AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782874950384
92 pages
Éditeur : André Versaille éditeur (19/03/2009)
5/5   1 notes
Résumé :
Dans ses “Mémoires d’outre-tombe”, rédigées en grande partie lors de son exil dans la Vallée-aux-loups à Chatenay-Malabry, François-René de Chateaubriand (1768-1848) convoque les morts pour éclairer l’Histoire et le sens de sa propre vie.
Dans cet exercice aux allures de bilan, l’écrivain ne pouvait manquer de faire figurer celui qui fut sans doute son meilleur ennemi : Napoléon Bonaparte, admiré d’abord, combattu ensuite.
Le passage des “Mémoires” que... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
keisha
  31 mai 2009
J'avoue n'avoir jamais lu Les mémoires d'Outre Tombe, mais un défi ne me fait pas peur, et j'ai (j'avais?) l'intention de découvrir ce pavé un jour ou l'autre. Donc cela m'a paru intéressant d'attaquer la bête par un raccourci.
Le texte présenté dans ce petit livre est celui du 24ème livre de mémoires d'Outre-tombe, et traite bien sûr de la fin de Napoléon.
Pour une fois je peux sans risque dévoiler l'intrigue et la fin : en 1815, Napoléon, par aversion d'une république, choisit de ne pas se réfugier aux Etats Unis, et de se livrer aux anglais, qui l'envoyèrent à Sainte Hélène...
"Le 16 octobre 1815, Bonaparte aborda l'écueil, son mausolée, de même que le 12 octobre 1492 Christophe Colomb aborda le nouveau monde, son monument."
Six ans plus tard, il y meurt et y est enterré.
"Les planeurs et les menuisiers soudèrent et clouèrent Bonaparte en une quadruple bière d'acajou, de plomb, d'acajou encore et de fer-blanc; on semblait craindre qu'il ne fut jamais assez emprisonné."
Des années plus tard son corps est ramené en France.
Chateaubriand est un fidèle et vieil ennemi de Napoléon, il fait beaucoup référence à la mort du Duc d'Enghien et aux conquêtes meurtrières de Napoléon. Il ne l'aime pas, mais l'admiration perce cependant à travers les pages de ses Mémoires. Il en fait un portrait sans concession.
" Il n'a pas fait la France, la France l'a fait."
"Bonaparte n'est pas grand par ses paroles, ses discours, ses écrits, par l'amour des libertés qu'il n'a jamais eu et n'a jamais prétendu établir; il est grand pour avoir créé un gouvernement régulier et puissant , un code de lois adopté en divers pays, .. , une administration forte, active, intelligente..."
Chateaubriand est mort en 1848 et il est heureux pour lui qu'il n'ait pas connu le Second Empire et "Napoléon le petit"...
Pour cette première rencontre avec le vicomte, je dois dire que ce ne sera pas l'auteur du 19ème siècle que je préfère !!! Ou alors c'est que l'histoire m'était déjà connue...
Plutôt immodeste, à la fin il arrive à toucher:
"Quand on a recontré comme moi Washington et Bonaparte, que reste-t-il à regarder derrière la charrue du Cincinnatus américain et la tombe de Sainte Hélène? Pourquoi ai-je survécu au siècle et aux hommes à qui j'appartenais par le date de ma vie? (...) Je me décourage de durer."

Lien : http://en-lisant-en-voyagean..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


Videos de François-René de Chateaubriand (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François-René de Chateaubriand
Anna Moï est une sauvage ! Elle sourit lorsqu'elle révèle l'origine du pseudonyme d'écrivaine qu'elle choisît pour exister dans le monde de la littérature francophone ou plus précisément dans « la littérature monde ». Moï signifie sauvage en vietnamien. Et c'est ainsi que les colons français désignaient les 54 ethnies composant les 3 provinces de l'ancienne Indochine lorsqu'ils l'occupaient. Née à Saïgon en 1955, Anna Moï fuit son pays en 1972. Elle choisit Paris comme destination. Polyglotte, elle parle plus de 8 langues couramment, c'est en français qu'elle écrit toute son oeuvre et affirme « Je n'écris pas avec la langue des colons mais avec celle De Chateaubriand. » Pour comprendre son rapport au français et à la francophonie, on évoque son essai Esperanto, desesperanto, qui fit couler beaucoup d'encre lors de sa sortie. Son sous-titre est évocateur : la francophonie sans les Français. Sans aucun égard aux termes d'identité et de nationalité, Anna Moï ne prétend appartenir nulle part qu'à l'écriture.
+ Lire la suite
>Histoire de France>France : histoire>Premier Empire: 1804-1815 (36)
autres livres classés : sainte-hélèneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Chateaubriand ?

En quelle année, la mère de Chateaubriand lui "infligea-t'elle la vie" ?

1770
1769
1768
1767

14 questions
77 lecteurs ont répondu
Thème : François-René de ChateaubriandCréer un quiz sur ce livre