AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782742792788
220 pages
Éditeur : Actes Sud (05/01/2011)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Août 1870, l'armée impériale est pulvérisée, le trône renversé, le territoire envahi. L'effondrement instantané du Second Empire abasourdit l'Europe entière; il inaugure pour la France un siècle de déclin convulsif. On a beaucoup glosé depuis, et d'autant plus que la gabegie du printemps 1940 a reproduit en détail la "débâcle" de l'année terrible". dans cette avalanche de commentaires, rien sur l'empereur. Rien, sinon cette sempiternelle rengaine d'un souverain défa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
tynn
  22 mai 2015
Ce fut l'été de la déconfiture impériale...
En 1870, Napoléon III est un empereur gouvernant une France libérale, et qui en dépit des bruits de bottes de Bismarck à la frontière de l'est, reste un partisan de la paix. C'est un voeu pieux face à une opinion publique française cocardière, qui souhaite en finir avec la Prusse et une impératrice orgueilleuse et "va-t-en guerre" pour assoir durablement le trône de l'héritier adolescent.
Las! Les efforts diplomatiques font chou blanc et la guerre sera déclarée au début de l'été, mettant laborieusement en marche une armée française en état d'impréparation et d'incurie, commandée par des officiers généraux aveuglés de suffisance et pontifiants, déplaçant la troupe de place en place sans raisons stratégiques.
C'est la descente aux enfers pour l'empereur. Souffrant d'atroces crises de lithiase urinaire, abruti par les doses massives d'opium qui le rendent comateux, poussé par son épouse à batailler, quitte à être mort ou vainqueur, il n'est plus que l'ombre de lui même, pâle comme un spectre, perdant du sang par le fondement.
On connaît le dénouement. Ce sera Sedan en septembre 1870, où la troupe subit un vrai massacre en dépit de son héroïsme. L'empereur aura bien du mal à faire cesser le combat par des ordres refusés par l'état major qui s'obstine en dépit des morts inutiles. Il est fait prisonnier.
La France est envahie. L'Empire est mort.
Par un récit documenté et précis, cette agonie est disséquée de l'intérieur, dans le calvaire d'un homme malade poussé à la guerre. Une fin de règne qui ajoute à son image de dirigeant fantoche, de manière sans doute injuste. L'impératrice n'est en tous cas pas épargnée, dans une prise de position dynastique extrême qui n'empêchera pas la mort d'un fils héritier courageux, engagé dans les armées anglaises et tué par les Zoulous dans 1879.
Un récit alerte, vivant, explicatif, qui reste un essai historique, une tragédie qui se lit comme un roman, et qui complète en document "la débâcle" d'Emile Zola.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          314
PJN
  08 janvier 2018
Napoléon III aurait pu rester dans L Histoire comme un César père des libertés avec le tournant amorcé par l'Empire libéral ! Mais, affaibli par la maladie, il cède à la tentation bonapartiste de la guerre, piégé par Bismarck, pour le trône d'Espagne et là c'est la débâcle totale ! La fête impériale se termine mal, par la capitulation de Sedan. le récit de la chute brutale du Second Empire est alerte et saisissant.
Commenter  J’apprécie          260
ChaK_
  23 octobre 2018
Début Aout 1870 la France, sous la coupe de Napoléon III engage la guerre contre la Prusse. Début Septembre Sedan tombe, et les drapeaux blancs sont agités. L'été en enfer, c'est l'histoire de cette débâcle. Un peu avant, pendant, et très peu après.
Je précise pour tout lecteur de cette critique, et pour ne pas induire quelqu'un en erreur : je ne connais RIEN à cette époque. Tout juste ai-je lu 3 ou 4 Rougon Macquart de l'ami Zola. C'est donc en novice absolu que j'ai commencé la lecture, et que ma souffrance a commencé. Car le livre part à toute allure, prenant le train en marche et ne cherche pas à poser les bases, partant du principe qu'on sait, et que si on ne sait pas, dommage Madame. Tous ces groupes politiques, ces parlements législateurs, ces congrès, ces sénats, ces je sais pas quoi… je n'y comprend pas grand chose, et le livre ne nous l'explique pas vraiment, balançant institutions, noms et fonctions à la volée. Et démerdez vous.
Tout va vite, très vite (le livre fait 170 pages), et même si tant bien que mal on s'accroche (surtout grâce aux passages narratifs un peu plus légers), il faut reconnaître que Mac Mahon ou Ollivier restent des gens sans visages, brossés en une ligne, dont on oublie bien vite la fonction, malgré un récap rébarbatif en fin de livre. Et ce n'est pas le changement de Général ou de Ministre toutes les 3 pages qui vont nous aider à nous repérer dans cet univers de médiocres ambitieux.
A titre personnel je m'attendais à un roman pur, à être embarqué dans cette sale guerre, à croiser Napoléon, à vivre quelque chose d'intense. Mais on est plus dans un récit assez sec, agrémenté de semi-dialogues (pratiquement authentique semble il), qui opte pour un point de vue narratif détaché dans les hautes sphères. On reste donc éloigné, les batailles sont à peine esquissées qu'on repart déjà sur autre chose, citant vaguement un nombre de morts.
Je ne donnerais pas mon avis sur une certaine valeur objective du livre (l'auteur semble absolument calé cependant), étant tout sauf qualifié pour ça, mais j'avoue ne pas avoir été passionné outre mesure. En dehors de quelques passages un peu plus captivants, il enchaîne les villages, les mouvements et les gens… ça passe vite et je ne retiens pas grand chose, si ce n'est une vague vision d'ensemble de ces pantins grandiloquents au pouvoir et une image terrifiante, pathétique et triste de ce pauvre Napoléon III.
Je balance un 6, “pour noter”, mais je serais bien incapable d'évaluer plus que ça ce bouquin...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BVIALLET
  24 avril 2012
En août 1870, l'armée impériale, lancée sans préparation sérieuse dans une guerre avec le Reich, a abandonné tout espoir. Elle est battue, balayée, pulvérisée autour de Sedan. La France est envahie. le Second Empire vit ses dernières heures dans une sorte de longue agonie lamentable et dramatique. Après un départ la fleur au fusil, c'est maintenant la course à l'abîme. Napoléon III semble même en quête d'une fin suicidaire. Il erre sur les champs de bataille, ajoutant encore à la confusion générale. Il n'est plus que l'ombre de lui-même et doit supporter des souffrances physiques terribles en raison de la présence dans sa vessie d'une pierre grosse comme le poing et un désarroi moral causé par la rôle trouble de l'Impératrice qui se considère déjà comme régente.
Excellent livre historique sans la moindre dérive romanesque, l'ouvrage de Nicolas Chaudun nous fait suivre jour après jour et presque heure par heure cette débâcle qui préfigure celle du printemps quarante. le style est assez académique et sans le moindre effet dramatique. Aucun dialogue, aucune mise en scène ou interprétation racoleuse ou manichéenne. Des faits, rien que des faits. La figure de Napoléon III, cet autocrate qui se voulait libéral, humanitaire et économe de la vie de ses soldats, en ressort grandie et cette malheureuse affaire qui porte en germe la boucherie de 14 et la catastrophe de 40 en arrive presque au niveau de la tragédie antique. On apprend beaucoup sur les personnages et les évènements de cette période troublée.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
toto
  01 juin 2011
Ouvrage assez court qui se lit avec plaisir.
Le style est alerte, on va à l'essentiel, et le récit nous fait mieux comprendre une page de l'Histoire.
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
Bibliobs   07 juillet 2011
[Nicolas Chaudun] montre comment la chute du Second Empire s'incarne dans la déroute d'un cadavre ambulant. Aucun historien n'avait si bien écrit la relation journalière de cette agonie. Le plus étonnant est que Chaudun le fasse avec un tel brio.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
totototo   01 juin 2011
Napoléon III avait jadis répliqué : "Comment voulez-vous que les choses marchent dans ce pays? L'Impératrice est légitimiste; Morny est orléaniste; moi- même je suis républicain; il n'y a qu'un seul bonapartiste, c'est Persigny, mais il est fou."
Commenter  J’apprécie          20
totototo   01 juin 2011
Napoléon III avait jadis répliqué : "Comment voulez-vous que les choses marchent dans ce pays? L'Impératrice est légitimiste; Morny est orléaniste; moi- même je suis républicain; il n'y a qu'un seul bonapartiste, c'est Persigny, mais il est fou."
Commenter  J’apprécie          20
totototo   27 mai 2011
...le vieil empereur redresse sa silhouette lasse et déjetée : "L'expérience que je viens de faire prouve que, chez nous, pour être respecté, le Pouvoir doit être un et fort!"
Commenter  J’apprécie          20
totototo   01 juin 2011
Ainsi, en moins de trois heures, alors que la bataille fait rage, l'armée française a connu trois chefs successifs; en moins de trois heures, elle a défendu des positions, qu'on lui a demandé d'évacuer, pour maintenant recevoir l'ordre de les reconquérir!
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Nicolas Chaudun (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Chaudun
L'ÎLE DES ENFANTS PERDUS | "Ce qui m'amuse, c'est d'opposer un récit historique linéaire au passé à un compte-rendu d'enquête au présent où je me mets moi-même en scène, des moments que je mélange à ce que je glane comme information ! le film auquel Prévert a pensé après la révolte des enfants de Belle-Île-en-Mer n'a jamais été achevé. le tournage a bel et bien commencé, Marcel Carné a réuni des acteurs extraordinaires comme Arletty, Paul Meurisse, Serge Reggiani, la toute jeune Anouk Aimée - mais non seulement le film est resté inachevé, mais en plus les bobines ont complètement disparu...!" Nicolas Chaudun
? Paru le 4 septembre Également disponible en livre numérique https://www.actes-sud.fr/catalogue/cinema/lile-des-enfants-perdus
+ Lire la suite
autres livres classés : napoléon iiiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2074 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre