AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072767449
160 pages
Éditeur : Gallimard (08/02/2018)
4.18/5   67 notes
Résumé :

Forme brève mais moins abrupte que le haïku, le quatrain ne s'en tient pas au lapidaire, il sait donner du rythme à la pensée, à l'émotion, à la surprise, il sait initier un questionnement, amorcer une méditation, esquisser un chant. François Cheng atteste ici du pouvoir singulier de ce mode d'expression resserré, pourtant si peu enclos, si ouvert aux résonances, aux errances fertiles, voire à une manière salutaire d'engouement simple.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
4,18

sur 67 notes
5
10 avis
4
2 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

fanfanouche24
  18 mars 2018
"Envoi
Ne quémande rien. N'attends pas
D'être un jour payé de retour.
Ce que tu donnes trace une voie
Te menant plus loin que tes pas. (p. 153)"

Une très jolie surprise m'attendait il y a quelques jours dans ma boite aux lettres, de la part d'un ami, pour ma fête : le dernier opuscule de quatrains de François Cheng, qu'il sait que j'apprécie infiniment !!... J'ai dévoré ces poésies minimalistes, sortes de haïkus !.... mais je vais suivre les conseils de cet ami... reprendre sereinement chaque soir , comme un moment de méditation, texte par texte...en prenant le temps de savourer chaque mot...et leur musique...
" Nous rions, nous trinquons. En nous défilent les blessés,
Les meurtris; nous leur devons mémoire et vie. Car vivre,
C'est savoir que tout instant de vie est rayon d'or
Sur une mer de ténèbres, c'est savoir dire merci. (p. 92)"
Commenter  J’apprécie          633
karmax211
  29 mai 2021
François Cheng, comme Andreï Makine dans un autre registre, fait à présent partie du patrimoine culturel français, et quoi de plus naturel que de retrouver sous la coupole ces deux académiciens défendant avec ardeur et talent la langue de Molière...
Tous deux sont le meilleur de ce que nous ont offerts les convulsions du XXème siècle.
Exilés en Apatrie, ils contribuent livre après livre à élargir notre horizon comme le font à leur instar des Chahdortt Djavann, des Atiq Rahimi ou encore un "petit jeune" au nom prometteur de Mahmud Nasimi, dont le livre ( que je n'ai hélas encore pas lu ) - Un Afghan à Paris - est une véritable promesse de lecture pépite.
François Cheng, je le constate dans les critiques sur Babelio ou ailleurs, appartient pour beaucoup à cette veine d'octroyeurs de zenitude, de dispensateurs, mi-sages mi-gourous, d'une philosophie poétique aux accents de gong, d'encens et de "AUM".
Il est un peu à Nankin ce que Christian Bobin est au Creusot.
Il y a entre ces deux poètes une indéniable filiation. Tous deux sont des mystiques, des François d'Assise égarés dans un siècle où les espèces d'oiseaux disparaissent les unes après les autres et où la bonté s'achète à frais de port réduits sur Amazon.
D'assisien, on attend de Bobin qu'il nous écrive par exemple :
"Dieu c'est ce que savent les enfants, pas les adultes. Un adulte n'a pas de temps à perdre à nourrir les moineaux.”
Mais Bobin, c'est aussi le taquin, l'impertinent. Jugez-en :
“Mon Dieu qui n'êtes personne, donnez-moi chaque jour ma chanson quotidienne, mon Dieu qui êtes un clown, je vous salue, je ne pense jamais à vous, je pense à tout le reste, c'est déjà bien assez de travail, amen.”
Mais il faut en convenir, Bobin, pour moi, c'est surtout celui qui écrit :
"On ne traverse pas cette vie sans avoir, tôt ou tard, le coeur arraché par une main glacée qui entre dans notre poitrine comme si elle était chez elle, qui vous prend le coeur et qui le jette aux bêtes..."
Il en va de même, me semble-t-il, pour Cheng.
Certes, il peut vous murmurer :
"Au sommet du mont et du silence,
rien n'est dit, tout est.
Tout vide est plein, tout passé présent,
tout en nous renaît."
Là, le mystique en a pour sa foi.
Mais Cheng sait aussi regarder le monde avec lucidité... cette blessure la plus rapprochée etc...
" le vomi de la gare noircit les rues adjacentes,
Briques et pavés celant les crachats des voyageurs.
Ça et là, les sex-shops se font fort de décharger
Le désoeuvrement humain de sa crasse pesanteur."
J'aime le François Cheng qui se penche sur les malheurs des malheureux...
" Livré au regard de tous et pourtant invisible,
N'ayant pour compagnons que poussières et poux,
Avec deux cartons tu déplies le froid des nuits,
Et trois syllabes qui font honte, tu hantes les logis."
C'est du grand art, l'art de s'indigner et de nous laisser le choix de le suivre ou pas dans son indignation.
J'aime François Cheng lorsqu'il s'adresse à Estelle et à toutes les autres...que nous n'oublions pas...
"Le gouffre où la bête a broyé ton innocence,
Il est en nous. Jusqu'au bout, nous te chercherons.
Pour toi, nous gardons ce qui nous reste de tendresse,
Et nous veillons à ce que rien ne nous apaise."
Ça remue, non ? C'est fait pour.
Et puis il y a le poète qui fait consensus.
" Consens à la brisure, c'est là
Que germera ton trop-plein
De crève-coeur, que passera,
Un jour, hors de l'atteinte, la brise."
Voilà comme je vois ce poète. Il peut m'apaiser lorsque le besoin de l'être se fait sentir. Mais il ne me dupe pas. Il me dit que notre monde est un monde de larmes et de souffrances, que chacun durant son séjour ici-bas traversera plusieurs fois l'enfer, mais que...
"Le sort de la bougie est de brûler,
Quand monte l'ultime volute de fumée,
Elle lance une invite en guise d'adieu :
"Entre deux feux sois celui qui éclaire !"
Je trouve donc très très réducteur de faire de François Cheng un mystique évanescent aux vertus antidépressives. - Enfin le royaume - n'est pas l'oeuvre d'un "illuminé", à la limite d'un "éveilé" qui nous indique une voie, celle qui nous sortira peut-être de notre torpeur.
Des quatrains à lire et à relire. La lassitude ne vient jamais ; une certaine forme de paix finit toujours par pointer le parfum de son rameau d'olivier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
sabine59
  17 février 2018
Pour ma 800 ème critique ( Cela donne le vertige! Autant de livres chroniqués! Je n'ai pas du tout l'impression d'avoir été si prolifique! ), qui de mieux que Francois Cheng ?
Je suis tombée par hasard sur cette nouvelle parution en librairie. En fait, elle regroupe des textes issus de différents recueils et en ajoute des nouveaux, tous sous le sceau du quatrain, une forme poétique que j'aime beaucoup, moins hachée que le haïku, plus ronde et évocatrice peut-être .
Et comme toujours lorsque je lis des poèmes de cet auteur, la sérénité, l'apaisement, l'impression d'une révélation intime affleurent , m'inondent de lumière. Oui, c'est cela, une illumination intérieure.
Le premier poème, déjà ,entre tout de suite en résonance avec moi, car il est dédié " à ceux qui habitent la poésie" : quelle juste et jolie formule !
Et il est intense et incantatoire:
" Tu ouvres les volets, toute la nuit vient à toi,
Ses laves, ses geysers, et se mêlant à eux,
Le tout de toi-même , tes chagrins, tes émois,
Que fait résonner une très ancienne berceuse."
C'est en effet l'unité, la fusion cosmique que recherche le poète, le mot " tout" est très souvent utilisé et associé à la nature, à l'univers. C'est un thème récurrent chez François Cheng, mais il me paraît plus représenté encore ici.
" Vient l'heure où toutes choses
se transmuent en dons:
Toutes larmes rosées,
toutes laves roses"
Et le dernier poème est un hymne au don total, une aspiration métaphysique de toute beauté ...mais je vous laisse le découvrir, ainsi que tous les autres,si vous êtes tenté par l'envoûtement des mots d'un poète alliant ses origines chinoises à un sens si parfait de la langue française. Je reste, quant à moi, admirative...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4721
Fleitour
  14 mars 2019
Dans les textes de son dernier ouvrage, "Enfin le Royaume", l'inspiration de François Cheng ne vient pas spontanément d'une volonté de démontrer, d'expliquer ou d'analyser les sagesses que l'on trouve dans le taoïsme. Ces textes expriment la beauté, comme "l'ultime goutte de pluie", la vie comme source inaltérable et féconde de la beauté, et pour le poète la beauté de l'âme.

Toute beauté est singulière écrit François Cheng dans le très beau livre consacré aux peintres chinois. Ce sont pas les peintres les plus classiques qu'il a choisi pour illustrer son goût pour ce qui est singulier, donc authentique et précieux. Ces peintres ont choisi les voies transverses, ce qu'il appelle la voix excentrique, puisque la volonté de ces peintres est de dépasser ce que nous voyons, peindre le temps, peindre l'absence, un peu à la façon de Patrick Modiano

C'est le vivre que l'on va arpenter décliner, à travers le monde des vivants, la terre, les plantes, la mer, le ciel et les éléments, une terre nourricière non seulement pour le corps mais aussi pour l'âme. Il se gorge d'émotions pour mieux ressentir l'harmonie du monde, le dur et le doux, le noir et le blanc, le rocher et l'orchidée.

François Cheng puise dans la poésie ancienne des perles d'éternité, comme ces vers de Wang Wei (701-761) .
"Si vous cherchez l'oubli des pensées,
venez me voir-
Vous pourrez arroser les doux
légumes de mon jardin."

La poésie de François Cheng, émerge de ces juxtapositions de mots inconsolables, de mots non miscibles, comme "ce vide est plein", ou
"Pour retrouver, jadis entrevue,
Depuis longtemps perdue, l'Étoile".

La richesse des mots est de nous conduire à l'extase...
"Ne te mens plus ni ne te
Lamentes. L'heure est venue
De faire face, peut le chant
L'extase ou le désastre."

L'art poétique de François Cheng affirme du point le plus haut que le sage peut atteindre, l'universalité de son écriture, une écriture qui n'efface rien, qui apaise ou réconcilie le désir de futurs épanouissements et la sauvegarde du passé.
"Au sommet du mont et du silence,
 rien n'est dit, tout est.
Tout vide est plein, tout passé présent,
 tout en nous renaît. "

L'appel de Cheng, est un appel insatiable, de se lier à la nature comme François D assise, ainsi écrit-il.
"Suivre les poissons, suivre les oiseaux.
Envies-tu leur sort ? Suis-les jusqu'au bout,
Jusqu'à te muer en bleu originel,
Terreau du désir même de nage, de vol."

Enfin, l'appel constitue la toile de fond de ce quatrain totalement inspiré page 153 du Taoïsme.
"Ne quémande rien. N'attends pas
D'être un jour payé de retour.
Ce que tu donnes trace une voie
Menant plus loin que tes pas."

De quelle nuit suis-je venu ? de quel jour ? Soudain l'absente est au cœur de tout. Les iris
Ont frémi ; le mot vivre est dit.
En plagiant François Cheng c'est à ce maître que je veux remettre mon chant, car tous ses mots me parlent, tous m'éblouissent et m'apaisent.,
Quand il associe des mots aux sens disjoints, la terre habillée ou une brise déchirure, qui donnent une mystérieuse puissance à ses émotions.
Je me délecte de ses fulgurances "vivre désormais entre ondes et ondées, d'éclats recueillis, d'ombres dispersées".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          295
Osmanthe
  04 mars 2018
Parmi les hommes / femmes d'écrit actuels, quelques uns me font du bien. Soit leur pensée est indépendante et rebelle (comme Michel Onfray), soit parce qu'elle prêche l'altruisme et la sérénité intérieure (comme Matthieu Ricard, Frédéric Lenoir), soit parce que leur talent polymorphe et bi-culturel m'enchante et m'enrichit. C'est le cas de François Cheng.
François Cheng est aussi à l'aise dans la poésie que dans l'essai, le roman, l'histoire et la technique de la calligraphie et de l'art pictural chinois...sa sagesse et sa culture remarquables impriment et imprègnent incontestablement.
Avec Enfin le Royaume, la magie opère comme jamais. Le vieil homme érudit a choisi la forme du quatrain pour cette nouvelle livraison poétique, comme un retour aux sources de la poésie, aux bases universelles (tant en occident qu'en Chine, c'est bien une forme traditionnelle), à la simplicité la plus touchante.
En quatre vers, tout est dit de la place de l'homme dans l'univers, au sein de la nature, sur les émotions humaines, sur le sens de cette vie qu'on traverse finalement si vite. Tenir bon pendant la traversée, car nous avons tous un mandat du ciel, ne rien lâcher, se battre, mais toujours dans l'humilité, le respect de l'autre, de la nature, du Tout Puissant.
François Cheng atteint ici une forme de dépouillement, son minimalisme est comme un concentré de vie. Chaque quatrain est un diamant brut. Ils seront vite tous cités par ailleurs ici.
Cela sent le livre de chevet pour les jours de pluie, les jours de peine, mais aussi les jours lumineux et de joie. La vie, quoi !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          287

Citations et extraits (176) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   23 février 2018
Le sort de la bougie est de brûler.
Quand monte l’ultime volute de fumée,
Elle lance une invite en guise d’adieu :
« Entre deux feux sois celui qui éclaire ! »
Commenter  J’apprécie          1394
fanfanouche24fanfanouche24   16 mars 2018
Envoi

Ne quémande rien. N'attends pas
D'être un jour payé de retour.
Ce que tu donnes trace une voie
Te menant plus loin que tes pas. (p. 153)
Commenter  J’apprécie          1091
fanfanouche24fanfanouche24   18 mars 2018
Nous rions, nous trinquons. En nous défilent les blessés,
Les meurtris; nous leur devons mémoire et vie. Car vivre,
C'est savoir que tout instant de vie est rayon d'or
Sur une mer de ténèbres, c'est savoir dire merci. (p. 92)
Commenter  J’apprécie          531
PiatkaPiatka   09 février 2018
Au bout de la nuit, un seuil éclairé
Nous attire encore vers son doux mystère.
Les grillons chantant l’éternel été,
Quelque part, la vie vécue reste entière.
Commenter  J’apprécie          501
sagesse66sagesse66   12 juillet 2018
Ce moment partagé, nous nous en souviendrons
Un jour, comme d'un mont par-delà les nuages,
Où tout demeure en soi et se change en son autre :
Arbre en fleur chant de source, feuille au vent papillon.
Commenter  J’apprécie          360

Videos de François Cheng (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Cheng
5/5 Photographie : François Cheng © PATRICK SWIRC. Son site : http://www.swirc.com.Toute la semaine du 20 octobre 2014, Françoise Siri s'entretenait avec le poète et écrivain François Cheng sur les ondes de France Culture pour l'émission “À voix nue”. Par Françoise Siri. Réalisation : Anne Sécheret. Prise de son : Laurent Césard. Attachée d'émission : Claire Poinsignon. « Aimer, c’est dire : Tu ne mourras pas ! » écrit François Cheng dans l’un de ses poèmes (dans l’anthologie “A l’orient de tout”, Poésie/Gallimard, 2008). Poète, romancier, essayiste, auteur de monographies et de livres d’art, académicien, François Cheng est d’abord un tout jeune Chinois qui arrive à Paris en 1949, après la guerre sino-japonaise. Il est alors âgé de vingt ans et vient en France entreprendre une année d’étude. Mais la Chine ferme ses frontières et l’étudiant devient un exilé. Il se passionne pour la langue française au point d’en faire sa langue d’écrivain et de se choisir le prénom « François ». Homme d’une double culture, il revient sur son parcours, qu’il a toujours repensé à travers sa création littéraire, à la recherche d’une parole de vérité. C’est cette parole qu’il souhaite livrer à l’auditeur, durant les cinq rendez-vous d’“À voix nue”. Reconnu aujourd’hui comme une figure majeure de la poésie contemporaine, François Cheng est doté de cette voix si particulière qui « nous transmet un souffle ancien, immortel et absolument personnel, qui s’inspire de l’aventure de la passion et de l’amour » comme l’écrit la poète Silvia Baron Supervielle. Il termine chaque volet de l’émission en lisant un poème. 5. L'amitié, l'amour et la gastronomie
Après la saveur des mots, le moment est venu d’évoquer la saveur des liens amoureux et amicaux – que l’écrivain place au dessus de tout – et les saveurs de la gastronomie. La gastronomie est plus que la gastronomie : il éprouve devant les nourritures terrestres un sentiment de profonde gratitude. À goûter sans modération. Lecture du poème « En robe des champs » (in “Le livre du vide médian”, Gallimard, 2004).
Invité : François Cheng, poète, romancier et essayiste
Thèmes : Littérature| Littérature Contemporaine| Poésie| François Cheng
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : quatrainVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Auteurs proches de François Cheng
Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
945 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

.. ..