AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812607440
Éditeur : Editions du Rouergue (14/01/2015)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Il s’appelle Walter ou William. Peu importe. Ceux qui l’ont formé à Naples, dans les années 1980, des types farouchement anticommunistes du Gladio, l’appellent W. Et aujourd’hui, le rock dur et ample d’un groupe de Minneapolis dans les oreilles, il se rend au World Trade Center pour y exécuter un contrat. Aujourd’hui, 11 septembre 2001. Une cible unique. Une mallette à récupérer. La routine pour un professionnel comme lui. Mais d’une, il a une drôle de baby-sitter à... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Cacha
  07 juin 2016
Ce n'est pas ce livre qui me fera aimer les romans policiers !
Un tueur à gages que j'ai trouvé très antipathique exécute un contrat dans le World Trade Center au moment fatidique... Mais sa tête à lui est aussi mise à prix, il se demande pour quelle raison...
Beaucoup d'armes, beaucoup de sang versé, comme il se doit...
Commenter  J’apprécie          140
Shrulk
  09 février 2015
Pour son premier roman, Jean-Paul Chaumeil met en scène un tueur, W, qui s'apprête à honorer un « contrat » dans les tours jumelles le 11 septembre 2001, au moment même où le premier avion vient s'encastrer dans l'une des deux tours.
Dès lors, tout ne va bien sûr pas se dérouler comme prévu.
W est le narrateur, et il s'adresse directement à son lecteur. Dès le début du livre, on est happé par son récit et il ne va plus être possible de relever la tête jusqu'au dénouement. En ce qui me concerne j'ai lu ce livre en moins de 24 heures.
W nous déroule le film des heures et des jours qui suivent ce matin du 11 septembre, en l'entrecoupant de retours sur son passé, sur sa formation et quelques anciens contrats.
Les références musicales sont nombreuses puisque W a toujours des écouteurs dans les oreilles ou un CD dans l'autoradio de sa voiture. Les styles musicaux varient en fonction de son humeur du moment, ou de l'état d'esprit dans lequel il veut être.
Les références aux armes ne manquent pas non plus, W ne se contente pas de parler de fusils et de revolvers, il en cite de nombreux modèles, précisément, et détaille leur esthétique et les matériaux qui les composent.
Bien que n'étant expert ni en musique ni en armement, je ne me suis pas senti submergé par ces détails, qui donnent du relief au livre.
W a une vision assez particulière de son métier. Son parcours s'inscrit dans le contexte politique et économique mondial de la seconde moitié du XXe siècle. Les contrats qu'il exécute permettent de débloquer des situations ou d'en faire progresser certaines plus rapidement. Il n'est donc pas pour lui question de morale puisque ses interventions sont nécessaires à la bonne marche du monde.
Il s'agit là d'un très bon roman, qui tient en haleine de la première à la dernière ligne.
Merci à Masse Critique et aux éditions du Rouergue de m'avoir permis de découvrir cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
argali
  10 mai 2015
Walter, ou Max ou W, tueur à gage endurci, se voit un jour devenir gibier. Lui qui a toujours été du bon côté du viseur devient la cible. Nous sommes le 11 septembre 2001. Rien n'est ordinaire dans cette journée. L'atmosphère enfumée est lourde, la tension perceptible, les rues désertes et le silence de plomb. A qui se fier ? Comment sortir de là ? Et surtout pourquoi est-il devenu l'homme à abattre ? Voilà bien un thème cher au thriller que celui de l'arroseur arrosé ou du héros « au mauvais endroit, au mauvais moment ».
Dès la première phrase du récit « Pourtant, tout avait bien commencé. » nous entrons dans le vif du sujet et dans la tête du tueur. Plongé dans ses pensées, parfois interpellé par ce narrateur, nous vivons cette journée et la suivante, heure par heure comme si nous y étions. Quelques flashbacks nous expliquent comment il en est arrivé là, quels furent son parcours et ceux que le hasard a mis sur sa route. Cynique et professionnel avant tout, il nous devient cependant sympathique et l'on espère qu'il sortira de ce mauvais pas avec élégance.
Le style incisif et l'écriture épurée vont droit au but et rendent ce récit rythmé d'un bout à l'autre. Même si sa morale est aléatoire, on se surprend à partager quelques pensées du tueur lorsqu'il dénonce la société américaine ultralibérale, sclérosée et cynique elle aussi. Quoiqu'on fasse, l'argent mène le monde et alors que des milliers de personnes vivent dans l'angoisse d'avoir perdu un proche dans cet attentat, d'autres se lamentent sur la chute des cours à la bourse. Triste monde déshumanisé que le nôtre.
Jean-Paul Chaumeil nous offre un très bon premier roman
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
7878751021
  05 février 2015
Une coulée de lave en fusion : c'est l'image qu'évoque, pour moi, ce 1er roman.
Un torrent composé :
de rouge, ... comme le sang.
de noir, ... comme l'environnement.
de brillant, ... comme des éclats de lumière dont l'intensité vous agresse les yeux.
Et un pouls, rapide ou lent, une pulsation implacable, qui vous mène .... jusqu'à la dernière page.
Se pose-t-on la question du bien ou du mal, face à un torrent de lave ?
Et lui, se pose-t-il la question du bien ou du mal ? Non, force de la nature, il est. Et s'impose. Avançant sur son chemin, à son rythme,simplement, implacablement.
"Pourtant , tout avait bien commencé."
Telle est la première phrase du premier chapitre. Après, à vous de découvrir cette histoire étonnante d'un personnage au job pas commun (celui de certains "voisins" au cinéma) qui part remplir un "contrat" dans les tours du World Trade Center un matin du 11 septembre 2001.
Trop tard ! En lisant la première phrase vous aurez mis le doigt dans l'engrenage. Vous serez entrainé, inexorablement, dans le magma bouillant, gluant, speedé et froidement analytique à détaché du personnage principal et de son monde ... jusqu'à la fin.
Une écriture nerveuse comme certaines des musiques évoquées, un style "parlé" qui colle parfaitement aux côtés "rocailleux" et "bruts" évoqués .... dans une belle adéquation à l'histoire contée et à son rythme.
En un mot : BRAVO !
Et, pour un CONTRASTE étonnant et saisissant, je vous conseille d'enchaîner cette lecture par celle d' "Amours" de Léonor de Récondo ... ou de vous faire une idée des raisons de ce conseil en lisant la critique que j'en ai faite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
zedid
  09 septembre 2016

Pénétrer dans le monde décrit par JPC n'est pas sans danger. Tout d'abord par la vie plutôt agitée de son héros Walter ou William ou W si on veut faire court, c'est comme vous voulez car ce Walter là, genre tueur à gages au service d'un capitalisme qui tient mordicus a régner sur le monde, ce Walter là donc ne fait pas dans la dentelle mais foin de sensiblerie il y a des moments pour penser et d'autres pour agir et on le paye pour ça et même cher...très très cher...Alors pourquoi se gêner surtout que le boulot il le fait pas mal d'ailleurs c'est bien pour ça qu'on le paye si cher alors tout le monde y trouve son compte.
Mais la mission qu'il doit effectuer cette fois ci dans le World Trade Center, éliminer un mec, récupérer sa mallette et la remettre à un tiers ne va pas du tout se passer comme prévu car bien sur ça tombe un certain 11 Septembre. C'est ballot.
S'en suit une course effrénée car tout le monde tout à coup a l'air d'en vouloir à sa peau. Ses anciens collègues de travail comme ses ennemis.
Je ne dis pas que chacun de nous rêve ou a rêvé de vivre la vie de Walter mais le moins que l'on puisse dire c'est que c'est plutôt punchy. Peu de moments de repos, dialogues nerveux pour ne pas dire libérés de toute retenue servis par une connaissance pointue du monde des armes et tel un JP mais cette fois si Manchette, il nous les décrit avec précision comme doivent être les tirs, m'autoriserais-je. Agrémentez le tout d'une bande son particulièrement bien choisie et imaginez vous naviguer dans un NY dévasté par ce jour fatidique et vous avez un cocktail vraiment bien foutu. Grâce à des allers et retours retraçant la vie de notre héros, JP Chaumeil nous renseigne d'une manière très précise sur les rouages de la société dominante et ses manières de gérer les petites contrariétés qui pourraient nuire à son bon fonctionnement. Instructif et haletant !!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   16 juin 2015
Dans notre job la règle est simple : quelqu’un passe commande, il paye, on exécute. États d’âme s’abstenir ou passer son chemin. ainsi, il avait un contrat sur moi, commandité par ceux qui m’avaient recruté et formé. Comme moi, me dis-je, j’en avais eu un Samarkand sur un ex-crâne rasé lui aussi recruté et entraîné par Dan est sa bande.
J’ouvris à nouveau le téléphone mais plus rien n’était accessible et le réseau était saturé ; je le mis sous mon pied, me levai et l’écrasai consciencieusement. Je n’avais qu’une chose à faire, continuer à vivre avec les atouts à ma disposition : j’avais un gros avantage, j’étais vivant et ils ne le savaient pas encore, moi si, ça me donnait quelques longueurs d’avance, après on verrait. p. 54
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh   25 janvier 2015
Sans haine ni violence inutile, mais aussi sans limite, l'énergie vitale d'entreprendre et de gouverner agissait comme un trop plein de vie qui débordait de ceux qui dirigeaient ce monde et qui parfois ne pouvait totalement se déployer dans le cadre d'un Etat de droit.
Commenter  J’apprécie          10
nathavhnathavh   25 janvier 2015
Pour eux, le business qu'ils faisaient et le capitalisme ça ne faisait qu'un. La concurrence et le chacun pour soi la journée et le soir craquer le fric les yeux fermés. Ils savaient qu'ini à New York, on respecte la violence et eux, ils en avaient à revendre, voilà pourquoi ils pouvaient prétendre à tenir le haut du pavé.
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh   25 janvier 2015
...on serait en quelque sorte les exécutants d'une espèce de renaissance démocratique en marche dans l'Italie moderne, mais qu'il fallait par moments secouer le peuple pour qu'il comprenne mieux et plus vite quel était son intérêt.
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh   25 janvier 2015
Quant à moi, je n'existe pas, eux ne m'ont pas recruté, mais le boulot est fait, leurs affaires se portent mieux et moi je touche de la thune, pour nous tous c'est du offshore et du cash net d'impôts.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : tueur à gagesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Lecteurs (21) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1213 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .