AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2368121919
Éditeur : Charleston (09/01/2018)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Londres, 1868

Comme chaque année, la nouvelle saison des bals va s'ouvrir ! À cette période, chaque famille ambitionne de sceller un noble et riche mariage…

Bien malgré elle, Kate Houtton doit être présentée dans le grand monde. Jusqu'ici, les honneurs et les invitations mondaines étaient réservés à Charlotte, sa soeur cadette, ce qui convenait parfaitement à Kate. Mais cette année, lady Martha, leur grand-mère et dépositaire de l'hérit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Marlene_lmedml
  09 janvier 2018
[Honorables intentions] nous plonge dans l'aristocratie anglaise du XIXe siècle. Cette romance historique nous dresse le portrait d'une femme forte et indépendante qui souhaite garder sa liberté coûte que coûte.
Kate Houtton est ambitieuse, fille aînée qui a toujours vécue dans l'ombre de sa soeur cadette Charlotte, elle n'aspire qu'à s'émanciper de sa famille pour vivre enfin sa vie telle qu'elle la conçoit. Proche de sa grand-mère, Lady Martha, Kate va devoir ruser pour obtenir sa liberté, selon les volontés de sa grand-mère, Kate doit être mariée avant que sa soeur Charlotte puisse prétendre elle-même à un époux. C'est à cette condition qu'elle pourra avoir la vie dont elle rêve, et la solution est toute trouvée lorsque John Barnes commence à la courtiser. Abasourdie qu'un homme aussi séduisant veuille d'elle pour épouse, elle élabore un arrangement avec lui… Un mariage libre, une liberté totale, une entente qui conviendra aux deux époux. John Barnes est un homme loyal qui a une dette envers Arthur, son cousin. Arthur qui se trouve être éperdument amoureux de Charlotte Houtton, il a donc besoin que John épouse Kate pour pouvoir demander la main de sa bien aimée…
Entre Kate et John, l'arrangement est d'une simplicité absolue, mais ne risquent-ils pas de s'attacher ? Arriveront-ils à garder une entente cordiale ? Les intentions de John sont-elles si honorables ?
[Honorables intentions] est une romance historique passionnante et passionnée. le lecteur fait un véritable bond dans le temps pour découvrir une époque où les us et coutumes régissent la vie des femmes. Avec un style authentique, Fabiola Chenet m'a transportée du début à la fin de ce récit hors du commun. Il y a énormément de choses qui m'ont plus dans l'histoire de Kate Houtton, cette héroïne forte et indépendante. Tout d'abord, le contexte est plaisant, les détails et les descriptions contribuent à la facilité d'imagination du lecteur. Je me suis retrouvée spectatrice d'un destin de femme comme je les aime. Fabiola Chenet a mis en scène une héroïne qui sait ce qu'elle veut, et qui n'est pas encline à se laisser dicter sa conduite. le scénario est très riche et l'intrigue passionnante, pleine de mystère et de rebondissements. Je me suis sentie très proche de Kate, tellement l'auteure l'a rendu réelle à mes yeux, j'ai perçu la moindre de ses émotions, j'ai trouvé sa vie rude et difficile au sein de sa famille, sa relation avec sa soeur est des plus compliquée, rejetée de tous, Kate a dû se forger une carapace pour éviter des souffrances inutiles. Mais sa rencontre avec John va quelque peu la fragiliser, elle va toucher du bout des doigts un bonheur factice… qui va néanmoins la troubler, lui donner des envies et des espoirs vains…
Les personnages sont très bien travaillés, ils ont tous une personnalité bien déterminée. Kate est vraiment la force de ce roman, elle porte cette histoire à bout de bras, elle est généreuse, altruiste et d'une profonde bienveillance. J'ai tout de suite aimé son personnage. John est lui aussi un personnage que j'ai apprécié, c'est un gentleman, élégant, séduisant et très gentil. Son éducation en a fait un homme très attirant de par son attitude et son attention après de la gent féminine, c'est un homme respectueux, attentif et son flegme britannique vous fera très certainement fondre. Arthur, le cousin de John, est un personnage intéressant, sa relation avec son cousin démontre bien que les liens familiaux sont importants à ses yeux, Arthur est un séducteur, un tantinet libertin mais tout de même très agréable. Charlotte Houtton se révèle être une véritable garce, une jeune femme malveillante, égoïste, hautaine et manipulatrice. J'ai adoré son personnage parce qu'elle m'a fait ressentir des émotions vives proches de la haine, j'en suis venue à la détester avec force et un soupçon de plaisir. Il y a beaucoup d'autres personnages secondaires qui trouvent leur place naturellement dans l'histoire, qui apportent beaucoup de profondeur au récit et qui mettent en lumière tous les thèmes abordés par l'auteure.
La plume de Fabiola Chenet est idéale pour ce genre de récit, un vocabulaire et un style adaptés pour transporter le lecteur dans une autre époque. le scénario est vraiment très intéressant, captivant et addictif. Je vous avoue que j'ai dévoré le roman d'une traite car j'ai trouvé l'intrigue passionnante. La dynamique de la romance est elle aussi très agréable, le contexte est original et les sentiments abordés d'une façon cohérente et pleine d'émotions. Fabiola Chenet nous transmet un beau message dans ce roman avec son héroïne forte et indépendante, la part féministe de cette histoire est sous-jacente, elle n'est pas écrasante, on la découvre au fil des pages, en s'attachant à Kate. L'auteure aborde aussi le thème de la famille, elle met en lumière des relations familiales dysfonctionnelles qui ne pourront que vous interpeller. L'intrigue comporte un petit côté suspense qui n'est pas désagréable, au contraire, cela nous pousse à la réflexion, on se met à douter des personnages, de leur lien dans toute l'histoire.
En bref, [Honorables intentions] est une romance historique qui m'a énormément plu. le destin de Kate Houtton m'a captivé, j'ai été sensible à sa vie de femme, à sa force de caractère et son envie d'indépendance. La romance est passionnée et magnifiquement mise en valeur par des personnages attachants. le style et la plume de Fabiola Chenet contribuent à l'excellence de ce récit, avec [Honorables intentions], elle m'a fait vivre un moment de lecture authentique qui ravira les amatrices du genre.
Lien : http://www.lmedml.fr/2018/01..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sami33
  09 janvier 2018
Je vous présente ma chronique sur ma première lecture de l'année ! Sortez le champagne s'il vous plaît ! Ok, il est un peu trop tôt, prenez une bonne tasse de thé pour déguster mon billet avec volupté.

J'ai été agréablement surprise par ce récit, par cette histoire, par la plume de Fabiola. J'ai été totalement bluffé, sous le charme, j'en veux, j'en redemande !

Comme chaque année, la saison des bals permet aux familles de marier leurs filles à un beau parti. Sauf que voilà, c'est le tour de Kate de faire son entrée bien malgré elle dans la grande société. Elle ne sent pas à l'aise dans ce monde qui n'est pas le sien, elle préfère la simplicité.

Kate détonne avec le reste de sa famille, elle n'y a pas sa place, elle n'y est pas aimée, elle le sent, elle le ressent. Au début, ça lui faisait un mal de chien puis au fil du temps, elle s'en est accommodée mais heureusement que sa grand-mère est là pour la soutenir, pour égayer un peu sa vie qui est très bien chargée ! Kate est une jeune femme qui n'est pas née au bon endroit, au bon moment mais... Qui sait ce que le destin lui réserve ?

Charlotte, la soeur de Kate est son contraire. Elle est d'une beauté incroyable, elle aime plaire et se faire courtiser comme la bienséance y autorise les messieurs de la noblesse. le rêve de Charlotte ? Se marier à un bon parti sauf que tant que Kate, sa soeur aînée ne s'est pas faite passer la bague au doigt, elle ne pourra pas se marier !

Pour Charlotte, ce n'est absolument pas envisageable. En effet, elle se fait courtiser par un homme très charmant et ô combien respectable, riche, répondant à tous les critères de sélection de la demoiselle. Dès lors, son courtisan aura l'idée de faire appel à son cousin John...

Pour rembourser une dette d'honneur, John Barnes est sommé par son cousin Arthur, de solder sa dette ; ce qui lui permettra par la suite de se marier avec sa promise. Sauf que voilà, John est connu ; et les personnes de son entourage savent qu'il n'est pas homme à se faire passer la corde au cou surtout par une femme qui n'est pas spécialement des plus agréables à regarder selon les codes de la société... Il semblerait que la nature ait été généreuse avec une seule des filles Houtton et que ce soit Charlotte qui ait été choisi. Si Kate n'est pas une femme fatale, elle en reste pas moins une femme forte et intelligente.

John doit épouser Kate mais cette dernière n'est pas dupe. Pourquoi un aussi bel homme voudrait avoir pour épouse cette grande demoiselle qui porte d'horrible lunette constamment sur le nez ? John est agréablement surpris par Kate, par son intelligence, par sa culture puis il faut bien l'avouer, elle est intrigante comme tout ! C'est ainsi qu'il décide de conclure le marché de sa vie avec Kate Houtton...

Le marché que lui propose John pourrait signer sa liberté. Plus aucunes contraintes, plus besoin de se cacher pour aller faire ses affaires en douce mais elle refuse de dévoiler ses secrets à quiconque. Alors, elle se met à négocier un marché avec John qui est estomaqué par cette jeune femme qui en a dans le pantalon, bien plus que ces messieurs ! Mais est-ce que Kate est prête à accorder sa confiance à cet homme qu'elle connaît à peine ? Est-ce qu'elle est prête à sceller son avenir à cet homme qu'elle trouve charmant ? Est-ce que Kate pourra museler ses sentiments avant qu'elle ne soit prise dans une spirale infernale ?

Kate m'a fait penser à Rebelle, l'une des princesses Disney. Que ce soit pour son caractère, son physique... Bref, Rebelle représente bien Kate !

Ce livre historique est génial ! Ça faisait longtemps que je n'en ai pas lu d'aussi bon, j'ai été époustouflé ! Même si on voit où l'auteur veut nous mener, on se laisse vite prendre au jeu de cette fabuleuse romance historique. Je vous rappelle qu'à cette époque les dames n'avaient pas de droits mais avaient des devoirs mais Kate n'est pas née à la bonne époque mais elle chérie tellement sa vie, sa liberté, qu'elle est prête à tout.

Si la romance est somme toute classique avec des personnages attachiants, l'importance ici est la psychologie des personnages qui ont été superbement bien travaillé. Fabiola a su tisser une belle toile qui a pour noyau Kate. Autour d'elle gravitent des personnages tous intéressants, tous importants qu'elle mène finalement d'une main de maître !

La plume de l'auteur est belle, simple, fluide et très addictive ! J'ai lu ce livre en une bouchée de pain ! Je ne voulais plus lâcher ma lecture tant j'ai été happé par les pages. Mon seul regret, c'est que c'est déjà la fin, j'aurai aimé en avoir davantage. Mon regret bis, c'est que la nouvelle gratuite est disponible qu'en numérique 😉.

En conclusion : les fans de romance historique, cette histoire est à découvrir d'urgence ! Et pour les non-fans, je suis sûre que vous aimerez découvrir l'histoire de Kate.

Lien : http://leslecturesdeladiablo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LadyRomance
  02 février 2018
Je remercie Babelio, ainsi que les Éditions Diva Romance pour l'envoi de Honorables intentions de Fabiola Chenet que j'ai eu le plaisir de lire dans le cadre de la Masse Critique.
Honorables intentions raconte l'histoire se passant à Londres en 1868 de Kate Houtton, fille de barons, dont la soeur cadette, Charlotte, une jeune femme très belle, se trouve dans l'impossibilité d'épouser Arthur Barnes, le comte de Northey, tant que sa soeur aînée ne s'est pas mariée.
Kate, d'un physique ne correspondant pas aux critères de l'époque, très grande et portant des lunettes, n'attire pas le regard des hommes, si ce n'est pour sa dot, ce dont elle n'est pas dupe. Quoi qu'il en soit, ses préoccupations ne sont pas du tout tournées vers les mondanités de la haute société et le mariage l'intéresse encore moins.
Kate, intelligente et perspicace, a des activités autrement plus sérieuses et secrètes auxquelles elle peut s'adonner en toute discrétion d'autant plus que sa famille, ne l'aimant pas, ne s'intéresse absolument pas à elle depuis bien longtemps. Cependant, le comte de Northey, très épris de Charlotte, demande son aide à son cousin John Barnes, un beau jeune homme, en épousant Kate. Celui-ci accepte se sentant redevable car Arthur lui a sauvé la vie cinq ans auparavant. En effet, ce jour-là, il lui fit la promesse de lui rendre cette faveur le jour où il en aurait besoin.
Kate et John sont deux héros absolument peu conventionnel et donnent du souffle et beaucoup de fraîcheur à cette romance, ce qui la rend très divertissante. Ce sont des personnages très inhabituels qui forment un couple fort insolite auquel on s'attache énormément.
Honorables intentions est une romance qui a su agréablement me surprendre par son intrigue inattendue. Malgré un style manquant parfois de clarté, j'ai apprécié cette histoire originale et sympathique faite d'aventure, de surprise et d'amour. Bien trouvée et bien menée, elle permet de passer un bon moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Sourisetdeslivres
  18 janvier 2018
Une romance historique se passant en Angleterre à la fin du 19e, écrite par une auteure française que je ne connaissais pas encore, je me suis lancée, sans avoir d'attente particulière et au final j'ai adoré ma lecture.
On commence le roman avec Charlotte.
Elle va faire sa première saison à Londres ; le souci, elle a déjà un jeune homme en vue, Arthur Northey.
De plus, si sa soeur aînée Kate ne se marie pas avant elle, une règle établie par la matriarche de la famille, Charlotte ne pourra pas épouser Arthur.
Est-ce que le conte Northey voudra bien l'attendre ? Un beau parti comme lui ?
Celui-ci ; très épris de Charlotte, demande à son cousin John de demander Kate en mariage, une dette d'honneur que l'homme ne se voit pas refuser. C'est ainsi que le vilain petit canard de la famille Houtton rencontrera John.
Kate nous est présentée comme : laide, rousse, portant des lunettes tout le temps, une jeune fille qui n'aurait rien pour elle, oui c'est choquant, mais c'est écrit comme cela.
Ses parents ne l'aiment pas, ils donnent tout à leur fille cadette, Kate est insignifiante pour eux, leur seule crainte : la grand-mère qui protège Kate et détient les cordons de la bourse.
Ils sont loin d'imaginer que Kate est une jeune femme en avance sur son temps.
Elle profite que ses parents la délaissent pour fuir la maison familiale et se promener seule dans les rues de Londres.
Elle s'intéresse à un tas de choses, elle lit le journal, elle aime la politique, elle s'intéresse aux nouvelles révolutions industrielles, tout ce qui, normalement, est interdit aux femmes ; elle s'en passionne
John lui est bien décidé à rester célibataire et même si ce mariage de convenance a lieu chacun sera libre de faire ce qu'il a envie. Ils en ont convenu tous les deux. Une sorte de contrat tacite.
Même si j'aurais aimé un peu plus de pages et que j'ai trouvé une scène finale un peu facile j'ai adoré ce couple et surtout l'héroïne qui est telle que je les aime. Elle n'a pas froid aux yeux. Elle est moderne et féministe
Le roman m'a fait penser à Les fantômes de Maiden Lane de Elizabeth Hoyt , une de mes sagas historiques préférées, pour des missions que Kate réalise en cachette, mais que je te laisse découvrir par toi-même
Une très belle découverte autant pour l'histoire que pour l'écriture, fluide, addictive.
Une caricature de la noblesse anglaise avec ses us et coutumes qui sont bien loin de rendre les gens heureux avec les mariages de convenance.
Si l'auteure ne révolutionne par le genre elle nous offre une romance historique pleine de fraîcheur, de rebondissements inattendus, l'auteure nous réserve bien des surprises au cours de notre lecture. Elle nous fait passer ces messages : l'amour n'est pas toujours là où on l'attend, et vaut-il mieux avoir une tête bien pleine qu'une tête bien faite ? John, justement, passera outre les jolies têtes pour s'intéresser à l'énigmatique Kate.
Une lecture qui vous fera passer un très bon moment, sans fioriture ni temps mort, une jolie et belle romance.
J'aurais toutefois préféré une fin un peu plus développée, on quitte nos héros un peu trop brutalement, j'aurais aimé encore les suivre, lire quelques chapitres supplémentaires ou pourquoi pas une suite ?.
Le point fort du roman ? L'auteure traite de la place de la femme à cette époque, Kate est une femme impliquée, qui ne se résigne pas au rôle que la société lui donne. J'ai aussi beaucoup aimé l'humour de Kate. Une héroïne complète et comme je les aime !
Lien : http://luciebook.blogspot.be..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lectrice-Lambda
  19 janvier 2018
« Honorables intentions » nous présente l'histoire de Kate, une jeune femme qui vit dans l'Angleterre des années 1860. Elle n'est pas appréciée de ses parents ni de sa soeur Charlotte, car elle est selon eux ni intéressante, ni belle. Persuadée de ne pas avoir sa place dans la société et n'ayant aucunement l'envie de se sociabiliser, elle s'est tenue éloignée de Londres et a toujours menée une vie solitaire.
Jusqu'au jour où sa grand-mère la met au pied du mur. En effet, si Charlotte voudra un jour épouser un homme, Kate devra d'abord être mariée. Cet ordre ne fait qu'accroître la rancoeur de sa famille envers Kate, puisqu'ils ne pensaient pas perdre du temps et de l'argent pour elle.
Pensant qu'elle ne trouverait jamais de courtisans vu son âge et sa dot bien faible, Kate est alors surprise d'avoir attiré l'oeil de John Barnes, un homme aussi beau que reconnu.
J'adore les romances historiques et ce résumé me tentait énormément.
Sans parler de cette couverture qui est vraiment très jolie. La nouvelle charte des éditions Diva Romance pour leurs différentes collections est vraiment un succès !
L'histoire commence doucement, avec des chapitres accordés à un peu tous les personnages qui seront présents pendant toute notre lecture. Nous apprenons à les connaître, à apprendre leurs problèmes et leurs attentes.
Ces chapitres premiers sont vraiment importants et aident réellement à la bonne compréhension de l'histoire dans sa globalité. Chaque protagoniste a des problèmes et le fait de tous nous les présenter nous donne une bonne vision globale de l'histoire.
Le récit est narré à la troisième personne du singulier, du point de vue du personnage qui est l'acteur principal du chapitre. Comme cela change à chaque fois, nous sommes donc dans les pensées de plusieurs personnages et j'ai bien aimé cette alternance.
C'était par contre un peu déstabilisant de retrouver la troisième personne du singulier dans la narration, puisque nous trouvons aujourd'hui plus fréquemment la première personne. Même si cela emmène de la distance entre le personnage et le lecteur, on s'habitue assez vite à ce choix qu'a fait l'auteur.
Pour ceux qui ont peur que le vocabulaire soit trop compliqué, parce que d'époque, n'ayez aucune crainte : Fabiola CHENET utilise des mots simples et compréhensibles de tous. C'est à chaque fois la crainte du lecteur lorsque l'on lit un livre « historique », mais ici il y a très peu de mots d'époque, ce qui aide vraiment le lecteur à se plonger dans l'univers et à imaginer le décors.
Les personnages sont sympathiques à suivre et ressemblent un peu aux types de protagonistes que l'on peut trouver dans ce genre de romances.
Quant à l'intrigue, elle reprend également certaines thématiques que l'on a déjà pu lire ailleurs.
Même si le livre ne révolutionne pas le genre, on ne peut s'empêcher de passer un bon moment de lecture. Ce roman se lit vite, avec envie.
La fin n'est pas surprenante pour un lecteur de romance historique. Je me suis attendue à ce retournement de situation, mais je pense qu'il peut malgré tout en surprendre plus d'un.

En conclusion, « Honorables intentions » est une romance historique douce et sympathique. Fabiola CHENET a repris les codes de ce genre et cela marche plutôt bien. Même si le style et l'histoire restent simples, on lit avec entrain cette histoire.
Ce livre est vraiment parfait pour ceux qui veulent découvrir la romance historique car elle est accessible et plutôt prenante.
Un livre à lire pour ceux qui aiment les romances historiques et qui veulent se faire plaisir ou ceux qui veulent découvrir en douceur ce genre de romance.
Lien : https://lectrice-lambda.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Marlene_lmedmlMarlene_lmedml   09 janvier 2018
Chapitre 4

Londres, mars 1869

La capitale était irrévocablement en train de changer. Cela avait commencé avec l’abolition de l’esclavage, trente-six ans plus tôt. Et cela prenait encore plus d’ampleur depuis que « le William du peuple », de son vrai nom William Ewart Gladstone, était devenu Premier Ministre en décembre.

Kate sourit. Si sa famille savait ce qu’elle pensait, elle la ferait enfermer dans un couvent. Ou elle serait envoyée quelque part dans les colonies pendant que ses parents feraient croire à leur entourage qu’elle était décédée.

Kate s’intéressait à la politique depuis de nombreuses années maintenant. Elle recevait et lisait religieusement tous les journaux, y compris Punch, la revue satirique, connue pour critiquer les différentes classes sociales. Elle y aimait particulièrement l’humour des rédacteurs et des dessinateurs, même si, parfois, certains articles la faisaient grincer des dents. Bien sûr, tous ces exemplaires étaient bien cachés dans sa chambre. Si jamais son père les découvrait, il serait capable de la renier, lui qui demeurait fermement conservateur.

La jeune femme s’était intéressée à Gladstone depuis qu’il avait évoqué ses idées sur une nouvelle réforme électorale. C’était un vrai défenseur du peuple, du moins, il l’était devenu au fil de ses années dans la politique. Et c’est ce que Kate estimait le plus chez lui : sa capacité d’observation et d’adaptation, ainsi que sa détermination à faire évoluer son pays.

Comme tous les jours de la semaine depuis qu’elle était arrivée à Londres avec sa famille, Kate profitait de la matinée avant de vaquer à ses occupations sociales obligatoires. C’était le moment de la journée qu’elle préférait. Aucun de ses pairs n’était présent. La plupart se délectait d’un long sommeil après avoir passé toute la soirée et une bonne partie de la nuit dans des bals ou autres divertissements proposés à la haute société. Kate aurait dû, elle aussi, être en train de se reposer. Depuis qu’elle était arrivée dans la capitale, elle était traînée de bal en bal, à la recherche d’un époux. Kate eut un rictus. Depuis un mois, elle avait été présentée à un nombre incalculable de gentlemen. Lorsque la question de l’âge se posait, ses parents mettaient sa dot en avant, et marmonnaient quelque chose à propos de sa santé fragile. Et cela fonctionnait, car Kate n’était pas reléguée parmi les chaperons, les vieilles filles ou les dames de compagnie. Comme elle regrettait l’époque où elle n’était pas autant mise en avant ! Malheureusement, il en serait ainsi jusqu’à ce qu’elle soit unie à un homme.

Kate soupira. Que n’aurait-elle donné pour ne pas se retrouver au centre de l’attention ! Pour cette raison, et uniquement pour cela, elle en voulait un peu à sa grand-mère, cause de tous ses malheurs actuels. Elle aurait pu insister pour rester à Dartford. Peut-être. Mais elle-même avait besoin de venir à Londres. Aussi, elle n’avait pas le choix et devait subir toutes ces festivités et la fréquentation d’une population qu’elle n’appréciait guère.

Toutefois, s’il y avait bien une chose qu’elle refusait absolument, c’était de rester oisive. Elle ne voulait pas passer sa matinée au lit, et l’après-midi à se promener dans Hyde Park pour être vue. Et malgré la pression de sa mère, elle n’avait pas dérogé à cette règle.

Aussi, pendant que sa famille « se reposait », Kate était réveillée depuis plusieurs heures, et elle avait déjà fait une longue promenade dans la ville.

Personne ne la remarquait lorsqu’elle s’y promenait seule. Tout le monde la prenait pour une jeune fille quelconque. Avec sa robe de couleur sombre, en coton, ses bottines épaisses et le bonnet qui cachait ses cheveux tressés et remontés en un chignon ferme, elle n’était pas différente de toutes ces femmes qui travaillaient pour gagner leur vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marlene_lmedmlMarlene_lmedml   09 janvier 2018
Chapitre 4

Londres, mars 1869

La capitale était irrévocablement en train de changer. Cela avait commencé avec l’abolition de l’esclavage, trente-six ans plus tôt. Et cela prenait encore plus d’ampleur depuis que « le William du peuple », de son vrai nom William Ewart Gladstone, était devenu Premier Ministre en décembre.

Kate sourit. Si sa famille savait ce qu’elle pensait, elle la ferait enfermer dans un couvent. Ou elle serait envoyée quelque part dans les colonies pendant que ses parents feraient croire à leur entourage qu’elle était décédée.

Kate s’intéressait à la politique depuis de nombreuses années maintenant. Elle recevait et lisait religieusement tous les journaux, y compris Punch, la revue satirique, connue pour critiquer les différentes classes sociales. Elle y aimait particulièrement l’humour des rédacteurs et des dessinateurs, même si, parfois, certains articles la faisaient grincer des dents. Bien sûr, tous ces exemplaires étaient bien cachés dans sa chambre. Si jamais son père les découvrait, il serait capable de la renier, lui qui demeurait fermement conservateur.

La jeune femme s’était intéressée à Gladstone depuis qu’il avait évoqué ses idées sur une nouvelle réforme électorale. C’était un vrai défenseur du peuple, du moins, il l’était devenu au fil de ses années dans la politique. Et c’est ce que Kate estimait le plus chez lui : sa capacité d’observation et d’adaptation, ainsi que sa détermination à faire évoluer son pays.

Comme tous les jours de la semaine depuis qu’elle était arrivée à Londres avec sa famille, Kate profitait de la matinée avant de vaquer à ses occupations sociales obligatoires. C’était le moment de la journée qu’elle préférait. Aucun de ses pairs n’était présent. La plupart se délectait d’un long sommeil après avoir passé toute la soirée et une bonne partie de la nuit dans des bals ou autres divertissements proposés à la haute société. Kate aurait dû, elle aussi, être en train de se reposer. Depuis qu’elle était arrivée dans la capitale, elle était traînée de bal en bal, à la recherche d’un époux. Kate eut un rictus. Depuis un mois, elle avait été présentée à un nombre incalculable de gentlemen. Lorsque la question de l’âge se posait, ses parents mettaient sa dot en avant, et marmonnaient quelque chose à propos de sa santé fragile. Et cela fonctionnait, car Kate n’était pas reléguée parmi les chaperons, les vieilles filles ou les dames de compagnie. Comme elle regrettait l’époque où elle n’était pas autant mise en avant ! Malheureusement, il en serait ainsi jusqu’à ce qu’elle soit unie à un homme.

Kate soupira. Que n’aurait-elle donné pour ne pas se retrouver au centre de l’attention ! Pour cette raison, et uniquement pour cela, elle en voulait un peu à sa grand-mère, cause de tous ses malheurs actuels. Elle aurait pu insister pour rester à Dartford. Peut-être. Mais elle-même avait besoin de venir à Londres. Aussi, elle n’avait pas le choix et devait subir toutes ces festivités et la fréquentation d’une population qu’elle n’appréciait guère.

Toutefois, s’il y avait bien une chose qu’elle refusait absolument, c’était de rester oisive. Elle ne voulait pas passer sa matinée au lit, et l’après-midi à se promener dans Hyde Park pour être vue. Et malgré la pression de sa mère, elle n’avait pas dérogé à cette règle.

Aussi, pendant que sa famille « se reposait », Kate était réveillée depuis plusieurs heures, et elle avait déjà fait une longue promenade dans la ville.

Personne ne la remarquait lorsqu’elle s’y promenait seule. Tout le monde la prenait pour une jeune fille quelconque. Avec sa robe de couleur sombre, en coton, ses bottines épaisses et le bonnet qui cachait ses cheveux tressés et remontés en un chignon ferme, elle n’était pas différente de toutes ces femmes qui travaillaient pour gagner leur vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JangelisJangelis   29 janvier 2018
- Je dois vous signifier que je tiens plus que tout à mon indépendance. Et à une certaine vie privée. Je suppose que vous aussi. Je n'aurai jamais l'audace de croire que vous puissiez m'être fidèle. Aussi, je vous suggère de prendre une maîtresse une fois l'enfant né.
Commenter  J’apprécie          10
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3063 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..