AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2354081618
Éditeur : Mnémos (18/10/2013)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Dans un futur indeterminé les livres sont atteints d'une lèpre qui les réduit en cendres. Cependant, au coeur de Sargonne, une bâtisse cistercienne abrite une des dernières bibliothèques de ce monde.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
c.brijs
02 janvier 2014
Dans un futur proche, la population mondiale a baissé de moitié suite aux Conflits et à leurs dégâts collatéraux, les Etats ont laissé la place à des Cités toutes-puissantes, les hommes comme les livres sont atteints de maux mystérieux qui les font tomber en décrépitude... Léo Kargo, jeune écrivain quelque peu désabusé, débarque à Sargonne, recruté par le milliardaire Pavel Adenito Khan, ancien chef de guerre controversé reconverti dans la sauvegarde du patrimoine culturel et scientifique de l'humanité. Malgré l'attrait du défi qui est lancé au jeune homme, s'occuper d'un des dernières bibliothèques au monde, celui-ci est très vite conscient que des vérités lui sont cachées... Est-il vraiment là par hasard ?
Ce récit d'anticipation nous plonge dans un futur où prime la violence, le rejet d'une science qui a dégénéré et celle d'une culture qui n'a été d'aucun secours. Il nous met face à nos pires scénarios de fin du monde : un black-out informatique qui prive la Terre de ses yeux, ses oreilles, sa bouche ; un silence mortel qui est le point de départ à un déferlement de violence sans précédent - ni vu ni connu ; la perte de milliards de données qui plonge l'humanité dans une obscurantisme sans nom ; le recul considérable de la science ; l'explosion des maladies ; une humanité qui se retrouve stérile et affronte, désarmée, le spectre de sa fin imminente...
Dans ce contexte particulièrement noir, un homme tente de percer les mystères qui l'entourent : celui de la bibliothèque et de son savoir qui enivre ; celui de l'homme énigmatique qui l'a engagé et des relations complexes qu'il entretient avec son entourage ; celui de l'étrange Lilith, mi-femme mi-machine, et de sa haine qu'elle couve dans les entrailles de la vieille cité...
Ces questionnements le renvoie à ses propres fêlures. Qui est-il ? Qui sont ses parents ? Quel rôle peut-il jouer dans cet univers chaotique ?
A ce récit d'anticipation s'entremêle un véritable polar. Léo est fasciné par le Palais des Fous, le jeu de stratégie inventé par son employeur, où chaque pièce semble représenter un personnage de la réalité. le jeune bibliothécaire s'interroge sur le rôle qu'il joue dans cette étrange partie. Tout bascule lorsqu'un meurtre crapuleux survient...
Certaines descriptions sont particulièrement dérangeantes et plus d'une image m'a maintenue éveillée tard dans la nuit. Pourtant, on est happé par l'histoire, intrigué par ce qui se trame réellement. Les deux premières parties entretiennent à merveille cette tension. le héros est persuadé d'être à deux doigts de la vérité, frôle la folie, se croit coupable...
Le rythme s'accélère encore dans la 3e partie où les révélations pleuvent. Pourtant ce tiers m'a moins plu au final. Sans doute parce qu'y intervient un personnage extérieur à ce huis clos, un ennemi peu sympathique au demeurant. J'aurais préféré que tout reste "en famille"...
Quant à la fin, elle laisse pantois. le héros trouve-t-il enfin sa place ? Y a-t-il encore un espoir pour le monde ?
Un dernier mot quant au style de l'écrivain et les idées qu'il véhicule. Tour à tour ciselée, poétique, violente, son écriture ne laisse pas indifférent ! Ses mots suscitent des images d'une force incroyable. On s'y croit, on s'y voit... J'ai particulièrement apprécié tous les passages qui magnifient le livre, la littérature, la culture, tout ce qui fait la mémoire de l'homme.
"Autour de lui, tout un peuple sans figures déployait ses rêves, des armées de signes mêlaient leurs énigmes, des foules de vérités et d'anathèmes vociféraient les unes contre les autres, des dialogues et des imprécations s'élevaient confusément. Un chahut de voix et de paroles repliées dans le secret des pages."
Dans cette histoire, il oppose deux idées, celle des interventionnistes qui veulent tout mettre en oeuvre pour relancer la démographie et sauver l'humanité et celle des démogénistes, comme il les appelle, qui considèrent qu'il faut laisser faire la nature, que l'interventionnisme humain n'est que source de malheurs et de chaos.
"Il s'agissait, pour les démogénistes, de se résigner à voir l'humanité s'éteindre au bout de quelques générations, ou bien de voir stagner sa démographie à un stade proche de celui des origines de l'espèce (c'était d'ailleurs le sens de ce néologisme : "la population de l'origine"). Les démogénistes modérés y voyaient la promesse d'une nouvelle humanité ; les plus extrémistes voulaient empêcher toute tentative de remédier à ce qu'ils voyaient comme un dessein de la nature."
Mais, malgré tout, même si notre destinée semble inéluctablement fatale, l'espoir fait vivre... Et c'est ainsi que j'interprète les incursions de l'auteur dans le récit. Après tout, comme il nous le rappelle, il ne s'agit que d'une fiction et nous pouvons, peut-être, encore, tout changer !
Qui vivra verra...
"- Tous les jours que la vie nous offre ne sont pas destinés à l'urgence. Et pourtant. Nous devrions pour chacun, avoir l'ambition d'un projet. Comme d'autres, j'ai laissé parfois le temps s'écouler sans utilité. Je ne le regrette pas forcément, mais il me semble à présent, à présent que je sais qu'il m'est compté, que j'aurais pu en faire quelque chose."
Dernière info pour les fans, l'auteur prévoit d'écrire une préquelle, histoire de mieux comprendre ce qui a amené le monde à sa perte et de découvrir comme s'est construit un personnage comme Pavel Khan surnommé "le Diable" !
Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
BlackWolf
25 janvier 2015
En Résumé : J'ai passé un très bon moment de lecture avec ce livre qui nous propose une histoire post-apocalyptique assez surprenante, loin du thriller qui se laissait présager à la lecture du résumé, mais offrant plus une réflexion soignée et efficace sur l'humanité et sur l'Homme. L'univers se révèle vraiment efficace, sombre, dévoilant une humanité agonisante dans un monde qui sort d'une guerre intestine des plus destructrices. Les personnages se révèlent vraiment soignés, humains développant des thématique vraiment efficaces et intéressantes comme par exemple sur la haine, la vengeance, l'identité et d'autres encore. le tout est porté par une plume élégante, poétique, soignée qui ne manque pas d'élever le récit tout en collant parfaitement à l'ambiance sombre et oppressante qui se dégage. Je regrette juste que la conclusion donne plus l'impression de balancer certaines réponses qu'autre chose et aussi le personnage principal qui se replie trop rapidement sur lui-même, mais rien de non plus bloquant. En tout cas un roman que j'ai trouvé réussi et je lirai sans problème d'autres récits de l'auteur.

Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Nepenthes
06 avril 2014
Dans un monde marqué par la violence, Mausolées nous emmène sur les traces de Kargo, jeune homme pris au milieu des conflits d'un univers en complète agonie. En suivant ses pas, le lecteur fait également connaissance avec un panel de personnages aux personnalités plus torturées les unes que les autres. de Pavel, surnommé le Diable, au passé sombre et sanglant, à Lilith, la femme mi-humaine mi-robot, dont le corps mutilé est le reflet de sa psyché tourmentée, les figures qui entrent dans le roman semblent toutes être déformées, capables du meilleur comme du pire. Difficile de statuer où se trouve le Bien, où se trouve le Mal. On en vient à abhorrer autant qu'à prendre en pitié chacun d'eux...
Dans ce roman, Christian Chavassieux dépeint un univers qui m'est apparu gris de bout en bout ; un gris de cendre, seulement parsemé de tâches rouges sang par instant. Cet univers m'a paru froid, abominable. Il pèse une atmosphère lourde tout au long du livre. Ce monde déchiré par des luttes sans fin paraît frôler la science fiction, mais on réalise que ce récit d'anticipation ne nous est finalement pas si lointain... et nous rappelle ce que l'on peut voir chaque jour sur nos écrans de télévision...
Je ne m'attendais pas à ce type de roman lorsque j'ai acheté Mausolées, je dois l'avouer. J'étais surtout intéressée par l'intrigue autour de la bibliothèque de Pavel et de l'étrange lèpre qui atteint les livres. Au final, il ne s'agit que d'un infime pan de l'histoire, peu développé, mais qui représente malgré tout l'anéantissement progressif de ce monde.
A chaque page, le récit devient plus sombre et l'auteur mène sa barque avec subtilité, rappelant régulièrement qu'il est l'architecte de cette histoire et que lui seul a le pouvoir de mener ses personnages où il le désire. Ce type de roman n'est pas vraiment ma tasse de thé, mais je me suis malgré tout surprise à être captivée par la décadence dépeinte dans le roman. Un roman qui amène à des réflexions intéressantes, avec une plume efficace bien que parfois un peu trop forcée à mon goût...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
zazimuth
06 janvier 2014
J'ai reçu ce roman de science-fiction publié aux éditions Mnémos dans le cadre de la dernière Masse Critique Babelio. Je précise tout d'abord que c'est un beau livre au papier épais et à la couverture de bonne tenue dont l'illustration m'a évoqué l'univers de Bilal. Et il faut dire que cela peut nous mettre dans l'ambiance qui est assez sombre.
J'avais été attirée dans le résumé par le thème de la bibliothèque et des livres attaqués par une sorte de lèpre qui les détruit mais ce n'est finalement qu'un petit aspect contextuel du récit.
L'histoire est centrée autour du personnage de Léo Kargo qui a été recruté par le puissant et riche homme d'affaires Pavel Khan pour gérer sa bibliothèque-musée. Il découvre alors un palais fortifié dans la ville de Sargonne dans lequel toute une société gravite autour des intérêts de cet homme. Léo va se rapprocher de la secrétaire de Khan, la belle Danoo mais c'est aussi en discutant avec Butty, responsable de la sécurité et des opposants à l'extérieur de la citadelle qu'il va comprendre les relations complexes qu'entretiennent ces différents personnages sur base de fidélité ou trahison.
Le contexte historique est ébauché dans un futur légèrement post-apocalyptique qui a survécu à des conflits cruels et meurtriers. Un futur dans lequel les naissances sont rares et la violence monnaie courante. Il y est question de politique, de stratégie, de guerre et de lutte pour le pouvoir.
Il y a aussi le personnage étrange de Lilitth, femme-tronc appareillée de membres-armes métalliques qui cherche à se venger de Khan et dont l'histoire va croiser celle des expérimentations scientifiques du docteur Vast, lié à Khan par le projet Nouvelle Génération.
L'ensemble est assez « glauque » et j'avoue avoir eu du mal à terminer.
J'ai toutefois beaucoup aimé tout le début qui évoque la découverte de la bibliothèque (mais aussi de l'empire Khan) ses classements et sa politique d'acquisition. J'ai bien aimé aussi l'enquête du héros pour essayer d'en apprendre plus sur ce mystérieux personnage qui l'a recruté et finalement le fil rouge qui tourne autour de la filiation et de l'héritage.
Mais j'ai malgré tout trouvé ça trop décousu et violent à mon goût pour être séduite.
Lien : http://toutzazimuth.eklablog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
profdoc72
26 décembre 2013
Dans un futur assez proche, la carte du monde a changé, suite à une guerre civile.La vieille Europe s'est reconstruite tant bien que mal, et les seigneurs de guerre se sont partagés une grosse part du gateau. A Sargonne, "commune libre", Léo Kargo est sollicité par Pavel Khan, ancien mercenaire passionné de bibliophilie et très impliqué dans de mystérieux projets, pour s'occuper de son immense collection de livres, un des derniers vestiges du monde d'avant. A travers la quête de Kargo, qui cherche à mieux cerner le mercenaire et le sens de son embauche, se dessine un univers tout à tour fascinant et inquiétant, rythmé par un mystérieux jeu de stratégie, le palais des fous...
Je n'en dirais pas plus sur l'intrigue de ce roman pour laisser au lecteur le plaisir de la découverte de ce bel univers qu'a forgé Christian Chavassieux. L'intrigue et surtout les personnages sont fascinants, car multiples, tant dans leur personnalité que dans leurs actes. La fascination du héros et de son mentor pour les livres, à la fois objets d'un savoir perdu et vecteurs de "folie", le personnage de "Lilith", si éprouvant et déchirant, la quête de la famille que mène Kargo, de nombreuses thématiques sont ici extrêmement bien traitées et ouvrent la porte au lecteur à de nombreuses interprétations possibles. le "palais des fous", étrange jeu à mi-chemin entre les échecs et le go, est totalement fascinant. le style de Christian Chavassieux est très travaillé, souvent ciselé, jamais lourd d'images inutiles, en particulier dans les premiers chapitres qui installent l'intrigue. Un petit bémol cependant, côté intrigue, la dernière partie m'a moins captivée, en particulier parce que le personnage de Modkine, sorte de double plus ou moins maléfique de Pavel Khan, m' a semblé moins réel et donc moins attachant.
En conclusion, une belle découverte, un roman très captivant lors de la lecture et assez original.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
c.brijsc.brijs02 janvier 2014
Il lui suggéra un jour, que côtoyer au quotidien des ouvrages si nombreux n'était pas sans risques, que le savoir et le potentiel des fictions, des récits imaginaires, ainsi thésaurisés, pouvaient dépasser le lecteur non-averti, causant de graves symptômes psychiques : déconnections de la réalité, sensations de vertige, hypersensibilité, morosité, une névrose que les ascètes nommaient l'acédie... Il lui conseillait régulièrement de s'abstraire de l'ensemble pour ne s'attacher qu'à la lecture ou l'étude d'un petit nombre d'ouvrages bien choisis. A la réaction de Kargo : "Qu'est-ce qu'un ouvrage bien choisi?" Borthol répliqua immédiatement : "Surtout pas un roman. Il y a un pouvoir de la fiction, ne la sous-estimez pas."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
zazimuthzazimuth06 janvier 2014
D'une manière générale, il était convaincu que les structures complexes, les systèmes organisés, quels qu'ils soient, détenaient une part de l'entière vérité. Il était certain que cette révélation échappait même aux concepteurs de ces systèmes, et qu'elle se trouvait là, ignorée, affleurant comme un gisement aurifère, oubliée là par un démiurge insouciant.  (p.102)
Commenter  J’apprécie          70
c.brijsc.brijs02 janvier 2014
- Tous les jours que la vie nous offre ne sont pas destinés à l'urgence. Et pourtant. Nous devrions pour chacun, avoir l'ambition d'un projet. Comme d'autres, j'ai laissé parfois le temps s'écouler sans utilité. Je ne le regrette pas forcément, mais il me semble à présent, à présent que je sais qu'il m'est compté, que j'aurais pu en faire quelque chose.
Commenter  J’apprécie          60
c.brijsc.brijs02 janvier 2014
- Tu n'as pas mangé avec nous, à midi. Tu es resté à la bib. ?
- La bibliothèque ! Ce monde crèvera par excès d'ellipses et d'abréviations. La vitesse est l'ennemie du verbe. Le verbe, c'est le temps. On doit prendre le temps de dire, et de dire tout. Le mot entier, avec son histoire. Le mot, son histoire et son sens. Pas la "bib." Danoo, la "bibliothèque".
Commenter  J’apprécie          50
c.brijsc.brijs02 janvier 2014
Kargo ramassa ses notes et s'apprêta à quitter la bibliothèque et ses fantômes. Le seul fait de pouvoir travailler ici l'électrisait. Il se retourna pour considérer l'inestimable ensemble. Un temple de papier, un délire, une extravagance de milliardaire. Un trésor. Il pourrait vivre ici plusieurs vies, entouré de ces merveilles, jamais rassasié, toujours inquiet d'une lecture négligée, plongeant chaque heures dans les abysses d'un savoir démesuré. Il pourrait y aimer, y rêver et y mourir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : anticipationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
1948 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre