AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,1

sur 40 notes
5
2 avis
4
3 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
marina53
  07 novembre 2017
Après le décès de sa maman, qu'il a appris dans le journal, Fane, un glandeur sans envergure, amateur de bières et de bagarres, revient au pays. C'est dans la maison familiale, déjà occupée par Mo, son frère simple d'esprit, qu'il compte s'installer. À ses côtés, Lilas, une jeune femme perdue, sensuelle et attirante, sa toute nouvelle petite amie qu'il a sauvé des coups de son compagnon, en échange de cent balles, d'une caisse de bières et d'un lapin. Mais, la maison, coincée entre deux garages appartenant aux Voke, va susciter des convoitises. Cela fait des années que ces derniers tentent de racheter le terrain afin d'agrandir leur entreprise. Fane ne compte, évidemment pas, se laisser faire. Sous ce soleil écrasant, dans cette atmosphère étouffante et pesante qui chauffe les esprits et les corps, le tension monte peu à peu...

D'abord adapté au cinéma par Gérard Krawczyk en 1987, le roman de Pierre Pelot se décline cette année sous la forme de bulles. Un album différent et du roman et du film. Après tout, Pierre Pelot fait ce qu'il veut... Dans cette version, l'on retrouve Fane, venu enterrer sa mère et par la même occasion, récupérer la maison, Mo aux cases emmêlées et la belle et sensuelle Lilas. Trois âmes cabossées, un peu perdues et parfois naïves. Dans la moiteur des jours, la tension s'intensifie jusqu'à ce dénouement dramatique. Graphiquement, Jean-Christophe Chauzy rend parfaitement palpable cette ambiance à la fois sensuelle, suffocante et plombante. Lumineuses, les planches regorgent de soleil. Lumineuse aussi, Lilas, une jeune femme plantureuse jouant de ses charmes, pas très futée et voulant à tout prix se marier et avoir des enfants. Ses couleurs réalisées à l'aquarelle ainsi que son trait expressif magnifient ce scénario devenu culte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
Renod
  20 août 2017
Fane revient au pays à la mort de sa mère. Il compte s'installer dans la maison familiale avec son frère, Mo, handicapé mental et Lilas, son amie. Il a troqué la jeune femme à un copain de boisson contre une caisse de vin, un lapin et cinquante francs. le couple peut surprendre : Fane a été défiguré et a perdu quatre doigts de la main droite dans un accident ; Lilas, de vingt-cinq ans sa cadette, a de faux airs de Jane Fonda, est plantureuse et pue la sensualité. Fane souhaite mener une vie oisive, vivre sur sa pension et celle de son frère et écrire des romans policiers. Mais très vite des tensions apparaissent avec ses voisins qui souhaitent acquérir la maison pour agrandir leur garage. La tension monte. Ce village des Vosges est écrasé sous une canicule étouffante. La chaleur et le corps de Lilas excitent les esprits et les vieilles rancoeurs. L'orage ne va pas tarder à éclater…

J'ai commencé ce livre en ayant en mémoire quelques images du film tiré du roman. Et ces images ont un visage, celui de Pauline Lafont. Un corps d'une sensualité à couper le souffle qui allume le désir des hommes. Ses formes débordent de ses robes trop courtes ou de son tee-shirt serré. « Elle ne pouvait pas faire un mouvement, rien, sans que ce soit tout un spectacle. » Un charme naturel et sans calcul. Tout ce que désire Lilas, c'est se marier et avoir des enfants avec un homme qui ne la bat pas. L'autre clef du roman, c'est le village hostile qu'on devine situé dans les Vosges (on y cueille des brimbelles). le patelin est peuplé de vieilles femmes et s'il est traversé par les touristes en saison, chacun s'épie et médit des autres. le retour de Fane aux bras de Lilas est loin de passer inaperçu. Surtout dans cette ambiance caniculaire où l'on s'assomme de bières discount, de pastis et de mauvais vin.

Un roman étouffant, électrisant et sensuel. Je ferme et range le livre mais je garde Pauline/Lilas bien au chaud, dans mon armoire à fantasmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Fransoaz
  10 juillet 2017
Fane vient d'hériter de la maison de sa mère puisque celle-ci vient juste de se faire « tartiner » par un camion sur la Nationale qui passe devant chez elle. Il s'y installe avec Lilas la jolie pin-up aux tenues légères et suggestives. Shawenhick, le mec de Lilas, l'a laissé partir contre un lapin, une caisse de bières et cent balles. L'arrivée inattendue de Fane et de sa « poule » vont permettre à Mo, le grand frère à l'esprit troublé et obsessionnel, de rester vivre dans la maison familiale.
Dans la moiteur de cet été suffocant et torride qui glisse en « pente douce » les conflits de voisinage vont se réactiver. Les garagistes voisins veulent acheter la maison de Fane et de Mo pour pouvoir agrandir et moderniser leur entreprise.
Trente-sept ans après la sortie de son roman, trente ans après le film éponyme, Pierre Pelot réinvente l'histoire de Fane, de Mo et de Lilas en s'alliant avec Jean-Christophe Chauzy dessinateur de bandes dessinées. L'association est plutôt heureuse, ils signent ici une oeuvre réaliste et minutieuse. La vie de débauche, la lascivité des personnages transpirent et débordent de chaque planche créant une atmosphère pernicieuse et malsaine. Chaque dessin, chaque élément de l'histoire concourent à la chute finale et inévitable.
Si je reconnais de grandes qualités à cette bande dessinée, la précision descriptive des dessins, le choix des couleurs, je ne me suis jamais accordée avec ces personnages que j'ai trouvés veules, violents, cupides et balourds. La tension dramatique se délite dans la fournaise des premiers dessins qui annoncent déjà l'épilogue ! Un rendez-vous inaccompli entre cette histoire torride et moi.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124
littleone
  20 juin 2017
"L'été en pente douce" ce titre vous dit sans doute quelque chose ? le livre écrit en 1980, le film il y a trente, lequel a rencontré un vif succès populaire. Pour fêter cet anniversaire, une bande dessinée, réécrite par son auteur Pierre Pelot, illustrée et coloriée à l'aquarelle par Jean-Christophe Chauzy vient tout juste de paraître ! J'ai la chance de l'avoir reçue de Fluide Glacial grâce à ma participation à Masse critique. Un grand merci à tous.
Fane, enfant du pays, revient au village après une longue absence, juste au moment de l'enterrement de sa mère ! Il est accompagné de Lilas une pin-up incendiaire vers qui tous les regards se tournent ! Fane retrouve Mo, son frère, un débile léger. Gamins ils jouaient dans la rivière quand une grenade oubliée par la guerre leur a pété à la figure ; l'un y a laissé des doigts, l'autre y a perdu la raison et craint qu'on ne le mette à l'hôpital. C'est l'été, il fait très chaud, le trio s'installe dans la maison de la mère, un petit coin de paradis d'après Lilas qui a suivi son voisin de HLM pour échapper au mec qui la brutalisait. Mais la maison est convoitée par les garagistes voisins prêts à tout pour l'absorber ! Jalousies et querelles de voisinage se réactivent tandis que le trio mène une vie plutôt agitée ! les sentiments sont exacerbés, avec sous-jacentes les difficultés liées au retour au pays. La tension monte, jusqu'au drame...
A mon humble avis, c'est parfaitement réussi, et des trois versions je crois que c'est celle que je préfère, bien que n'étant une spécialiste de la BD. Il y a ce qu'il faut de texte, un dessin très fin, expressif, avec le souci des détails, juste à la limite de la décence ! C'est très suggestif tout de même ! A tout ceci s'ajoute le jeu des couleurs ce qui donne vie à toutes les émotions, car comme le dit Pierre Pelot : "Chauzy a vraiment transcendé mon scénario... les potes qui boivent de la bière, ça transpire de partout... A les voir on est mort de rire !! c'est rudement bien mis en scène" ! Je suis plutôt d'accord avec lui ! la maison, le garage au bord de la route, l'atmosphère, tout y est !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100


Ctucorrect
  20 août 2018
Après avoir été marqué par le film, j'ai retrouvé avec plaisir les protagonistes de cette histoire sordide. le dessin de Chauzy sert bien l'histoire. Drame de la convoitise, traité avec réalisme. Les personnages ont tous leurs blessures et le format BD ne fait que survoler ces failles qui aurait mérité je pense, qu'on s'y attarde. J'espère que le roman de Pierre Pelot est plus profond, en tout cas, j'ai bien envie de le lire à présent.
Commenter  J’apprécie          20
Mathsy
  13 février 2018
La couverture résume assez bien la BD : c'est l'été, dans un village pommé, avec des personnes pommées, qui boivent en laissant le temps s'écouler et en imaginant des projets futurs qu'ils ne réaliseront jamais. Et puis il y a du sexe aussi, car il faut bien s'occuper.. Cette BD nous livre un joyeux bazarre dans laquelle se mélangent les querelles de voisinages, les histoires passées...
Ambiance d'un fait divers : on voit dès le début la maison brûlée puis un flash-back nous permet de remonter au début des évènements.
Les dessins ont des couleurs très vives, avec beaucoup d'ombrages : tout cela renforce l'idée de chaleur, de langueur.
Commenter  J’apprécie          10
Julver
  10 septembre 2017
J'ai adoré détester ces personnages crados, racoleurs et bas du front!! du pur Fluide Glacial, puisque c'est justement l'éditeur de cet ouvrage. On pense immédiatement aux rednecks américains, ambiance "Délivrance"... Je n'ai ni lu ni vu les opus originaux, mais cela me donne envie de m'y pencher.

On se sent un peu voyeur sur les bords et on se demande bien comment cela finira, mais on va au bout de la bd avec plaisir! Au départ, le dessin un peu grossier ne m'emballait pas; puis les caricatures se mettent en place : la fille vénale et vénéneuse, le bourrin au grand coeur et son frère arriéré, et enfin les voisins prêts à tout...

C'est parfois vulgaire, souvent cracra et toujours flirtant avec les limites... mais on adore ça bien-sûr!
Commenter  J’apprécie          10
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4409 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre