AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782246733515
218 pages
Grasset (01/02/2008)
3.52/5   20 notes
Résumé :
« Longtemps j’ai eu le temps. C’était quand ma mère vivait. J’étais désagréable avec elle, ingrat, méchant, je me disais : j’aime ma mère. Elle le sait ou elle finira bien par le savoir. J’ai le temps.(…) En attendant, le temps passait. Je rencontrais ma mère, je la blessais parce que tout en elle me blessait. Son esprit était droit, sa pensée juste, son élégance de bon goût, sa taille bien prise, son regard d’un bleu un peu gris était pur et me voyait. Et moi je n’... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique

C'est un livre puissant comme toujours, tant la langue de Chessex est juste et profonde pour rendre justice à la densité du lien qui l'attache à sa mère. Ce fils oublieux de sa mère raconte la nature de cette femme pétrie de sa terre d'origine, ses ascendants, son calvinisme, son mari traitreux, il raconte sa droiture, son courage, sa noblesse... A travers ce qui le lie à elle (tout), il raconte ses propres attachements, manques, abandons, trahisons... Pardon mère donne une texture extraordinaire à l'indicible : tout ce qui ne se dit pas, mais tisse toutes fibres de sa vie et de sa relation au monde.

Commenter  J’apprécie          20

J Chessex demande pardon à sa mère, pour son ingratitude, son manque d'attention etc. A part qq pages sur la jeunesse de cette mère, quelques éléments sur la Suisse, les mentalités qui m'ont plu, livre très redondant.

Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation

Moi aussi j'ai commis l'irréparable. Je n'ai pas étreint à temps ce pauvre corps, Je n'ai pas réconforté cette âme souffrante lorsque j'en avais le pouvoir, j'ai préféré mon confort, qui était distraction du seul amour.

Toi, mon Dieu, si tu as pitié de ta créature, aime ma mère là où elle est. Dieu aime-la. Protège -la. Donne-lui ce que je ne lui ai pas donné. Et s' il te reste quelque pitié, Dieu, pour l'ingrat misérable qui écrit ces mots pleins de larmes et de fissures, pardonne-moi ma très grande pingrerie d'amour en donnant à ma mère, de ma part, où qu'elle soit, et qu'elle le sache, ce que je ne lui ai pas donné tout le temps que tu nous avais accordé l'un avec l'autre, et dont j'ai si mal usé.

Commenter  J’apprécie          50

Mère tu m'habites. Où es-tu dans ta mort, ce matin ? Ô mère où écoutes-tu ces mots que j'écris en toi comme si nous ne faisions qu'un dans cette aube, pourtant je sais que tu es morte et que cet étrange mot, l'au-delà, s'est alourdi et éclairé depuis que tu y vis ta nouvelle vie si loin et si prés de moi ?

Commenter  J’apprécie          30

- Pourquoi vous êtes -vous fait moine ? avais-je demandé à un père de Fribourg.

- Pour n'avoir rien à laisser de trop encombrant à ma mort.

Longtemps j'ai été travaillé par sa réponse. Elle m'a fait croître et me développer. Savoir qu'au dernier moment rien de pesant , rien de salissant que ma pauvre dépouille ne sera à charge. C'est déjà trop de ce corps !

Commenter  J’apprécie          00

Le dépassement. Un mot comme une petite cloche gaie dans l'attelage.

Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Jacques Chessex (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Chessex
Payot - Marque Page - Jacques Chessex - Le dernier crâne de M. de Sade
autres livres classés : littérature suisseVoir plus





Quiz Voir plus

LES LIVRES DE JACQUES CHESSEX

Un ...........pour l'exemple

camarade
suicidé
fusillé
juif
prêtre
allemand

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Jacques ChessexCréer un quiz sur ce livre