AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9782226208453
Éditeur : Albin Michel (01/02/2011)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Caroline, une femme dans la soixantaine, semble mener une vie de rêve avec un mari attentionné mais débordé et des enfants adorables. Fraîchement retraitée, elle s’apprête à goûter à la liberté et au repos lorsqu’elle reçoit un cadeau empoisonné : une inscription à un club pour seniors. Se détournant de ces loisirs organisés, elle choisit une voie plus drôle et plus illicite.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
luocine
  27 juin 2011
Moment absolument délicieux mais ambiguë : la première année de retraite après une vie active bien remplie.
L'auteur Fanny Chesnel, malgré sa petite trentaine, a su croquer ce moment si particulier. Sa jeunesse a entraîné son roman dans une histoire d'amour torride, peu crédible, qui m'a un peu gênée et puis finalement j'ai tellement bien ri que je me suis dit pourquoi pas ?
Caroline part à la retraite, avec comme cadeau de la part de ses filles, un abonnement au club du « Nouvel âge », club qui permet aux retraités de pratiquer toutes sortes d'activités.
Chacune des activités est l'occasion d'un moment d'humour et de tendresse vis-à-vis des personnes oisives qui jouent à s'occuper.
La séance d'oenologie où tout le groupe finit bien éméché est très drôle, la marche où les quelques hommes comparent leur matériel High Tech m'a fait penser à mon activité du mercredi, la séance de poterie m'a fait sourire.
Mais j'ai vraiment éclaté de rire quand Caroline se méprend sur le contenu de la petite boîte de bonbons à la violette. Elle envoie son trop jeune amant dans le magasin spécialisé en bonbons de qualité pour trouver les dites petites boites alors qu'il y avait stocké un paradis plus artificiel. le quiproquo est bien raconté : la gêne du vendeur et de Julien son amant, sa propre naïveté et son obstination à bien faire !
Tout ce que l'auteur a saisi des différences de générations est amusant, comme cette jeune esthéticienne qui lors d'une séance d'épilation dit très fort dans le salon : « Je vous dégage l'anus, ou on reste sur quelque chose de plus sobre ? ».
Comme l'a dit une femme du club de lecture de Dinard, c'est un roman qui vous fait éclater de rire. C'est rare, rien que pour cela lisez-le cet été et offrez-le à toutes les femmes qui partent à la retraite.
Je ne suis pas sure qu'il fasse autant rire les jeunes générations.
(Je parie qu'on tirera un mauvais film à la française de ce livre !)

Lien : http://luocine.over-blog.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Celine_72
  19 juin 2012
Nous voilà plongés dans un formidable récit d'une "jeune" dentiste à la retraite ne voulant pas entrer dans cette dernière tranche de vie du troisième âge. Mais voilà que son mari et ses filles lui offre une inscription dans un club de loisirs, où notre Caroline dynamique ayant un franc-parlé, ira à contrecoeur et finira par faire une "crise d'adolescence" tardive. Au fil des jours, elle s'étonnera même d'avoir une attirance envers son jeune professeur d'informatique, entre autres.
Par ailleurs, Fanny Chesnel traite dans son livre l'amour, la solitude mais aussi l'avenir d'une manière simple et juste, avec une écriture fluide et drôle, sans en faire trop pour autant. Bref, une fois les premières pages commencées, il est difficile d'en arrêter sa lecture, tant on sourit du comportement de notre sexagénaire.
En conclusion, c'est un premier roman fort réussi, pleins de surprises, avec lequel on passe un agréable moment. À découvrir !
Lien : http://univers-des-livres.ov..
Commenter  J’apprécie          90
claraetlesmots
  22 mars 2011
Caroline a soixante ans tout ronds. Elle range sa blouse de dentiste et bonjour la retraite ! du temps libre, faire ce qu'on veut de ses journées sans un agenda de premier ministre. Mais ses filles redoutent qu'elle déprime, qu'elle s'ennuie et lui offre un abonnement … pour des activités entre seniors au club Nouvel-âge.
Si à soixante ans j'ai la verve et le caractère de Caroline, je dis chouette ! Car son franc-parlé, son dynamisme sont délicieux ! Et je ne me suis pas ennuyée une seconde en sa compagnie ! Mariée depuis plus de tente ans, grand-mère comblée, Caroline ne se voit pas pour autant faire du théâtre ou de l'aquagym avec des personnes retraitées. La retraite, voilà un mot qui fait peur à ses filles. Peur que leur mère si active avant trouve le temps long. Et avec une écriture enjouée, Fanny Chesnel met le doigt sur cet aspect social. Car qui dit retraite dit souvent de multiples activités et des journées bien remplies (et quelquefois bien plus que quand l'on était actif !). Soixantenaire pimpante, Caroline va se surprendre et étonner sur bien des plans… La galerie des personnages est attachante, drôle sans tomber dans la caricature. le veuvage, la solitude, l'amour et l'avenir sont traités sans fioriture. de façon juste et simple. Sans chercher à en faire de trop, bien au contraire. Et l'on est aussi touché, pari gagné.
Un premier roman fort réussi qui réserve des surprises ! J'ai souri, j'ai rigolé franchement, je me suis questionnée et j'ai poussé un soupir de soulagement à la fin (vieux feu, moi ? non !!!). Mais lisez-le…

Lien : http://fibromaman.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
cathlivres
  06 août 2015
Belle écriture, sujet dans l'air du temps avec ce décalage entre un moment à la lisière de la vieillesse et des femmes aujourd'hui pleines de vie.
Le personnage est drôle et intelligent, on s'identifie facilement à elle, on partage ses questionnements, ses flottements et ses coups de folie.
Sa famille est sympathique et touchante, le mari notamment.
Un roman très agréable à lire.
Commenter  J’apprécie          60
ATOS
  15 mai 2012
"Puisque la vie est courte, il faut avoir les idées longues" . Caroline a soixante et se retrouve à la retraite, mais refuse se voir "en retraite".
Nouvelle vie, seconde adolescence, dernière chance.
Jouer avec le feu, se mettre en danger, faire bouger les lignes, se trouver s'en chercher à rejoindre celle que l'on était puisque l'on sait qu'elle n'existera jamais plu.
Un roman plein de vie, plein d'humour.
Astrid SHRIQUI GARAIN
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
luocineluocine   27 juin 2011
À présent, je vais finir mon ouvrage et essayer de trouver ça mignon. C’est le mot que tout le monde employait d’ailleurs quand je me baladais avec les colliers de nouilles que les filles me confectionnaient. Le fait maison n’est pas noté pareil, tout est dans l’intention. Au nom de toutes les croûtes qu’elles m’ont offertes, je revendique le droit à la vengeance. Tiens, je vais de ce pas leur confectionner à chacune un joli petit paquet et hop : une coupelle apéro en terre cuite et un cendrier informe. Qu’elles s’estiment heureuses encore. Si j’étais vraiment méchante, je soudoierai Sylvianne pour qu’elle leur lègue son amphore !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
OdlagOdlag   25 octobre 2017
C'est précisément cette gémellité frappante avec l'école et le travail qui me gêne. Ces arrangements incessants avec notre liberté de penser, d'agir et d'aller où bon nous semble, nous ne les avons acceptés qu'en rêvant à ce moment béni où nous pourrions nous en affranchir : "Quand je serai à la retraite, j'aurai le temps de faire ci, de voir ça, d'aller là-bas..." Tu parles. A peine libéré, ça recommence : il faut dérouler le fil dans l'autre sens, en cherchant à recréer au plus vite le cadre qui nous étouffait tellement. L'emploi du temps, le lieu unique, les camarades, les obligations quotidiennes sont de retour. Plus de parents, plus de profs, plus de patron. On se croit sauvé, on s'imagine qu'on sera libre, mais tout à coup, c'est pire : c'est la mort qui nous talonne, surveillant le moindre de nos pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
littleonelittleone   13 août 2012
Je ne veux pas vieillir. Pas comme ça. J'aimerais que mes journées s'amusent, qu'elles me remercient de les aimer autant. Je voudrais prendre mon temps sans lui rendre des comptes. Pédaler sans les mains, dire merde aux gens qui m'ennuient et préférer la solitude aux dimanches obligatoires.
Commenter  J’apprécie          40
littleonelittleone   13 août 2012
Il parait que les Français ne rient plus assez. Y aura-t-il bientôt des publicités pour la rigolade, comme pour les fruits et légumes ? "Se taper 10 bons fous rires par jour peut diminuer le risque de maladies cardiovasculaires. Ceci est un message du ministère de la Santé". A force d'ingérence, nous allons crever d'ennui. Cela leur apprendra à nous soigner avant que nous ne tombions malades.Des vies de premiers de la classe, saines et millimétrées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
luocineluocine   27 juin 2011
Un bon retraité est un retraité en bonne santé. La plupart d’entre nous portent des montres High Tech- cadeau de Noël de leurs enfants en mal d’idées originales probablement – qui mesurent leur poids, leurs dépenses caloriques, leur vitesse, et qui font même GPS.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : retraiteVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox

Autres livres de Fanny Chesnel (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1848 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre