AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782812927614
376 pages
De B (10/03/2022)
4.38/5   12 notes
Résumé :
1905 : la sixième édition de la coupe Gordon Bennett, du nom du célèbre homme de presse américain, se prépare. L'Automobile Club de France a choisi pour cadre Clermont-Ferrand et son «circuit de la mort». Début juillet, dix-huit pilotes, de six nationalités différentes, s'affronteront le long des 549 km du circuit. Alors que se dévoile en filigrane une rivalité franco-allemande à travers coureurs (Léon Théry vs Camille Jenatzy ) et constructeurs (Richard-Brasier vs ... >Voir plus
Que lire après L’ivresse du ventVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
1905 : l'Automobile Club de France prépare la course Gordon-Bennet. Il a été décidé qu'elle aurait lieu en Auvergne, un circuit autour des puys, donc "périlleux".
1905 : les femmes, dites "chauffeuses" sans que ce soit péjoratif, sont exclues de ce genre de festivités, même si elles commencent à piloter des voitures après avoir passé un examen de certification à la conduite. Pour quels motifs sont -elles écartées ?
« Elle se doutait que le président de la commission sportive, comme beaucoup d'hommes en général, avançait l'instabilité émotionnelle, la tendance au rêve et la possible absence de réactivité face à l'imprévu pour désapprouver la conduite d'automobiles par les femmes » P 19
Vous vous reconnaissez, mesdames ?
Ce fût un grand chambardement en Auvergne pour les hommes du pays, bien sûr, qui n'avait jamais vu autant de circulation. Mais aussi pour les poules et les vaches qui ont payé un lourd tribu à ces vitesses folles.
Et la description de la vie campagnarde comme de celle de la bourgeoisie a été très édifiante.
Toujours est-il que j'ai trouvé cette épopée fort intéressante, mettant en scène des personnages connus comme des anonymes. Par exemple, Edouard et André Michelin qui avaient organisé le changement de pneus à chaque ravitaillement ( trois à quatre minutes par pneu, un record, mais avec une main d'oeuvre énorme ).
Alors, je ne suis férue ni de vieilles voitures, ni de circuit automobile, mais les noms de tous ces véhicules aujourd'hui disparus m'a fait rêver : Delahaye, Panhard-Levassor, de Dion-Bouton etc.
Pas vous ?
Une lecture que je n'hésite pas à recommander.
Commenter  J’apprécie          270
L'ivresse du vent de Véronique Chauvy Ed. De Borée 2022


« En 1905, la sixième édition de la course Gordon-Bennet a lieu en France, sur le circuit d'Auvergne. Un tracés périlleux autour de la chaîne des Puys qui rassemble les plus grands pilotes internationaux et suscite l'enthousiasme et la curiosité du public. »

L'ivresse du vent de Véronique Chauvy, c'est l'ivresse de la lecture, des histoires racontées avec brio, des personnages qui sonnent vrais et des lieux que l'on a tout de suite envie de visiter !
Dans ce roman, Véronique nous embarque à bord de sa voiture « de tête » Elle tient le volant, vous êtes les passagers heureux d'un voyage inoubliable. Car oui, vous allez remonter le temps ! « Retour vers le futur » n'a qu'à bien se tenir ! Autant vous dire que la course Gordon-Bennet décoiffe.
1905. A nouveau siècle, nouvelles avancées. Les femmes sont de plus en plus présentes dans les milieux où les hommes les attendent le moins… Alors oui, ils grincent des dents ! Il n'empêche, à l'instar de la duchesse d'Uzès en 1898, la gente féminine passe le permis de conduire et se lance dans la mécanique (Il était temps car la guerre se profile. Dès 14, les conductrices seront appelées à soutenir l'effort de guerre)
Cette course mythique réunit des sportifs de plusieurs nations, dont l'Allemagne. N'oublions pas la défaite de 1870, et l'esprit de revanche qui anime les français ! Rivalités, adrénaline à 50 km/h (ça fait sourire mais imaginez l'état des routes de montagne à cette époque !) problèmes mécaniques, et d'approvisionnement, politique de développement de la région… Tous les sujets sont abordés avec intelligence sans excès par l'intermédiaire de personnages fictifs ou ayant existé. le lecteur participe à la préparation de la course, s'enquiert des risques et des attentes ou des angoisses de la population, attend le jour J avec impatience et dans le même temps, il suit le parcours avec une conductrice chevronnée et une mécanicienne hors pair (et si sympathique…)
Des destins se font, se défont, se mêlent… Bref, une vraie vie de roman !

Alors, en voiture Simone !
Commenter  J’apprécie          10
Le 28 décembre 1904, la commission sportive de l'Automobile Club de France se réunit pour préparer la sixième édition de la coupe Gordon Bennett. Parmi les décisions très attendues, figure la localisation géographique du circuit. « La Gordon-Benett 1905, qui assurerait le triomphe d'un sportif, le succès d'un constructeur et le prestige d'une nation sur ses concurrentes, allait se disputer sur le tracé aux courbés rudes de la volcanique Auvergne. » (p. 10) Cette course, qui se déroulera début juillet et opposera des coureurs de six nationalités différentes, a un arrière-goût de revanche pour l'Allemagne et la France.


Edmond Duplantier, représentant de l'Automobile Club de France, est chargé de reconnaître le circuit. Tous les mois, il effectue des repérages : il doit vérifier la signalisation, indiquer les zones dangereuses, recommander des hôtels et des restaurants. Il gère, également, les relations avec les habitants. En effet, si certains se réjouissent d'assister aux festivités et de pouvoir approcher les bolides, d'autres se plaignent des dommages : poules écrasées, routes entravées, etc.


Trois femmes attendent, impatiemment, la course. Hélène, une infirmière, rêve de pouvoir conduire une voiture. A cette époque, rares sont les personnes à en posséder et les femmes ne sont souvent que passagères. Gabrielle est une des rares femmes à posséder la sienne. Elle se bat pour que la course ne soit pas réservée qu'aux hommes. Pour cela, elle entraîne avec elle, Sabine, une mécanicienne qu'elle a rencontrée, par hasard. Ces trois figures féminines sont les véritables héroïnes de l'histoire.


Alors que les courses automobiles ne me passionnent pas, le nom de l'auteure m'a donné envie de lire ce roman. Je pressentais que Véronique Chauvy saurait me captiver. Je ne me suis pas trompée. En effet, L'Ivresse du vent s'intéresse à l'aspect humain des faits et au contexte sociétal. La coupe Gordon-Bennett est décrite, essentiellement, par les voix féminines. Aussi, nous ressentons cette envie d'égalité, qui ne se limite pas à la course. L'enjeu s'étend dans la sphère privée et publique. Les femmes mènent un combat sur les routes et en dehors. J'ai aimé aussi que les ressentis soient variés : les enfants sont fascinés par les bolides, les restaurateurs et les hôteliers se réjouissent de la fréquentation de leurs établissements, des jeunes filles connaissent leurs premiers émois, les éleveurs s'inquiètent pour leurs animaux, les riverains déplorent les modifications de leurs habitudes, etc. le récit de la course ne se limite pas au circuit, l'auteure s'attache à montrer toutes les conséquences, des plus amusantes aux plus dramatiques. Les idylles amoureuses apportent un souffle romanesque à l'histoire, mais montrent que le respect et l'égalité ne se conquièrent pas que par les lois, mais aussi dans l'intimité. Enfin, j'ai apprécié que les personnages fictifs et réels se mêlent dans ce roman décoiffant.


J'ai adoré L'Ivresse du vent.


Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
Commenter  J’apprécie          30
Bonjour chers amis. Aujourd'hui 10 mars voit la sortie du dernier roman de Véronique Chauvy, l'Ivresse du vent. Un magnifique roman. Je vous transmets ma chronique, en espérant vous donner envie de la lire.
C'est un régal à chaque fois de recevoir, en avant première grâce au Service Presse des éditions De Borée, le dernier roman de Véronique Chauvy. Roman que je me suis empressé de lire, tant j'apprécie l'écriture de cette auteure que j'ose considérer comme une amie. Lecture à peine terminée, je m'attache à écrire cette petite chronique.
Un roman qui se déroule en Auvergne et des courses de voitures en ce début de siècle qui a vu tant d'innovations, il n'en fallait pas plus pour attirer ma curiosité et me faire plonger dans cette découverte. D'une écriture toujours aussi sensible et détaillée, Véronique Chauvy nous conte le destin de trois femmes issues de milieu différents dont les vies vont se croiser. Hélène, la jeune infirmière auvergnate, Gabrielle, une riche héritière amoureuse des voitures, et Sabine, enfin, qui ne se plaît que les mains dans un moteur, situation toute à fait incongrue à une époque où les femmes commencent à rêver d'égalité entre les sexes. Trois belles histoires d'amour sur fond de course automobile, la fameuse Gordon-Bennett qui cette année là se déroule sur les routes sinueuses et traîtresses d'Auvergne. Situations cocasses, amour, et mêmes tragédies se succèdent tout au long de ces lignes, qui mêlent adroitement faits réels et romanesque, sans jamais lasser le lecteur. Loin de moi l'idée de vous en révéler l'intrigue ou de vous en dévoiler le dénouement. Je vous laisse forger vous-même votre propre opinion, Je ne peux que vous conseiller vivement d'ouvrir ce livre à la première page et de vous laisser emmener, tout comme moi, par le talent de l'auteure.
Commenter  J’apprécie          10
Le dernier roman de Véronique Chauvy qui nous emmène vers le monde sportif des courses automobiles, notamment vers la sixième édition de la coupe Gordon-Bennett de 1905 qui a lieu cette fois en France dans les massifs d'Auvergne. Un circuit redouté et redoutable, surnommé "le circuit de la mort".

