AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9780559591822
448 pages
BiblioBazaar (14/11/2008)
3.5/5   10 notes
Résumé :
LES MARTYRS, ou le Triomphe de la religion chrétienne ; roman poétique, formant les tomes XVI et XVIII bis des Œuvres complètes de l’auteur, 1826 et années suivantes. La Ire édition parut en 1809, 2 vol. in-8. — Le style des Martyrs produit deux sensations bien différentes ; partout où l’auteur est simple , il offre des morceaux du plus grand mérité ; des pages, des livres entiers sont écrits avec une rare élégance ; les descriptions mêmes, qui par leur multitude fa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Notos
  28 octobre 2013
Un livre on ne peut plus romantique qui prend pour scène les débuts du christianisme dans l'Empire Romain : un jeune chrétien tombe amoureux d'une païenne, fille d'un prêtre d'Homère, qui ne demande qu'à découvrir et à éprouver cette nouvelle fois pour pouvoir s'unir à son prétendant. L'amour contrarié des jeunes gens servira d'épreuve dans la foi, jusqu'au martyr.
Dans ce texte touchant, Chateaubriand nous offre un voyage aux sources du christianisme, où l'amour tente de s'imposer en dogme en affrontant les conventions sociales et la force de la tradition.
Le ton est évidemment partial mais n'en offre pas moins une plongée relativement bien documentée dans cette période cruciale de l'humanité en mariant avec succès un regard moderne et une réalité antique.
Commenter  J’apprécie          50
Choupina
  04 décembre 2017
Un très beau texte, à lire avec recul, pour savourer le si beau style De Chateaubriand, ce sont les débuts du Christianisme, avec un fond historique, et une jolie trame romanesque .
Il est en enregistrement, Livre audio gratuit, avec le pdf. , sur audiocité.net
Un très beau texte à découvrir ou redécouvrir...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   19 janvier 2015
J’ai avancé, dans un premier ouvrage, que la religion chrétienne me paraissait plus favorable que le paganisme au développement des caractères et au jeu des passions dans l’épopée. J’ai dit encore que le merveilleux de cette religion pouvait peut-être lutter contre le merveilleux emprunté de la mythologie. Ce sont ces opinions, plus ou moins combattues, que je cherche à appuyer par un exemple.

Pour rendre le lecteur juge impartial de ce grand procès littéraire, il m’a semblé qu’il fallait chercher un sujet qui renfermât dans un même cadre le tableau des deux religions, la morale, les sacrifices, les pompes des deux cultes ; un sujet où le langage de la Genèse pût se faire entendre auprès de celui de l’Odyssée ; où le Jupiter d’Homère vînt se placer à côté du Jehovah de Milton, sans blesser la piété, le goût et la vraisemblance des mœurs.

Cette idée conçue, j’ai trouvé facilement l’époque historique de l’alliance des deux religions.

La scène s’ouvre au moment de la persécution excitée par Dioclétien, vers la fin du IIIe siècle. Le christianisme n’était point encore la religion dominante de l’empire romain, mais ses autels s’élevaient auprès des autels des idoles.

Les personnages sont pris dans les deux religions : je fais d’abord connaître ces personnages ; le récit montre ensuite l’état du christianisme dans le monde connu, à l’époque de l’action ; le reste de l’ouvrage développe cette action, qui se rattache par la catastrophe au massacre général des chrétiens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FANTASY-EDITIONSFANTASY-EDITIONS   10 janvier 2014
Les Martyrs coûtèrent énormément de travail à Chateaubriand :

« Cent et cent fois, j’ai fait, défait et refait la même page. De tous mes écrits c’est celui dont la langue est la plus correcte. »
(Mémoires.)
Commenter  J’apprécie          10
FANTASY-EDITIONSFANTASY-EDITIONS   10 janvier 2014
« II a travaillé sept ans à cet ouvrage, nous dit son secrétaire, et il déclare que c’est celui qui lui a donné le plus de peine. »
(Marcellus, Chateaubriand et son temps, p. 62.)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de François-René de Chateaubriand (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François-René de Chateaubriand
Anna Moï est une sauvage ! Elle sourit lorsqu'elle révèle l'origine du pseudonyme d'écrivaine qu'elle choisît pour exister dans le monde de la littérature francophone ou plus précisément dans « la littérature monde ». Moï signifie sauvage en vietnamien. Et c'est ainsi que les colons français désignaient les 54 ethnies composant les 3 provinces de l'ancienne Indochine lorsqu'ils l'occupaient. Née à Saïgon en 1955, Anna Moï fuit son pays en 1972. Elle choisit Paris comme destination. Polyglotte, elle parle plus de 8 langues couramment, c'est en français qu'elle écrit toute son oeuvre et affirme « Je n'écris pas avec la langue des colons mais avec celle De Chateaubriand. » Pour comprendre son rapport au français et à la francophonie, on évoque son essai Esperanto, desesperanto, qui fit couler beaucoup d'encre lors de sa sortie. Son sous-titre est évocateur : la francophonie sans les Français. Sans aucun égard aux termes d'identité et de nationalité, Anna Moï ne prétend appartenir nulle part qu'à l'écriture.
+ Lire la suite
autres livres classés : roman poétiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Chateaubriand ?

En quelle année, la mère de Chateaubriand lui "infligea-t'elle la vie" ?

1770
1769
1768
1767

14 questions
79 lecteurs ont répondu
Thème : François-René de ChateaubriandCréer un quiz sur ce livre