AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

André Velter (Préfacier, etc.)
ISBN : 2070307204
Éditeur : Gallimard (08/09/2005)

Note moyenne : 4.26/5 (sur 37 notes)
Résumé :
L'auteur décline le thème de l'alliance du roc et des racines, du minéral et du vivant pour suggérer que la promesse peut être dans l'incertain, dans l'éphémère. Tous les poèmes rassemblés par François Cheng ont pour objectif de ressembler à des instants fragiles, des méditations légères.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
sabine59
  02 mars 2017
"A l'heure du soir, à l'orient de tout
Où se lève le vent de l'unique mémoire "
Grâce aérienne, touches presque picturales, élan cosmique et spirituel,lien fusionnel de l'homme à la terre, voilà comment m'apparaît cette oeuvre poétique de François Cheng.
Il est difficile de parler de ces poèmes, tant leur beauté délicate semble à peine un frisson, une caresse.Une beauté gracile mais puissante cependant car touchant à l'essentiel, l'appel du vide , la vie et la mort, l'angoisse existentielle et la permanence de la nature.
Avec des mots simples, épurés, le poète va au coeur des choses et des êtres, avec humilité et aussi émerveillement:
"Instant du fruit mûr
Mué, là ,en offrande
Où ciel terre retrouvent
Leur douce rondeur"
Les influences de la philosophie chinoise sont bien sûr présentes et apportent un souffle singulier, unique à la voix du poète. La voie du Tao se révèle :
" du yin et du yang
Tirer l'élan
Tirer l'éclat"
Un chant s'élève alors, révélateur du fugace et de l'immortel à la fois:

" Et nous traversons
l'aire du hasard
Pour nous poser là
A l'instant précis
de l'éternité "
C'est un recueil empreint de sérénité, de douceur, alliées à une profondeur de réflexion sur nos existences fragiles, à l'art de célébrer l'instant, d'accepter de n'être qu'une légère trace dans l'univers, à l'Occident comme à l'Orient de tout....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          436
Cath36
  15 avril 2014
Les poèmes de François Chang sont beaux, lisses et ronds comme des galets travaillés par la mer et patinés par le temps. Épurés comme des estampes, allant droit à l'essentiel, ils ne sont cependant pas dépourvus de cette souplesse qui fait du vers une sorte de calligraphie parfaite. J'en ai aimé l'élégance et la simplicité, la volonté d'atteindre le coeur de ce qui est dit à partir de leurs apparences et ce sens du mystère où derrière les mots les plus simples se cache la méditation la plus profonde.
Commenter  J’apprécie          281
Jackiedream
  24 janvier 2019
Magnifique recueil de poésie. Très moderne dans la forme, tout en abordant des thèmes intemporels et qui me parlent beaucoup. La nature est notamment présente dans presque tous les poèmes, et elle est souvent utilisée pour parler de la nature humaine. Les vers semblent couler de la plume légère de l'auteur.
Je recommande ce recueil à tous les amateurs de poésie.
Commenter  J’apprécie          190
StephanieIsReading
  01 août 2019
Voici une compilation de cinq recueils du poète François Cheng. Partagé entre son pays natal la Chine et son pays d'adoption, la France, Cheng revendique cette double appartenance : il dévoue sa pensée et sa plume à ces deux pays allant sans cesse de l'un à l'autre comme suivant la migration des oies sauvages qui traversent ses poèmes.
Les quatre éléments, le minéral, la faune et la flore, le cosmos, l'amour, la vie et la mort ou encore la renaissance sont autant de thèmes que Cheng traite avec talent et sensibilité.
Commenter  J’apprécie          160
laura_palmer
  10 avril 2016
L'anthologie A l'Orient de tout de François Cheng, écrivain français d'origine chinoise, est une lecture intéressante. le poète sait jouer avec la langue et les images. Et ça tombe très bien.
Ce qui m'a tout d'abord frappée, c'est l'étonnante souplesse des vers : tout comme les arbres que le poète ne cesse de nommer, les vers prennent la forme de branches. Parfois longs, d'autres fois plus courts, comme s'ils étaient l'oeuvre de nature, ils permettent aux mots de déployer toute leur richesse sémantique.
Parfois, c'est aussi l'inverse. Dans le recueil "Cantos Toscans", François Cheng utilise toujours la même forme : un sizain suivi d'un blanc typographique et d'un monostiche. On a l'impression de lire des fragments d'atmosphère où le paysage devient un élément nostalgique à part entière.
Quoi qu'il en soit, le poète met de côté les rimes et préfère jouer avec la forme, en se focalisant davantage sur la musicalité des mots (qui se font écho) et du rythme dans les vers. "Le Livre du vide médian" laisse place à une poésie de la nature et du corps, où les éléments sont parfois fragmentés (on peut penser à «l'iris », ou aux « reins ») ou bien forment un tout. L'influence asiatique se fait clairement percevoir.
François Cheng se dit solitaire. En lisant ses poèmes, j'ai eu le même sentiment. On se retrouve rapidement seul devant le paysage imaginaire du poète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   03 juillet 2012
A l'orient de tout, là où se souvient
La mer, l'orage a dispersé écailles
Des dragons, carapaces des tortues
Nous nous prosternons vers le pur silence
Régnant par-delà la terre exilée
A l'heure du soir, à l'orient de tout

Où se lève le vent de l'unique mémoire
Commenter  J’apprécie          360
sabine59sabine59   30 juillet 2018


Entre les amandiers
le trop - plein d'été
s'est retiré
Un chant de loriot
depuis la haie
vient se loger
dans le nid défait
de la vacance

Jailli de la senteur
du sol originel
le rayonnement vert
se fait plus proche
plus ardent
plus transparent
comme pour tout reprendre

avant l'orage
Commenter  J’apprécie          180
sabine59sabine59   17 avril 2018

Entre deux rochers
surplombant le vide
le pin ivre d'écoute
dira nos secrets

Oiseaux du matin
ni brumes du soir
jamais ne rompront
le fil de nos voix

Voix échangées là
au hasard d'un jour
un jour par-dessus
les années

lumière

Commenter  J’apprécie          180
patrick75patrick75   24 novembre 2013
DOUBLE CHANT
un jour, les pierres

Jusqu'à la fin
Vous serez témoins

Stèles érigées par les humains
Au bord des champs
Au coeur des ruines

Témoins de veines gloires
De deuils inconsolés
De massacres sans fin
De l'immonde du monde

Jusqu'à la fin
Jusqu'au moment où nul
Ne sera là
Pour déchiffrer
Les signes gravés
Commenter  J’apprécie          120
PiatkaPiatka   14 janvier 2014
Lumière juste érigée
En chemins, en collines,
En cyprès...choses lointaines
Ou proches que jamais
Nous n'avons révélées,
Faute de mots exacts

Et d'un cœur transparent.

De CANTOS TOSCANS
Commenter  J’apprécie          200
Videos de François Cheng (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Cheng
Une compilation des émissions « Albatros », par Gil Jouanard, diffusées en 1979 sur France Culture. François Cheng évoque avec passion l'histoire de la poésie chinoise.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
750 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre