AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Francis Lacassin (Auteur de la postface, du colophon, etc.)
ISBN : 2258076080
Éditeur : Omnibus (24/04/2008)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 27 notes)
Résumé :

Le Père Brown, prêtre catholique d'une petite paroisse de l'Essex, ne paye vraiment pas de mine. Petit et rondouillard, il semble même insignifiant avec son regard de myope et son grand parapluie qui l'embarrasse. Cette apparence banale abrite un cerveau exceptionnel aux procédés aussi déroutants que géniaux
En prenant le contre-pied des méthodes d'investigation classiques et s'intéressant plus aux individus qu'aux indices, il agit à rebours du s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Cath36
  11 janvier 2012
Hilarantes, désopilantes, rigolotes, quelquefois graves,souvent surprenantes, ces courtes nouvelles policières ont tout pour plaire aux amateurs d'humour anglais dans un style faussement "collet monté" qui en décape les conventions. On sent que Chesterton ne se prend pas au sérieux, et pourtant, ses textes construits avec un mélange de rigueur et d'originalité, surprennent autant qu'ils épatent.
Reprenant les classiques du genre, Chesterton les traite à sa manière, et cela donne un résultat digne du grand écrivain qu'il est : beauté et précision des descriptions, minutie et suspens savamment distillés dans le déroulement de l'action, idées originales et inattendues, le tout en quelques pages vite lues.
Je n'ai pas encore fini le volume, que je lis par petits bouts, mais je vous assure que je me régale. Délassement et sourires garantis.
Commenter  J’apprécie          180
5Arabella
  13 août 2016
La clairvoyance du père Brown
La sagesse du père Brown
L'incrédulité du père Brown
Le secret du père Brown
Le scandale du père Brown
Il s'agit d'une intégrale des nouvelles mettant en scène le fameux père Brown, le curé détective. Qui, presque par inadvertance, se retrouve aux premières loges lors de crimes ou délits divers. Ou ce qui y ressemble. Et qui débrouille tout cela en deux temps trois mouvements alors que les enquêteurs officiels y perdent leur latin.
Les règles du genre sont donc bien respectées, dans les deux premiers recueils le père s'adjoint même une sorte d'acolyte, Flambeau, d'abord criminel puis détective. Les mystères à première vue inexplicables ont une explication très simple au final, à condition d'adopter le bon angle de vision, et ne pas se laisser distraire par ce qui n'a pas d'importance, mais qui saute aux yeux. Et puis utiliser sa raison, qui au final est le don le plus précieux que Dieu a donné aux hommes. le père Brown est le pourfendeur de faux miracles, de mystères ésotériques, et de la crédulité humaine en général. Alors que ses interlocuteurs le supposent par principe prêt à croire à tout et n'importe quoi.
C'est ma foi fort divertissant, toujours à prendre au second degré, comme le fait l'auteur, même s'il glisse un peu de sérieux et de sa vision du monde l'air de rien. Et évidemment cela donne envie de lire autre chose de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          43
Isamax56
  12 février 2015
Ce livre est un reccueil de plusieurs nouvelles, relatant chacune une énigme résolue par le Père Brown. Celui ci est un prêtre qui fume le cigare, voyage beaucoup, au 19è siècle. Il est accompagné de Flambeau, un détective français.
Ils assistent à des meurtres, des intrigues en apparence surnaturelles ou diaboliques, mais que le Père Brown arrive toujours à éclaircir.
Un peu l'ancêtre des Sherlock, Poirot, ou Collins, complètement irréaliste, mais la lecture reste charmante et plaisante.
Commenter  J’apprécie          30
fdelorme
  14 mars 2014
On retrouve ici l'intégrale des enquêtes du père Brown, sous la forme d'une cinquantaine de nouvelles.
L'univers de Chesterton est très particulier, unique à ma connaissance dans la monde de la littérature policière, quasi-onirique. On est loin de la foule de détails ultra-réalistes qui est la règle dans ce domaine. Ajouté à un humour marqué et à la présence d'un enquêteur pour le moins original (un prêtre), cela donne à ces histoires une ambiance inimitable. Et puis, la façon qu'à le père Brown de résoudre ses enquêtes est également bien particulière...
À conseiller à tous ceux qui veulent un enquêteur sortant des sentiers battus.
Commenter  J’apprécie          20
acidrag
  29 janvier 2018
Amateur de romans policiers à énigme façon Agatha Christie et Conan Doyle, j'avoue être passé à côté de cet auteur. C'est grâce à une excellente adaptation de la BBC que je l''ai découvert. C'est un régal ! le héros tient plus de Miss Marple (son apparente naïveté) que de Poirot (il n'a pas ce caractère pédant). Les enquêtes sont courtes (nouvelles) et peuvent sembler plus simples que celles écrites par les deux auteurs cités mais le personnage a un coté attachant et un humour so British. Enfin, le fait qu'il soit un curé catholique dans un pays protestant ajoute du piment...
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Cath36Cath36   10 janvier 2012
Ces pas étaient si étranges qu'il était difficile de juger s'ils appartenaient à l'ordre normal des choses. Du bout des doigts, le Père Brown suivait leur rythme, sur le rebord de la table, comme quelqu'un qui essaierait de reproduire une mélodie au piano.
D'abord venait une série précipitée de petits pas rapides, tels ceux d'un léger marcheur engagé dans une course au pas. Puis ils s'arrêtaient net, pour faire place à une marche lente et cadencée qui occupait le même intervalle de temps, mais comptait quatre fois moins de pas. A l'instant même où le bruit de la dernière enjambée s'éteignait dans le corridor, les pieds rapides et légers reprenaient leur course, pour faire bientôt place aux chocs sourds causés par les grands pas. Ces bruits de pas provenaient certainement d'une même paire de bottes, d'abord parce que (comme nous l'avons vu) il n'y avait pas d'autres bottes dans le couloir, ensuite parce qu'elles produisaient le même craquement. Le Père Brown avait l'esprit trop actif pour ne pas chercher la solution d'une telle énigme, mais cette fois son cerveau faillit éclater. Il avait vu des gens courir pour mieux sauter. Il en avait vu d'autres courir pour mieux glisser. Mais dans quel but pourrait-on courir pour marcher ? Ou bien encore, dans quel but marcherait-on pour courir ? Et comment décrire autrement les entrechats auxquels se livrait cette paire de jambes invisibles ?...le cerveau du prêtre s'emplissait des mêmes ténèbres que la pièce dans laquelle il se trouvait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Cath36Cath36   11 janvier 2012
Il fallut attendre qu'ils enlèvent, l'une après l'autre, une quantité de couvertures qui eussent suffi à fournir un bazar, des fourrures appartenant à toutes les bêtes de la création et des écharpes de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel pour qu'enfin on puisse distinguer quelque chose qui ressemblât à une forme humaine, la forme d'un vieux monsieur aux traits aimables, d'aspect étranger, portant le bouc et frottant l'un contre l'autre ses gros gants fourrés avec un sourire épanoui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Cath36Cath36   11 janvier 2012
Les deux épées étincelaient, de la garde à la pointe, telles deux aiguilles de diamant. Il y avait quelque chose de terrible dans la petitesse et la gaieté apparente des deux silhouettes. On eût dit deux papillons qui se seraient efforcés de s'épingler mutuellement sur un bouchon.
Commenter  J’apprécie          70
benlebbenleb   25 août 2014
- Voyez-vous, dit le Père Brown d'une voix basse, avant que l'Écosse n'existât comme telle, ses habitants étaient de drôles de gens. Ils sont encore curieux maintenant. Mais je pense qu'à une époque préhistorique ils ont dû adorer les démons. C'est sans doute pour cela qu'ils se sont jetés dans le puritarisme.
Commenter  J’apprécie          60
benlebbenleb   25 août 2014
Les Bohun étaient une des rares familles aristocratiques anglaises qui remontât au Moyen Age., et leur oriflamme avait vraiment vu la Palestine. Mais ce serait une grave erreur de croire que ces grandes maisons conservent jalousement leurs traditions chevaleresques. Seuls les les pauvres conservent leurs traditions. Les aristocratres sont régis non par la tradition mais par la mode. Les Bohun avaient été des viveurs sous la reine Anne, et des dandys sous la reine Victoria.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Gilbert Keith Chesterton (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilbert Keith Chesterton
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour sa dixième chronique, le 15 février 2017, Fabien aborde l??uvre de Gilbert Keith Chesterton. Fabien Delorme est aussi conteur. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://www.fabiendelorme.fr/ La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62/
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
697 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre