AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290337374
Éditeur : J'ai Lu (06/07/2006)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 133 notes)
Résumé :
On fait sa vie. II faut vouloir sa vie. La volonté d'aimer, de vivre est un arbre naturel... " Pour Hassan, enfant beau et vigoureux il y a peu, aujourd'hui ratatiné comme un pruneau sec et bleu, la vie est un combat depuis que le choléra a posé sur lui son masque cruel. Dans cette course contre la mort, Saddika est là, grand-mère attentive, qui fait un barrage. Contre ceux qui l'épient, qui se méfient, qui veulent lui prendre l'enfant par peur de la contagion. Mais... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
gouelan
  29 juillet 2014
Une grand-mère, saddika, vouant un amour sans bornes à son petit-fils Hassan, va essayer de toutes ses forces de le guérir du choléra, fléau qui fait rage dans son pays.
La mort rôde autour d'Hassan, elle devient presque un personnage du roman, que la grand-mère va essayer de tromper. Elle tente de le guérir par les mots, le réconfort de ses chansons maternelles, sa présence chaleureuse.
La population ignorante lutte contre les autorités sanitaires et préfère cacher ses malades et ses morts plutôt que de les voir partir en ambulance, vers des mouroirs.
Cette grand-mère veut donner un avenir à son fils, elle trouve injuste que la mort s'obstine autour d'un jeune enfant, au lieu de s'en prendre aux vieilles personnes :
« La vieillesse est une terre plusieurs fois labourée, et cela est juste mon Dieu…Mais un enfant !... »
C'est un chemin périlleux sur lequel Saddika va emmener Hassan, pour que son petit corps d'enfant malade se métamorphose en l'enfant vigoureux qu'il était avant que la maladie ne s'en empare. C'est un chemin vers la guérison , il faut seulement attendre le sixième jour, malgré son épuisement.
Le batelier compatissant va permettre à la vieille de partir sereinement, il comprend que l'amour que cette grand-mère porte à son petit-fils est plus fort que la mort, les mots d'amour auront raison de cette grande faucheuse, d'une certaine façon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          337
medsine
  10 mai 2012
Le sixième jour est un court roman d'amour. Il s'agit ici de l'amour d'une grand-mère pour son petit-fils Hassan dont elle s'occupe comme une mère depuis qu'il a perdu ses parents. On est en Egypte au temps du Choléra. L'amour au temps du Choléra en somme
Saddika, la grand-mère qui se fait appeler Om Hassan (la mère de Hassan), va lutter contre la maladie qui ronge son enfant. le combat doit durer six jours. Au bout du sixième jour on meurt ou on ressuscite. Elle le sait. Un instituteur lui a dit avant d'attraper lui-même le choléra. Ce qu'il faut, c'est absolument fuir l'ambulance qui emporte les malades pour une destination inconnue dont aucun ne revient jamais. Il faut aussi éviter de croiser le chemin des dénonciateurs. Elle fuit donc et cache l'enfant.
Son chemin croise celui d'Okkasionne, le montreur de singe, personnage étrange et fantasque qui tangue entre philosophie et cupidité. Celui-là est un dénonciateur venant de découvrir qu'on pouvait être copieusement rémunéré si on dénonçait les malades au gouvernement. Malgré tous ses efforts la vieille femme n'arrivera pas à se dépêtrer de ses griffes. Et jusqu'à la dernière page, le lecteur sera suspendu au verdict.
Il y a du style et beaucoup de poésie. de belles images sur les éléments : la terre (qui recouvre les corps), l'eau (du Nil sur lequel s'écoule les felouques et le destin des hommes), le ciel (parsemé d'une pluie d'étoiles qui nous guident vers l'ailleurs), le feu (avec la fièvre qui soulève et brise les corps). Mais l'histoire est aussi un mélo larmoyant qui peut paraître un peu mièvre aux coeurs trop secs.
10 mai 2012
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
Eve-Yeshe
  19 mai 2013
j'ai lu ce livre il y a longtemps, et il fait partie de ceux qui restent dans ma mémoire. il est assez court mais l'histoire est dense et très belle, plein de de poésie.
il nous raconte l'épidémie de choléra en Egypte fin des années quarante et l'odyssée d'une grand-mère qui veut absolument sauvé son petit-fils Hassan de cette maladie. selon la tradition, le 6ème jour on meurt ou on guérit...
lors elle part, pour protéger l'enfant, elle l'emmène dans ces bras loin de la ville où on recense les malades atteints pour les cacher on ne sait où. elle rencontre des personnages étranges, un philosophe, un "dénonciateur" qui veut gagner beaucoup d'argent en signalant les malades aux autorités.
elle fait un avec son petit-fils, on l'appelle "Om Hassan" :la grand-mère d'Hassan, on oublie son prénom...
le Nil tient une place importante de le livre, avec le pouvoir purificateur de l'eau.
on ne peut qu'admirer le courage de cette femme qui est profondément croyante, pleine d'amour: la foi peut-elle déplacerdes montagnes?
un hymne à l'amour et à la foi plein de poésie duquel Youssef Shahine (du moins il me semble) a tiré un très beau fim où Dalida incarne Om Hassan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Couscouspoulette
  22 août 2012
Au delà de l'amour fou d'Om Hassan pour son petit-fils mourant, qui la mènera justement aux bords de la folie à mesure que l'enfant dépérit, c'est aussi une chronique sociale de l'Egypte de 1948. Les bourgades pauvres du Caire, les délateurs, l'épidémie, le monde paysan, la Terre, le Nil sont des personnages à part entière que décrit Andrée Chedid.
 Youssef Chahine avait su en tirer l'essence dans son adaptation cinématographique, avec une Dalida qui avait incarné, voire été hanté, (par) ce très beau personnage féminin.
L'espoir, la foi, voire le déni en remède à un petit corps qui s'affaiblit, cela suffira-t-il ?
Commenter  J’apprécie          180
Oliphant
  28 janvier 2015
S'il est possible de vivre jusqu'au sixième jour avec le choléra alors on ne meurt pas, voilà à quoi va se raccrocher la grand-mère d'Hassan, qui lui est touché par cette maladie.
Un amour familial fort et tendre qui lui permettra de fuire son pays, une escapade dans l'imaginaire et la poésie.
Commenter  J’apprécie          190
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   28 juillet 2014
Le buste s'arqua tandis qu'elle portait l'enfant sur ses genoux; il paraissait composé de baguettes de saule, minces et friables. La femme se fit berceau. Elle se fit champ d'herbes et terre d'argile. Ses bras coulèrent comme des rivières autour de la nuque rigide. Sa robe, entre ses cuisses séparées, devint vallée ronde pour le poids douloureux du dos meurtri, les jambes raides. sa tête s'inclina comme une immense fleur odorante, son buste fut un arbre feuillu...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Malahide75Malahide75   08 mai 2013
Je chante pour la lune
Et la lune pour l'oiseau
L'oiseau pour le ciel
Et puis le ciel pour l'eau
L'eau chante pour la barque
La barque par ma voix
Ma voix pour la lune
Ainsi recommencera.
Dans la terre et dans l'eau
Ma chanson se perdra
Où le noir est si haut
Ma chanson s'effacera
La lune m'entendit
Et par la lune, l'oiseau
Le ciel m'entendit
Et par le ciel, l'eau
La barque m'entendit
Et par la barque, ma voix
Ma voix m'entendit
Et j'entendis ma voix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
joedijoedi   13 mars 2011
On fait sa vie. Il faut vouloir sa vie. La volonté d'aimer, de vivre, est un arbre naturel, vigoureux, qui vous pousse dans le corps. L'existence est ce qu'elle est. Les hommes ce qu'ils sont. Le mieux est toujours quelque part. Dans le sable, dans le granit, dans le plomb, en nous-mêmes. Le don des larmes, la grâce des larmes est toujours quelque part.
Commenter  J’apprécie          130
KtyminilitKtyminilit   04 juillet 2018
Il la rattrapa par le bras :
- une minute encore ... Ecoute : "Lorsque Dieu créa les choses, il joignit une seconde à chacune d'elles. Je vais en Syrie, dit la Raison; je vais avec toi, dit la Rébellion. Je vais au désert, dit la Misère; je vais avec toi, dit la Santé. L'Abondance dit : je vais en Egypte; je t'accompagne, dit la Résignation."
Commenter  J’apprécie          100
joedijoedi   13 mars 2011
Lorsque Dieu créa les choses, il joignit une seconde à chacune d'elles. Je vais en Syrie, dit la Raison; je vais avec toi, dit la Rébellion. Je vais au désert, dit la Misère; je vais avec toi, dit la Santé. L'Abondance dit : je vais en Egypte; je t'accompagne, dit la Résignation.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Andrée Chedid (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrée Chedid
Le Printemps des poètes débute ce 9 mars, et on s'interroge : quelle est cette chose indéfinissable qu'est la poésie ? Senghor, Sarraute, Saint John Perse, mais aussi MC Solaar ou Charles Trénet, donnent leur définition. Et pour vous, c'est quoi, la poésie ?
Léopold Sédar Senghor 1983
Les Peuls du Sénégal définissent la poésie : "des paroles plaisantes au c?ur et à l?oreille."En Afrique la poésie est l?art le plus complet. C?est le langage le plus expressif qui passe par les sens pour aller jusqu?à l?âme.
Andrée Chedid 1979
Pour moi la poésie n?est pas quelque chose de coupé de la vie donc pour moi c?est la pleine réalité enfin c?est la réalité qui comprend l?existence et cette essence de vie qui frémit au fond de nous.
Saint John Perse 1960
Poésie, s?ur de l?action et mère de toute création. Elle est l?animatrice du songe des vivants et la gardienne la plus sûre de l?héritage des morts.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤19Abonnez-vous7¤££¤6khzewww2g
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
autres livres classés : choleraVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1635 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre