AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Odile Masek (Traducteur)
ISBN : 2070355845
Éditeur : Gallimard (11/09/2008)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 165 notes)
Résumé :
Londres, 1792. Thomas Kellaway, ébéniste de son état, prend à la lettre l'invitation de Philip Astley, directeur de cirque de même nom de passage dans son village du Dorset, et part tenter sa chance à Londres.

Mais passer de Piddletown à Lambeth n'est pas sans conséquence pour les adolescents Kellaway, Jem et Maisie. Ils ouvrent de grands yeux sur la ville tumultueuse et impitoyable que la jeune Londonienne Maggie Butterfield entreprend de leur faire... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
ssstella
  05 septembre 2017
Pour ce livre-ci, Tracy Chevalier n'a pas su m'emmener dans un univers tout particulier... j'ai eu l'impression qu'elle a hésité entre plusieurs thèmes ou personnages... le cirque avec Philipp Astley ; la poésie et la lithographie avec William Blake ; ou encore les chaises Windsor ; les boutons de Dorset en dentelle de fil. Elle les a tous choisis et aucun n'est véritablement approfondi. Il n'y a qu'avec le Londres de 1792 où on plonge dans une atmosphère au réalisme crédible. Je trouve dommage que l'histoire n'ait pas été plus consistante, même si elle n'est pas totalement ennuyeuse,
Il m'a manqué ce que j'aime habituellement chez Tracy Chevalier. Conclusion, une lecture un peu décevante.
Commenter  J’apprécie          501
cmpf
  06 juillet 2016

Une relative déception avec ce roman de Tracy Chevalier.
Tout d'abord j'ai été gênée au début du livre par des répétitions. Elles auraient pu avoir un sens, mais là je ne vois pas.
« Thomas Kellaway eut à peine le temps d'admirer les écuyers qu'un homme s'approcha des gradins et lui demanda ce qu'il voulait. - J'aurai aimé voir Mr Astley, monsieur, s'il le veut bien, répondit Thomas Kellaway. Son interlocuteur n'était autre que l'adjoint de Philip Ashley, le directeur de cirque. John Fox avait de longues moustaches, des paupières tombantes, le plus souvent mi-closes, qu'il n'ouvrait toutes grandes que lors des catastrophes, ce qui avait été plusieurs fois le cas et le serait encore, hélas, au cours de la longue carrière de Philipp Astley comme patron de cirque. Pour John Fox, la soudaine apparition de Thomas Kellaway ne tenant pas de la catastrophe, il regarda l'homme du Dorset sans sourciller, ni même prendre la peine de relever ses paupières. Il avait l'habitude que l'on demande à voir le patron. Doté d'une mémoire prodigieuse, qualité appréciable quand on est l'adjoint du patron, il se souvenait de Thomas Kellaway, rencontré à Dorchester un mois plus tôt. – Attendez-le dehors, dit-il je pense qu'il finira bien par venir vous voir. Thomas Kellaway s'en retourna vers sa famille qui l'attendait dans la charrette… »
Encore un « Thomas Kellaway » cinq lignes plus bas. Que se passe-t-il madame Chevalier ?
Et puis le sujet. Une note à la fin du livre donne à penser qu'elle voulait surtout mettre en scène le poète et peintre William Blake, et que le reste de l'histoire servait de support. Elle semble vouloir illustrer les poèmes de Blake sur l'innocence et l'expérience. Cette histoire justement, je l'ai trouvée plaisante mais sans plus. Je n'ai pas été emportée par le récit comme dans d'autres livres de cet auteur, La jeune fille à la perle et Prodigieuses créatures.
Quant aux personnages, si quelques-uns m'ont convaincue comme miss Pelham dont l'étroitesse d'esprit avait un aspect véridique, la mère des deux enfants Kellaway, Anne m'a assez agacée. Je sais qu'elle vient de perdre un enfant, mais ses revirements quant au déménagement, et surtout quant au cirque étaient peu justifiés. Tant qu'elle ne s'intéressait pas au spectacle nul de sa famille n'avait le droit d'y aller mais lorsqu'elle est conquise, ils y vont très régulièrement. Finalement les parents de Maggie paraissent presque plus sympathiques.
Reste l'ambiance londonienne, la description de ses rues et de ses pubs, le cirque de Philipp Ashley, personnage historique.
Chez Tracy Chevalier il y a toujours quelque chose à apprécier. D'ailleurs on m'a prêté A l'orée du verger, et je vais bientôt le lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
sarahdu91
  24 mars 2017
Ah l'innocence, cet état de grâce qui fait que les enfants sont insouciants, vivent au jour le jour sans se préoccuper du lendemain, vivent aussi au gré de leurs sentiments, de leurs sensations... n'est ce pas un état qui ne serait qu'éphémère à une période de la vie de chacun?
Tracy Chevalier a essayé tout simplement de nous la décrire avec ses personnages comme Maisie, Jem et Maggie, ces jeunes gens durant la fin du XVIIIè siècle en Angleterre.
Une période qui m'est chère et qui plus est là bas dans le Dorset et les alentours de Londres.
En tout cas on ressent bien, les atmosphères anglaises et bravo à Tracy d'avoir si bien décrit les scènes, qui peuvent aussi être longues, comme si elle était native de là bas.
Remarquez bien, cela fait une trentaine d'années qu'elle y vit donc je la félicite de s'être bien imprégnée de cette culture.
Commenter  J’apprécie          262
mariech
  22 mai 2012
Après la mort accidentelle d'un de leur fils , la famille Kellaway quitte la campagne du Dorset pour Londres , c'est évidemment un changement incroyable pour cette famille d'artisans .
Dès leur arrivée , les deux enfants de la famille font connaissance avec Maggie , véritable jeune fille délurée de la ville .
Pauvreté , moeurs dissolues , alcoolisation , prostitution , saleté sont les fléaux des grandes villes de l'époque , la famille doit faire des efforts pour rester dans le droit chemin . Voilà pour l'histoire , c'est une lecture qui ne m'a pas plu du tout , j'ai trouvé les personnages fades , le Londres de l'époque mal rendu , j'ai même été énervée par les textes des chansons qui émaillent ce livre , je ne vois pas ce que ça vient faire dans l'histoire .
L'auteur met en scène William Blake mais ce procédé m'a paru artificiel .
Désolée mais je n'ai pas aimé du tout , j'avais l'impression non seulement de lire un livre pour enfants mais en plus de mauvaise qualité .
Commenter  J’apprécie          171
Orzech
  03 février 2016
Chaque roman de Tracy Chevalier est un beau voyage dans un pays et une époque différents en compagnie de personnages attachants. Avec "L'Innocence" on parcourt le Londres de la fin du XVIII ème siècle, on fait connaissance avec deux adolescents Jem et sa soeur Maisie, venus du Dorset, et la jeune londonienne, Maggie. On côtoie leurs familles, les Astley, propriétaires du cirque et le poète William Blake. On se promène dans les rues londoniennes, pas toujours accueillantes, en passant par les nombreux pubs ou en s'arrêtant au cirque.
Moins conquise par le périple londonien car ce voyage n'est pas aussi passionnant que celui de "La dernière fugitive" ou des "Prodigieuses créatures". C'est seulement dans sa deuxième moitié que l'histoire devient plus intéressante où on retrouve un peu d'ambiance empreinte de poésie et de douceur à laquelle la romancière m'a habituée. A lire donc pour son aspect historique avec le poète William Blake comme un des personnages principaux et la vie quotidienne à Londres à l'époque de la Grande Révolution mais moins pour son intrigue et son côté romanesque, même si les jeunes héros ont eu toute ma sympathie.
Lien : http://edytalectures.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
ssstellassstella   05 septembre 2017
Un fois sous la voûte du portail entre les tours, les Kellaway s'arrêtèrent pile, irritant les autres visiteurs, contraitnts de les bouculer pour pénétrer dans l'abbaye.
Maggie, déjà à l'intérieur, se retourna et maugréa :
"Regardez-moi ces culs-terreux !"
Les Kellaway étaient plantés là, en rang d'oignons, tous quatre le nez en l'air, la tête renversée en arrière selon un angle identique. Quoi qu'il en soit, elle ne leur en voulait pas. Elle avait souvent visité l'abbaye et avait été saisie à chaque fois par le même émerveillement. Où que vous vous touniez, vous admiriez le marbre des chapelles, des tombes, vous caressiez du bout des doigts la pierre ciselée, ébloui par cette élégante opulence.
Ce furent les dimensions de l'édifice qui coupèrent le souffle aux Kellaway. Tous quatre avaient les yeux rivés sur la vouûtes de la nef : jamais ils n'avaient vu de plafond aussi haut.
[...]
Cependant, Jem ne regardait pas le plafond, mais les stalles, réservées au dignitaires de la cour, le long des deux cotés de la chapelle. Chaque siège était surmonté d'une colonne en chêne de presque trois mètres de haut aux entrelacs si compliqués que l'on n'aurait pas été surpris d'apprendre que leurs sculpteurs étaient devenus fous en y travaillant. Ici, enfin, du bois travaillé d'une façon que les Kellaway ne verraient ni dans le Dorset, ni dans le Wiltshire, ni dans le Hampshire, nulle part ailleurs en Angleterre. Jem et son père restèrent béats d'admiration devant ces merveilles, tels des fabricants de cadrans solaires qui verraient pour la première fois une horloge mécanique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
ImenneImenne   23 janvier 2011
J’erre à travers chaque rue putassière
Près des rives de la putassière Tamise,
Je vois un signe sur chaque visage
Signe de faiblesse, signe de douleur.

Dans chaque cri de chaque home,
Dans chaque cri d’effroi de l’enfant,
Dans chaque voix, dans chaque malédiction,
J’entends les menottes forgées par l’esprit.

Et le cri du ramoneur
Qui fait trembler les églises assombries
Et le soupir du malheureux soldat
Est du sang qui court sur les murs du palais.


Mais surtout, dans les rues de minuit j’entends
Comment le blasphème de la jeune putain
étouffe les pleurs du nouveau né
Et de ses souillures empeste le corbillard du mariage
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
NanneNanne   08 novembre 2009
De nature cordiale, plutôt discret au pub, il ne se souciait guère du vaste monde. Tourner des pieds de chaise était son plus grand bonheur. Fignolant un délicat sillon ou une courbe, il s'émerveillait du grain ou de la texture du bois jusqu'à en oublier parfois qu'il fabriquait un siège. Ainsi vivait-il une vie somme toute tracée d'avance, jusqu'à ce mois de février 1792 où le spectacle itinérant de Philip Astley s'arrêta quelques jours à Dorchester.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
NanneNanne   08 novembre 2009
Fort à l'aise, Mr Blake l'écoutait avec des hochements de tête approbateurs, comme si l'explication était pour lui parfaitement limpide et familière. "Très juste, mon garçon. Dans ce cas, dis-moi : quel est le contraire de l'innocence ? - Facile, interrompit Maggie. La connaissance ! - Exact, ma fille. L'expérience." Maggie rayonna.
Commenter  J’apprécie          70
LooUnepauseLivreLooUnepauseLivre   30 novembre 2011
Oui mon garçon, oui ma fille, la tension entre les contraires, voilà ce qui nous fait devenir nous-même. Nous avons en nous l'un comme l'autre se mélant, se heurtant, crépitant. Nous lumière, nous sommes pénombre. Nous sommes en paix, nous sommes en guerre. Nous sommes innocents, mais nous ne sommes pas nés d'hier.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Tracy Chevalier (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tracy Chevalier
Tracy Chevalier - À l'orée du verger .Tracy Chevalier vous présente son ouvrage "À l'orée du verger" aux éditions La Table Ronde. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/tracy-chevalier-oree-verger-9782710377634.html Notes de Musique : Apple Spell by My Bubba and Mi. Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : londresVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Prodigieuses créatures

Que cherche les deux amies sur la plage ?

des cacahuêtes
du sable
des fossiles
du poisson

7 questions
151 lecteurs ont répondu
Thème : Prodigieuses créatures de Tracy ChevalierCréer un quiz sur ce livre