AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782228898324
342 pages
Payot et Rivages (09/03/2004)
4.22/5   9 notes
Résumé :

Au désir de fusion, hérité du romantisme, encore omniprésent dans les idéaux amoureux et les représentations sociales de l’amour, s’oppose l’exigence d’indépendance et d’autonomie de l’homme moderne. Cette antinomie est d’autant plus marquée quand ce sont les femmes, traditionnellement chargées du devoir d’amour dans le monde occidental, qui affirment une volonté ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
GabySenseiGabySensei   06 février 2013
L'attente des partenaires vis-à-vis du couple n'est plus celle de leurs grands-parents: "Nous attendons beaucoup plus du couple. L'enjeu est plus élevé, et comme il en va souvent ainsi, la probabilité de gagner en est d'autant plus faible. Il ne s'agit plus en effet de survie, mais de félicité; plus seulement de bonne entente, mais de fusion; plus seulement de dialogue, mais de transparence; plus seulement de satisfaction, mais de salut." On attend surtout du couple une révélation de son moi profond. On demande à l'amour d'être un révélateur de soi-même et de l'autre. "Aujourd'hui il semble que l'on rentre dans la vie de couple comme dans la recherche d'un moi idéal, enchanté que l'autre seul peut nous donner et que seul l'on peut donner à l'autre." C'est une démarche quasi psychanalytique de reconnaissance de l'intériorité au moyen d'une rencontre intersubjective. Ceci ne peut donc se faire que dans une rencontre unique et par conséquent irremplaçable, exclusive. "L'autre est tout pour moi, à la fois le révélateur de mon identité la plus profonde et à la fois l'être révélé. Cette union doit donner sens à notre vie commune." Ce mouvement fusionnel qui réclame à l'amour d'être le révélateur du sens même de son existence est cependant contrebalancé par un mouvement inverse. L'individualisme et l’exigence d'autonomie du sujet supposent une plus grande prise en charge de son destin et par conséquent le refus de le confier entièrement à autrui, fût-ce par amour. L'amour moderne met l'accent sur le danger d'être avalé, englouti dans l'autre et d'y perdre son autonomie, sa personnalité, son identité. Le sentiment d'identité donne sens à la relation amoureuse moderne, mais il est devenu tellement important qu'il en entrave aussitôt l'expression. L'identité, la personnalité ne doivent pas se consumer dans un processus fusionnel qui ferait disparaître l'unicité des partenaires. [...] On exige du couple l'intensité de la fusion et du partage sans réserve -conduisant à ne faire qu'un-, en même temps que s'exprime la volonté de conserver une part d'autonomie et de ne pas disparaître en tant que personne dans un projet commun. [...] Les représentations de l'amour encore omniprésentes qui réclament la fusion et la durée entrent en conflit avec des exigences sociologiques qui imposent l'égalité des rôles et l'autonomie des histoires de vie. Il y a là donc une évolution ambivalente de l'amour romantique dans la société contemporaine. Les partenaires du couple sont encore déchirés entre ces deux tendances: socialisés d'une part avec des représentations et des modèles parentaux de l'amour fusionnel, sécurisants certes, mais insupportables à vivre, et confrontés d'autre part aux exigences contemporaines de liberté et de partage limité. Bien des crises de couple résultent de ce désir de concilier ces aspects contraires.
(P94)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
AngelonyxAngelonyx   15 mai 2017
L’Église a toujours préféré les mariages de raison où l’amour est simulé aux amours vagabondes non institutionnalisées. Il y a à cela plusieurs raisons. Le fait que la sexualité soit souvent plus présente et intense dans "les amours de coeur que dans les amours de tête" n’y est pas étranger. La haine du corps, le rejet des sens, et la grande négation des émotions dans la culture occidentale s’y expriment également. Du reste, si l’Église chrétienne s’est longtemps opposée à la séparation des époux, c’est moins par respect d’une conception spécifique de la relation d’amour que pour des questions théologiques, le mariage représentant sur terre l’union du Christ et de son Église, ainsi que pour des questions de contrôle de l’ordre social.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
GabySenseiGabySensei   06 février 2013
La jalousie n'est pas le signe de l'amour, mais une marque de l'insécurité et de la dépendance. Elle est liée au projet du couple construit sur un idéal de fermeture: quand on n'existe que par l'autre, le moindre détournement du regard est une négation de son identité.
(P58)
Commenter  J’apprécie          80
AngelonyxAngelonyx   21 mai 2017
Élisée Reclus rappelle que les dames florentines s’assuraient dans leur contrat de mariage de droit d’avoir un amant. À la cour de Vienne également, au XVIIIè siècle, les usages connus sous le nom de "sigisbéisme" autorisaient une femme à venir avec son mari et son amant ; mieux, il était alors inconcevable d’inviter le couple sans l’amant : "la coutume veut que chaque dame ait deux maris, un dont elle porte le nom et un autre qui a les prérogatives de l’époux".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AngelonyxAngelonyx   21 mai 2017
L’Église a ainsi doublement dévalorisé le sexe en vulgarisant l’idée qu’un homme marié a de quoi se satisfaire et qu’il est donc plus fautif que le célibataire en cas de rapports sexuels extraconjugaux, ou vénaux. L’Église divulgue ainsi l’idée qu’une pulsion sexuelle n’est qu’un rapport "hygiénique", équivalent à un autre, ce qui induit que toutes les femmes se valent. Il n’y a pas de sacré dans le rapport. L’Église a, ainsi, contribué à désacraliser la sexualité. La haine du corps, du sexuel et finalement du terrestre en constitue le paradigme. À une culture judaïque qui tient le sexe en suspicion, la chrétienté a sans cesse rajouté des degrés de rejets supplémentaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Serge Chaumier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Chaumier
"Inclusif", "polyphonique", contribuant à la "justice sociale"... La proposition d'une nouvelle définition du musée n'a pas été adoptée début septembre. Surtout, elle a mis au jour une grande division entre les professionnels culturels, partagés sur le rôle et l'avenir des musées au XXIe siècle.
Emmanuel Laurentin reçoit Jacqueline Eidelman (professeur à l?École du Louvre, responsable de la mission ministérielle sur les musées du XXIe siècle et du rapport "Inventer des musées pour demain"), Didier Rykner (historien de l?art et directeur de la rédaction de la Tribune de l?Art), Serge Chaumier (sociologue de la culture, professeur de muséologie à l'université d'Artois) et Juliette Raoul-Duval (présidente de l?ICOM France).
Le Temps du débat d?Emmanuel Laurentin ? émission du 13 septembre 2019 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/temps-du-debat
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤22Didier Rykner9¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Pratiques sexuellesVoir plus
>Sciences sociales : généralités>Culture et normes de comportement>Pratiques sexuelles (242)
autres livres classés : sociologieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4524 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre