaisir à revenir aux sources de la mélancolie des grands héros romantiques grâce à ces deux récits, assez courts pour ne pas être trop rébarbatifs.
Relisons nos classiques, encore et toujours !
https://www.facebook.com/piratedespal/
https://www.instagram.com/la_pirate_des_pal/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
glegat
  31 mai 2020
Qu'advient-il lorsqu'un jeune français promit à un bel avenir, écartelé entre deux époques – la monarchie et l'empire – aborde les contrées sauvages d'un pays immense et connu seulement de quelques explorateurs intrépides ? Que peut inspirer à un jeune littérateur fréquentant les salons parisiens, l'immersion au milieu d'un peuple aux moeurs si différentes de son pays natal ? Quelles impressions peuvent laisser dans le coeur et l'âme d'un poète génial, les décors à la fois paradisiaques et dantesques d'une nature exubérante qu'il découvre pour la première fois ? Que fera l'artiste de tous ces matériaux ; une oeuvre bien sûr ; un chef-d'oeuvre peut-être.
 Ce jeune homme, mélancolique et rêveur, c'est Chateaubriand (1768-1848), ce pays c'est l'Amérique, ce peuple c'est une tribu indienne, et l'oeuvre qui va sublimer cette rencontre c'est Atala.
 Comme Gauguin qui traduira sur la toile les couleurs et le caractère de la Polynésie, Chateaubriand exprimera par la plume ses impressions de voyage. le peintre, inspiré par la lumière des îles, va créer une oeuvre qui le placera au sommet de l'art pictural, l'écrivain à l'imagination exaltée par les grands espaces, va devenir le chef de file du romantisme français, vaste mouvement qui puise ses racines dans le christianisme et la chevalerie.
Atala :
 René est un jeune européen venu vivre avec les Indiens au XVIIIe siècle. Chactas le vieil Indien qui l'a adopté, lui conte son histoire tragique...
 À l'âge de vingt ans Chactas est capturé par une tribu ennemie. Il est condamné à être brûlé vif. Il fait la connaissance de la fille du chef, une chrétienne nommée Atala. Ils tombent amoureux l'un de l'autre et parviennent à s'enfuir.
 Chactas souhaite se convertir pour épouser Atala, mais celle-ci ne peut accepter en raison d'une promesse faite à sa mère...
René :
 Cette histoire constitue la suite d'Atala, cette fois c'est René qui raconte sa vie à Chactas.
 Sa vie n'a été que désespoir et ennui, une seule consolation l'amour qu'il porte à sa soeur Amélie, laquelle est aussi amoureuse de lui. Mais honteuse de cette attirance, celle-ci lui fait part de sa décision de s'enfermer au couvent, René est effondré...
 Publié en 1802, Atala remporte immédiatement un énorme succès, même si ce roman a eu ses détracteurs choqués par la thématique religieuse. Cette histoire et le style De Chateaubriand correspondent au renouveau qu'attendaient beaucoup de lecteurs. Une histoire d'amour qui se déroule dans le décor magnifique d'un pays exotique, l'introspection, le lyrisme, l'aspiration religieuse, l'aventure, la recherche d'un idéal de vie, l'exaltation de l'individu. L'engouement du public ira jusqu'à générer la production de ce que l'on appellerait aujourd'hui des "produits dérivés". C'est Chateaubriand lui-même qui le raconte dans ses mémoires d'outre-tombe :
 « C'est de la publication d'Atala que date le bruit que j'ai fait dans ce monde... Atala devint si populaire que les auberges de rouliers étaient ornées de gravures rouges, vertes et bleues représentant Chactas... Dans des boîtes de bois, sur les quais, on montrait mes personnages en cire, comme on montre des images de la Vierge et des saints à la foire... ».
 De ces deux récits, René est celui qui emprunte le plus à la vie de l'auteur : une enfance triste dans un château, un père dominateur et tôt disparu, la complicité avec sa soeur et une attirance pour les voyages lointains.
 L'intention de l'auteur était d'illustrer le triomphe du christianisme sur les passions humaines.
 Aujourd'hui cette oeuvre n'est plus recevable, elle est complètement archaïque, le style est à l'opposé du roman moderne, il frappe par sa grandiloquence, ses métaphores, ses périphrases, ses tournures empâtées dans un lyrisme larmoyant, à chaque page sont évoqués : le suicide, le désespoir, la nostalgie, le mal de vivre. Il n'est question que de cloître, de ruines, de vies brisées, de douleur de l'âme, aucune lettre n'est écrite sans que des larmes ne mouillent le papier. Et pourtant, après avoir dénoncé ces excès, on aurait tout autant raison de célébrer la poésie, le charme, la grandeur, les descriptions sublimes de la nature et la finesse des portraits psychologiques. le génie littéraire De Chateaubriand se révèle à chaque page, ce texte dégage une harmonie, un souffle vital, une pureté à laquelle il est impossible de rester insensible. L'histoire est portée par le style qui annonce la grande période du romantisme, un style musical, éblouissant, magnifiquement imagé. Chateaubriand est le chef de file de toute la génération des romantiques : Lamartine, Musset, Vigny, Renan, Flaubert, Hugo...
 Cette impression à double facette est peut-être celle que produirait "l'Enchanteur" – ainsi que le surnommaient ses contemporains – s'il apparaissait soudainement dans l'émission de François Busnel "La grande librairie", vêtu à la mode du XIXe siècle, apprêté, décalé, hors du temps mais tellement élégant, ténébreux et romantique.
 Certains reprochent à Chateaubriand, outre un certain orgueil, une propension à ne parler de lui qu'en terme flatteur, quitte à déformer un peu la réalité ; c'est ce qu'André Gide, admirateur lucide De Chateaubriand , résume dans son journal :
« Repris encore une fois les Mémoires d'outre-tombe, pour retrouver toujours les mêmes motifs d'admiration pour le prestigieux artiste, et d'exaspération pour l'acteur qui sans cesse se campe à son avantage et ni ne trébuche ni jamais ne se fait défaut.»
 Quoi qu'il en soit je suis ravi de cette lecture qui me donne l'envie de me plonger dans les «mémoires d'outre-tombe».
Bibliographie :
- "Atala - René", François-René de Chateaubriand, GF-Flammarion (1964), chronologie et préface par Pierre Reboul, 147 pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
aouatef79
  22 juin 2015
Chateaubriand est un grand écrivain romantique, du XIXeme Siècle .IL aime sa Réligion et la glorifie .Voir le Génie du Cristianisme .IL a ses convictions : On doit les respecter .Pour ce qui est de son roman Atala, suivi de Réné ,on assiste dans Atala à l 'emprisonnement du jeune indien Chactas .L histoife se déroule en Amérique .Le
village de Chactas a été complètement détruit.Le géolier a une fille : Atala .Les deux jeunes gens, Atala et Chactas sont follement amoureux l 'un de l 'autre .Chactas est condamné à mourir .Comment les deux amoureux vont-ils faire pour vivre leur
passion amoureuse ? Chateaubriand signe là un de ses grands romans qui se laisse lire avec beaucoup de plaisir .
Commenter  J’apprécie          262
araucaria
  15 mars 2014
Un très grand livre, classique de la littérature romantique. A découvrir absolument ne serait-ce que pour la plume De Chateaubriand, qui fut quand même un très grand écrivain du 19 ème siècle. Ses textes traversent les époques et vieillissent bien.
Lien : http://araucaria20six.fr/
Commenter  J’apprécie          200

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
ClawClaw   03 juin 2014
La solitude absolue, le spectacle de la nature, me plongèrent bientôt dans un état presque impossible à décrire. Sans parents, sans amis, pour ainsi dire seul sur la terre, n'ayant point encore aimé, j'étais accablé d'une surabondance de vie. Quelquefois je rougissais subitement, et je sentais couler dans mon cœur comme des ruisseaux d'une lave ardente ; quelquefois je poussais des cris involontaires, et la nuit était également troublée de mes songes et de mes veilles. Il me manquait quelque chose pour remplir l'abîme de mon existence : je descendais dans la vallée, je m'élevais sur la montagne, appelant de toute la force de mes désirs l'idéal objet d'une flamme future ; je l'embrassais dans les vents ; je croyais l'entendre dans les gémissements du fleuve : tout était ce fantôme imaginaire, et les astres dans les cieux, et le principe même de vie dans l'univers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
FANTASY-EDITIONSFANTASY-EDITIONS   10 janvier 2014
On sait comment fut fait le discours du père Aubry dans Atala. L’aveu est instructif :

« Avant de risquer l’ouvrage au grand jour, je le montrai à M. Fontanes ; il en avait déjà lu des fragments en manuscrit à Londres. Quand il fut arrivé au discours du père Aubry, au bord du lit de mort d’Atala, il me dit brusquement d’une voix rude : Ce n’est pas cela, c’est mauvais, refaites cela ! Je me retirai désolé ; je ne me sentais pas capable de faire mieux. Je voulais jeter le tout au feu ; je passai depuis huit heures jusqu’à onze heures du soir dans mon entresol, assis devant ma table, le front appuyé sur le dos de mes mains étendues et ouvertes sur mon papier. J’en voulais à Fontanes ; je m’en voulais ; je n’essayais pas même d’écrire, tant je désespérais de moi. Vers minuit, la voix de mes tourterelles m’arriva, adoucie par l’éloignement et rendue plus plaintive par la prison où je les tenais enfermées ; l’inspiration me revint ; je traçai de suite le discours du missionnaire, sans une seule interligne, sans en rayer un mot, tel qu’il est resté et tel qu’il existe aujourd’hui. Le cœur palpitant, je le portai le matin à Fontanes, qui s’écria : C’est cela ! c’est cela je vous l’avais bien dit que vous feriez mieux ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LudvikLudvik   22 septembre 2013
On m'accuse d'avoir des goûts inconstants, de ne pouvoir jouir longtemps de la même chimère, d'être la proie d'une imagination qui se hâte d'arriver au fond de mes plaisirs, comme si elle était accablée de leur durée; on m'accuse de passer toujours le but que je puis atteindre: hélas! je cherche seulement un bien inconnu, dont l'instinct me poursuit. Est-ce ma faute, si je trouve partout des bornes, si ce qui est fini n'a pour moi aucune valeur? Cependant je sens que j'aime la monotonie des sentiments de la vie, et si j'avais encore la folie de croire au bonheur, je le chercherais dans l'habitude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   08 avril 2013
" Les dimanches et les jours de fête, j'ai souvent entendu dans le grand bois, à travers les arbres, les sons
de la cloche lointaine : qui appelait au temple l'homme des champs. Appuyé contre le tronc d'un ormeau,
j'écoutais en silence le pieux murmure. Chaque frémissement de l'airain portait à mon âme naïve l'innocence
des moeurs champêtres, le calme de la solitude, le charme de la religion et la délectable mélancolie des
souvenirs de ma première enfance ! Oh ! quel coeur si mal fait n'a tressailli au bruit des cloches de son lieu
natal, de ces cloches qui frémirent de joie sur son berceau, qui annoncèrent son avènement à la vie, qui
marquèrent le premier battement de son coeur, qui publièrent dans tous les lieux d'alentour la sainte
allégresse de son père, les douleurs et les joies encore plus ineffables de sa mère ! Tout se trouve dans les
rêveries enchantées où nous plonge le bruit de la cloche natale : religion, famille, patrie, et le berceau et la
tombe, et le passé et l'avenir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
araucariaaraucaria   17 mars 2014
En arrivant chez les Natchez, René avait été obligé de prendre une épouse, pour se conformer aux moeurs des Indiens; mais il ne vivait point avec elle. Un penchant mélancolique l'entraînait au fond des bois; il y passait seul des journées entières, et semblait sauvage parmi des sauvages.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de François-René de Chateaubriand (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François-René de Chateaubriand
L'émission intégrale : https://www.web-tv-culture.com/emission/jerome-attal-la-petite-sonneuse-de-cloches-51577.html
A la fois dandy et Pierrot lunaire, Jérôme Attal avance tel un funambule, entre tendresse, humour et sensibilité. Depuis son premier livre, « L?amour en lambeaux », en 2007, il a su fidéliser son lectorat et prouver un réel sens de l?écriture. Romancier, il a aussi imposé son nom dans le monde de la musique en écrivant pour de nombreux artistes, tels Florent Pagny, Jennifer ou Johnny Hallyday. Si l?exercice est différent, Jérôme Attal voit tout de même de nombreux points communs entre ces deux activités et surtout une même finalité, jouer avec les mots pour transmettre des émotions. Les sujets et les personnages de ses romans sont très diversifiés. On y décèle toutefois des fils rouges comme l?attachement aux souvenirs d?enfance, la fragilité du lien amoureux et puis la langue, belle et présente, avec un vrai travail sur le choix des mots et la construction des phrases. « Les jonquilles de Green Park », « 37, étoiles filantes », les plus récents titres de Jérôme Attal, ont séduit les librairies comme les lecteurs. Nul doute que ce nouveau livre trouvera aussi son public. Nous voici à Londres en 1793, où le jeune Chateaubriand a fui la Révolution. Sans un sou en poche, il dort une nuit dans l?abbaye de Westminster, le baiser d?une jeune fille, la sonneuse de cloches, le tirera de son rêve. Mais ce baiser a-t-il réellement existé ou n?est ce qu?une affabulation que Chabteaubriand, devenu l?auteur que l?on sait, racontera dans ses « Mémoires d?outre-tombe». 220 ans plus tard, Joachim, un jeune français, en mémoire à son père, part à Londres, lui aussi sur les traces de la petite sonneuse de cloches, cherchant à savoir si elle a réellement existé. Dans une déclaration d?amour à la capitale britannique, du Londres de la fin du XVIIIème siècle à celui d?aujourd?hui, Jérôme Attal n?a pas son pareil pour nous inviter à larguer les amarres. Avec son écriture toute en finesse et en élégance, il nous embarque dans cette drôle d?aventures, sur les traces De Chateaubriand. Et tel un enquêteur, nous voilà dans les bibliothèques londoniennes où l?amour peut se cacher derrière chaque porte. Voilà un joli roman, plein de fraicheur. Mais au-delà de cette intrigue amoureuse, Jérôme Attal aborde aussi d?autres thèmes essentiels comme la filiation, la transmission, et l?importance du lien charnel qui nous unit aux livres. Il écrit d?ailleurs « il s?agit d?un roman sur mon amour des livres ». Vous aussi, partez à la rencontre de « La petite sonneuse de cloches ». le nouveau roman de Jérôme Attal est publié aux éditions Robert Laffont.
+ Lire la suite
autres livres classés : romantismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Chateaubriand ?

En quelle année, la mère de Chateaubriand lui "infligea-t'elle la vie" ?

1770
1769
1768
1767

14 questions
70 lecteurs ont répondu
Thème : François-René de ChateaubriandCréer un quiz sur ce livre

.. ..