AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266311267
537 pages
Pocket (03/02/2022)
  Existe en édition audio
3.5/5   1179 notes
Résumé :
Bienvenue à Val Quarios, petite station de ski familiale qui ferme ses portes l'été.
Ne reste alors qu'une douzaine de saisonniers au milieu de bâtiments déserts. Hugo vient à peine d'arriver, mais, déjà, quelque chose l'inquiète. Ce sentiment d'être épié, ces "visions" qui le hantent, cette disparition soudaine...
Quels secrets terrifiants se cachent derrière ces murs ? Hugo va devoir affronter ses peurs et ses cauchemars jusqu'à douter de sa raison..... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (304) Voir plus Ajouter une critique
3,5

sur 1179 notes

tutesvuquandtaslu
  08 novembre 2020
Maxime Chattam est l'auteur qui m'a fait apprécier les thrillers. Il est l'un de mes auteurs préférés.
Voilà.
L'illusion est une déception. Une immense déception. Mais j'ose espérer que ce n'est que mon avis.
Je me suis ennuyée du début à la fin.
Que de descriptions, plaisantes certes mais en trop grand nombre.
Et quel manque d'actions évident.
Le peu qu'il se passe n'est même pas réel.
Même la fin, tout ça pour ça ?
Je n'en dirai pas plus et je croise les doigts pour que, moi seule, soit passée à côté de ce livre et son histoire.
Commenter  J’apprécie          17519
lyoko
  03 novembre 2020
Enfin!! Je me suis dit, j'ai presque retrouvé le Chattam que j'aimais tant... Quoique...
Son roman se lit tout seul. le suspense s'installe et reste bien présent jusqu'au bout.. ou presque.
En fait Maxime Chattam a réussi a m'intéresser car il oscille tout le long entre magique et prestidigitation, entre horreur ou tueur en série. En fait on ne sait pas trop sur quel pied danser. On attend donc l'épilogue avec impatience pour savoir où il veut réellement nous mener.
L'auteur annonce son roman en y intégrant sans doute le meilleur magicien de tous les temps Lucien Strada. Comme chacun sait, un spectacle de prestidigitation ça commence piano pour finir en général en apothéose. C'est ce a quoi l'on peut s'attendre ici, avec ce roman.... Un final magistral en feu d'artifice.
Et bien non! Cette fin est un peu convenue et prévisible.
Je tiens quand même a signaler que l'auteur doit avoir une affection particulière pour le prénom Hugo ( assez récurrent chez ses personnages) et les araignées ( le truc qui me gonfle en fait.. j'ai du lever les yeux au ciel a chaque fois qu'il a intégré une araignée dans son histoire). Les araignées ne font pas peur a tout le monde...donc l'effet escompté chez moi fait... FLOP !
Donc une lecture agréable dans sa généralité, un chouia prévisible.
Je reviens une fois encore sur l'idée que Maxime Chattam devrait prendre plus de temps pour approfondir et peaufiner ( et limite reprendre les risques pris a ses débuts) ses romans afin de nous offrir le meilleur de lui-même... Et pour être honnête je n'attends que ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10811
Yggdrasila
  10 décembre 2020
Rien ne pouvait me faire plus plaisir qu'une histoire dans un hôtel perdu au milieu des montagnes !
On ne va pas le cacher, le synopsis fait de suite penser à Shining. Une ambiance qui est d'ailleurs totalement assumée par l'auteur puisqu'il y fait lui-même référence.
Sauf qu'ici on n'est pas vraiment dans un huis-clos. En effet, le récit se déroule en grande partie en extérieur, dans l'ensemble de la station de ski. La carte en début de livre est bien utile pour se repérer et visualiser l'emplacement des différents bâtiments.
