AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020299282
284 pages
Éditeur : Seuil (03/10/1996)
4.58/5   12 notes
Résumé :
L'idéogramme restitue à la fois le lien secret des choses et le souffle qui les anime. F.Cheng entreprend ici une analyse sémiotique de ce système de signes situé d'emblé au niveau de la métaphore. IL dresse l'inventaire des procédés poétiques fondés sur les structures de la poésie chinoise.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Henri-l-oiseleur
  01 décembre 2015
François Cheng, célèbre pour ses poèmes français et ses essais, donne au lecteur la clé pour entrer dans le monde de la poésie chinoise. En réunissant, après une introduction détaillée, des textes classiques traduits d'abord
mot à mot, puis plus littérairement, et avoir initié le lecteur à la notion fondamentale du vide dynamique, il le rend enfin sensible à cette culture inoubliable.
Commenter  J’apprécie          90
lezardbavard
  19 avril 2015
Un ouvrage incontournable pour tous les amoureux de la poésie chinoise : à la fois essai et anthologie qui permet de comprendre la spécificité et la richesse de la langue poétique chinoise, et de s'immiscer discrètement dans une sensibilité qui, par-delà les siècles, mais non sans quelque apprentissage (comme pour toute poésie), nous parle en profondeur.
Commenter  J’apprécie          40
StefanoCecoti
  09 août 2020
F.Cheng nous donne simplement les clés de la porte d'un sanctuaire. Celui de la pensée poétique chinoise : la fusion de la calligraphie, du signifiant et du signifié du signe ou du mot, dans la puissance des images et métaphores poétiques. On comprend le niveau de la quintessence des arts et de la pensée poétique chinoise, à des époques ou l'Occident est dans son moyen âge, encore éloigné de plusieurs siècles de la Renaissance.
A lire absolument pour les amateurs de poésie
Commenter  J’apprécie          10
VersLest
  13 juin 2018
Ouvrage très complet sur la poésie chinoise, où François Cheng nous livre sa méthode de traduction des poèmes. Les poèmes de la dynastie Tang en fin d'ouvrage sont présents en version originale, ce qui manque souvent à mon goût dans la plupart des recueils de poèmes.
Lien : https://verslestenlivre.word..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   27 février 2020
La cosmologie chinoise avait sa source dans un ouvrage initial, le Livre des Mutations, lequel a donné lieu à deux principales traditions interprétatives, confucianiste et taoïste. C'est Lao-tzu, le fondateur du taoïsme, qui, dans La Voie et sa vertu, a formulé cette cosmologie de façon décisive :
Le Tao d'Origine engendre l'Un
L'Un engendre le Deux
Le Deux engendre le Trois
Le Trois produit les Dix-mille êtres
Les Dix-mille êtres s'adossent au Yin
Et serrent sur leur poitrine le Yang :
L'Harmonie naît au Vide du Souffle médian.
En simplifiant beaucoup : le Tao d'Origine est conçu comme le Vide suprême d'où émane l'Un, qui n'est autre que le Souffle primordial. Celui-ci engendre le Deux, incarné par les deux Souffles vitaux que sont le Yin et le Yang, lesquels par leur interaction régissent et animent les Dix-mille êtres. Toutefois, entre le Deux et les Dix-mille êtres prend place le Trois qui a connu deux interprétations non pas divergentes mais très complémentaires.
Selon le point de vue taoïste, le Trois représente la combinaison des Souffles vitaux Yin et Yang et du Vide médian (ou Souffle médian). Ce Vide médian qui procède du Vide suprême dont il tire tout son pouvoir est nécessaire au fonctionnement harmonieux du couple Yin-Yang ; c'est lui qui attire et entraîne les deux Souffles vitaux dans le processus du devenir réciproque ; sans lui, le Yin et le Yang demeureraient des substances statiques, et comme amorphes. C'est bien cette relation ternaire (la pensée chinoise n'est pas duelle mais ternaire ; au sein de tout couple, le Vide médian constitue le troisième terme) qui donne naissance et sert de modèle aux Dix-mille êtres. Car le Vide médian qui réside au sein du couple Yin-Yang réside également au coeur de toutes choses ; y insufflant souffles et vie, il maintient toutes choses en relation avec le Vide suprême, leur permettant d'accéder à la transformation et à l'unité.

p.6
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
sabine59sabine59   29 janvier 2018
Pensée d'une nuit en voyage

Rive aux herbes menues. Brise légère
Barque au mât vacillant, seule dans la nuit
S'ouvre la plaine aux étoiles qui descendent
Surgit la lune, soulevant les flots du fleuve

L'homme laisse-t-il un nom par ses seuls écrits?
Vieux et malade, que le mandarin s'efface!
Errant, errant, à quoi puis-je ressembler ?
-Une mouette des sables entre terre et ciel

Du Fu
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
mcd30mcd30   01 mai 2018
Bonne pluie, une nuit de printemps

La bonne pluie tombe à la bonne saison
Amène le printemps, fait éclore la vie
Au gré du vent, se glissant dans la nuit
Silencieuse elle humecte toutes choses

Sentiers broussailleux noyés dans les nuages
Seul, sur le fleuve, le fanal d'une barque
L'aube éclaire le lieu rouge et trempé :
Fleurs alourdies sur Mandarin-en-pourpre !

Du Fu p. 218
Commenter  J’apprécie          150
ZakuroZakuro   18 mai 2013
Les rencontres difficiles
Les adieux plus encore
Le vent d'est a faibli
les cent fleurs se fanent
Le ver à soie tant qu'il vit
déroulera sans cesse son fil
La bougie ne tarira ses pleurs
que brûlée et réduite en cendres
Miroir du matin où pâlit
Le nuage des cheveux
Chant de la nuit écho glisse
Dans la fraîcheur lunaire.
Commenter  J’apprécie          170
PiatkaPiatka   03 février 2018
Tīng Zhēng - JEU DE CITHARE

Devant la chambre de jade, sons de cithare :

Sa main caresse les chevilles aux grains d’or

Désirant attirer le regard de Zhou-lang

Par instants à dessein elle se trompe de cordes


LI DUAN
Commenter  J’apprécie          222

Videos de François Cheng (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Cheng
5/5 Photographie : François Cheng © PATRICK SWIRC. Son site : http://www.swirc.com.Toute la semaine du 20 octobre 2014, Françoise Siri s'entretenait avec le poète et écrivain François Cheng sur les ondes de France Culture pour l'émission “À voix nue”. Par Françoise Siri. Réalisation : Anne Sécheret. Prise de son : Laurent Césard. Attachée d'émission : Claire Poinsignon. « Aimer, c’est dire : Tu ne mourras pas ! » écrit François Cheng dans l’un de ses poèmes (dans l’anthologie “A l’orient de tout”, Poésie/Gallimard, 2008). Poète, romancier, essayiste, auteur de monographies et de livres d’art, académicien, François Cheng est d’abord un tout jeune Chinois qui arrive à Paris en 1949, après la guerre sino-japonaise. Il est alors âgé de vingt ans et vient en France entreprendre une année d’étude. Mais la Chine ferme ses frontières et l’étudiant devient un exilé. Il se passionne pour la langue française au point d’en faire sa langue d’écrivain et de se choisir le prénom « François ». Homme d’une double culture, il revient sur son parcours, qu’il a toujours repensé à travers sa création littéraire, à la recherche d’une parole de vérité. C’est cette parole qu’il souhaite livrer à l’auditeur, durant les cinq rendez-vous d’“À voix nue”. Reconnu aujourd’hui comme une figure majeure de la poésie contemporaine, François Cheng est doté de cette voix si particulière qui « nous transmet un souffle ancien, immortel et absolument personnel, qui s’inspire de l’aventure de la passion et de l’amour » comme l’écrit la poète Silvia Baron Supervielle. Il termine chaque volet de l’émission en lisant un poème. 5. L'amitié, l'amour et la gastronomie
Après la saveur des mots, le moment est venu d’évoquer la saveur des liens amoureux et amicaux – que l’écrivain place au dessus de tout – et les saveurs de la gastronomie. La gastronomie est plus que la gastronomie : il éprouve devant les nourritures terrestres un sentiment de profonde gratitude. À goûter sans modération. Lecture du poème « En robe des champs » (in “Le livre du vide médian”, Gallimard, 2004).
Invité : François Cheng, poète, romancier et essayiste
Thèmes : Littérature| Littérature Contemporaine| Poésie| François Cheng
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : Poésie chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Auteurs proches de François Cheng
Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
964 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre