AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253151012
442 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (05/09/2001)
4.04/5   244 notes
Résumé :
Lors d'un voyage en Chine, l'auteur retrouve le peintre Tian-yi, connu autrefois, qui lui remet ses confessions écrites. Tian-yi a vécu l'avant-guerre dans une Chine en plein bouillonnement. Plus tard, dans les années 1950, il est allé en Occident, où il a découvert une autre vision de l'art et de la vie.
De retour dans son pays soumis aux bouleversements de la révolution, il a voulu retrouver deux êtres chers : Yumei, l'amante, et Haolang, l'ami.
Mais... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 244 notes
5
13 avis
4
7 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
0 avis

enjie77
  10 avril 2020
« La vraie vie est une vie vécue et recréée et repensée par l'Ecriture » Marcel Proust
« Avec cette écriture à la manière de Proust, tout d'un coup, je sens que je peux recréer toute cette vie perdue et recommencé à vivre » François Cheng.

Né de l'imaginaire de l'auteur (je suppose), Tianyi, cet ami peintre dont François Cheng nous relate l'histoire, possède une petite part intime de François. de même, François est aussi à l'image de Tianyi bien qu'à un instant de la narration, l'auteur évoque une divergence de chemin, de destinée.Tout en lisant cette fiction, j'avais le sentiment de découvrir la personnalité de François. L'auteur se dévoile dans ce récit au travers des réflexions philosophiques de Tianyi, de ses interrogations face à l'existence, de sa quête spirituelle, hanté par la question du mal. J'ai ressenti l'exilé dans les profondeurs du récit, un amour de la Chine bien qu'il soit à même de raconter son pays sans omettre les atrocités qui s'y sont déroulées. L'écriture enchanteresse, poétique, sensuelle ne peut masquer un chant perceptible au lointain, une mélopée venue du plus profond de l'âme de François. Il tient à coeur de nous faire découvrir son pays. Les mémoires de son ami Tianyi relatent les pérégrinations à travers cette immensité chinoise marquée par les années de guerre civile entrecoupées de huit ans de guerre sino-japonaise pour évoquer en dernier la terrible Révolution Culturelle. Un demi siècle d'histoire défile sous nos yeux où la grande et la petite histoire s'interpénètrent mutuellement, se répondent, et où la terre chinoise imbibée de larmes, de souffrance, s'apparente à un champ de bataille où toute vérité est violée et toute valeur humaine piétinée. Et malgré cela, tout au long de ses cinq mille ans d'histoire, le peuple chinois n'a jamais renoncé à son instinct de survie totalement habité par l'esprit de Confucius ! le parcours de Tianyi que je qualifierai "d'errance" est un véritable enseignement pour moi, occidentale.
« L'univers tyrannique est plein de fureurs, de frayeurs et de failles. L'humain profite de la moindre brèche laissée par l'inhumain pour germer et croître » page 338.
On y retrouve l'Amante sous les traits de Yuméi, l'amitié sous les traits de Haolang. Cette relation à trois créera des liens inextricables et comme dans « l'Eternité n'est pas de trop », l'Amour est passion, absolu, mystique, renoncement. Et le nombre Trois ici prend tout son sens symbolique : conciliateur des oppositions nécessaires et fécondes, le Nombre 3 ramène à l'Unité.
« Me crois-tu ? Un jour tu me croiras. Tu es celui que j'aime le plus au monde. Tu es mon innocence, tu es mon rêve. Maintes fois dans ma nuit, j'ai rêvé de toi, comme à une éternelle enfance. Je suis ta soeur, je suis ton amante. Mais dans cette vie, nous ne seront pas un couple ». Page 185
Parue en 1998, ce livre a reçu le Prix Femina. Cette oeuvre est remarquable, riche de sens cachés, fascinante, je pense la relire. Mais ne vous y trompez pas, si la plume est ensorcelante, poétique, ce récit passionnant est cruel, notamment, dans sa troisième partie où rien n'est épargné au lecteur mais tout doit être DIT.
« En attendant, il suffit au témoin qui n'a plus rien à perdre, toutes larmes ravalées, de ne pas lâcher la plume, de ne pas interrompre le cours du fleuve » - « le mal se nicherait-il au coeur de la Beauté »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5922
araucaria
  10 septembre 2012
Très beau roman, ou se mêlent amour et amitié. Ce texte très fort nous fait faire une incursion dans la civilisation chinoise du 20 ème siècle. On y découvre notamment la vie des camps de rééducation construits au moment de la révolution culturelle. Malgré des descriptions parfois très dures et bouleversantes on retrouve la belle plume poétique de François Cheng. Un livre qui a bien mérité son Prix Femina.
Lien : http://araucaria.20six.fr
Commenter  J’apprécie          650
PhilippeCastellain
  02 mai 2020
Je suis rarement en accord avec les choix de palmes d'or du festival de Cannes, de Césars ou d'Oscar, et guère plus avec les Goncourts ou les Feminas. Dans le cas de François Chang, je fais une exception.

