AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques-François Bonaldi (Traducteur)
ISBN : 2743603550
Éditeur : Payot et Rivages (01/06/1998)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Quel point commun entre les mœurs d'une obscure peuplade d'Amazonie, une famille de propriétaires terriens en Espagne, le quartier général de la CIA et les rues de La Havane ? La feuille d'un arbre qui pousse en pleine jungle dans des endroits si peu hospitaliers que seuls les Indiens et les chercheurs d'or y accèdent. Pour la possession de ce feuillage à l'odeur nauséabonde, on parcourt des milliers de kilomètres, on mobilise des scientifiques et surtout...on tue. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
DanD
  23 septembre 2018
C'est Pecosa qui avait attire mon attention sur ce livre, mais comme a l'epoque je ne le trouvais pas je m'etais rabattu sur un autre titre de l'auteur, Adios muchachos. Et j'avais ete ravi, allant de sourire en sourire.
J'ai lance une armee de prospecteurs, j'ai menace des libraires, j'ai soudoye des bouquinistes, j'ai mon The!
C'est tres different d'Adios muchachos. D'abord par la taille. C'est trois fois plus gros. Un petit pave. Et finie la legere ironie bienveillante. Dans le The c'est du sarcasme, un deguisement de l'indignation. Parce que Chavarria est indigne (accent aigu svp). Bien avant qu'un petit vieux sympathique lance son slogan. Il s'indigne face a la devastation de milieux naturels pour une poignee de dollars. Face au massacre de populations indiennes naives pour quelques liasses de plus. Face aux moyens effroyables que peuvent deployer des oligarchies pour garder leur pouvoir. Face a la barbarie deguisee en modernite.
Quoi? C'est un pamphlet? Non non non. C'est un thriller. Un polar. Il a recu en 1992 le prix Dashiell Hammett au meilleur roman policier en langue espagnole. Et bien que vers la fin je commencais a subodorer l'issue, le suspense persiste tout le long de la lecture. Parce qu'il y a plusieurs trames qui ne se marient qu'au dernier tiers.
Et d'une: La decouverte fortuite d'un arbre aux proprietes pharmaceutiques epoustouflantes; le traitement de ses feuilles permettrait de laver des cerveaux, de changer les convictions des gens, de les pousser d'un camp vers son antagoniste. le moyen reve pour dominer le monde entier! Alors de grandes compagnies pharma s'agitent. Et la CIA entre tres vite en lice. Et c'est l'elimination de ceux qui en savent trop. Et la destruction de grands pans de la foret amazonienne pour permettre un facile acces a un tout petit bosquet des arbres en question. Et l'extermination -jusqu'au dernier- d'une tribu indienne qui par malheur habitait les parages. Et les experiences sur des cobayes humains qui ne soupconnent rien.
Et de deux: L'histoire d'une famille d'hobereaux guerroyeurs espagnols. Qui meprisent la plebe. Qui ont soutenu la dictature de Primo de Rivera dans les annees 20. Pour qui Franco etait le grand espoir de l'Espagne. Qui se sont engages dans la legion Condor pour combattre aux cotes des nazis. Des rapaces sans scrupules.
Sur ces trames principales Chavarria brode de plus menues. Nous saurons tout sur les conditions de vie des chercheurs d'or du Tapajos, les "garimpeiros". Nous apprendrons les us et coutumes d'une tribu autochtone d'Amazonie. Nous plongerons dans les intrigues internes des services secrets. Nous revivrons le climat etouffant du franquisme. Et meme le siege de Dien Bien Phu.
C'est donc un roman foisonnant, comme l'Amazonie. Qui te prend aux tripes, malgre quelques longueurs. Tu coupes une liane, tu tournes une page, et c'est un nouveau paysage, un nouvel environnement. Et quand tu en sors, quand tu as tourne la derniere page, il te reste un mauvais gout dans la bouche. Tu sais tres bien que tu as lu de la fiction, mais tu sens que cela aurait pu se passer, que quelque chose dans ce genre peut se passer, loin de toi. Ou pres de toi?
Chavarria , cet uruguayen qui a fini enseignant les classiques a Cuba, etait un indigne (aigu, l'accent!). Un the en Amazonie se lit avec interet mais ce n'est pas un roman leger. Il rend son lecteur indigne, indigne aigu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          896
maltese
  05 juin 2013
Si vous êtes un(e) amateur(trice) de lecture déroutante, ce roman est pour vous.
Daniel Chavarria nous emmène à la suite d'une foule de personnages, nous faisant parcourir un bout du XXème siècle, jusque dans les années 70, dans une intrigue qui tourne autour d'une plante amazonienne aux caractéristiques qui intéresseront les services secrets américains qui iront jusqu'à tuer toute une tribu d'indiens afin de garder secrète son existence.
Et en parallèle, le lecteur aura droit à une partie de l'histoire familiale d'aristocrates espagnols, les Arnaiz, dont on comprendra vers la fin du roman quel peut être le lien qui existe entre Jaime Arnaiz, sa nièce et cette plante convoitée.
En guise de thé, Daniel Chavarria nous propose une sacrée infusion, dans laquelle il ne cesse de semer les fausses pistes, nous présente en détails l'histoire de certains personnages qu'ils abandonnent sur le bord de son intrigue quelques pages plus loin, et où il fait tremper des graines de romans d'espionnage et d'aventure, de polar, de saga familiale... plus quelques feuilles de considérations écologiques, scientifiques, politiques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
rotsenamrub
  06 janvier 2019
Ce qui marque chez Daniel Chavarria, c'est qu'il aime ses personnages.
Il n'hésite pas à nous entrainer dans la bio de protagonistes secondaires, quitte à nous perdre un peu parfois.
Qui d'autre développe la trajectoire de personnages qui n'ont qu'un rôle mineur dans la trame dramatique?
Il n'y a pas de figurants poubelle ici car, plus que l'intrigue, c'est ce foisonnement du monde, de ces destinées déterminantes ou invisibles, qui sont au coeur du propos de l'auteur.
Au-delà d'un passionnant thriller d'espionnage avec pour toile de fond la sanglante histoire du vingtième siècle l'auteur fait vivre une multitude de personnages aux quatre coins du monde, se débattant, tantôt dans de sordides turpitudes personnelles, tantôt dans de cyniques manoeuvres de politique internationale.
A lire assurément.
Commenter  J’apprécie          10
cyba
  21 mai 2014
Publié en 1996
Le Bésillien Zé Bonitinho connaît les vertus médicinales d'une décoction de feuilles d'arbres de la forêt amazonienne.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
DanDDanD   16 septembre 2018
Ah, la Manaus de 1912!
Ah, Babylone mal nee, crapule, vampiresse! Ville de hors-la-loi a haut-de-forme; d'assassins qui envoyaient leurs redingotes et leurs enfants a Londres pour faire repasser celles-la et eduquer ceux-ci; ville de hors-la-loi qui assistaient en grand uniforme a la messe de 11 heures; d'esclavagistes qui presidaient des commissions d'oeuvres pieuses - la construction d'une nouvelle cathedrale, l'erection d'un palais de justice -, de sangsues qui servaient Dieu et respectaient la loi, le revolver sous la casaque.
Et dans les plantations d'hevea, le fouet aux mains des contremaitres, les massacres d'indiens, l'endettement a vie du recolteur de latex.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : cubaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
238 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre