AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253005630
Éditeur : Le Livre de Poche (01/09/1974)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 111 notes)
Résumé :
Le roman commence quand Barthélemy Piéchut, le maire de la commune de Clochemerle-en-Beaujolais, dévoile à Ernest Tafardel, l'instituteur, son projet : « Je veux faire construire un urinoir, Tafardel. […] Enfin, dit-il, une pissotière ! »

Cette vespasienne, destinée, bien plus peut-être, à confondre madame la baronne Alphonsine de Courtebiche, le curé Ponosse, le notaire Girodot et les suppôts de la réaction, qu'à procurer un grand soulagement à la ge... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Woland
  13 février 2016
ISBN : inconnu
Françaises, Français ...
... Ah ! ah ! avouez que je vous ai fait peur ! Mais si, je vous ai vu sursauter, là, vous, dans le coin, qui tentez de vous cacher derrière votre camarade ! Vous vous êtes dit sans doute : "Pour son anniversaire, elle a complètement pété les plombs !" mais rassurez-vous, il n'en est rien : je commençais ainsi parce qu'il est dommage que le rédacteur de "La Peur" (roman terrible sur la non moins terrible Grande guerre) ou encore de "Sainte-Colline" (récit d'une scolarité malheureuse) ne soit resté dans la mémoire de la majorité d'entre nous (et sur la majorité de nos étagères de bibliothèque) que pour un seul roman, il est vrai digne de Rabelais mais en moins pédagogique : "Clochemerle." Quand je suis née - il y a de cela cinquante-six ans - on interdisait sévèrement aux enfants d'y porter ne fût-ce que le regard le plus indifférent : c'est vous dire combien les vilains garnements (dont je ne fus jamais ) cherchaient à en savoir plus. D'autant que, dans l'édition qu'il y avait chez ma grand-mère (et que j'ai rachetée chez un bouquiniste par la suite), les illustrations avaient un charme baroque, un peu à la Peynet. L'un des personnages, qui soulève son chapeau melon devant "Les Galeries Beaujolaises" et la flamboyante Judith Toutmignon, ressemble d'ailleurs presque comme un frère à l'Amoureux de Peynet. Mais comme, à l'époque, on ne signalait pas le nom des illustrateurs à moins que leur nom ne fût déjà bien connu (manie détestable et injuste réapparue depuis quelques années d'ailleurs dans notre monde des quatrièmes de couvertures), il m'est impossible de vous garantir que c'est effectivement Peynet qui conçut la première jaquette de "Clochemerle" pour "Le Livre de Poche."
Roman inusable, indémodable, "Clochemerle" fait partie de ces succès de librairie qu'on réédite régulièrement et qui fit, d'ailleurs, la fortune de son auteur, le Lyonnais Gabriel Chevallier né l'année même où les frères Lumières inauguraient ... le cinéma. Pourquoi un tel succès pour un livre qui insiste - parfois lourdement - sur l'aspect grivois de l'intrigue et qui se rebelle plus ou moins ouvertement contre le système - encore et toujours lui - même si le déclenchement du Grand Soir n'en est pas le thème principal ?
Eh ! bien, peut-être parce que "Clochemerle" symbolise toute une part de notre littérature, la part rabelaisienne et humaniste, le tout en un style beaucoup plus fin que ne se l'imaginerait quelqu'un qui ne l'a jamais lu, le tout fondé sur des personnages truculents et qui, bien que solidement typés pour la plupart, n'en font pas moins terriblement authentiques. A Clochermerle, paysans ou notables, on ne triche pas. En tous cas, pas avec le lecteur. On dit ce qu'on pense, dans la langue de Molière, en trébuchant parfois sur les syllabes parce qu'il faut bien rappeler que ce livre est aussi un roman de terroir et l'on n'y a aucune honte de ce coq emblématique associé à notre pays, qui célèbre avec ardeur le retour du soleil et laisse traîner ses ergots dans le fumier avec la plus totale indifférence : "Rien ne se perd ..."
"Clochemerle", c'est la France rurale qui sort de la Grande guerre - nous sommes en 1922 - et qui, sous un soleil éclatant, voit se ranimer en ses murs la vieille querelle entre cléricaux et anti-cléricaux. le maire, Barthélémy Piéchut, enfant du pays, a en effet pour projet de faire bâtir un nouvel édicule auprès de l'église, fief du paisible abbé Ponosse. Mais attention ! Pas n'importe quel édicule ! Non, messieurs-dames, Piéchut, avec sa roublardise joviale et gardant toujours en vue un avenir de sénateur (et pourquoi pas ? On a vu bien pire, non ? ... ) entend "moderniser" sa municipalité en y faisant élever ... un urinoir où ne seront évidemment autorisées à s'exprimer que les vessies de sexe mâle. Or, outre sa frappante proximité avec l'église, le lieu choisi par Piéchut donne d'un côté sur l'Impasse des Moines et, de l'autre, sur une autre impasse au nom tout aussi réjouissant. Mais c'est dans l'Impasse des Moines que réside, si mes souvenirs ne m'ont pas encore lâchée, la redoutable et redoutée Justine Putet, "vieille fille" attitrée du bourg, à la langue implacable et aux obsessions innombrables, surtout dans le domaine sexuel. Justine Putet possède de surcroît, on ne peut le lui contester, un sens de la repartie absolument fracassant qui lui fera jeter à sa rivale en piété, la non moins redoutable Clémentine Chavaigne - que le pharmacien du coin, perdant la tête, avait anesthésiée dans son arrière boutique dans des buts ... euh ... mystérieux mais à coup sûr répréhensibles - qu'elle "s'était fait poilpharder." Expression désormais passée dans le langage courant clochemerlin et issue du nom du malheureux apothicaire à la dérive de ses fantasmes : Poilphard.
Alors, comptons ensemble, si vous le voulez bien : l'église, le curé Ponosse, sa fidèle servante-maîtresse (chuttt ! ) Honorine et Justine Putet d'un côté et, de l'autre, le maire et son premier adjoint, l'instituteur Ernest Tafardel, célibataire intouchable portant lorgnon et petit bouc, grand amateur et rédacteur de discours anti-calotins, jacobin de première main et d'une honnêteté scrupuleuse que certains événements actuels scandalisent certainement, dans ce Paradis des Livres qui illumine mon humble logis. Soutenant Piéchut et Tafardel, tous les radicaux "de gauche" (oui, de gauche, vous voulez que j'épelle ?) de la commune, ceux qui ne vont pas à la messe très régulièrement mais qui, en général, font toujours baptiser leur progéniture.
Entre les deux, l'urinoir et ce à quoi il est destiné.
Et, partout, partout, avec une bonne humeur rabelaisienne (je sais, j'insiste, tant pis ! ), les femmes et filles de Clochemerle qui ragotent et cancanent sur le mode suraigu. Comme leurs hommes d'ailleurs, ces dames connaissent tous les scandales, ceux qui ont éclaté, ceux qui éclatent au moment où je tape sur ce clavier, et surtout ceux qui vont éclater dans pas longtemps. Ainsi, tenez, le cas de la Rose Bivaque, honteusement chassée de la confrérie des Enfants de Marie en raison d'un petit ventre qui se fait un peu trop proéminent depuis que le Claudius Brodequin - un beau gars, et pas fier, et travailleur, et dont les parents ont du bien - est parti au régiment. La Rose Bivaque, le Bon Dieu, le curé Ponosse - qui est un bon gros naïf, de l'avis de toutes les dames-patronesses du coin, lesquelles le considèrent à la fois avec le respect dû à sa fonction et le mépris absolu du sexe faible pour un curé qui croit tout ce qu'on lui raconte - continuerait à le lui donner pratiquement sans confession, tous les dimanche, si seulement il n'y avait pas ce ventre ...
Mais sans l'urinoir, mesdames, messieurs, sans l'urinoir diabolique des non moins sataniques Piéchut et Tafardel, ce ventre n'aurait jamais grossi comme ça, tout seul, dans la nature, alors qu'il se promenait en toute innocence avec le Claudius Brodequin - un pervers, celui-là, démoniaque lui aussi et à qui on devrait infliger le sort jadis imaginé par le bon et miséricordieux chanoine Fulbert envers ce satyre d'Abélard !
Oui, Mesdames, oui, Messieurs : il FAUT détruire l'urinoir ! le lapider, le raser, le piétiner, lui cracher dessus, répandre du sel sur ce qui fut ses fondations puantes, le ...
Et encore, je ne vous donne ici qu'un bien modeste aperçu du climat de tensions et de haines, laïcardes comme religieuses, qui a entrepris de détruire Clochemerle et les Clochemerlins !
Cet urinoir, ce ventre, ces dame-patronesses, celles qui n'en sont pas comme Judith Toumignon la Sans-Vergogne, qui fait cocu son François d'époux, un parfait abruti , à tous les coins de rue (et peut-être même dans l'urinoir, qui sait ? ) ou encore sa rivale, Adèle Torbayon, la bistrotière du coin, qui trompe aussi allègrement son mari (celui-là, c'est Arthur ) mais dont le rêve, d'ailleurs atteint, est de le tromper avec l'amant en titre de Judith, le bel Hippolyte Foncimagne, et surtout ces vieilles filles estampillées "Pureté et Chasteté" comme la Putet et la Chavaigne, sans oublier les ivrognes du coin (ils sont assez nombreux et, côté cancans, bien qu'appartenant au sexe prétendu "fort", ils en remontrent parfois à Justine Putet en personne, c'est vous dire ! ) et tous ces imbéciles, jeunes et vieux, qui, émergeant de l'urinoir, ont omis - volontairement ou non, nous ne nous prononcerons pas - de rajuster leur braguette un peu débraillée tout en adressant de grands signes amicaux de la main à la malheureuse Justine Putet - oui, toujours elle - qu'on soupçonne de satisfaire ces plaisirs qu'on dit charnels en espionnant à sa fenêtre les allées et venues autour de l'urinoir piéchutesque ...
... tout ça crée une gigantesque cocotte-minute avant l'heure qui va exploser avec la remontée triomphale de la grand-rue clochemerline par une Justine Putet qui n'a plus toute sa tête et qui s'est décidée à se rendre à la grand-messe dans le plus simple appareil, à l'exception d'un chapelet probablement destiné, dans son esprit détraqué, à protéger en dernier recours ce qu'elle possède de plus précieux.
Sous ces dehors rabelaisiens, Gabriel Chevallier inscrit en filigrane la critique féroce d'une société qui, lentement, se délite, obsédée qu'elle est par l'argent, le statut social et le sexe. Oh ! les mots ne sont pas prononcés mais, dans l'"héneaurme" silence typiquement gaulois de "Clochemerle", ce sont eux que le lecteur attentif entend bien au-delà les vociférations et fanfaronnades d'une tel ou d'une telle.
En ce sens, on peut dire sans exagération - je ne pense pas que notre amie Lydia me contredise - que "Clochemerle", sorti initialement en 1934, assure le lien avec les fabliaux de notre Moyen-Âge, l'oeuvre de Rabelais, les flopées de libelles licencieux qui se prélassent tout au long de l'histoire de notre littérature, les "gauloiseries" d'un Paul de Kock dont, paraît-il, se régalait le Chancelier de Fer, pourtant si peu francophile et ce type d'ouvrages qui, de tous temps, certains avec talent, d'autres avec une vulgarité rare, ont contribué à la survie d'une certaine partie (oh ! peut-être pas la plus glorieuse, je l'admets ! ) de la littérature française. J'oserai même aller plus loin en précisant que les fantasmes sexuels du pharmacien Poilphard ont bel et bien quelque chose de sadien ...
Pour en terminer, n'allez pas croire que Chevallier se contente de se moquer des malheureuses comme Justine Putet. Bien au contraire. Sous le grotesque de leurs excès, il pose la question, là aussi en filigrane : "Qui les a rendues ainsi ? Ne sommes-nous pas un peu responsables, dans le fond, nous qui avons eu plus de chance qu'elles ?"
Gabriel Chevallier, féministe avant la lettre ? Peut-être. En tous cas un homme intelligent, qui se posait pas mal de questions et qu'il est bon de découvrir (ou plutôt de redécouvrir) non seulement avec sa trilogie de "Clochemerle" (bien que le premier volume soit le meilleur, vous vous en doutez) mais aussi avec bien d'autres livres dont "La Peur", lequel vaut largement, voire même dépasse "Le Feu" de Henri Barbusse. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
alberthenri
  08 juillet 2018
En 1922, à Clochemerle-en-Beaujolais, le maire Piéchut décide d'installer dans sa commune une vespasienne, pour le confort urinaire de ses administrés, et pour faire la nique à la réaction locale ; la baronne, le curé et le notaire.
Paru en 1934, le roman de Chevallier connut un succès qui ne se dément pas.
Adapté au cinéma en 1948, (film interdit au moins de 16 ans à sa sortie !) Clochemerle est passé dans le langage courant; on évoque parfois encore ce nom pour parler d'une querelle locale un peu ridicule, exemple au hasard: Un "néo-rural" qui se plaint du bruit des cloches ou du chant du coq…
Au-delà de la farce et de la critique sociale sous-jacente, il faut signaler la qualité de l'écriture de Gabriel Chevallier ; riche, drôle, imagée, elle est infiniment plaisante.
Il est bien dommage que cet auteur soit tombé dans l'oubli, car il semble que Clochemerle soit son seul roman encore réédité et disponible en librairie de nos jours -en l'occurrence au Livre de Poche- citons aussi son roman sur son expérience de la première guerre mondiale "La peur", occasionnellement réédité.
Chevallier, n'est donc pas l'auteur d'un seul roman emblématique, je vous invite cordialement à le découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
Junie
  02 juin 2018
S'il est certain que Gabriel Chevallier fut un auteur populaire, et que son roman a fait la joie de plusieurs générations, on ne peut pas dire qu'il se soit montré indulgent pour certains de ses contemporains.
L'univers clochemerlesque fait penser irrésistiblement aux dessins de Dubout, dans lesquels se côtoient des personnages grotesques ou vaniteux, couples dépareillés, foules en délire ou en furie, populace débraillée et forte en gueule. Fortes matrones ou vieilles filles desséchées, godelureaux naïfs ou vieux grigous bilieux, on est certes dans la caricature appuyée, pas loin du stéréotype. Grâce au style du portraitiste, qui ne se prive pas de nous fournir tous les détails, au physique et au moral, de ses personnages, le théâtre Guignol devient digne de Molière.
Mais au-delà de la caricature, transperce la tendresse pour le genre humain, ses faiblesses et sa fragilité. Ses travers et sa drôlerie souvent involontaires, ses bouffées d'orgueil et son incurable optimisme. le récit passe de la bouffonnerie au drame, mais c'est toujours le rire qui l'emporte. Chevallier n'a pas oublié les leçons de Maitre Rabelais, et Clochemerle est le lieu de guerres Picrocholines, de banquets et de beuveries mémorables, ou le curé et le sacristain sont de la partie. le jus de la treille réjouit les gosiers et les coeurs, il s'ensuit une belle ardeur qui annonce d'autres réjouissances de la chair.
Passées les agapes et les batifolages villageois, au détour d'un chapitre, Chevallier ne se prive pas de glisser des discours violemment anti-militaristes et anti-cléricaux. La tradition lyonnaise des canuts ne se trouve pas que dans la consommation des pots de beaujolais. Il y a ici de la critique sociale qui attaque aussi bien les bourgeois étriqués et les aristos décatis que les politiciens sans scrupule.
Clochemerle est ainsi une lecture résolument subversive, qui prône la liberté de vivre et de penser, plus libertaire et contestataire qu'on ne le croirait, plus proche de Brassens que de Chasse, pêche, nature et traditions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Souri7
  28 septembre 2016
Le récit est un vrai bijou de trouvaille dans la façon dont il est agencé et dans le contenu !
Tout commence dès le premier chapitre avec le maire, M. Piéchut (admiré le nom) qui décide de moderniser son village de Clochemerle et pour cela de faire installer un urinoir, une pissotière.. bref... une bombe à retardement aux conséquences hallucinantes !!!
Les habitants du bourg sont invraisemblables ... perso, je ne voudrais pas habiter dans ce village. Je vous présente quelques habitants :
- le curé succombant aux péchés de la chair avec sa servante et partant se confesser toutes les semaines.
- la femme de l'épicier... la Bimbo du coin.... une nymphomane dont le seul homme à ne pas être au courant est son mari.
- le docteur... Dr Frankenstein ! Pour lui, les anesthésies c'est INUTILE et la douceur également. Je vous laisse imaginer le personnage
- le pharmacien et son penchant pour le morbide (
- le notaire et sa vision anti-humaniste et pro-pécuniaire dans ses jugements
- l'instit ... monsieur je vous asphyxie de mon haleine !!
- la vieille fille ... la scène finale est d'une drôlerie !
Bref, suite à l'installation de l'urinoir, deux clans voient le jour : les urinophobes et les urinophiles :D (désolé pour les néologismes)
Très vite, la guéguerre prend de telle proportion que cela en arrive aux oreilles du gouvernement, voire même internationale (le passage lors de la conférence pour le désarmement est génial !
Côté structure... un récit frais, drôle avec un côté rustique pour ne pas dire régionale avec des expressions de patois. L'auteur n'hésite pas à faire parler certains habitants pour relater les faits et cela apporte un véritable aspect vivant au récit.
Une superbe satire de notre société et du monde politique. Quand on le lit, on pourrait aisément le transposer à notre époque où les politiques sont imbus d'eux-mêmes et non là pour servir une cause ou un pays.
Pour résumer : à lire sans la moindre hésitation parce que vous allez avoir droit à de vrais moments de rires
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
liberliger
  09 octobre 2013
Bien sûr, tout le monde connaît l'expression "Clochemerle" mais combien en connaissent l'origine, cette truculente chronique d'un petit village beaujolais ? Des portraits au vitriol oscillant entre vacheries, coups de griffes et polissonnerie. Quelle poilâde ! Inutile de dire que cela fait mouche : le politicien roublard, l'instituteur bouffeur de curé, le curé bonasse et un peu dépassé, la vielle bigote aigrie et rance, l'épicier cocu, la belle épicière qui fait tourner toutes les têtes, la brave fille engrossée par son galant, la vieille comtesse arrogante qui a connut son heure de gloire, les ganaches abruties...Et tout cela avec style, une belle langue, riche, fruitée, à déguster dans son ballon comme un bon beaujolais, plutôt Moulin à Vent que Beaujolais primeur le troisième jeudi de novembre. Cette lecture fut un vrai ravissement, un pur délice. A rééditer d'urgence et à consommer sans modération.
Commenter  J’apprécie          170
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
LivretoiLivretoi   13 avril 2015
Lorsqu’il affirmait, l’instituteur Ernest Tafardel appuyait son index à son nez, avec une force qui en déviait la pointe. Rien d’étonnant donc, qu’après trente ans d’un métier qui exige constamment l’affirmation, son nez fût un peu tordu à gauche. Ajoutons, afin que ce portrait soit complet, que l’haleine de l’instituteur gâtait ses belles maximes, ce qui faisait qu’on se méfiait à Clochemerle de sa sagesse, qu’il aimait à insuffler aux gens de trop près. Comme il était la seule personne du pays à ne pas connaître son inconvénient, il attribuait à l’ignorance et au bas matérialisme des Clochemerlins l’empressement qu’ils apportaient à le fuir, et surtout à écourter toute conversation confidentielle, toute discussion passionnée. Les gens reculaient et lui donnaient raison, sans opposer d’arguments. Tafardel voyait là du mépris. Sa conviction d’être persécuté reposait donc sur un malentendu. Il en souffrait pourtant, car, naturellement prolixe, il eût aimé, étant instruit, à faire étalage d’érudition. Il concluait de son isolement que cette race de vignerons montagnards avait été abrutie par quinze siècles d’oppression religieuse et féodale. Il s’en vengeait en portant au curé Ponosse une haine vive – d’ailleurs platonique et purement doctrinale – et que tout le bourg connaissait.
Lorsqu’il devait avoir une conversation sérieuse avec l’instituteur, le maire l’entraînait à la promenade : de cette façon, il l’avait toujours de profil. Il faut dire aussi que la distance qui sépare un instituteur d’un gros propriétaire creusait entre eux un fossé de déférence qui mettait le maire à l’abri des émanations que Tafardel prodiguait face à face aux petites gens. Enfin Piéchut, en bon politique, utilisait à son profit la virulence buccale de son secrétaire. S’il désirait obtenir pour une affaire difficile le consentement de certains conseillers municipaux de l’opposition, le notaire Girodot, les viticulteurs Lamolire et Maniguant, il prétextait un malaise et leur dépêchait à domicile Tafardel, avec ses dossiers et son éloquence empestée. Les conseillers donnaient leur consentement, pour fermer la bouche à l’instituteur. Le malheureux Tafardel se croyait une force d’argumentation peu commune. Conviction qui le consolait de ses déboires en société, qu’il attribuait à l’envie que la supériorité inspire aux médiocres. Il revenait très fier de ses missions. Barthélemy Piéchut souriait silencieusement et frottait sa nuque rouge, ce qui était indice chez lui de profonde réflexion ou de grande joie. Il disait à l’instituteur :
- Vous auriez fait un fameux diplomate, Tafardel ! Dès que vous ouvrez la bouche, on se trouve d’accord.
- Monsieur le maire, répondait Tafardel, c’est l’avantage de l’instruction. Il y a une façon de présenter les choses qui échappe aux ignorants mais finit toujours par persuader.

De ce sourire nourri de réussites palpables, il enveloppait le fébrile Tafardel - un malheureux qui ne possédait pas un lopin de bonne terre, pas un pied de vigne -, avec cette pitié que les hommes d’action ressentent pour les écrivailleurs et les falots, qui s’attardent en billevesées fumeuses. Heureusement, l’instituteur était protégé de l’ironie par sa vertueuse ferveur et sa croyance aux missions émancipatrices. Rien ne pouvait l’atteindre ni le blesser que l’inexplicable recul d’un interlocuteur devant ses aphorismes corrosifs.

Depuis quelques années, l’instituteur attendait vainement les palmes académiques, qui lui auraient donné à Clochemerle un grand prestige. Cette récompense ne venant toujours pas, il se croyait des ennemis en haut lieu. En réalité, personne ne tenait les yeux fixés sur Tafardel, et c’était la raison simple de l’oubli. Les inspecteurs passaient rarement dans la région, et les ridicules du bonhomme ne le désignaient guère pour une distinction honorifique. Impression injuste, il faut le dire, car Tafardel faisait preuve d’un absolu dévouement professionnel. Il enseignait plutôt mal, étant en tout ennuyeux et doctrinaire, mais il enseignait avec application et conviction, sans ménager sa peine. Malheureusement, il mêlait à ses leçons des tirades civiques trop compactes, qui encombraient le cerveau des enfants, où elles se mélangeaient fâcheusement aux matières du programme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
WolandWoland   14 février 2016
[...] ... Justine Putet entre en scène : parlons d'elle. Qu'on se représente une noiraude bilieuse, desséchée et vipérine, ayant mauvais teint, mauvais oeil, mauvaise langue, mauvais circuit intestinal, et tout cela recouvert d'agressive piété et de douceur sifflante. Un parangon de consternante vertu, car la vertu incarnée sous de pareils traits, est détestable à voir, et cette vertu d'ailleurs paraissait s'inspirer d'un esprit de vengeance et de misanthropie, plus que d'une naturelle aménité. Exaltée, brandisseuse de chapelets, fervente diseuse de litanies, mais aussi semeuse effrénée de calomnies et de paniques clandestines. En un mot, le scorpion de Clochemerle, mais un un scorpion camouflé en bête à Bon Dieu. La question de son âge ne se posait pas, ne s'était jamais posée.On peut lui donner un peu plus de quarante ans mais personne ne s'en souciait. Tout prestige physique lui avait été retiré dès l'enfance. Pas plus qu'elle n'avait d'âge, Justine Putet n'avait d'histoire. Morts ses parents, de qui elle tenait onze cents francs de rente, à vingt-sept ans elle avait entamé sa carrière de vieille fille solitaire, au fond de l'impasse des Moines, à l'ombre de l'église. De là, elle veillait jour et nuit sur le bourg, dont elle dénonçait les infamies et les concupiscences au nom d'une vertu que les hommes de Clochemerle avaient soigneusement laissée de côté.

Durant deux mois, Justine Putet observa les allées et venues autour de l'édifice et sa fureur chaque jour augmentait. Tout ce qui était viril ne lui inspirait que haine et ressentiment. Elle voyait les garçons agacer gauchement les filles, les filles provoquer hypocritement les garçons et l'entente peu à peu se faire entre les petites saintes-nitouches et les bons rustauds, spectacle qui lui donnait à penser que ces jeux acheminaient la jeunesse vers d'effroyables abominations. Plus que jamais, elle voyait les moeurs en grand péril, par la faute de l'urinoir. Enfin, l'impasse des Monies, avec les chaleurs, commençait à sentir fortement.

Après avoir longuement médité et prié, la vieille fille décida d'entreprendre une croisade et de porter son premier effort sur la citadelle la plus éhontée du péché. Bien garnie dans ses dessous de scapulaires et de médailles saintes, ayant mêlé le miel de l'onction à son venin, elle se rendit un matin chez la possédée du Diable, l'infâme, la chienne, Judith Toumignon, sa voisine, à qiui, depuis six ans, elle n'avait pas desserré les dents. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
WolandWoland   14 février 2016
[...] ... Justine Putet entre en scène : parlons d'elle. Qu'on se représente une noiraude bilieuse, desséchée et vipérine, ayant mauvais teint, mauvais oeil, mauvaise langue, mauvais circuit intestinal, et tout cela recouvert d'agressive piété et de douceur sifflante. Un parangon de consternante vertu, car la vertu incarnée sous de pareils traits, est détestable à voir, et cette vertu d'ailleurs paraissait s'inspirer d'un esprit de vengeance et de misanthropie, plus que d'une naturelle aménité. Exaltée, brandisseuse de chapelets, fervente diseuse de litanies, mais aussi semeuse effrénée de calomnies et de paniques clandestines. En un mot, le scorpion de Clochemerle, mais un un scorpion camouflé en bête à Bon Dieu. La question de son âge ne se posait pas, ne s'était jamais posée.On peut lui donner un peu plus de quarante ans mais personne ne s'en souciait. Tout prestige physique lui avait été retiré dès l'enfance. Pas plus qu'elle n'avait d'âge, Justine Putet n'avait d'histoire. Morts ses parents, de qui elle tenait onze cents francs de rente, à vingt-sept ans elle avait entamé sa carrière de vieille fille solitaire, au fond de l'impasse des Moines, à l'ombre de l'église. De là, elle veillait jour et nuit sur le bourg, dont elle dénonçait les infamies et les concupiscences au nom d'une vertu que les hommes de Clochemerle avaient soigneusement laissée de côté.

Durant deux mois, Justine Putet observa les allées et venues autour de l'édifice et sa fureur chaque jour augmentait. Tout ce qui était viril ne lui inspirait que haine et ressentiment. Elle voyait les garçons agacer gauchement les filles, les filles provoquer hypocritement les garçons et l'entente peu à peu se faire entre les petites saintes-nitouches et les bons rustauds, spectacle qui lui donnait à penser que ces jeux acheminaient la jeunesse vers d'effroyables abominations. Plus que jamais, elle voyait les moeurs en grand péril, par la faute de l'urinoir. Enfin, l'impasse des Monies, avec les chaleurs, commençait à sentir fortement.

Après avoir longuement médité et prié, la vieille fille décida d'entreprendre une croisade et de porter son premier effort sur la citadelle la plus éhontée du péché. Bien garnie dans ses dessous de scapulaires et de médailles saintes, ayant mêlé le miel de l'onction à son venin, elle se rendit un matin chez la possédée du Diable, l'infâme, la chienne, Judith Toumignon, sa voisine, à qiui, depuis six ans, elle n'avait pas desserré les dents. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
alberthenrialberthenri   01 juillet 2018
Et tenir compte du privilège viril de faire ça debout, ostensiblement, gaillardement, ce qui ne va pas sans prestige auprès des femmes, auxquelles il est bon de rappeler fréquemment leurs infériorités, pour leur apprendre à tenir leurs langues ravageuses, à modérer leurs criailleries qui cassent la tête.
Commenter  J’apprécie          141
CegesteCegeste   20 août 2014

La les Clochemerlins cesaient de suivre :Les noirs et les blancs ,disaient ils ,on s'en fout ! On te parle des vignerons du Beaujolais;

Alors,criait Migon ,vous ne voulez rien faire pour les autres ?

Les Clochemerlins le regardaient , étonnés On a décidément de la peine à se comprendre , même entre français .

On te fera observer,disaient ils que la discussion n'est pas partie de l'idée de faire quelque chose pour les autres . Elle est partie de l'idée que les autres fassent quelque chose pour nous .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Video de Gabriel Chevallier (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gabriel Chevallier
"Clochemerle, le film, version anglaise...
autres livres classés : villageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14887 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..