Comme pour le signal, j'ai trouvé que la musique conseillée par l'auteur a son importance pour la lecture, surtout la BO de Doctor Sleep.
Dans ce roman, le groupe des quatorze personnages présents à Val Quarios est plutôt bien construit, notamment Lily, Jina et Hugo le protagoniste.
On va suivre ce dernier dans son nouveau job à la montagne où il va tenter de se reconstruire. Mais pourra-t-il supporter l'isolement pendant vingt semaines ? Surtout que d'étranges événements surviennent : une disparition inexpliquée, des visions horribles, des bruits angoissants qu'il entend... doit-il se méfier d'une personne du groupe ou est-ce le lieu qui est maudit ?
Au départ, on ne sait pas trop où Maxime Chattam veut nous embarquer.
L'histoire est très bien écrite et le décor prend forme assez lentement.
J'ai beaucoup aimé l'ambiance, mais j'ai trouvé que l'ensemble manquait de scènes de tension comme Chattam sait si bien les décrire. C'est vraiment dommage !
Sur la totalité du roman, je n'ai repéré que trois passages vraiment haletants.
Hormis ces moments où le suspense était bien présent, j'ai lu le reste de manière assez contemplative puisqu'il y a beaucoup de descriptions.
Par contre, les passages « arachnéens » m'ont fait pousser des soupirs d'exaspération ! Selon moi, ils gâchaient à chaque fois l'ambiance oppressante qui s'installait, mais ce n'est que mon avis.
Le dénouement est bien ficelé sauf qu'il est en partie prévisible.
Bref, une petite déception même si j'ai pris plaisir à lire ce roman.
Avec un contexte angoissant tel que celui-ci, je m'attendais peut-être trop à un roman digne de la trilogie du Mal...
Je continue d'y croire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          830
CoccinelleDesLivres
  31 juillet 2022
Voilà un bien bon thriller à l'atmosphère irréprochable qui n'a pas boudé mon plaisir de lectrice un peu en berne.
Hugo vient de se faire quitter et il peine à se faire une place comme écrivain. Perdu, déprimé, mal dans sa peau, il répond à une annonce où une station de ski recherche un homme à tout faire pour la saison.
Pensant que ce travail au milieu de nulle part lui procurera un certain détachement avec ses problèmes, Hugo ne se doute pas qu'il vient d'ouvrir la porte des enfers. Surtout lorsque les employés de Val Quarios lui parlent du magicien diabolique Lucien Strafa reclus dans le manoir plus haut.
Huit-clos dantesque, L'illusion mise tout sur une ambiance tendue aux frontières de l'horreur et de la peur.
Efficace malgré quelques longueurs, je n'ai fait qu'une bouchée de ce livre que je recommande aux amateurs de frissons.
Commenter  J’apprécie          820
Andromeda06
  26 novembre 2022
Une petite station de ski familiale, hors saison, quelque part dans les Alpes, à trois heures de la gare la plus proche. Isolement total, que des montagnes et des forêts à la ronde. Une seule route tortueuse pour y accéder. Une petite annonce sur le net, pour un job d'été, pour une durée de cinq mois : après sa rupture amoureuse, c'est exactement ce dont a besoin Hugo. Il postule, il obtient le poste. À son arrivée, il fait la connaissance de ses collègues, certains saisonniers comme lui, d'autres employés à l'année depuis longtemps.
Un seul voisin : le propriétaire des lieux qui vit dans un chalet juste à côté mais qui n'en sort jamais. On n'y voit de la lumière que la nuit lorsqu'il ouvre ses volets qui restent fermés toute la journée. Une drôle de rumeur circule sur cet ancien magicien qui a tant fait parler de lui avant de s'isoler complètement du monde extérieur...
Autour de la station, Hugo découvre des guirlandes d'ossemments suspendues dans les arbres. Dans certains d'entre eux, des visages sont gravés dans les troncs. Un jour, il reconnaît celui d'Alice, disparue il y a quelques jours...
À l'intérieur des bâtiments, il entend des bruits de pas au-dessus de sa tête. Des ascenseurs, il entend des gémissements, des râles et des soupirs. À la piscine et dans les sous-sol, c'est une tarentule géante qu'il aperçoit... Sans compter que dans ces bâtiments, Hugo se perd tout le temps : il a l'impression que les lieux changent continuellement dans son dos...
Inutile de préciser que le contexte et l'atmosphère sont subtilement bien rendus. L'ensemble de la structure (à l'architecture hors normes), les montagnes, les forêts, les orages d'été sont bel et bien vivants et vous dévorent petit à petit au fil de la lecture. C'est sordide, lugubre, pas du tout rassurant, de plus en plus oppressant. Ajoutez à cela que l'auteur joue avec nos nerfs : entre illusions, rêves (ou plutôt cauchemars) et réalité, on ne sait pas toujours faire la part des choses au moment opportun. Ce qu'on prend pour acquis ne l'est plus forcément quelques pages plus loin, et l'auteur, de ce fait, réussit à nous déstabiliser avec brio.
Quant aux personnages, que dire ? Complexes, secrets et énigmatiques pour la plupart d'entre eux, plus volubiles pour quelques-uns. Hugo, en tant que personnage principal, est évidemment le plus abouti, d'autant que l'on suit l'intrigue toujours de son point de vue, et qu'il a une imagination retorse des plus débordantes. Les autres, en revanche, pour le bon maintien du suspense, ne se devoilent que petit à petit.
L'intrigue, construite autour de ces personnages et des lieux montagneux qui les entourent, est ficelée dans une sorte de vase-clos qui nous emprisonne nous lecteurs, tout comme Hugo. C'est glauque, oppressant, claustro à souhait, quelque peu angoissant.
Et pour une fois, le dénouement, dont je ne dévoilerai rien bien évidemment, m'a totalement conquise. D'habitude, c'est ce qui me déplaît grandement chez l'auteur : ses fins. Des quelques thrillers que j'ai lus auparavant, je n'en avais pas apprécié une seule, car soit trop tirée par les cheveux, soit trop vite expédiée ou encore qui laissent trop de questions. Ici, ce n'est peut-être pas celle attendue, mais elle surprend et a le mérite de suivre le cours de l'intrigue, d'autant que le côté "angoissant" est présent jusqu'au bout, et ce jusque dans l'épilogue.
J'ai retrouvé la plume très agréable de Maxime Chattam, toujours aussi recherchée, qui sait de quoi elle parle, tout en restant extrêmement fluide.
Pour ceux qui aiment à se faire peur, à qui l'horrifique, l'ésotérisme et le satanisme ne dérangent pas, foncez ! Il n'y a rien de sanglant, ni de violent. Ce sont les lieux et décors, les personnages, et l'ambiance menaçante qui rendent la lecture si inquiétante et si prenante à la fois. Et comme on ne s'en prend ni aux enfants, ni aux animaux, je m'en suis délectée !
Le meilleur thriller de Chattam que j'ai lu jusqu'à présent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          569


