AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2080649876
Éditeur : Flammarion (08/01/1992)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Andrée Chédid reprend ici la plupart de ses poèmes parus entre 1949 et 1970, des recueils à présent épuisés.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Petitebijou
  05 août 2012
Je ne connais pas bien l'oeuvre poétique d'Andrée Chedid, n'ayant lu et relu que "Rythmes", datant de 2002, que j'apprécie beaucoup.
Ce recueil rassemble des poèmes de 1949 à 1970 dont les éditions originales sont épuisées. Il permet de constater l'évolution du travail de l'auteur, et pour ma part, ce fut mon principal intérêt à la lecture.
Par rapport à "Rythmes", j'ai trouvé ici que les poèmes étaient très influencés par la poésie de René Char notamment, du moins telle a été mon impression.
Par conséquent, je n'ai pas vraiment pu apprécier ces "Textes pour un poème", dont l'inspiration n'a eu de cesse de m'évoquer du "sous" René Char.
Il n'y a aucune notion péjorative de ma part dans cette remarque, étant bien consciente que chaque créateur vient bien de quelque part, doit s'affranchir de ses influences pour trouver sa propre voix. Il faut plus de temps à certains que d'autres pour accomplir ce chemin. Il est passionnant de suivre ce parcours. Mais, au niveau de la lecture pure, je n'ai pas été transportée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
PiatkaPiatka   21 février 2014
La poésie n'est pas refus ou survol de la vie ; mais plutôt une manière de la multiplier, de rendre compte de sa largesse.
Elle témoigne aussi d'une soif qui nous hante, d'un sens impénétrable qui nous tient en haleine, d'une densité que le quotidien dilapide trop souvent.

Ouverture - Paris 1986
Commenter  J’apprécie          210
MalauraMalaura   20 avril 2012
Enfant de nos guerres
D'un cœur plus sec que le grain brûlé
Je t'ai donné un visage d'homme
Les cendres de son sourire
Et l'oubli de tes jeux
Enfant à l’œil lucide
Qui porte le fardeau d'un corps toujours trop neuf
Enfant de nos guerres
Au fond de ta poitrine j'ai mis un oiseau mort.
Commenter  J’apprécie          200
sabine59sabine59   03 mai 2018
Pour ceux qui s'aiment

Qu'entre leurs mains la rivière s'émerveille
Qu'entre leurs lèvres les souffles soient étoilés
Et la brise prodigue à leur accord

Qu'ils parlent le même langage
Qu'ils partent et puis qu'ils veillent

Surtout qu'ils veillent
Les pièges sont tendus
Jusqu'à leur coeur.
Commenter  J’apprécie          141
PiatkaPiatka   22 février 2014
AVANT

C'est avant ta naissance que se hasarde ta vie
C'est avant ton regard que résident tes images

C'est avant ta parole que repose ta voix
C'est avant ton pas que progresse ta route

C'est bien avant ta mort
que se fomente ta fin

Du recueil Contre-Chant - Salaire de l'instant - 1968
Commenter  J’apprécie          40
StephDStephD   10 juillet 2010
Mais toi ! Toi, qui étais hier encore l'un d'entre nous, comment vas-tu passer cette nuit ?

in "Le Compagnon de la dernière heure".
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Andrée Chedid (48) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrée Chedid
Un entretien de la poétesse avec Catherine Pont-Humbert diffusé dans l’émission « À voix nue » du 11 au 15 mars 2002.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
764 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre