AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Le chat Catia mène l'enquête tome 3 sur 7
EAN : 9782372600514
1 pages
Palémon éditions (07/10/2016)
2.72/5   9 notes
Résumé :
[PEUT ETRE LU INDÉPENDAMMENT DES TOMES PRÉCÉDENTS]

Dans cette nouvelle collection, qui s’écarte totalement de son style habituel, Gérard Chevalier propose une belle originalité : son héroïne et narratrice !
Catia, minette quimpéroise « surdouée », mène l’enquête en assistant son maître, journaliste d’investigation, dans ses recherches. Elle maîtrise le langage humain et emploie parfois des termes fleuris pour juger les comportements des « bipèd... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Sharon
  31 mars 2020
Qu'on se le dise ! Catia est une plume, une autrice, une romancière de notoriété… et même plus encore. Seulement, là, elle se sent négligée, oubliée, mise de côté. Ne parlons même pas de la personne qui lui sert… et bien de plume, justement, et qui recueille toute la notoriété ou presque. Oui, le monde des lettres n'est pas près pour un chat auteur qui mène l'enquête. Aussi, Catia, qui manque de tout sauf d'idée, lance une opération de grande envergure pour retrouver toute l'attention qu'elle mérite.
Mégalo, Catia ? A peine. Et pourtant… quel grand écrivain ne rêverait pas d'attirer toute l'attention sur lui ? Quel enfant gâté ne voudrait pas que l'on ne fasse attention qu'à lui ? Oui, depuis la naissance de Rose, Catia n'est plus la personne la plus importante dans la vie d'Erwann ou de Catherine, et elle doit faire avec Rose, leur fille. Ce qu'elle a mis en scène aura des conséquences inattendues, dont une magistrale dispute entre Erwann et son beau-père – ne jamais se fâcher avec la police, ja-mais, même si c'est à titre privé, même si l'on se comporte comme un gaffeur de compétition. Il faut dire que le beau-père d'Erwann, le père de Catherine donc, a pour compagne l'ex de son gendre, de quoi rendre la moindre réunion de famille hautement explosive, pour peu que chacun n'y mette pas du sien. Il est bon de bien réfléchir avant de parler, ce que tout le monde ne fait pas.
Ne pas négliger non plus les pouvoirs de la presse, et sa capacité à diffuser une information, sans trop approfondir les sources – une disparition, c'est une disparition, qu'on se le dise et que la police se mette un peu au travail. Ne pas négliger l'appât du gain, qui peut bloquer ou débloquer bien des situations, ou encore la volonté de revanche de … et bien de personnes qui ont publié un livre et n'en sont pas devenus les auteurs reconnus qu'ils auraient voulu être. Je ne sais pas s'il faut chercher une référence bien réelle à ce personnage de voyant qui ne voit rien, mais son nom, Castan, m'a irrésistiblement fait penser à une célèbre marque bien connu des amateurs de félins.
Ce troisième volume des enquêtes aventureuses de Catia est l'occasion, aussi, de rendre hommage à des auteurs des éditions du Palémon, mêlés bien malgré eux à cette enquête abracadabrante.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Pinklychee
  13 février 2017
Je n'ai rien contre les romans loufoques, une fois de temps en temps lire un bouquin un peu barré ça fait du bien! Quand il est supposé être écrit par un animal, là encore ça ne me dérange pas, la preuve j'ai Demain les chats qui m'attend dans ma PAL. Seulement, il faut que ce soit bien écrit et qu'il y ait un minimum de cohésion, c'est le genre de narration où en général ça passe ou ça casse. Et là, malheureusement, ça casse.
Déjà, je m'attendais à ce qu'il y ait une enquête policière. A la lecture du résumé, on nous dit bien que Catia aide son "bipède" dans ses recherches. Sans doute est-ce le cas dans les 2 tomes précédents, qu'il n'est pas nécessaires d'avoir lus pour lire celui-ci.
Du coup, je m'interroge avant de me rendre à l'évidence: point d'enquête à proprement dit dans ce livre. Dommage, mais bon, il doit bien y avoir autre chose à se mettre sous la dent!
Alors oui, il y a Catia, mais attention car la minette a un caractère assez particulier et mieux vaut pour vous que vous la caressiez dans le sens du poil. Catia est narcissique, elle aime qu'on s'occupe d'elle, et depuis que son humain a une femme et, pire encore, un bébé nommé Rose, eh bien il s'intéresse moins à son chat. Certes, l'animal, fin gourmet aux goûts de luxe et surdoué, veut bien jouer les nounous, mais à la condition que personne ne lui vole sa place de numéro 1 dans le coeur des gens qu'elle aime.
Car oui on la laisse seule veiller sur l'enfant, en cas de problème no souci, Catia n'a qu'à envoyer un message pour dire "hey, bébé a faim/la couche sale/se réveille de la sieste", c'est pratique, pas besoin de payer pour une "vraie" babysitter!
Mais quand Catia s'aperçoit que Rose a la préférence, elle décide de mettre au point son enlèvement.
Catia, capable de communiquer en langage humain via une tablette, va donc mettre au point un plan "infaillible" qui devrait lui rendre les faveurs de son "bipède". A partir de fausses lettres anonymes et avec l'aide de Gérard Chevalier, l'humain grâce à qui elle peut publier des livres dont elle est la narratrice, elle va faire croire à son enlèvement. Et par-là aussi à celui de l'auteur, lui apportant une gloire qu'à son avis il ne mérite pas.
Ce quiproquo aurait pu être très drôle, un peu comme un vaudeville ou une bonne pièce de théâtre de boulevard, sauf que c'est brouillon et un peu trop criard. le policier, Yvon, passe son temps à hurler, quasiment tous ses dialogues sont en majuscules. Ca se dispute, ça crie, ça utilise un langage de charretier, bref ça m'a fatiguée et au final je suis passée totalement à côté.
Ajoutez à cela que Catia est limite détestable, qu'elle a un caractère de cochon (pour ne pas dire autre chose) et un langage assez fleuri, vous comprendrez que j'ai eu du mal. le chat qui décide de faire croire à sa disparition et à celle de son nègre (je ne vois pas comment appeler l'auteur autrement pour le coup) afin de retrouver un amour qu'elle n'a jamais perdu et une notoriété qu'elle juge méritée, c'était un peu gros.
En fait, j'ai l'impression que l'auteur a volontairement grossi le trait: sa Catia n'est absolument pas sympathique, du coup dur dur de s'y attacher alors que c'est quand même le personnage principal! Sauf qu'à force de trop vouloir en faire, ça a fini par me lasser. Grossir le trait, ok, mais là c'était trop, du coup ce qui aurait dû être drôle ne l'était pas et c'était plus lourd qu'autre chose. A force de trop vouloir en faire, je trouve qu'il dessert finalement son livre, c'est dommage!
De ce fait, j'ai également eu l'impression que l'auteur cherchait à se faire mousser, entre les différents rappels de ses précédents textes et cette façon de se mettre lui-même en scène dans son livre. Peut-être n'est-ce pas son intention, mais c'est ainsi que je l'ai ressenti. Dommage une fois encore!
Restent les interventions en breton, chacune traduite en note de bas de page, que j'ai bien appréciées, et quelques scènes qui m'ont fait sourire. Autrement, j'ai trouvé le temps long (alors que le livre fait 167 pages) et j'étais contente d'en voir la fin.
Le quiproquo était un peu gros, le "personnage" principal trop centré sur son nombril (chaque fois qu'elle pense aux conséquences de son acte et à l'affolement que pourrait causer sa disparition, hop magie quelque chose vient la distraire), du coup ça a été une petite déception, j'attendais plus de ce livre que les caprices de diva d'une minette jalouse. Dommage!
Lien : http://pinklychee-millepages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fofie921
  14 février 2017
Catia est une chatte très intelligente. Elle peut communiquer avec son maître Erwan par le biais d'une tablette numérique. Elle a un avis sur tout, même sur le réchauffement climatique causé en partie par le pet des vaches. Elle écrit des romans policiers dont elle est évidement l'héroïne Mais comme cela pourrait choquer, ses éditeurs préfèrent faire croire qu'ils sont l'oeuvre de Gérard Chevalier .
Seulement Catia trouve qu'Erwan s'occupe moins d'elle depuis l'arrivée du bébé Rose ( que Catia garde pendant que ses parents sont au travail). Alors pour donner une leçon à sa famille, elle décide de disparaître. Avec l'aide plus ou moins forcée de l'humain qui signe ses livres, cette minette bretonne met en scène son propre enlèvement et espère ainsi retrouver la place qui lui est due dans cette famille. Et en même temps faire exploser les ventes de ses livres grâce à cette affaire qui selon elle fera la une des journaux. Mais voilà tout ne se passera pas comme Catia l'avais prévu.
En tant que fan des romans policiers, je suis forcément un peu déçue par ce roman qui n'a rien de policier. Déception toutefois rapidement oubliée tant cette chatte m'a séduite avec sa jalousie, son sale caractère et surtout sa vision très personnelle du monde des humains ( de vrais animaux toujours à se faire des câlins en public....) Elle se croit supérieure aux hommes mais face à une gamelle elle perd tout panache et redevient un chat ordinaire.
Un roman plein de légèreté qui m'a vraiment fait passer un agréable moment avec mon chat sur les genoux. Je le recommande à tous les amoureux des chats et aux autres aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JehanneDD
  28 janvier 2017
Que dirait Catia si elle lisait ma critique ? Elle serait sans doute furieuse, me traiterait de bipède sans coeur et sans goût, et me ferait un tatouage facial avec ses griffes. Pourtant…
Je le dis : j'ai clairement moins apprécié cet opus que les précédents. L'intrigue est un peu tirée par les cheveux : soit, ce n'est pas du tout une mauvaise idée de faire une mise en abyme avec l'histoire autour de l'auteur, de la maison d'édition… mais au bout d'un moment ça fait un peu artificiel.
Les personnages sont survoltés (Yvon surtout), passant de la fureur extrême à la peur, tout ça en gueulant. Et que dire des moments où Catia, en « vacances », raconte l'enquête entre Erwan et Yvon.. sans y être, mais comme si elle y était ? Certes, c'est assumé, elle dit qu'elle raconte ce qu'elle suppose s'etre passé, mais du coup ça fait un récit bizarre. On a l'impression qu'elle y assiste et puis en fait on se rappelle que non.
Bon. Sinon heureusement, on retrouve la bestiole qu'on connaissait, toujours aussi prétent… pardon Catia, consciente de sa supériorité plutôt, lunatique, amoureuse de son Erwan, amie de Troicat… Bref, la minette qu'on connaissait.
J'espère que le prochain tome sera de nouveau dédié à une VRAIE enquête policière !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
trolette
  23 février 2017
Gérard Chevalier propose une belle originalité : son héroïne et narratrice Catia, minette quimpéroise surdouée, mène l'enquête en assistant son maître, journaliste d'investigation, dans ses recherches. Elle maîtrise le langage humain et emploie parfois des termes fleuris pour juger les comportements des « bipèdes ».L'auteur signe un ouvrage à la fois tendre et très drôle, laissant la part belle au suspense, qui ravira les amateurs de romans policiers, de Bretagne et les amoureux des chats…Un remède à « la crise », une pause entre les soucis.
Un roman bourré d'humour, des réflexions félines qui nous font sourire, de la tendresse et vraiment un super moment de détente.
Alors, amoureux des chats, de la Bretagne et des traits d'esprit, ne passez pas votre chemin. Ce roman est un véritable élixir de bonne humeur.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SharonSharon   28 mars 2020
Toujours pas de remerciements de la part de Catia

Dire merci à cette bande d'exploiteurs qui n'ont pas honte de me pressurer le citron pour alimenter leur boutique ? Jamais !
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : chatsVoir plus





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18431 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre