AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253141990
123 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/09/1997)
  Existe en édition audio
3.45/5   84 notes
Résumé :
Sur le boulevard encombré, une veille dame vêtue de crêpe bleu marche tranquillement, à son rythme, ralentissant l'écoulement du flot pressé.

Pour Solange - cinquante ans, toujours belle, un métier qu'elle aime, un amant, bref, une vie bien remplie -, cet instant imprévu bouleverse tout.

Elle se prend subitement à envier ce rythme tranquille, cette autre saison de la vie. A l'étonnement de son entourage, elle va désormais s'appliquer à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,45

sur 84 notes
5
4 avis
4
8 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

babounette
  10 avril 2016
La Dame en bleu de Noëlle Châtelet, comme tous ses livres, se lit comme un conte.L'histoire de Solange, qui un beau matin suit par hasard une dame en bleu qui évolue à l'aise dans la foule stressée, ralentit son rythme pour l'adapter à celui de la dame. Elle se rend compte alors qu'elle passe sa vie à courir après le temps, sans rien savourer de la vie. Elle prend alors la décision de tout arrêter, son travail (attachée de presse), de prendre du recul vis-à-vis de son amant, de ses amis. Elle s'inscrit même dans une maison de repos où de temps à autre elle va passer un peu de temps. Elle observe le monde d'une manière différente de celle où elle le voyait. Ce qui m'interpelle dans cette histoire, c'est qu'à cinquante ans, on n'est quand même pas vieille à l'heure d'aujourd'hui, alors, qu'elle ait fait un break ou travaillé à mi-temps, oui, mais là, vivre comme une personne âgée, aller au parc, passer son temps à la fenêtre et faire des potages, traîner, rêver...
L'histoire ne dit pas si Solange reprendra un jour son boulot. Ni de quoi elle vit. Mais ça c'est mon côté pratique qui parle.
Cela dit, c'est une belle plume que celle de Noëlle Châtelet. J'avais adoré "La femme coquelicot et "La petite aux tournesols", La Dame en bleu, c'est un peu un rêve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          631
jeunejane
  01 septembre 2018
Solange, la cinquantaine, toujours très jolie, travaille et court du matin au soir.
Un jour, alors qu'elle se presse sur le trottoir, son rythme est ralenti par une dame plus âgée habillée de bleu qui avance d'un pas chaloupé, calme. Elle est interrompue dans sa course et décide d'un coup de faire de même.
Elle ne se présente pas au travail et cesse toute pression autour d'elle.
Elle revêt un tailleur gris comme celui de sa mère, des souliers plus confortables, va s'asseoir dans un square avec deux personnes âgées qu'elle observe. Elle "prend le temps". Solange se prépare des thés, repousse ses collègues, son petit ami. Sa fille ne la prend pas de front, elle a une belle attitude.
Elle effectue une parenthèse dans sa vie trépidante et les derniers mots du livre nous l'indiquent bien.
L'écriture est très agréable, Noëlle Châtelet nous emmène plutôt dans un conte qui a un fond de vérité. le rythme et la pression d'une vie quotidienne sont parfois très soutenus.
Le personnage de Solange est très sympathique car très humaine, très désireuse de retrouver de vraies valeurs.
Bon, d'accord, elle verse vite de l'autre côté du miroir. Il ne lui manque que les charentaises mais c'est un conte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          563
Emylit23
  09 septembre 2020
Un conte, une fable, un roman,... peu importe la forme car cette histoire a fait écho. Comme j'ai aimé Solange. Cette femme qui aime qu'on la remarque et s'habille souvent en rouge, cette femme attirante, cette femme active, cette femme en accord avec son époque. Pourtant, un jour, elle croise une dame en bleu qui gêne la circulation car elle marche à son rythme... ralenti et, Solange se calque sur son pas. A partir de là, la femme flamboyante revêt un tailleur gris, quitte son travail, change sa manière de vivre et prend le temps. Elle loue même une chambre à la maison de retraite , y passe quelques fois, s'allonge au soleil, fait la sieste,... profite du temps sans plus aucune contrainte. Bien sûr, sa meilleure amie et son amant ont bien essayé de la faire revenir sur le "droit chemin" mais rien n'y fait. Sa fille, Delphine, si elle est étonnée et, peut-être effrayée par le chemin que prend sa mère, respecte son choix, essaie de la comprendre et toutes deux se rapprochent.
Certains trouveront sans doute cette histoire triste en la résumant à "vouloir devenir vieille avant l'âge" alors que cela va bien au-delà de cette simple apparence. Ce texte est riche de phrases qui résonneront aux oreilles de certains et resteront silences aux oreilles d'autres. Il n'y a rien de triste, à mon avis, car Solange a juste décidé de mettre sa vie en pause un moment ou pour toujours (ce sera à vous d'en juger car l'autrice laisse planer le doute), eu envie de regarder le temps passer sans aucune contrainte, sans aucun apparat. Il est plusieurs fois question de la vacuité mais qu'est-ce au fond? La vacuité à ne pas confondre avec le vide qui renvoie à un sentiment de néant. La vacuité, dans les spiritualités orientales, se définit comme l'absence d'être en soi càd l'absence d'existence propre mais pas l'absence de sens. Dans le bouddhisme, la vacuité est la nature ultime des choses autrement dit la réalité. Pour ma part, c'est ainsi que j'ai perçu cette histoire que j'ai trouvé sublime. Petit livre qui m'a beaucoup marqué car qui n'a jamais pensé vouloir tout quitter le temps d'un instant et n'avoir plus aucune contrainte sinon celle de regarder s'écouler le temps, le temps d'un bref instant, un temps de plénitude, de liberté absolue....
Vous l'aurez compris, j'ai été très sensible aux mots de l'autrice, à cet instant suspendu. Cela fait des années que ce livre est dans un coin de ma tête, c'est seulement maintenant que je lis et, j'ai compris pourquoi. C'était maintenant le bon moment pour apprécier cette histoire, plus jeune, je ne l'aurais pas lu avec une telle intensité. Il y a de bons moments pour chaque chose, il suffit juste de savoir attendre parfois....
Merci Madame Châtelet de m'avoir permis de savourer le temps de cette lecture!
Quelques phrases pour illustrer mon propos:
" [ ] on ne court pas lorsqu'on a dans les yeux l'émerveillement de l'indolence et dans l'oreille, le ravissement du pianissimo." p.15
"Elle parle pour parler, pour le plaisir des mots qui s'enfilent ou plutôt qui s'emmaillent. Un nom à l'endroit, un verbe à l'envers. Au tricot des phrases ne manque que le cliquetis des aiguilles." p.77
"Mais pour Solange, il n'y a pas que la lenteur, la densité, il y a, encore une fois, la sensation de plénitude à se retrouver sans désir, sans besoin, la griserie de n'être troublée par rien, par personne - pas même elle, lorsque dans son lit, par exemple, elle promène une main abstraite sur son ventre ou sur ses seins parfaitement assoupis- et cet inégalable sentiment d'un corps bouclé sur lui-même à qui n'est demandé ni prouesse ni performance." p. 85
"Solange désapprend l'apparence. C'est sa dernière trouvaille, sa nouvelle liberté." p.86
Belle lecture!


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          356
Lorraine47
  14 juin 2014
Aborder le mitan de sa vie n'est pas une sinécure, peut-être encore plus si l'on appartient à la gente féminine...
Accepter de devenir transparente, certaines parlent même carrément d'extinction de l'interrupteur. Si ce passage vous fait frémir chères consoeurs et bien je vous invite à faire un petit bout de chemin avec la dame en bleu, et il se pourrait bien que la petite promenade ne soit pas dépourvue de charme!
Noëlle Châtelet nous fait partager ce moment crucial d'une femme en compagnie de son héroïne, Solange. Où nous découvrons qu'accepter de vieillir, de ne plus être dans le coup peuvent être sacrément confortables.
Redonner au temps toute sa dimension dans une société qui a soif de rapidité et qui refuse le vieillissement est une gageure. Relevons ce défi comme Solange et profitons enfin joyeusement de la vie et de notre entrée en âge mûr pour nous réaliser pleinement en prenant le temps d'observer.
Pour que vieillesse ne rime pas avec tristesse mais sagesse...
L'écriture de Mme Châtelet se déguste avec lenteur comme un mets raffiné!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413
Cacha
  14 avril 2019
Une femme affairée des années quatre-vingt-dix croise le chemin d'une vieille dame qui marche en se balançant à pas mesurés. Et c'est parti...!
Voilà Solange (c'est ainsi que se prénomme la quinquagénaire auparavant vive et fringante) revenue en arrière - vers l'enfance- ou en avant - vers la vieillesse. Petit à petit elle se transforme en une mémé d'autrefois jusqu'à ce que, mais je ne vous dévoilerai pas la fin qui a réussi malgré tout à me tenir en haleine et a garder ce livre ouvert.
Ce livre improbable a des relents du film l'an 01, en beaucoup moins génial cependant.
L'attitude de Solange est peu crédible, même à cette époque, ou peut-être surtout dans ces années 90 de femmes d'affaires libérées et de culte de la vitesse et du libéralisme à tout crins. En ces temps de montée du chômage aussi, c'est pourquoi je me suis demandée tout au long du récit comment l'anti-héroïne faisait pour subsister et garder son appartement...
Ce roman peut nous faire réfléchir mais je l'ai trouvé un peu vieillot, malgré l'époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
CarosandCarosand   25 juillet 2014
La biscotte crisse, laisse croire qu'elle résiste, puis, comme si elle renonçait à elle-même, fond d'un coup sous la molle étreinte des lèvres mouillées. Cette embrassade intime correspond à l'exact effort que Solange consent mettre dans son existence. Elle aime le crissement et l'abandon pacifique de la biscotte. Avec le pain, il fallait mordre, vaincre une résistance. Elle ne veut plus mordre dans du pain. Elle ne veut plus mordre tout court. Grignoter, c'est sa nouvelle façon de consommer les choses, la vie, sans exploit, sans performance.
Et puis les biscottes beurrées du matin ont un autre avantage. Elles ont cette vertu d'aider au vagabondage, aux rêveries. Car, le matin, Solange ne se tyrannise plus, elle ne se livre plus à ses ablutions mentales armée des chiffons de la conscience. Elle se promène mentalement, elle maraude avec un goût particulier pour l'enfance qui affleure de plus en plus sous la forme d'évocations si délicieuses qu'elle les savoure inlassablement, émue, éblouie.
Au lit, le plateau du petit déjeuner sur ses genoux, enfouie dans une profusion de châles, de lainages, d'édredons, car elle est devenue, frileuse, elle parcourt les sentiers de la mémoire. Dans l'humus du passé, la chaleur fait pousser les souvenirs comme des champignons qui se laissent cueillir sans effort.
La biscotte crisse. Elle devient le sable qui égrène le temps parfumé à la confiture ou au miel parmi les vapeurs de thé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
babounettebabounette   10 avril 2016
Elle trouve on ne peut plus accommodant ce rien de mollesse qui envahit ses muscles, sa chair.
N'exigeant rien d'autre du corps que ce qui est nécessaire à son fonctionnement, lequel d'ailleurs n'a jamais été aussi parfait, elle ne se violente plus.
Page 88
Commenter  J’apprécie          280
jeunejanejeunejane   01 septembre 2018
En revenant dans la cuisine, Solange glousse comme une petite fille. Pas l'once d'une méchanceté dans ce rire d'enfant ravie. Elle rit parce qu'elle vient de se rendre compte que Jacques a un rival : c'est un vieux monsieur grave qui sait regarder la vie, simplement parce qu'il est vieux.
Commenter  J’apprécie          220
Lorraine47Lorraine47   11 juin 2014
On ne court pas lorsqu'on a dans les yeux l'émerveillement de l'indolence et dans l'oreille le ravissement du pianissimo.
Commenter  J’apprécie          290
Lorraine47Lorraine47   13 juin 2014
La litanie comme le sommeil, n'exige pas d'effort. Il suffit de se laisser porter par l'emperlage des phrases.
Commenter  J’apprécie          210

Videos de Noëlle Châtelet (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Noëlle Châtelet
Rencontre avec Noëlle Châtelet, “Laisse courir ta main” (Seuil) Rencontre présentée par : Pierre Mazet
On ne tourne pas autour de la problématique du corps pendant cinquante ans sans que le corps se rebiffe ! C'est ce que Noëlle Châtelet va enfin admettre en se retrouvant un jour clouée au lit, au point de déposer une main courante contre X, à travers un dialogue brillant et enlevé, sans concession. Noëlle Châtelet fait un inventaire approfondi des questions qui l'obsèdent et nous entraîne dans les coulisses du processus de création, éclairant avec sincérité le sens à la fois intellectuel et intime de son parcours.
Retrouvez son livre chez vos librairies indépendantes : https://www.librairies-nouvelleaquitaine.com/
Inédite édition de l'Escale du livre, du 24 au 28 mars 2021 et durant tout le printemps https://escaledulivre.com/

Suivez nous Youtube : Escale du livre - Bordeaux https://www.youtube.com/channel/UCPVtJFeOHTTNtgQZOB6so1w Facebook : escale.dulivre https://www.facebook.com/escale.dulivre Instagram : escaledulivre https://www.instagram.com/escaledulivre/?hl=fr Twitter : escaledulivre https://twitter.com/escaledulivre

© musique : Hectory - Réalisation et sound design : Grenouilles Productions - création graphique : Louise Dehaye / Escale du livre 2021 - Inédite édition
+ Lire la suite
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4198 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..