AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques-François Bonaldi (Traducteur)
ISBN : 2743601981
Éditeur : Payot et Rivages (02/05/1997)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 20 notes)
Résumé :

A Cuba, Les Jineteras sont des jeunes filles qui chassent le riche touriste étranger dans l'espoir qu'il les entretiendra pour un temps, ou mieux, leur proposera le mariage. Alicia a une méthode bien à elle qui consiste à porter un short très étudié et à monter sur une bicyclette... C'est ainsi qu'elle ramène dans ses filets un certain Juanito. Ils vont former un beau tandem ! Après Un thé en Amazonie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
DanD
  27 octobre 2017

Un bol d'air frais.
Pecosa m'avait conseille un livre de Chavarria que je n'ai pas encore trouve. Je me suis rabattu sur celui-ci (lu en v.o.) et j'en suis bien aise. Un livre a faire sourire les plus bilieux, a rendre optimistes les broyeurs de noir.
C'est un polar assez inclassable. Il n'y a pas vraiment de crime meme s'il y a un mort (il y a de l'arnaque, mais est-ce vraiement un crime?), il n'y a pas d'enqueteur attitre. La scene en est La Havane actuelle, sa pauvrete endemique qui rend tout le monde magouilleur pour essayer de la restreindre, ses touristes fetichistes de vieilles charrettes (DeSoto & co.) et de jeunes attelages (beaux culs), d'investisseurs etrangers et autres aventuriers pechant en eaux troubles.
Une etudiante en mal de dollars decide de tenter le gros coup: elle traquera en bicyclette et mini-shorts le touriste millionaire qui la menera a une vie de luxe plombe. Apres quelques reussites qui ne font qu'ameliorer son ordinaire, elle tombe (ou tombe sur) le gars ideal: il est jeune, beau, et riche! Et de la nous pouvons passer au polar, tout va se compliquer!
Le livre me semble divise en deux parties. La premiere, tres comique, exhibe (exhiber est ici le verbe le plus approprie) le modus operandi d'Alicia, la "jinetera" (euphemisme cubain pour peripatetitienne): elle feint une chute de bicyclette juste devant une voiture ou elle a repere un "client" potentiel, c.a.d. un touriste a la mine de richard. Apres une explosion de colere tres bien orchestree elle l'amene chez elle, ou sa mere le gatera culinairement et elle fera le reste. Hilarant, meme dans les scenes tant soit peu erotiques.
Dans la deuxieme partie, elle s'attachera specialement a une de ses "victimes", qui l'entrainera malgre elle (et malgre lui) a "maquiller" une mort, a cacher un cadavre, a feindre une sequestration, a exiger et toucher une rancon. Il n'y a pas d'enquete, pas d'enqueteur, ni policier ni prive, et tout se gere entre quatre ou cinq personnes, qui toutes, sauf Alicia, travaillent pour la meme entreprise internationale venue prospecter a Cuba. La aussi le sourire n'abandonne pas le lecteur.
Tout finit bien, en fait. Pour pratiquement tout le monde (mis a part le mort, victime d'un accident un peu bête). Dans la bonne humeur qui caracterise le livre. Un polar avec pas mal de suspense et beaucoup d'humour, pas noir du tout mais empreint, bien au contraire, des couleurs bigarrees des Caraibes.
Ce polar inclassable a recu des prix aux USA et en France. Il ne les a peut-etre pas voles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          582
Phil56
  08 avril 2018
Vous vivez à La Havane, êtes une femme, jeune, jolie, à la recherche éperdue d'un kit de survie dans le Cuba des années sombres du début de la "période spéciale en temps de paix" ?
Alors, jetez-vous sans tarder sur ce petit manuel qui vous fournira gracieusement moult conseils et recettes infaillibles.
le succès est garanti à tous les coups !
Quoique ... A jouer avec le feu, on risque parfois de se brûler les ailes ... voire plus.
Ne dit-on pas également que tel est pris qui croyait prendre ?
Je ne vous en dévoilerai pas plus mais vous invite simplement à savourer ce petit polar délicieusement gorgé d'humour.
Commenter  J’apprécie          200
Pecosa
  06 avril 2012
Les jineteritas de la Havane, notamment les débutantes- et elles le sont presque toutes- aspirent à dîner au Tocororo et à La Cecilia.
Alicia préfère choyer les clients chez elle. Si elle dispose des ingrédients, la cuisine de sa mère est acceptable pour n'importe quel palais.
Commenter  J’apprécie          122
carnet-de-voyage
  24 juillet 2016
Un livre i.r.r.a.c.o.n.t.a.b.l.e
Non pas parce qu'il est mauvais, bien au contraire ! Parce qu'il est sublime et qu'il doit être découvert de lui même..
Il est comparable à un Vieux Ron Cubain, hors d'âge.... On se fiche comment il fut élaboré et comment il nous est parvenu, mais on le déguste et on en apprécie toute la saveur délicate.....
Là c'est pareil, laissez Adios Muchachos vous enivrez, dans le bon sens du terme....
L'écriture de Daniel Chavarria est exquise. Ses phrases sont pleines de bon sens... Un humour présent, un réalisme éloquent, complètent merveilleusement ce court roman.
C'est court, mais que c'est bon !
A consommer sans modération, avec ou sans Rhum mais si vous en avez c'est tout de même mieux (mais pour honorer dignement Chavarria choisissez-en un bon, un de Cuba -un vrai Ron -)
Commenter  J’apprécie          30
PierreF
  08 mai 2018
C'est au travers de la vie d'une jeune fille Alicia que Daniel Chavarria nous présente la vie à Cuba et la façon qu'ont les jeunes femmes de vivre face à l'ouverture au tourisme de cette île communiste. C'est l'humour omniprésent tout en dérision et en cynisme noir qui fait que l'on s'attache à ce roman dès les premières lignes. Après quelques chapitres sur Alicia, la rencontre avec John King, beau comme Alain Delon, va lancer l'intrigue sur des rails … surprenants.
Car l'histoire ne va jamais dans le sens où on l'espère ou du moins où on peut le penser. Les arnaqueurs sont en concurrence avec des arnaqueurs, tout le monde a au moins deux noms différents. Ce qui fait que l'on se rend vite compte que tout est bon pour arnaquer et récupérer de l'argent au détriment de l'autre. Malgré le fait que ce roman soit court, il s'y passe beaucoup de choses et l'on s'amuse de bout en bout.
Ce roman est finalement une belle démonstration : c'est l'argent et le sexe qui font tourner le monde ! Et il faut se méfier, les victimes ne sont pas forcément celles que l'on croit ! Avec son style alerte et ses remarques acerbes, tournant en ridicule les attitudes de ses personnages, ce roman s'avère un petit joyau de littérature noire et une lecture tout simplement jouissive.
La dernière chose que je dirai, c'est que j'ai eu beaucoup de difficultés à le trouver, puisqu'il est épuisé. Je ne peux que souhaiter de le voir réédité pour que tout le monde puisse le redécouvrir et redonner un peu de justice pour ce roman foncièrement et méchamment drôle.
Lien : https://blacknovel1.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
BoDoi   17 octobre 2011
Présentés sans grandes nuances, les personnages peinent à convaincre – voire prêtent parfois à rire -, et la chute de l’album est amenée de façon abrupte, générant un sentiment de frustration chez le lecteur. Les aventures d’Alicia, prostituée et hors-la-loi, sont mises en images par Paolo Bacilieri, à l’aide d’un trait ferme et sensuel. On se plaît à le regarder, mais sans se laisser totalement convaincre par l’ensemble.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario   10 octobre 2011
Pas grand chose à se mettre sous la dent en terme de critique de la société cubaine non plus... Le dessin est aussi a remettre en cause, trop passe-partout et trop lisse pour renforcer le côté polar et le côté Cuba donc…Bref, un Rivages Noir anecdotique, déconseillé pour les amateurs du genre, et puis pour les amateurs de Daniel Chavarria, dirigez-vous plutôt vers l’œuvre originale…
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
PhilippeSAINTMARTINPhilippeSAINTMARTIN   20 novembre 2016
Le client doit se laisser arranger les ongles des pieds, les cheveux ; se laisser baigner ; tolérer qu'elle le peigne autrement, qu'elle joue avec son bibelot de céramique chinoise, avec sa baballe ploplop. Alicia a appris de sa mère que de nombreux hommes ont une vocation de pantin.
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : cubaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
237 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre