AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2844853218
Éditeur : Allia (21/08/2009)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 12 notes)
Résumé :
A travers La Crise commence où finit le langage, Eric Chauvier tente de saisir les raisons de l essor de la « crise » qui, plus qu un mal de notre temps, apparaît comme le nouveau mode de désignation de la catastrophe auquel sembleraient vouées l Histoire et l espèce humaine. Loin de consentir à un tel fatalisme, l auteur entreprend de mettre à jour ce qui se cache derrière le mot « crise » dans la mesure où ce terme semble avant tout être agité comme un paravent vo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Erik35
  15 février 2017
LA CRISE : ET SI ON EN PARLAIT ?
En 45 pages d'un petit opuscule publié par les excellentes éditions Allia, et pour une somme fort modique, Éric Chauvier nous invite à réfléchir sur notre consommation d'informations et l'angoisse de l'être ordinaire qui y est confronté. "La crise commence finit là où commence le langage" est second volet du dyptique entamé avec "Que du bonheur", et qui part à peu près du même postulat : le langage, surtout dans ses formules anodines, est un traître qui vous prépare à l'asservissement. Comme précédemment, Éric Chauvier part d'un fait sans importance : une conversation commerciale au téléphone entre lui et une de ces voix aux formules toutes faites. Après avoir disséqué la part de consensus de part et d'autre que constitue ce type de dialogue, il va assez profond dans la tentative d'explication du profond malaise qu'il suscite en lui. S'appuyant sur Wittgenstein surtout, Cavell un peu moins, il creuse, revient sans cesse sur ces quelques lignes banales, pour en arriver à un constat devant lequel on le sent terrifié : ces échanges commerciaux ne seraient qu'une torture, consentie de part et d'autre, en vue de préparer l'acceptation de la misère sociale. En épuisant les mots, en vidant le langage de sa force, en nous faisant accepter que les échanges verbaux n'aient plus de sens, on nous prépare à dire amen aux formules acceptées par tous, et notamment toutes celles sans cesse délivrées sur la crise actuelle. Une démonstration dense et parfois ardue que l'auteur, par ailleurs anthropologue, a le bon goût de rendre précise et rapide, condensant ses concepts philosophiques pointus en quelques pages assez enlevées.
Le vivre ensemble reposerait ainsi désormais sur une technique oratoire de l'urgence susceptible d'être réitérée de façon illimitée. Claude Lévi-Strauss disait : « La crise est bonne à penser », ce que l'universitaire ne nie pas forcément mais dont il estime qu'il reste à en définir le cadre et la démarche de cette réflexion, qu'il ne pense pas se situer du côté des politiques ni des économistes, trop souvent autoproclamés experts, mais plutôt du côté des philosophes. L'existence de chacun ne se renouvellera pas en profondeur sans une clarification régulière de l'usage qui est fait du langage ordinaire. « Lorsque les mots seront clairement prononcés, le temps sera venu de ne plus se faire d'illusions », conclut Éric Chauvier.
Un texte bref, parfois cinglant, qui ne cède jamais à la facilité, et qui, sous couvert d'une critique définitive de l'utilisation dévoyée du langage, voire de l'annonce de sa fin véritable, est cependant une invitation à l'éveil nécessaire des conscience et à la lutte, ne serait-ce qu'individuelle, des intelligences contre des fantasmagories, totalement hors contexte et décontextualisées, préfabriquées et terriblement nuisibles de notre temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Erik35Erik35   14 février 2017
Le vivre-ensemble repose désormais sur une technique oratoire de l'urgence susceptible d'être réitérée de façon illimitée. Cette rhétorique vous presse et vous intimide, favorisant votre projection dans un environnement d'invisibles, axé sur la défiance, l'individualisme, le repli sur soi, l'absence d'idées personnelles, de perspectives critiques et, pour tout dire, de tempérament.
Commenter  J’apprécie          40
Erik35Erik35   15 février 2017
C'est ainsi que prend forme le consensus de crise : dans la prostration du langage. C'est ainsi que toute disposition individuelle à la vulnérabilité psychologique est travaillée au corps par le langage ordinaire, par ces mots qui n'ont l'air de rien.
Commenter  J’apprécie          50
Erik35Erik35   16 février 2017
Lorsque les mots seront clairement prononcés, le temps sera venu de ne plus se faire d'illusions.
Commenter  J’apprécie          40
Erik35Erik35   14 février 2017
Pour l'heure, les nouveaux experts avancent des éléments de définition assez nébuleux quant aux crises planétaires - ce qui est normal puisque, en sciences économiques, l'explication d'une situation n'a rien à voir avec sa compréhension.
Commenter  J’apprécie          10
Erik35Erik35   15 février 2017
La fin du langage est la condition sine qua non d'une perception métaphysique de ce qui domine et afflige.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Eric Chauvier (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric Chauvier
Le 16 décembre 2016, Mathilde Serrell et Martin Quenehen recevaient Eric Chauvier dans Ping Pong, aux côtés du journaliste et écrivain Philippe Vasset et de Jean-Claude Poisron, documentariste.
autres livres classés : criseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
298 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre