AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2953541721
Éditeur : Editions Ecorce (21/11/2011)

Note moyenne : 4.36/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Dix ans après, Suzanne se pointe comme une fleur, embrasse sa sœur Zia, la jette dans son fauteuil,
embarque quelques fringues, roule à toute allure dans le parc du Centre jusqu’à sa voiture
où elle harnache Zia sur le siège avant, replie l’engin, démarre et dit : « Ma sœurette, on va voir du pays. »

Le fantôme de la fille en jaune plane sur l’itinéraire des deux sœurs lancées sur ses traces.
Qui était Zora Korps, celle dont to... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
monromannoir
  21 mai 2016
Découvrir par hasard, au détour des rayonnages d'une librairie, un ouvrage des Editions Ecorce/noir, c'est comme mettre à jour un écrin recelant quelques perles rares et délicates que sont ces instants précieux de lecture où l'on s'imprègne de textes ciselés à la perfection par des auteurs qui travaillent le mot, la phrase en forgeant, tels des artisans acharnés, les contes obscurs de notre temps. En maître d'oeuvre discret, Cyril Herry, directeur de la collection, vous propose une autre vision du roman noir avec une déclinaison d'auteurs aux essences particulières à l'instar de Séverine Chevalier et de son premier roman intitulé Recluses.
Il y a tout d'abord cette écriture épurée, presque magique qui oscille entre les instants lyriques et les passages scandés pour nous livrer un texte éclaté en une multitude de points de vue propres aux différents acteurs qui hantent les pages d'un livre où le silence et les non-dits sont autant de douleurs, de regrets et de désespoirs que rien ne peut atténuer. C'est en cela que la quête effrénée de Suzanne devient une cause perdue d'avance qui ne sert qu'à mettre en perspective la vacuité des souvenirs d'une jeunesse disloquée par l‘absence d'un père, la maladie d'une mère et la paralysie d'une soeur. Suzanne s'est donc mise en tête de recueillir tous les témoignages relatifs à la vie Zora Korps pour tenter de saisir l'inexplicable raison de son terrible geste.
Recluses traduit la déshérence psychique et physique de deux âmes esseulées bien trop éloignées les unes des autres pour parvenir à une quelconque résilience mutuelle. L'esprit comme le corps sont bien trop abîmés, mais seule Zia, emprisonnée dans ce corps absent, parvient à le percevoir en promenant son regard lucide, parfois cynique sur cette succession d'êtres désincarnés qu'elles croisent au cours de leur périple.
Récit solide construit sur une délicate dentelle de mots, Recluses égrène dans une narration éclatée, l'introspection bancale d'individus prostrés dans une déshérence de sentiments à l'égard des autres qui les conduisent parfois dans les tréfonds obscurs de l'abîme.
Roman dépourvu de clés narratives et de rebondissements époustouflants, Recluses contraint le lecteur à s'impliquer en s'immergeant dans un texte singulier et rythmé qui impose parfois une image tronquée d'une réalité forcément sujette à la subjectivité des différents personnages qui composent l'histoire. Comme des balises égarées dans ce naufrage de mutisme et de déni, la longue lettre du Dr Shaw, le rapport de police du capitaine Hame et la courte missive d'une détenue apporteront quelques éclaircissements à un ultime document intitulé Recluses. de cette manière, comme enfermé dans cercle infernale, Séverine Chevalier nous contraint à reconsidérer son récit dans la lumière trouble de nouvelles perspectives qui n'apporteront, de loin pas, toutes les réponses, laissant au lecteur une grande part d'interprétation tout en lui permettant de s'imprégner une nouvelle fois dans ce roman bâti sur une succession de sensations, d'images et de lumières que l'auteur égrène dans un style maîtrisé à la perfection, tout comme son second ouvrage Clouer l'Ouest, un autre bijou littéraire à découvrir impérativement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LadyDoubleH
  24 mars 2018
Recluses est un road-trip, un roman psychologique et noir, tout à fait singulier. Je l'ai dévoré avec enthousiasme, impressionnée par le talent et l'habileté de Séverine Chevalier.
Dans les grandes lignes… mais non, parlons d'abord de voix, et de silences.
Dans ce roman, il y a Zia, enfermée dans son corps car lourdement handicapée, dont la pensée sublime l'ensemble : « Moi je peux tout faire, sauf parler et bouger. A part la tête, un peu. Ma vie se résume à des soustractions. Je n'ai pas besoin de savoir quoi faire de moi. On me meut. On me déplace. On me tire. On me pousse. On m'accompagne. On m'orne. On m'organise. On me met en place. On me nourrit. On me masse. On parle pour moi. Sans moi. En dehors de moi. En moi. Je suis un terrain vague, indéterminable, ouvert à tout vent. »
Elle est embarquée dans un road trip un peu dingue par sa soeur Suzanne. de St-Etienne à Marseille, la Camargue, les Landes puis dans les gorges du Tarn, elles vont croiser des êtres multiples, aux voix disparates. Suzanne, qui a tout perdu quand une jeune fille s'est fait exploser dans un supermarché de la banlieue Lyonnaise.
Suzanne, enfermée dans sa douleur, qui décide de suivre les traces de Zora, la terroriste en robe jaune, à travers la France et les souvenirs. Elle prend le volant en quête de sens. « Je ne sais pas pourquoi on en est là. A ce pont de non-retour. Je sais maintenant, précisément, qu'elle s'est bel et bien détachée, comme l'iceberg. C'est peut-être ça, la véritable errance ». Zora, « transparente et seule », étudiante en management, était-elle enfermée dans un sourire de façade ? Ou l'est-elle dorénavant dans son geste odieux, dans la boucle du traumatisme de Suzanne ?
L'écriture de Séverine Chevalier est tantôt dure, concise, puis soudain elle s'envole. Elle semble avoir émietté l'intrigue aux quatre vents de plusieurs narrations, avant de tout rassembler à la fin, bien serré, pour assommer son lecteur sidéré. La part belle est laissée à l'imagination. Quelques embryons de fausses pistes, des plongées pleines de vertige dans l'âme humaine et des vies cabossées… J'ai pris une grosse claque avec ce roman, je le conseille.
« Je me demande si elle sait que c'est fragile comme du verre, le silence. »
Nota Bene : « […] dans un bon roman noir, il n'y a pas de vérité », nous dit Jérôme Leroy en préambule (Oups tiens, d'ailleurs, effectivement…). Les éditions de la Table Ronde lui ont laissé « Carte Noire », rééditant au sein de la Petite Vermillon « des romans noirs qui méritent de retrouver une véritable audience auprès des amateurs du genre et de prouver aux autres qu'il s'agit là d'une littérature à part entière. ». Quelle géniale idée (et merci !)
Lien : https://lettresdirlandeetdai..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
janthirion
  07 janvier 2012
Du réalisme, d'accord, un peu, on prend. Une manière particulière de tordre la narration, les mots et le temps, on prend aussi. Il est des livres qui sortent de nulle part et qui vous étonnent à chaque page. Alors que d'autres romans se lovent sur vos genoux et ronronnent, celui de Séverine Chevalier vous brûle et vous glace en même temps. Il ne s'agit pourtant pas de violence ni de compassion comme on en voit si souvent dans les belles-lettres actuellement ou dans la littérature de genre. On est au-delà, hors des canons du polar habituels. Plus que le genre noir, la référence serait le blême, la poussière d'or des chemins de traverse en plus. Car de quoi est-il question? Une jeune femme a mené à terme une opération suicide dans un supermarché. Tout explose. Une autre, qui ne la connaît pas, veut chercher à comprendre, mais dans sa quête de la vérité, elle embarque avec elle sa soeur tétraplégique et muette en l'enlevant d'un établissement spécialisé. Ce qui explose cette fois-ci, ce sont les conventions, les habitudes, les esprits. Les rencontres, les points de vue se succèdent ou s'entremêlent. le style parle de lui-même. Il est désenchanté quand il doit l'être. Amusé sinon. Captivant, toujours. Voix originale et récit palpitant, voilà deux bonnes raisons d'accompagner “Recluses” quelques heures durant.
Jan Thirion
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NicolasElie
  28 juillet 2016
Bouquin de fille.
C'est ce que je me suis dit quand j'ai ouvert et lu quelques lignes.
Qu'est-ce que t'y connais, toi, à l'enfant dans le ventre ?
Que dalle.
Et puis j'ai tourné les pages.
Une par une.
Parce que l'enfant que tu perds, tu peux juste essayer d'imaginer. Tu veux pas y croire quand c'est ton gosse que tu vois dans les pages d'un livre, et je suis pas superstitieux, ça porte malheur.
Plein de filles dedans.
Que des voix de nanas, ou presque, et surtout, il y a la voix de Zya.
Zya, elle est handicapée. Elle est enfermée dans son corps. Tout le monde croit que c'est un légume, genre courgette ou pomme vapeur.
Ben là encore, que dalle.
Je t'explique :
« Moi je peux tout faire, sauf parler et bouger. À part la tête, un peu. Ma vie se résume à des soustractions. Je n'ai pas besoin de savoir quoi faire de moi. On me meut. On me déplace. On me tire. On me pousse. On m'accompagne. On m'orne. On m'organise. On me met en place. On me nourrit. On me masse. On parle pour moi. Sans moi. En dehors de moi. En moi. Je suis un terrain vague, indéterminable, ouvert à tout vent. »
Je dis souvent, à propos des bouquins de Cyrill Herry, que ça tue.
Ben là, encore, ça tue.
La suite, sur mon blog. Va voir...
Lien : http://leslivresdelie.org/174/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EveQ
  19 avril 2018
Dans un supermarché à Ecully, près de Lyon, deux femmes se croisent, Suzanne, 40 ans, son fils, Polo, dans son caddie rempli de courses et Zora, 19 ans, un panier vide à la main et une ceinture d'explosifs sous sa robe jaune. Quelques minutes plus tard, une violente explosion cause 15 morts dont Polo. Un mois plus tard, Suzanne décide d'essayer de comprendre qui était cette kamikaze, en se rendant à l'Institut Supérieur du Management où elle étudiait, dans l'appartement où elle vivait et en recueillant plusieurs témoignages... jusqu'à la vérité.
Suzanne cherche en vain des explications à cet événement qui a suspendu sa vie. le récit est un peu décousu, comme les souvenirs et les pensées qui se succèdent. L'auteur nous présente également plusieurs points de vue. Plusieurs styles se succèdent selon le narrateur. S'entremêlent, sans ordre chronologique, le quotidien et le ressenti de Suzanne, l'histoire de Zora qu'elle tente d'imaginer, le rapport du psychiatre, les perceptions de Zia, la soeur handicapée de Suzanne... le lecteur découvre ainsi en pointillé le portrait de 3 femmes recluses, enfermées dans leur solitude, dans leur histoire, dans leur corps.
Lien : http://www.carnetsdeweekends..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
janthirionjanthirion   07 janvier 2012
J’aurais pu dire pour son compte qu’on pourrait bien chercher un peu plus loin, sous les coupables faciles. Dire que la violence et l’horreur ne viennent jamais de nulle part. Dire que leurs crimes hantent nos cités troubles et qu’il ne suffit plus de leurs lapidations pour les rétablir, les conforter, nos brillantes sociétés. Elles se fissurent, peu à peu, et nous sommes des sourds et des aveugles assoiffés de leur sang, sans chiens ni cannes, tendus et raides, droits dans nos bottes au bord des précipices, incapables de nous regarder en face,
de nous sonder, de retourner la fange de nos ignominies, de nos pensées violentes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LadyDoubleHLadyDoubleH   24 mars 2018
Je me demande si elle sait que c’est fragile comme du verre, le silence.
Commenter  J’apprécie          70
LadyDoubleHLadyDoubleH   24 mars 2018
Moi je peux tout faire, sauf parler et bouger. A part la tête, un peu. Ma vie se résume à des soustractions. Je n’ai pas besoin de savoir quoi faire de moi. On me meut. On me déplace. On me tire. On me pousse. On m’accompagne. On m’orne. On m’organise. On me met en place. On me nourrit. On me masse. On parle pour moi. Sans moi. En dehors de moi. En moi. Je suis un terrain vague, indéterminable, ouvert à tout vent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LadyDoubleHLadyDoubleH   24 mars 2018
Je ne sais pas pourquoi on en est là. A ce pont de non-retour. Je sais maintenant, précisément, qu’elle s’est bel et bien détachée, comme l’iceberg. C’est peut-être ça, la véritable errance.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : road tripVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox