AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2752911637
Éditeur : Phébus (07/02/2019)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 38 notes)
Résumé :
Washington D.C., dans les années 1970. En six ans, c’est la quatrième fois qu’Osei, fils d’un diplomate ghanéen, découvre une nouvelle école. Tout heureux de rencontrer Dee, la fille la plus populaire de sa classe, il ne s’inquiète pas des manigances et de la jalousie de ceux qui voient d’un mauvais œil l’amitié entre un garçon noir et une jolie blonde.
Sémillante réécriture d’Othello dans une cour d’école de banlieue aux États-Unis, ce neuvième roman de l’au... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
Nastie92
  10 février 2019
Unité de temps (une journée) et de lieu (une école).
Les personnages : Osei (Othello), Ian (Iago), Dee (Desdémone), etc.
Cinq parties, comme dans toute pièce classique qui se respecte.
Tout est en place, l'histoire peut démarrer.
J'ai trouvé l'idée de départ formidable. La tragédie n'est pas réservée au monde adulte ; les enfants savent aussi se montrer terriblement cruels.
Transposer Othello dans une classe de CM2 est audacieux et réussir la transposition me semble un pari difficile.
Je me lance par curiosité, et parce que je fais confiance à Tracy Chevalier dont j'ai beaucoup apprécié La jeune fille à la perle, et surtout, La dernière fugitive, que je vous recommande.
J'ai des souvenirs très précis de mes années d'école primaire, des moments passés en classe ou dans la cour de récréation, lieu très important où se nouent et se dénouent bien des conflits.
J'ai également le souvenir de ces années pour mes quatre enfants, j'ai retenu de nombreuses anecdotes qu'ils ont pu me raconter ou que j'ai apprises lors de goûters d'anniversaires, lors de conversations avec d'autres parents d'élèves ou des enseignants.
Enfin, ma fille aînée, professeur des écoles, me raconte souvent les événements marquants ou banals de son quotidien avec ses élèves.
Tout ça pour vous dire que je pense assez bien connaître la tranche d'âge concernée par le roman.
Ce qui m'a gênée d'emblée dans ma lecture, c'est que les élèves ne m'ont pas paru "vrais". Trop matures, trop calculateurs, trop éloignés des préoccupations d'enfants d'école élémentaire. Je ne suis donc jamais vraiment rentrée dans l'histoire, qui s'est déroulée à côté de moi, sans que j'y participe.
Je sais que les enfants évoluent chacun à leur rythme, que certains peuvent être très mûrs pour leur âge, tandis que d'autres sont encore très bébés, mais tout de même !
Je n'ai, en particulier, pas trouvé crédible du tout les relations filles-garçons. Par exemple, Mimi sort avec Ian, veut arrêter leur relation mais ne sait pas comment s'y prendre :
"Mimi n'était plus très sûre que casser avec lui soit une si bonne idée. Elle allait peut-être devoir attendre qu'il se lasse d'elle, sans savoir combien de temps cela prendrait."
Ou plus loin :
"Blanca était assise sur les genoux de son petit ami, les bras passés autour de son cou, à parler et à rire, et O sentit une pointe d'envie le transpercer devant leur bonheur."
Des enfants de onze ans, vraiment ? Surtout si l'on songe que l'histoire se passe dans les années soixante-dix ?
Je vous laisse juges.
Cette lecture fut donc une grande déception, moi qui me faisait une joie de retrouver cet auteur que j'aime.
En fait ce fut un moment très curieux. Les pages se tournaient toutes seules, la lecture n'était pas désagréable, elle était plutôt agréable même, mais je n'ai jamais vraiment accroché, je n'y ai jamais vraiment cru.
J'ai eu l'impression de lire quelque chose de factice, d'assister à un exercice de style.
Aussi, j'attendais avec curiosité d'entendre Tracy Chevalier parler de son roman, puisque je faisais partie des chanceux ayant reçu ce livre et conviés à une rencontre dans les locaux de Babelio.
La rencontre fut instructive et passionnante.
Nous y avons appris la genèse de cet ouvrage : un projet éditorial pour fêter le quatre centième anniversaire de la mort de William Shakespeare. L'éditeur a demandé à des auteurs de revisiter une pièce, au choix, de l'écrivain anglais.
Tracy Chevalier a accepté avec enthousiasme, se disant que cette sorte d'écriture allait changer de ce qu'elle faisait habituellement.
Je la comprends, tout comme je comprends l'envie de s'essayer à un autre genre, et cela explique mon impression de lecture.
L'histoire est très bien construite, mais elle ne m'a pas touchée.
Je tiens à remercier les éditions Phébus pour leur envoi, et Babelio pour l'organisation de cette rencontre très intéressante, grâce à la générosité et la disponibilité de Tracy Chevalier. J'attends avec impatience son prochain roman, dont la sortie en français est prévue pour l'an prochain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433
Pancrace
  03 février 2019
Une jolie jaquette glacée blanche et noire cache une couverture cartonnée gaufrée du plus bel effet. La qualité et la douceur du papier sont parfaitement en harmonie avec la douceur habituelle de l'écriture de Tracy Chevalier. Mais, comment le dire, je rencontre Tracy Chevalier la semaine prochaine et je n'ai pas aimé son livre. Je suis chiffonné de ne pouvoir manifester un enthousiasme effréné à une écrivaine qui m'a tellement fait rêver avec « la petite fille à la perle » ou « à l'orée du verger ».
Ces ouvrages m'ont transporté, ému, émerveillé.
Dans sa dernière parution, l'émotion est absente, du moins, ne l'ai-je pas ressentie.
Les ados, trame du roman, sont comme on les connait quelque soit le pays où l'action se situe, avec leurs mêmes attentes, leurs mêmes déconvenues, leurs petites trahisons, leurs grandes amitiés qui se terminent à peine débutées.
A aucun moment, je n'ai eu le frisson, pour aucun d'entre eux. Ils sont étriqués, sans charme, leurs petites manigances ne m'ont pas touché.
C'est déplaisant à dire, mais le racisme sous-jacent, intrigue de cet ouvrage, est celui que nous rencontrons dans des phrases mal dites entendues bien trop souvent ou dans des regards échangés, fuyants, pitoyables, aperçus dans notre quotidien.
Le drame qui se noue, présumé un parallèle à Othello est mièvre et ne dépasse pas en effet le carré de la cour d'école. Je me sens très mal à l'aise. La fin programmée tragique ne minimise nullement la puérilité de l'ensemble.
Dans ce livre, Tracy Chevalier fait dire par l'intermédiaire d'une insignifiante prof de dessin :
« La lumière. Et la passion. Voilà ce que nous devons chercher. Comme les Français. »
Madame que j'admire, vous avez à mes yeux, à maintes reprises pénétré les deux, mais pour moi, pas là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4320
sylvaine
  13 mars 2019
Le nouveauTracy Chevalier éditions Phébus février 2019#LeNouveau #NetGalleyFrance
Un "nouveau" roman de Tracy Chevalier? Comment résister? Et las que suis-je allée faire dans cette galère?
Je suis passée à côté . dans quelle mesure une auteure aussi talentueuse est elle capable d'exécuter une commande. 400 ans que l'immense Shakespeare est décédé, à l'occasion de cette date anniversaire commande a été passée de réécrire une de ses oeuvres. Tracy Chevalier a choisi de réécrire Othello en se plaçant dans les années 70 à Washington DC , un enfant noir arrive dans une école , il est le nouveau et le seul enfant de couleur. le drame se tisse imminent et inexorable.
Mais voilà il ne suffit pas d'avoir l'idée, il faut aussi que le souffle, la puissance de l'écriture soit au rendez-vous . Et là je n'ai rien ressenti hormis un ennui profond. Les enfants sont sans consistance, l'atmosphère est froide, impersonnelle . Bref une grande déception .
J'espère renouer prochainement avec la Tracy Chevalier que je suis depuis le début. L'année prochaine je serai au rendez-vous.
Merci aux éditions Phébus pour ce partage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          219
alexb27
  04 mars 2019
J'ai apprécié cette nouvelle version d' »Othello » par Tracy Chevalier. J'ai lu l'original il y a de nombreuses années, suffisamment pour que je découvre cette réécriture avec plaisir. J'ai retrouvé tous les ingrédients de la tragédie initiale. Seul le contexte diffère et s'avère étonnant : l'arrivée d'un nouveau, noir, dans une classe de CM2 totalement blanche dans les années 70 aux Etats-Unis et ses relations avec les autres écoliers et enseignants. J'ai trouvé l'histoire bien construite, je déplore juste le peu de cohérence entre l'âge des élèves et leur comportement. Ils auraient dû être plus âgés. Finalement , dans la même collection, j'ai préféré « Vinegar girl », la réécriture de « La mégère apprivoisée » par Anne Tyler. Néanmoins, « le nouveau » reste un texte bien ficelé, agréable à lire, qui risque de décontenancer les lecteurs habituels de l'auteure. Merci à Netgalley et à l'editeur pour cet envoi.
Commenter  J’apprécie          220
Cetsak
  23 février 2019
Pour apprécier ce roman à sa juste valeur, je pense qu il est important d en connaître le contexte d écriture. Effectivement, son originalité repose sur le fait qu il s agit, là, d une version moderne de la fameuse tragédie de Shakespeare « Othello ». Ce roman est né donc d une demande spécifique d un éditeur à la romancière : revisiter une pièce de Shakespeare ... un sacré défi littéraire à mon sens !
Tracy Chevalier, en relevant ce défi, a accepté de sortir de sa zone de confort. Félicitations, chère Tracy, car c était une grosse prise de risque et j apprécie particulierement cette capacité à sortir du chemin tout tracé ...
Les parallèles entre la fameuse pièce et le roman sont habilement maîtrisés. le lecteur retrouve facilement les personnages de la pièce par la similitude des prénoms (Othello/Osei, Dee/Desdemone, Ian/Iago ...) et tout comme la pièce en 5 actes, le récit est partagé en cinq chapitres. Important aussi a relever, l auteur respecte, dans son écriture, de nombreux « codes » propre au théâtre : les nombreux dialogues, le decor, l intrigue ..
Ainsi, Tracy Chevalier transpose la pièce dans une petite école américaine. La cour d école est le lieu central décrite avec beaucoup de precision et le lecteur peut aisément se représenter spectateur (comme au théâtre).
L histoire, donc, débute avec l arrivée d Osée, jeune ghanéen de 11 ans et fils de diplomate, dans cette petite école américaine. Une arrivée qui bouleverse la « tranquillité » des écoliers et des professeurs : un étrange mélange de curiosité malsaine et de terribles préjugés ... Osei se lie très vite d amitié avec Dee, une petite fille, très populaire et c est cette belle amitié naissante qui est à l origine des événements tragiques qui suivront ... La racisme est inévitablement au centre du recit ...
Pour conclure, un defi gagné cette revisite ! Une critique positive qui, je l avoue aurait, certe, été differente hors contexte de la revisite ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          157
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Nastie92Nastie92   10 février 2019
Le père d'Osei disait qu'il valait toujours mieux se lier d'amitié avec un homme dont la famille était riche depuis plusieurs générations qu'avec un homme pauvre qui avait réussi à force de travail, et ferait forcément preuve de méchanceté à l'égard de ceux qui se trouvaient encore au niveau social d'où lui-même avait démarré.
Commenter  J’apprécie          150
PusziPuszi   10 février 2019
Dans une certaine mesure, le racisme manifeste était plus facile à gérer. C'étaient les remarques détournées et les actes ambigus qui le blessaient le plus. Les enfants qui étaient gentils avec lui, à l'école, mais ne l'invitaient jamais à leur fête d'anniversaire, même quand toute la classe y était conviée. Les discussions qui s'interrompaient dès qu'il entrait dans une pièce, cette cause imperceptible causée par sa simple présence. Les remarques qu'on faisait, suivies de cette précision : "Oh, mais je ne parle pas de toi, Osei. Toi, tu es différent." Ou bien les commentaires du genre : "Il est noir mais il est intelligent", et l'incapacité des autres à comprendre que c'était insultant. p.203 et 204
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PusziPuszi   10 février 2019
Il était plus en colère contre lui-même que contre Dee. L'espace d'un bref moment - une matinée - il avait baissé sa garde, s'était autorisé à croire qu'elle était différente, qu'elle l'aimait pour lui même et pas pour ce qu'il représentait - un garçon noir, exotique, autre ; un territoire inconnu à explorer. p.204
Commenter  J’apprécie          40
CetsakCetsak   22 février 2019
Elle était belle - adjectif que normalement, personne n utilisait pour décrire une fillette de 10 ou 11 ans. « Mignonne » était plus fréquent, ou « jolie ». (...) Mais Dee, elle, était belle. Elle avait un visage de chat, façonné par ses os - ses pommettes, ses tempes, ses mâchoires - anguleux comme un origami, alors que la plupart des filles étaient molles et arrondies comme des oreillers.
Commenter  J’apprécie          30
CetsakCetsak   22 février 2019
O ne savait trop quoi penser de Dieu ; à l église, son existence semblait avoir un sens, mais quand ses camarades l attrapaient à plusieurs et le frappaient dès que l école n était plus en vue, il se demandait bien où pouvait bien se trouver Dieu.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Tracy Chevalier (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tracy Chevalier
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs
Entretien avec Tracy Chevalier à l'occasion de la rencontre entre l'auteur et les lecteurs de Babelio.com le 8 février 2019. Découvrez les mots choisis par l'auteur pour évoquer son roman "Le Nouveau", paru aux éditions Phébus.
Un grand merci à Fabienne Gondrand pour l'interprétation. Retrouvez toutes les critiques de ?Le Nouveau? de Tracy Chevalier sur Babelio : https://www.babelio.com/livres/Chevalier-Le-nouveau/1095861 Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : ?Babelio, le site : https://www.babelio.com/ ?Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio ?Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ ?Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : racismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Prodigieuses créatures

Que cherche les deux amies sur la plage ?

des cacahuêtes
du sable
des fossiles
du poisson

7 questions
159 lecteurs ont répondu
Thème : Prodigieuses créatures de Tracy ChevalierCréer un quiz sur ce livre
.. ..