critiques presse (1)
LeParisienPresse   10 novembre 2020
Le nouveau roman du maître de l’angoisse à la française nous emmène dans une station de ski isolée où une équipe de saisonniers estivaux travaillent dans une ambiance inquiétante.
Lire la critique sur le site : LeParisienPresse
Citations et extraits (127) Voir plus Ajouter une citation
Andromeda06Andromeda06   25 novembre 2022
Hugo voyait le corps d'Alice, le ventre verdi par la décomposition, de la mousse autour de la bouche, les yeux enfoncés dans leurs orbites, les paupières à demi ouvertes, se soulevant au gré des insectes qui festoyaient en dessous. Elle était dans la boue. Une boue épaisse comme du goudron et elle coulait vers lui, elle imbibait son âme, l'envahissait, chaude, prête à remplir les poumons d'Hugo pour l'étouffer, une agonie lente et brûlante. Et par-dessus tout, c'était le parfum de la mort qui enlaçait Hugo à Alice. Une pourriture organique si poisseuse qu'elle devenait liquide en pénétrant par ses narines, et elle dégoulinait le long de son œsophage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          254
YggdrasilaYggdrasila   01 décembre 2020
Il était incapable d’expliquer son appréhension. C’était viscéral. Était-ce le sentiment qu’éprouvait un insecte à l’approche du trou où se blottissent les grosses araignées velues ? Ignorant tout de ces prédateurs implacables qui l’attendent sans un mouvement, juste quelques pas de plus, allez, approche, encore un peu, juste un peu, ce qu’il faut pour que je n’aie aucune chance de te manquer, que mes chélicères se plantent dans ta chitine, qu’elles te transpercent pour y déverser mon poison, jusqu’à ce que tes entrailles se mettent à fondre, et que j’aspire, délicieusement, ton jus, tandis que tu convulses, encore vivant, pleinement conscient de moi, énorme, qui te mange.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
YggdrasilaYggdrasila   04 décembre 2020
- Tu n’as pas de tatouage, pas de piercing, rien qui marque ta singularité, ton opposition. Parce que tu ne te reconnais pas là-dedans ou parce que tu estimes n’en avoir pas besoin ?
- L’esprit rebelle ? Contestataire ? Je me sens déjà bien assez barré dans ma tête pour ne pas avoir en plus besoin de le crier sur tous les toits !
Commenter  J’apprécie          360
WyomingWyoming   01 mai 2021
Cette femme est d’une liberté totale, elle n’est figée nulle part. Insaisissable, comprit Hugo dès qu’il la vit. Il aimait dresser le portrait de celles et ceux qu’il croisait comme s’il était dans un roman. En l’occurrence c’était celui d’une Ophélie moderne, flottant non dans un linceul d’eau mais bien dans l’air de la vie dont elle rayonnait, notamment par le pétillement sensible de ses yeux. Ses iris brûlaient d’une fièvre séditieuse, déployant une palette de bruns semblable à un arc-en-ciel automnal, taillés dans de l’œil-de-tigre, d’un marron profond au noisette le plus clair. Sa chevelure flamboyante, intolérante à la norme, ni blonde ni châtaine, quelque part ailleurs, refusait de ployer dans la brise, menait sa propre bataille. Hugo avisa l'expression tendre se dévoilant petit à petit sur ses lèvres claires, le soupçon de fossettes n'osant sourdre tout à fait, et il aima tout de suite cette manière qu'elle eut de pencher un peu la tête sur le côté en l'apercevant; elle irradiait une complexité fascinante, une essence romantique dans une enveloppe sauvage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
lyokolyoko   03 novembre 2020
- Combien de millions de morts à cause de la supposée volonté de Dieu ? Demanda-t-elle. Combien de millions de morts parce qu'un homme, un seul, décrète qu'il veut envahir son voisin ? Combien de millions de morts parce que les gens se soumettent à l'autorité d'un petit nombre ? Parce qu'ils le suivent aveuglément ? Parce qu'ils sont faibles ? Qu'est ce qu'une vie à côté de ça ?
Commenter  J’apprécie          290

Videos de Maxime Chattam (94) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maxime Chattam
Maxime Chattam vous présente son ouvrage "La constance du prédateur" aux éditions Albin Michel. Entretien avec Sylvie Hazebroucq.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2586770/maxime-chattam-la-constance-du-predateur
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

La faune de l'alliance des trois

Matt croise le premier animal "étrange et redoutable" dans son immeuble. Il s'agit...

D'un singe
D'un aigle royal
D'un python
D'un chat siamois
D'un caniche blanc

10 questions
319 lecteurs ont répondu
Thème : Autre-Monde, Tome 1 : L'Alliance des Trois de Maxime ChattamCréer un quiz sur ce livre