AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782354502126
1 pages
Éditeur : Nouvel Angle éditions (18/10/2012)

Note moyenne : 3.26/5 (sur 34 notes)
Résumé :
L’Oméga. La fin. L’Apocalypse. Alice, Edo, Maximilian et Elias doivent enfin affronter leur destin, ensemble. Tandis que l’heure du choix approche, les quatre Cavaliers sont pris dans un tourbillon de révélations qui mettra à mal toutes leurs convictions. Que sont les ténèbres, quelle est la lumière ? Ils devront cependant oublier leurs doutes, car leur mission est simple : détruire l’humanité, et n’épargner que 144.000 âmes. En seront-ils capables ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Crunches
  01 mai 2013
Voici enfin la fin. Ce qu'on attend avant même d'avoir ouvert le premier tome. Il faut dire qu'on veut savoir ce qui nous arrivera à nous si les quatre Cavaliers de l'Apocalypse se réunissent !!

Chaque tome précédent était consacré à un des cavaliers, dans celui-ci, chaque chapitre est vue selon le point de vue d'un des cavaliers. Bien sûr, on commence avec Alice, puis Edo, Max et on termine par Elias.
On les retrouve vraiment dans la partie qui les concerne, à croire que le livre a été écrit par quatre personnes différentes et non pas par une seule. C'est même un peu perturbant. Moi qui m'attendait à avoir le point de vue de quelqu'un d'extérieur au récit, un narrateur externe mais omniscient, j'ai été plus que surprise. Un peu inhabituel comme mode de narration mais j'ai bien aimé.
L'histoire d'Alice, Edo, Max et Elias est très complexe, les liens qui les unissent sont non seulement dû à leur statut de Cavalier de l'Apocalypse mais aussi à leur entourage.

" J'étais sûr que de deux choses : j'étais un Cavalier de l'Apocalypse et le type en face de moi, aussi. Ça fait très cucul à dire comme ça, de but en blanc, mais je l'aimais. C'était instinctif et évident. Différent aussi. Je l'aimais plus que ce que je croyais possible. Il était au-delà d'un frère, autre chose qu'un jumeau. Je pouvais dire que je le connaissais par coeur parce qu'on avait le même. de coeur. C'était limpide. "
On se rend très vite compte que lorsque ces quatre laissés-pour-compte se retrouvent ensemble, ils sont entiers. D'un simple contact, ils apprennent tout les uns des autres. Ils se livrent sans pudeur, ils mettent sur la table leurs espoirs, leurs déceptions, leurs réussites, leurs échecs, leur nature et leur amour. Ils deviennent des extensions les uns des autres, sans jamais se juger, ils s'acceptent tels qu'ils sont, pour ce qu'ils sont. Et cette impression est plus d'une fois décrite avec tellement de justesse qu'on ne peut qu'en être jaloux.
"Il n'existe pas de mot, d'aucune langue conçue par les Hommes, pour expliquer notre lien. Et mon coeur, ce petit organe anatomique fragile et sanguinolent, ne saura jamais contenir la force, la violence même, de ce que je ressens pour lui. L'amour originel. Une sainte passion. Dès lors, mon unique préoccupation est de le protéger, le préserver. Sa vie compte plus que la mienne et, instinctivement, je sens qu'aucun sacrifice ne sera trop grand, trop douloureux ou inenvisageable. Lui d'abord, le Monde peut bien attendre."

Plus d'une fois on se rend compte qu'ils gravitent dans les mêmes sphères sans pour autant s'être déjà rencontrés. Certains noms reviennent et on a soudain des illuminations. Ce tome, plus que tout autre, nous dévoile une toile d'araignée savamment tissée entre ces quatre adolescents. Surtout que nous avons de brefs passages dans la vie de personnages secondaires : Sanja, Chazeranne, Virgile, Iris, Aaron, Noël... qui nous montrent encore une facette différente de cette histoire. A la limite, je dirai qu'il faudrait les relire tous afin de bien prendre en compte toutes les relations entre les différents personnages et je crois que ce n'est que comme ça qu'on pourrait vraiment saisir quelles sont les répercussions exactes de chaque acte.

On navigue à la fois dans le présent et dans le passé, dans l'action et dans les souvenirs. Même si le démarrage est un peu long. On avait quitté Max, Elias et Edo devant l'institut dans lequel Alice est emprisonnée, je m'attendais à les retrouver au même endroit. Et bien non. Et j'ai rongé mon frein en attendant qu'ils se retrouvent enfin tous les quatre. J'avais l'impression que ça n'arriverait jamais. Qu'ils seraient éternellement séparés.

Mais le suspense est maintenu. D'une part du fait des incursions dans les vies des autres personnages mais aussi parce qu'un nouveau fait son arrivée. Au départ, on ne sait pas qui il est, ni quel est son rôle : va-t-il aider les Cavaliers ? Veut-il les détruire ? Quel est son but ? Je pourrais vous dire que tout est révélé à la fin, mais ce ne serait pas tout à fait juste, c'est cela sans l'être. En tout cas, j'ai vraiment été charmée par la fin de l'histoire d'Alice, Edo, Elias et Max.

Quant à la fin du livre en lui-même.... Disons que la dernière partie, cette lettre ouverte est tout simplement sublime. Je ne vous en dis pas plus, gardez la surprise. Et l'épilogue... Certains pourront être déçus ou perturbés par cette fin... moi je la trouve assez logique avec l'esprit de cette série !
"J'aimerais bénéficier d'un conseil d'Atlas, savoir quel était son secret pour parvenir à supporter le poids de la Terre sur ses épaules. Il me dirait peut-être qu'à chaque jour suffit sa peine. Qu'une après l'autre, mises bout à bout, ces journées composent des mois, puis des années. Elles s'imbriquent pour former un avenir. Elles deviennent une continuité. Elles construisent une suite. Oui, une suite et pas un recommencement. La nuance peut paraître subtile mais moi, je fais la distinction. C'est normal : je suis le Maitre du Temps."
En tout cas, je vous la conseille ! A lire sans modération !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Livresque78
  05 avril 2014
Je commence par préciser que la note 4/5 a été motivé par l'ensemble de la saga, il m'étais impossible de mettre une note moyenne à un série que j'ai tant aimé.
Cependant, je dois avouer que j'ai ressenti une certaine déception à la lecture de cet ultime tome, je m'explique:
Merci à ceux qui n'ont pas lu ce tome de passer leur chemin!
- Je m'attendais à l'apocalypse, et je me suis retrouvée avec un imbroglio de personnages et d'histoires, j'avais beaucoup de mal à m'y retrouver, ce qui a souvent tendance à vite me lasser.
-J'étais impatiente de retrouver Alice, Edo, Max et Elias ensemble et de faire un bout de chemin avec eux, mais ils se sont bien vite séparés.
Maintenant, je me dois de relever les points positifs, quand même:
-L'écriture de l'auteure fait toujours son effet, précise, intéressante, les anecdotes et opinions racontés sont toujours passionnantes et l'on s'y accroche pour connaître l'issue.
- de nombreux détails s'éclaircissent, les chemins et les histoires des personnages se croisent, tout s'éclaire.
-La fin du tome, est très bonne, elle m'a de nouveau interpellé comme au premières lignes d'Alice, j'étais déçue de ne pas en savoir plus sur les personnages évoqués.
Dans l'ensemble cette saga reste hors norme et de grande qualité et je la conseille vivement.

Lien : http://livresque78.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Archessia
  15 décembre 2012
HobonDieuHobonDieuHobonDieu ...
Le voilà, le cinquième et dernier tome de la série qui m'a bouleversée ces deux dernières années.
Après le comportement de fangirl hystérique de base lors de sa réception, je dois bien avouer que, à l'énorme excitation se mêlait un certain stress.
Après tout, j'avais entre les mains la touche finale à une tornade émotionnelle sans précédant. Après ce tome, finit, plus rien.
Et, il n'y a rien à faire, bien que je me sois promis d'aborder ce volume avec un regard neuf, en tentant au mieux de laisser derrière moi mes impressions passées, en me disant que ça sera ici, en quelque sorte, une histoire totalement différente des quatre précédentes ... j'avais cette inévitable question égoïste du lecteur : et si je n'aimais pas ? Et si cela ne se terminait pas comme "je le voulais" ?
C'est donc assez fébrile que je me suis installée pour me plonger dans Oméga, la réunion des quatre Cavaliers de l'Apocalypse.
Moi qui voulais le savourer, 24h après, il était terminé. Et moi j'étais (et suis encore) une loque.
Nous trouvons Alice enfermée, victime d'une batterie de tests sans fins. Véritable cobaye, son corps est dans un état quasi végétatif. Heureusement, ce n'est pas le cas de son cerveau, de son esprit.
Celui-ci fonctionne mieux que jamais, et grâce à ses dons qui gagnent constamment en puissance, elle a une certitude : les 3 Autres sont en route. Ils viennent la délivrer. À ce moment-là, le monde tel qu'on le connaît ne sera plus.

Ce livre, c'est tout simplement une bombe atomique (sans mauvais jeu de mot). Il m'a explosé au visage et au coeur, et m'a laissée entièrement ravagée.
Comme d'habitude, je n'ai pas regardé d'autres chroniques avant ma lecture, mais j'entendais, de loin, des échos pas toujours positifs, assez décevants.
Très honnêtement, en étant totalement franche avec vous : je le trouve parfait.
Les personnages sont parfaits : peu importe son favoris, chacun d'entre eux va avoir son instant de gloire, son gros coup de projecteur. Chacun a droit à un développement supplémentaire, à sa scène épique, à sa réplique culte, à son instant d'émotions.
La narration est parfaite : Non seulement on a les voix des quatre Cavaliers selon la scène qui nous intéresse, mais on a également celle de pas mal de personnages secondaires que l'on avait pu voir dans le passé ! J'ai trouvé ça absolument génial, je ne m'attendais pas du tout à cette mise en avant, et pourtant, une fois que l'on y fait face, c'est comme une évidence, et on voit toutes les pièces de ce gigantesque puzzle cosmique se mettre en place comme par magie. C'est bluffant, impressionnant.
L'histoire, tout simplement, est parfaite : j'ai adoré comment est amenée la rencontre des Quatre, comment on les voit faire face les uns aux autres, comment ils appréhendent cette nouvelle dynamique, ces autres qu'ils n'avaient pas rencontrés et qui sont pourtant une partie d'eux-même.
C'est gigantesque, les émotions m'ont submergées plus d'une fois, et je suffoquais presque sous l'intensité de celles-ci.
Il y a un équilibre assez incroyable, tout au long du récit. Une balance dans le chaos. Plus on avance, plus le sentiment d'urgence se fait présent, oppressant. Et à côté, on ressent presque une sérénité de la part des Quatre. C'est inéluctable, ils vont faire ce pour quoi ils sont destinés, et le final approche.
Un mélange de peur et d'angoisse, avec une sorte de paix intérieur, de calme devant la Fin.
Et quelle Fin ! Comme si ça ne suffisait pas à Eli Esseriam de nous surprendre avec les incroyables révélations dont elle a piquetée son récit, il a fallut également qu'elle nous offre une conclusion à mille lieues de ce que j'aurais pu imaginer, bousculant tout, jouant avec les codes et nous proposant quelque chose d'unique et d'époustouflant.
Je peux comprendre la déception des lecteurs, je peux voir ce qui les dérange. Mais vraiment, je persiste : c'était parfait.
Cette fin m'a fait réfléchir, elle est intelligente, brillante, nous propose "autre chose", une vision, une philosophie, des idées, des possibilités, ...
J'ai été enchantée, absolument ravie par cette fin, et, sans trop m'attarder dessus, mon coeur a faillit exploser, à cause de Lui, si précieux ...
Et, bien entendu, la plume est parfaite : on retrouve tout ce qui m'a déjà plu, renversée, dans les tomes précédents, avec peut-être une intensité encore supérieure, si c'est possible.
C'est un maelström d'émotions ahurissant qui surgit de phrases, de simples mots parfois. Je n'aurais jamais cru possible de décrire, de faire vivre des sentiments avec une telle force, une telle vibrance.
Pour ne pas changer, j'ai pris un plaisir incommensurable à relire, encore et encore, certains passages qui m'apparaissaient particulièrement savoureux. Et, bon sang, il y en a plus d'un.
C'est de la magie qu'Eli possède au bout de ses doigts, un talent indéniable qui explose à chaque page.
Je n'ai pas envie de terminer cette chronique, car cela voudra vraiment dire qu'Apocalypsis, c'est fini.
Et franchement, j'ai le coeur brisé.
J'ai aimé ces livres avec tellement de force et de passion (et d'hystérie, un peu, j'avoue), ça m'a fait un mal de chien de refermer Oméga.
J'avais déjà pleuré à plusieurs reprises durant le roman, et j'y ai été d'une bonne dose de larmes supplémentaires une fois la dernière page tournée.
Je crois que cette série restera réellement gravée dans ma tête et mon coeur, tellement elle m'a fait vivre des sensations puissantes et inoubliables. Oméga est un merveilleux tome pour la clôturer, il rend hommage aux quatre premiers volumes, et va au bout des choses, ne laissant rien au hasard. C'est le plus abouti, le plus travaillé. Tout se regroupe, la lumière éclaire les moindres zones d'ombre, les réponses sont obtenues, les secrets dévoilés.
J'ai particulièrement aimé la toute fin, douce-amer et pourtant quand même pleine de force.
Je ne ressens pas de frustration, comme c'est souvent le cas à la fin de quelque chose, et même si je ne cracherais évidemment pas sur des tomes supplémentaires (ou sous forme de nouvelles ? Oui ? Non ? Bon, j'aurais essayé), je pense réellement que c'est la conclusion que méritait Apocalypsis.
Je suis triste et ai un peu le coeur en miettes, mais je suis également heureuse d'avoir pu passer un dernier moment d'une qualité époustouflante avec Alice, Edo, Max et Elias.
C'était dur, douloureux, d'une puissance parfois difficilement supportable, mais c'était également drôle, tendre, gorgé d'amour et de liens étincelants.
C'est un grand amour que j'éprouve pour chacun d'eux, ces Quatre si particuliers qui m'ont marquée.
Vous allez me manquez, les gars, mais je reviendrais vous voir, plus tard. Promis.
Et Eli, merci. Pour tout. C'est une standing ovation que je t'offre.
Lien : http://archessia.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Tatooa
  29 mai 2014
Incohérences et trahison vis à vis des Cavaliers. Pour moi, c'est une fin invraisemblable, et je me sens spoliée. Comme si l'auteur reniait tout ce qu'elle a fait dire et vivre à ses personnages, si justes pourtant, dans les 4 premiers tomes...
Quel dommage, quelle déception... Vraiment... J'aurais préféré que ça aille "au bout" de ce qui avait été commencé avec brio, au lieu que ça retombe comme un soufflé refroidi. Ceci dit, ça n'enlève rien à l'excellence des 4 premiers tomes, il suffit de ne pas lire ce dernier. Je n'apprécie guère les auteurs qui ne vont pas au bout de leurs "prétentions";
Tout était si finement tissé et intriqué dans les 4 premiers tomes que ce dernier a été pour moi une énorme déception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
elynias
  14 avril 2014
Déception!
Après 4 tomes époustouflants, voici le dernier opus tant attendu. On s'attend à une fin surprenante et en fait, oui, elle l'est.. Je ne sais pas ce qui s'est passé dans la tête de l'auteur pour aboutir à un scénario tel que celui-ci. Je n'entrerai pas dans les détails mais je dois dire que je suis terriblement déçue de l'aboutissement de cette saga. Je me doutais que ce tome serait différent de ce que j'attendais mais pas à ce point-là.
Les premières parties sont, comme précédemment, très attractives et révélatrices. On retrouve tous nos cavaliers pour notre plus grand plaisir et leur réunion risque d'être explosive. Mais ensuite, on bouscule dans l'ennui. Oui c'est ça, l'ennui. Tout va trop vite et laisse une impression de travail bâclé. On s'attend à des révélations sur certains personnages secondaires qui n'arrivent jamais et j'ai trouvé cette fin trop propre et trop facile. Bref, au risque de me répéter, une grosse déception pour moi.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
CrunchesCrunches   01 mai 2013
J'aimerais bénéficier d'un conseil d'Atlas, savoir quel était son secret pour parvenir à supporter le poids de la Terre sur ses épaules. Il me dirait peut-être qu'à chaque jour suffit sa peine. Qu'une après l'autre, mises bout à bout, ces journées composent des mois, puis des années. Elles s'imbriquent pour former un avenir. Elles deviennent une continuité. Elles construisent une suite. Oui, une suite et pas un recommencement. La nuance peut paraître subtile mais moi, je fais la distinction. C'est normal : je suis le Maitre du Temps
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ArchessiaArchessia   15 décembre 2012
Il n'existe pas de mot, d'aucune langue conçue par les Hommes, pour expliquer notre lien. Et mon coeur, ce petit organe anatomique fragile et sanguinolent, ne saura jamais contenir la force, la violence même, de ce que je ressens pour lui. L'amour originel. Une sainte passion. Dès lors, mon unique préoccupation est de le protéger, le préserver. Sa vie compte plus que la mienne et, instinctivement, je sens qu'aucun sacrifice ne sera trop grand, trop douloureux ou inenvisageable. Lui d'abord, le Monde peut bien attendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ArchessiaArchessia   15 décembre 2012
J'étais sûr que de deux choses : j'étais un Cavalier de l'Apocalypse et le type en face de moi, aussi. Ça fait très cucul à dire comme ça, de but en blanc, mais je l'aimais. C'était instinctif et évident. Différent aussi. Je l'aimais plus que ce que je croyais possible. Il était au-delà d'un frère, autre chose qu'un jumeau. Je pouvais dire que je le connaissais par coeur parce qu'on avait le même. De coeur. C'était limpide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
BlackKatBlackKat   03 août 2015
(…) je te laisse derrière moi. Je crois que je dois te demander pardon, pour ça. Tout le monde a besoin d'une maman. Même les héros, les présidents, les grands génies. Même toi. Et ça me fait très mal de t'enlever ça. Parce que, quoi qu'on en dise et même si on ne le veut pas, c'est important, une mère. C'est un rempart, un garde-fou, un abri. La seule personne au monde qui puisse t'aimer de façon inconditionnelle et souhaiter ton bonheur au point de sacrifier le sien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BlackKatBlackKat   04 août 2015
Je crois qu'il existe parfois un no man's land affectif, une frontière floue dans notre relation aux autres, où on ne sait plus vraiment ce que l'on ressent. De l'amour, de l'amitié, du dégoût, de la pitié, de l'aversion ou de la rancoeur. Parfois, tout se confond, se mêle, se trouble. On sait juste que l'autre fait partie de notre vie. On ne sait pas bien comment, mais il est devenu un proche. Et sa présence à nos côtés, pour une raison inexplicable, semble évidente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Emilie Chazerand (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emilie Chazerand
Payot - Marque Page - Emilie Chazerand - Falalalala
autres livres classés : apocalypseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz la fourmi rouge

Comment s'appelle la pire ennemie de Vania ?

Victoire
Louise
Charlotte
Anna

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : La fourmi rouge de Emilie ChazerandCréer un quiz sur ce livre