A bien des égards, la méconnaissance qu'ont les Français de la Chine est plus qu'inquiétante. Ignorer tout d'un pays qui pèse un cinquième de l'humanité et domine son économie, c'est la taupe ignorant le tunnelier ! Surtout si l'on considère à quelle point l'histoire en question est unique. Quand on constate le nombre de gens n'ayant jamais entendu parler de la Révolution Culturelle ou du Grand Bond en Avant, à qui des slogans comme « la religion est l'opium du peuple » ou des mots comme « dazibao » ne disent rien, on approche du paniquant.

C'est pourquoi ‘Le dit de Tianyi' est peut-être ce qui a été écrit de plus important en France dans le dernier quart du XXème siècle. Au-delà de la simplicité et de la beauté de son histoire d'amour et d'amitié, on y découvre la vie de la paysannerie chinoise traditionnelle, l'anarchie de la période pré-communiste, la misère et le banditisme omniprésent. Plus tard la dictature omniprésente, omnisciente ; la folie totale du Grand Bond en avant, et ses vingt à quarante millions de morts ; le déferlement de violence hallucinant de la Révolution culturelle… Et l'aveuglement d'un certain nombre de Français, persuadés que la Chine était bien le paradis communiste que leur décrivait ‘L'Humanité'.

La plongée dans les camps laogai, ou « camps de rééducation par le travail » est également saisissante. On l'ignore aussi, mais c'est là que disparurent une bonne partie des 200 000 moines qui vivaient au Tibet avant l'invasion chinoise, ainsi probablement que quelques minorités qui ne rentraient pas dans la liste des 56 groupes officiels. Et aujourd'hui, un bon paquet d'Ouïghours. Chaque peuple et chaque pays a ses squelettes dans les placards ; dans le cas de la Chine, ils sont à la mesure de son histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
Lune
  06 février 2012
Le « Dit de Tian-yi est un livre à part.
Écrit en français, il contient toute la délicatesse, la subtilité de la poésie chinoise que l'on perçoit dans les descriptions nuancées de la nature.
Elles pourront apparaître redondantes ou trop denses pour certains mais elles témoignent d'une approche différente où l'être humain se confond intensément dans les nuages, la brume, les sentiers, les montagnes.
C'est un livre de rencontres sur lesquelles l'auteur disserte : sa plume devient pinceau et la peinture des relations entre parents d'une même famille, entre homme et femme, entre amis, entre artistes est parfaitement exécutée, toutes les nuances que peuvent prendre ces échanges intenses sont rendues dans leur moindre recoin.
C'est le livre d'un pays sur fond de guerre sino-japonaise puis de révolution culturelle, c'est un pays meurtri et meurtrissant sa population dont le chant traverse les générations et vient parfois se briser dans l'incompréhension extrême-occidentale.
C'est la description d'un chinois venu en France se former à la peinture d'autres maîtres, racontant ses impressions et perceptions devant les grands peintres de l'Europe.
C'est un homme à l'écoute intérieure perpétuelle, en recherches insatiables qui aboutiront à des rendez-vous manqués, en amour, en peinture et en politique.
Car ce livre est politique puisque tout acte, tout désir est lié et relié au monde qui entoure l'homme qui se débat dans les rets d'un système tortionnaire qui refuse à l'individu de s'exprimer.
Ce n'est pas un livre qui se donne facilement tant il est sinueux aussi bien dans l'écriture que dans le personnage.
Il y a des passages qui fouettent et d'autres qui arrachent.
Homme, artiste, amoureux : un seul être, une multiplicité de vies vécues, de vies entrevues, d'allers et de retours.
Nous sommes dans la pure tragédie, la vraie, pas question de théâtre. L'homme face à un destin dramatique auquel il ne peut échapper qu'en le racontant.
Ce livre a reçu le prix Fémina en 1998.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Archie
  13 décembre 2017
Le Dit de Tianyi, roman gratifié du prix Femina en 1998, est l'oeuvre de François Cheng, poète, écrivain et calligraphe né en Chine en 1929, arrivé en France en 1949, naturalisé français en 1971, aujourd'hui membre de l'Académie Française. C'est par un ami, fidèle lecteur de mes chroniques, que j'ai été amené à m'intéresser à ses écrits.
Le personnage principal du roman, Tianyi, est un double de l'auteur. Comme lui, il est né en Chine, à proximité du mont Lu, un site renommé pour ses extraordinaires paysages escarpés où les brumes restent suspendues (Allez voir des photos sur Internet !). Comme lui, son enfance a souffert de la guerre civile entre nationalistes et communistes, puis d'une guerre d'expansion effroyable menée par le Japon Impérial jusqu'à son anéantissement en 1945.
Comme François Cheng, Tianyi se découvre une âme d'artiste. C'est dans la peinture qu'il exprime son talent, en premier lieu dans la calligraphie, un art pictural majeur dans un pays comme la Chine, dépositaire d'une civilisation millénaire fondée sur les signes.
Comme son créateur encore, Tianyi s'installe à Paris après la guerre. Mais alors que c'est pour fuir une guerre civile meurtrière que François Cheng et sa famille s'expatrient, c'est pour guérir un chagrin d'amour – sur lequel je reviendrai – et grâce à l'octroi d'une bourse, que Tianyi vient étudier la peinture européenne et la confronter à celle de son pays d'origine. Des motivations différentes entre l'auteur et son personnage, mais probablement le même regard désenchanté sur la grisaille du ciel et des immeubles de Paris, la même prise de conscience brutale de leur singularité physique d'asiatique, et le même ahurissement lors de la rencontre de beaux esprits parisiens prétendant connaître mieux qu'eux les traditions chinoises.
Tianyi ira jusqu'à Amsterdam et Florence pour approfondir sa connaissance de la peinture européenne et en découvrir les grands maîtres classiques. A Paris, il nouera une relation intime avec une musicienne française, Véronique, qui l'inspirera et facilitera son intégration.
A la différence de Cheng qui reste en France où il mènera le parcours que l'on sait, Tianyi repartira en Chine à la recherche de son grand amour perdu. Un Amour avec un grand A, un idéal spirituel qui avait autrefois uni « Trois êtres faisant Un » : Tianyi, l'Ami et l'Amante. Un idéal qui s'était fracassé sur les contingences concrètes, charnelles, d'une relation amoureuse classique, et qui ne retrouvera du sens que plus tard, lorsque l'un(e) des Trois aura disparu. Une disparition physique, et non spirituelle, car « Deux » ne peut être une fin en soi. Entre le Yin et le Yang, il y a un vide qui n'est ni l'un ni l'autre, à moins qu'il ne s'agisse d'un tout qui serait à la fois l'un et l'autre…
Retour en Chine, donc, mais dans des conditions difficiles. Tianyi découvre les turpitudes absurdes et criminelles du régime mis en place par Mao Zedong, dont le narrateur ne cite jamais le nom, et qu'il dépeint comme un tyran insensible à l'humain, ignorant de l'économie, préoccupé par son seul pouvoir personnel, ce qui, quelques années plus tard, le conduira à tenter de le renforcer par l'inepte politique de Révolution Culturelle.
Considéré comme suspect par le régime, Tianyi passera plusieurs décennies en rééducation dans un camp dit de travail, copie conforme des camps de concentration nazis et soviétiques (je ne parle pas des camps d'extermination nazis que je mets sur un autre plan). Une vie de souffrances et d'avilissement dans le Grand Nord chinois, où une nature sauvage et des intempéries impitoyables ramènent l'homme qui veut survivre à son état primitif.
A l'insu de ses gardes, Tianyi réussira à peindre l'oeuvre de sa vie, une fresque clandestine qui consacrera l'accomplissement de son talent.
Il terminera ses jours dans une sorte d'asile, libre de relier à sa façon les pages éparses d'une existence tourmentée, alimentée d'espoirs et de nostalgies. Une vie semblable au cours d'un fleuve, symbole chinois du temps qui n'en finit jamais de s'écouler. Car pour finir, il ne reste que cela : écrire, pour que tout soit Dit.
Le Dit de Tianyi, roman imprégné de culture et de philosophie chinoise, est écrit dans une langue française très harmonieuse et poétique. C'est aussi un documentaire passionnant sur les événements de vingtième siècle en Chine. Quelques pages sont difficiles d'accès. Je devine en François Cheng, un amoureux de la beauté et de l'humanité, même si l'on ne peut empêcher le Mal de s'y dissimuler.

Lien : http://cavamieuxenlecrivant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300

Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   06 septembre 2012
A partir de la naissance, chaque visage est façonné par toute une vie de désirs refoulés, de tourments cachés, de mensonges entretenus, de cris contenus, de sanglots ravalés, de chagrins niés, d'orgueil blessé, de serments reniés, de vengeances caressées, de colères rentrées, de hontes bues, de fous rires réprimés, de monologues interrompus, de confidences trahies, de plaisirs trop vite survenus, d'extases trop vite évanouies. Chaque ride en porte la marque aussi sûrement que les anneaux d'un arbre. C'est tout cela que le visage révèle de la personne, à son insu, malgré l'effort surhumain qu'elle déploie quotidiennement pour le cacher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2760
enjie77enjie77   05 avril 2020
Ce vieux pays, pour se sortir de là, devra passer, hélas! par bien des soubresauts et des tourments. Aucun des deux traducteurs émérites, (Fu Lei et Sheng Chenghua) n'atteindra l'âge de celui qui avait dit : "J'ai résolu d'être heureux", ni de celui qui avait prôné la "tardive sérénité d'un héros". A peine un quart de siècle plus tard, lors de la Révolutions culturelle, lorsque la campagne féroce contre la tendance bourgeoise occidentale battra son plein, Fu Lei verra tous ses livres et manuscrits dispersés ou brûlés devant lui. Sa maison ayant été perquisitionnée, lui et sa femme seront contraints de vivre dans une seule pièce étroite. Devenu "ennemi du peuple", il sera traîné nuit et jour devant les Gardes rouges pour subir d'interminables interrogatoires et sévices physiques. Finalement le couple décidera de mourir ensemble pour ne pas laisser de survivant. De son côté, Sheng Chenghua sera envoyé dans un camp de travail. En dépit d'une santé déficiente, il sera astreint à tous les travaux. D'abord à ceux de la construction même du camp, ensuite à ceux des champs, où à longueur de journée, il aura les jambes enfoncées dans l'eau boueuse des rizières, sans protection aucune contre les insectes qui attaqueront son corps de soixante ans brutalement exposé. Un jour, sous un soleil de feu, il s'affaissera en plein champ et enfouira sa tête dans l'eau sans un mot.

Fu Lei traducteur de Balzac, Voltaire et de Romain Rolland et Sheng Chenghua traducteur de Gide. Chaque année le prix Fu Lei récompense les deux meilleures traductions du français vers le mandarin publiées en Chine dans les catégories Essai et Littérature.

Page 83
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
sagesse66sagesse66   26 mai 2020
Au milieu d'une grotte où nous étions entrés par hasard, nous fûmes saisis de stupeur et demeurâmes immobiles, cois.
Nous nous sentions enveloppés, aspirés, par ce qui s'animait tout autour : couleurs et formes représentant des scènes intimes ou grandioses, qui tapissaient entièrement les murs et les plafonds, la plupart depuis plus de mille ans, dans toute leur fraîcheur intacte..........
.........C'était la vie même qui ressuscitait, qui s'éveillait au contact de notre regard .
Miracle de l'instant. Le temps était mort; voilà qu'il renaissait, déployant devant nous, avec superbe, tout ce qu'il contenait de mémoire et de promesse.
Au coeur de l'espace clos, un espace d'outre-monde, jadis habité par tout un peuple d'adorateurs qui, avant de disparaître, avaient confié là, dans ces secrets abris, tous leurs trésors : leurs souffrances comme leurs joies, leur vécu comme leurs rêves, leurs amours, leur vérité, dans une sorte de glorification à la fois exaltée et sereine.
Un chant inouï émanant de cet espace portait le visiteur, le transportait, le poussait plus loin, vers une autre grotte, puis une autre encore ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
araucariaaraucaria   06 septembre 2012
Le jour de mon départ, le maître m'accompagna jusqu'à la croisée des chemins. Il s'arrêta et dit : " Ce que je pouvais te donner de mieux, je te l'ai donné. A partir de maintenant, suis la Voie, la tienne, et oublie-moi. Ne prends pas la peine de m'écrire. De tout façon, je ne répondrai pas. Je m'en irai d'ailleurs bientôt." Ces paroles, dures à entendre, furent dites non sur un ton sévère, mais avec une douceur paisible dont tout son visage était illuminé, un visage comme transfiguré. Puis le vieillard se retourna et s'en alla en direction de son ermitage. Sa robe flottait au vent, et son pas était léger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
enjie77enjie77   07 avril 2020
Je pensai à mon père qui m'apprit à tenir le pinceau, à le tremper dans l'encre et à calligraphier le premier caractère. C'était cela ma véritable naissance au monde.
A ce souvenir, vint alors se superposer à son image celle du vieux peintre calligraphe rencontré sur le chemin, en compagnie de Haolang.

Etais-je en train de vivre une de ces scènes tant de fois répétées dans l'histoire chinoise? Un jeune à la recherche de sa vérité rencontre, au détour d'une route déserte ou au fond d'une vallée obscure, un vieillard qui, en réalité, l'attendait là. Si le jeune ne sait pas voir, il passera son chemin. S'il sait voir, il entrera dans sa vraie vie. Le vieillard, avant de disparaitre aussi mystérieusement qu'il est apparu, délivre par quelques gestes ou par quelques paroles un message décisif. C'est ainsi que le signe du père continue ; c'est bien par ce signe, n'est-ce pas, que la Chine depuis tant de millénaires survit.

page 160
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260

Videos de François Cheng (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Cheng
5/5 Photographie : François Cheng © PATRICK SWIRC. Son site : http://www.swirc.com.Toute la semaine du 20 octobre 2014, Françoise Siri s'entretenait avec le poète et écrivain François Cheng sur les ondes de France Culture pour l'émission “À voix nue”. Par Françoise Siri. Réalisation : Anne Sécheret. Prise de son : Laurent Césard. Attachée d'émission : Claire Poinsignon. « Aimer, c’est dire : Tu ne mourras pas ! » écrit François Cheng dans l’un de ses poèmes (dans l’anthologie “A l’orient de tout”, Poésie/Gallimard, 2008). Poète, romancier, essayiste, auteur de monographies et de livres d’art, académicien, François Cheng est d’abord un tout jeune Chinois qui arrive à Paris en 1949, après la guerre sino-japonaise. Il est alors âgé de vingt ans et vient en France entreprendre une année d’étude. Mais la Chine ferme ses frontières et l’étudiant devient un exilé. Il se passionne pour la langue française au point d’en faire sa langue d’écrivain et de se choisir le prénom « François ». Homme d’une double culture, il revient sur son parcours, qu’il a toujours repensé à travers sa création littéraire, à la recherche d’une parole de vérité. C’est cette parole qu’il souhaite livrer à l’auditeur, durant les cinq rendez-vous d’“À voix nue”. Reconnu aujourd’hui comme une figure majeure de la poésie contemporaine, François Cheng est doté de cette voix si particulière qui « nous transmet un souffle ancien, immortel et absolument personnel, qui s’inspire de l’aventure de la passion et de l’amour » comme l’écrit la poète Silvia Baron Supervielle. Il termine chaque volet de l’émission en lisant un poème. 5. L'amitié, l'amour et la gastronomie
Après la saveur des mots, le moment est venu d’évoquer la saveur des liens amoureux et amicaux – que l’écrivain place au dessus de tout – et les saveurs de la gastronomie. La gastronomie est plus que la gastronomie : il éprouve devant les nourritures terrestres un sentiment de profonde gratitude. À goûter sans modération. Lecture du poème « En robe des champs » (in “Le livre du vide médian”, Gallimard, 2004).
Invité : François Cheng, poète, romancier et essayiste
Thèmes : Littérature| Littérature Contemporaine| Poésie| François Cheng
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Auteurs proches de François Cheng
Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
78 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre

.. ..