Un univers qui m'était jusqu'alors très peu connu, un monde de passion automobiles, en ce début de 20ème siècle, où les courses ne sont pratiquées que par la gent masculine, mais qui va donner aux femmes l'envie de vouloir s'affirmer elles aussi en ce domaine et pas que. Jusque-là, les dames n'avaient droit qu'à la place de passagère à côté du chauffeur, genre belle plante exhibée dans une carrosserie luxueuse ; les temps changent, pourquoi ne pourraient-elles pas, dans un premier temps conduire, à défaut de pouvoir concourir ? le ton est donné.

Voitures de grandes marques, pilotes de renom, compétition et performances vont tenir en haleine et séduire toute une population du plus petit au plus âgé, avec toutefois quelques récalcitrants car ce circuit apportera son lot d'inconvénients, de grincements de dents pour le monde rural qui va se trouver chamboulé et voire imposer certaines contraintes ; néanmoins un apport touristique bon pour le commerce atténuera leurs revendications. de grands noms célèbres, constructeurs automobiles, fabricants de pneus, pilotes renommés, hommes d'affaires et politiques vont côtoyer les protagonistes très sympathiques de cet ouvrage, le rendant fort passionnant.

Un véritable travail de recherches très pointues qui nous relate et nous explique cette fièvre automobile et ce plaisir pour les compétitions de vitesse. Des personnages attachants, un réel contraste entre anciens aristocrates, bourgeois ou nouveaux riches et le monde rural bien ancré dans une France profonde, rustique et rustre. Deux mondes différents, passionnés par une même course avec des enjeux similaires. Nous allons vivre au-delà de tout ce monde mécanique, les 1ers émois de jeunes filles, les amours adultères de certains, liaison saphique d'autres, bref, un roman qui décoiffe et en étourdira plus d'un. C'est donc dans ce monde d'hommes que l'on va évoluer et constater que les femmes sont bien décidées à s'affirmer autant en matière de mécanique que socialement.

Je remercie Véronique pour ce beau roman historique et sportif, ainsi que les Editions de Borée et Virginie en particulier pour son envoi en SP.
Lien : http://jose-lire-et-le-dire...
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
- Cette rencontre a quelque chose de stimulant, et je ne parle pas seulement du chocolat ! Cette femme et moi avons un point commun, c'est de gérer une entreprise qui nous conduit à nous imposer dans un milieu d'hommes. Pour moi, il s'agit du personnel dans sa grande majorité ; pour elle, ce sont les concurrents.
La passion faisait briller les yeux de Gabrielle.
- Quelle chance ai-je de vivre en ce début de siècle ! Nous, les femmes, sommes amenées à assumer de plus en plus de responsabilités. Quel tournant !
- A prendre à la corde ! plaisanta Sabine.
P 223
Commenter  J’apprécie          110
En ce vendredi 12 mai, l'Automobile-Club d'Auvergne entreprenait sa troisième excursion, l'avant-dernière avant les éliminatoires françaises. Autant dire que l'oeil avisé des organisateurs cherchait à ajuster les ultimes détails dans les travaux d'aménagement. Les sportsmen étaient partis en compagnie d'autorités militaires et administratives - la préfectorale étant particulièrement bien représentée - afin d'envisager la question cruciale du service d'ordre. On prévoyait de disperser tout le long du circuit, en postes réguliers, plus de sept mille militaires et plus de mille gendarmes à pied et à cheval.
P 128-129
Commenter  J’apprécie          40

Video de Véronique Chauvy (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Véronique Chauvy
Découvrez le nouveau titre de Véronique Chauvy, l'Ivresse du vent paru le 10 mars 2022. Suivez l'aventure de Gabrielle à travers l'essor de l'automobile au début du XXe siècle et de la célèbre course Gordon Bennett.
autres livres classés : 1905Voir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (30) Voir plus



Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
306 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre

{* *}