AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique Mainard (Traducteur)Florence Lévy-Paoloni (Traducteur)
ISBN : 2070787206
Éditeur : Joëlle Losfeld (27/04/2007)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Comme les deux recueils de John Cheever précédemment parus, 'Déjeuner de famille' nous donne à voir l'univers des banlieues cossues de la côte Est des Etats-Unis, les cocktail-parties, les plaisirs de la chair portés à hauteur presque spirituelle, mais aussi la mélancolie, le mal-être dont souffrent presque tous les personnages en quête de quelque chose qu'ils ne savent nommer mais dont l'absence leur est insupportable.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
motspourmots
  26 janvier 2015
John Cheever est considéré aux Etats Unis comme l'un des maîtres dans l'art de la nouvelle, genre beaucoup moins mis en avant en France ce qui est bien dommage. Ce recueil est donc l'occasion de découvrir son talent et se plonger dans la middle class américaine des années 50. Agréable ballade.
Commenter  J’apprécie          110
Marie987654321
  21 juillet 2015
La quatrième de couverture indique "Déjeuner de famille nous donne à voir l'univers des banlieues cossues de la côte Est des États-Unis, les cocktail parties, les plaisirs de la chair portés à une hauteur presque spirituelle, mais aussi la mélancolie, le mal-être dont souffrent presque tous les personnages en quête de quelque chose qu'ils ne savent pas nommer mais dont l'absence leur est insupportable..." et plus loin" l'auteur manifeste vis à vis de ces hommes et de ces femmes à la dérive une empathie qui les teinte d'une bouleversante tendresse."
C'est bien là la qualité essentielle du livre : ce talent de nous faire partager le vide de vies en fuite devant elles mêmes avec un humour discret, parfois une certaine dose de fantaisie émergeant d'un style descriptif et "apaisant" par sa régularité, particulièrement adaptée au sujet.
En revanche, si j'ai pu percevoir la tendresse de l'auteur pour ces personnages, je ne l'ai pas très souvent partagée. Il y a même quelques récits que je n'ai pas terminés, malgré leur brièveté, par désintérêt total des personnages.
Quelques unes ont malgré tout retenu mon attention comme "Adieu mon frère" : les retrouvailles avec un frère austère et insatisfait ; "une femme sans patrie" : la fuite dans un voyage perpétuel d'une femme délaissée ; 'ô ville des rêves brisées' : le voyage à New York d'un couple de campagnard dont le mari a écrit une nouvelle qui a plu à un producteur.
Finalement, je crois bien que les banlieues cossues, telles que décrites par l'auteur, ne me passionnent guère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
carnet-de-voyage
  25 octobre 2015
Des nouvelles de qualité inégale, mais restant de très bonne qualité...
Le sujet principal de Cheever restant le même, (la Middle-Class américaine, blanche, républicaine et croyante jusqu'au bout des ongles) vous vous régalerez devant ces rêves inachevés, ces restes d'espérances à jamais gâchés par cette Amérique qui n'aime pas les faibles, ni les désargentés, ni les "ratés"....
C'est l'Amérique Bulldozeer des années 60... avant le Vietnam où les Américains pensaient qu'ils étaient issus des "reins d'Abraham" ou qu'ils sortaient "de la cuisse de Jupiter"...
C'est avec un oeil amusé et sous une plume acérée de Cheever que vous lirez ces Déjeuners de famille, bien pensante....
Commenter  J’apprécie          20
Givry
  13 octobre 2017
Nouvelles qui ont valu à leur auteur le prestigieux prix Pulitzer, bien mérité si l'on en juge par la qualité de celle-ci, denses, magnifiquement écrites.
Chacune d'elle possède son univers, très rapidement décrit, sans lourdeur et avec une vraie histoire à chaque fois. Parfois, Cheever s'offre même le luxe de rebondissements, ce qui est une performance pour une nouvelle.
Les récits se situent aux Etats-Unis, au début des années cinquante mais la teneur des relations entre personnages, les émotions sont toujours d'actualité.
C'est brillant, sans fioritures, ciselé, parfait, à dévorer vite.
Lien : https://objectif-livre.over-..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
grisettegrisette   19 juin 2010
Elle ne sortit jamais de l'aéroport. Elle prit l'avion suivant pour Orly et rejoignit les centaines, les milliers d'Américains qui sillonnent l'Europe, gais ou tristes, comme s'ils n'avaient pas véritablement de maison. Ils tournent au coin d'une rue à Innsbruck, au nombre de trente, et se volatilisent. Ils traversent en masse un pont à Venise et disparaissent. On les entend demander du ketchup dans une Gästehaus au-dessus des nuages sur les flancs du grand massif, et on les voit explorer les grottes sous-marines, avec masque et tuba, dans les eaux profondes de Porto San Stefano. Elle passa l'automne à Paris au moment du concours hippique et à Sienne au moment du Palio. Elle voyageait sans cesse, en rêvant de sandwiches bacon-laitue-et-tomate.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Video de John Cheever (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Cheever
Richard Ford - Transfuge magazine .Entretien avec l'écrivain américain Richard Ford pour le magazine Transfuge à l'occasion de la parution de son roman: L'Etat des lieux (L'Olivier, 2008). Il n'écrit ni des récits d'aventures ni des romans d'espionnage. Richar Ford préfère nous raconter des histoires quotidiennes: celles qui se déroulent derrière les fenêtres closes des pavillons de banlieus aisées, aux Etats-Unis. Avec le talent d'un Raymond Carver ou d'un John Cheever, il nous d'écrit le désespoir Tranquille des classes moyennes.
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1249 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre