AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782490417278
261 pages
Éditeur : Noir d'Absinthe (26/04/2019)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Au fond d’un verre vert d’absinthe, la fée vous observe, vous attend, vous séduit, ses petites dents pointues prêtes à écorcher votre langue lorsque la dangereuse et néanmoins délicieuse substance s’approchera de votre bouche, baiser anisé.

Du bout des lèvres, elle vous y contera ses histoires, au nombre de 13, et de ses mots tissera une toile tantôt glaçante, tantôt brûlante, vous entraînant avec elle dans des terres de rêve et de cauchemar où règne ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
coquinnette1974
  19 mai 2019
Je remercie chaleureusement les éditions Noir d'Absinthe pour l'envoi, en service presse, du recueil de nouvelles La folie et l'absinthe.
Il y a 13 nouvelles, je ne vais pas toutes vous les présenter mais me contenter de vous parler de celles qui m'ont le plus marquées.
Céline Chevet ouvre le bal avec Je plonge, tu plonges, nous plongeons.
Une nouvelle qui nous fait découvrir un effaceur de crimes. J'ai trouvé ça très intéressant, très bien tourné et ce fût une très jolie surprise pour commencer :)
Brune d'Emilie Chevallier Moreux nous présente une jeune femme prénommée Brune. Une nouvelle à la fois sombre et lumineuse, où folie et réalité se côtoient. J'ai été touchée par le personnage de Brune et j'ai apprécie l'écriture de l'auteure.
Les illusions de Cyprien Eisenberg de Geoffrey Legrand met à l'honneur Cyprien.. et ses illusions dues à l'absinthe. Cela m'a beaucoup plu.
La fée du réservoir de Dorian Lake, est une de mes nouvelles préférées. Cette fée est surprenante, attachante. L'absinthe et la folie sont très présentes dans cette nouvelle, que j'ai adoré.
L'absente de Sarah Buschmann traite de façon très surprenante de la folie. C'est à la fois classique et original de part les idées, et c'est très bien écrit. Là encore, j'ai passé un bon moment de lecture :)
Dans Manuel d'anthropologie botanique d'Audrey Salles, l'auteure nous présente... une plante (l'absinthe) qui pousse à l'intérieur d'une femme. J'ai trouvé ça vraiment excellent. Il y a énormément de bonnes idées dans cette nouvelle, qui m'a captivé.
La dernière nouvelle qui m'a beaucoup plu est Elizabeth de Cécile Pommereau. Nous découvrons une fée verte qui en fait voir de toutes les couleurs à Laurent...
La folie et l'absinthe est un très bon recueil de nouvelles avec un thème très original. Cela change des recueils traitant de la mer, de l'été, d'une région en particulier.
J'ai apprécié que la folie et l'absinthe, cette boisson si mystérieuse, soit au coeur des écrits de ces auteurs inconnus mais qui écrivent sacrément bien. Il y a beaucoup de poésie, de folie, de magie aussi dans ce recueil.
Et j'ai eu un coup de coeur pour la couverture, que je trouve magnifique.
Je suis vraiment très contente de ma lecture, et je mets un très joli quatre étoiles et demie à La folie et l'absinthe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
Chikitalit
  10 mai 2019
La nouvelle c'est compliqué. Il faut être bref mais pas trop implicite, garder du souffle, et monter, monter en pression jusqu'à la chute. La nouvelle supporte mal le délayage, à mon sens. Et ça marche ici. L'ensemble est d'une grande qualité. Chaque texte aborde de manière très personnelle les deux thèmes de la folie et de l'Absinthe sans que l'on sente un quelconque exercice imposé.
Un coup de foudre et deux coups de coeur pour moi : “Je plonge, tu plonges, nous plongeons” de Céline Chevet qui ouvre la danse. Histoire d'un effaceur de crimes et de tentations délictueuses. Je suis restée absolument scotchée par cette plume sûre et nerveuse, par sa capacité à créer un monde en deux ou trois traits secs et précis, par cette imagination débridée.
“Le monde est noir. Les pieds plantés dans une flaque d'eau trouble, je regarde le souvenirs de l'homme défiler en miroir. J'y vois la prison dans laquelle il a croupi toutes ces années, je sens dans ma gorge les palets lyophilisés qu'il se glissait dans l'oesophage, le craquement de sa mâchoire résonne dans le néant. Une bouche se dessine, mâche, crache ; les dents se tendent vers moi comme des serpents prêts à mordre.”
Et puis aussi “Les diables noirs” de Patrice Quélard, sur un bataillon d'infanterie légère pendant la première guerre mondiale. Et “Manuel d'anthropologie botanique” d'Audrey Salles à propos d'une femme qui abrite un plant d'absinthe dans son ventre. Parce que la guerre tenait toute sa place dans un recueil sur la folie pour le premier et que la narration est impeccable. Et pour la douce et douloureuse fantaisie de la seconde qui croque si justement les aberrations de la nature humaine.
Je ne peux pas parler de tout ici, même si j'en ai vraiment envie. Tout ça est vraiment très réussi ! D'une grande qualité littéraire et qui augure vraiment d'un bel avenir pour cette jeune maison.
Merci aux auteurs, merci à Dorian Lake, auteur de la tout à fait déjantée “Fée du réservoir”, et éditeur de ce recueil, de m'avoir permis d'en parler ici.
Lien : https://chikitalit.com/la-fo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
Carolnelly
  26 mai 2019
Une pépite originale à lire !!!
Je suis tombée sur une pépite, avec ce livre. D'habitude, je ne lis pas de recueils de nouvelles, les romans ayant ma préférence. Je me suis pourtant laissée tenter par le sujet de ce recueil : l'absinthe, breuvage mystérieux qui a la faculté de rendre fou et dont abusaient les artistes du XIXème siècle.
Je n'ai vraiment pas été déçue.
D'abord, les nouvelles sont toutes très bien écrites, et de plus dans un style différent : la facilité de lecture m'a plu et j'ai trouvé ce mixage de styles vraiment original.
Ensuite, les histoires : elles s'inscrivent résolument dans le genre du fantastique. Elles tournent toutes autour de l'âme humaine, qu'elles sondent à la recherche de ses vices. Autant le dire tout de suite, elles se terminent mal !
Bien que j'en eusse aimé certaines plus que d'autres, elles m'ont toutes, sans exception, accrochée dès les premiers paragraphes !
J'ai particulièrement aimée la nouvelle "Juste au cas où ", écrite comme un conte pour enfants, qui raconte, à travers les souvenirs d'enfance d'un grand-père, la recette de fabrication de l'absinthe et l'origine du nom "La fée verte" ; une recette horrible, fruit du ruissellement de la fonte des neiges au travers des cadavres d enfants assassinés.
Le fonds du recueil est bien documenté, les recherches sont sérieuses, et je subodore que l'auteur / certains des auteurs ont dû expérimenter eux-même le breuvage pour sortir des histoires aussi originales !
L'ensemble reste cohérent, vraiment agréable à lire, accrocheur, pertinent et sulfureux à souhait. Un vrai parti-pris qui tient la route ! L'ambition d'une anthologie sur ce thème de l'absinthe est pour moi validée. Ce livre est donc une réussite et mérite d'être connu.
Merci à Noir Absinthe pour ce beau recueil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AlexianeTh
  02 mai 2019
Cette chronique ne sera pas aussi longue que d'ordinaire, étant donné que nous ne pouvons pas développer un avis construit pour treize nouvelles différentes au risque de vous perdre.
Soyez toutefois certains qu'en plongeant dans cette anthologie, vous caresserez du bout des doigts les aspérités de l'être humain, révélées pour la plupart par ce breuvage émeraude, tantôt amer, tantôt sucré. Cet alcool qui a fait parler de lui et construit une réputation auprès des artistes. L'absinthe rend-elle fou ? Ou est-ce l'inspiration qu'on lui jalouse au point de la dénigrer ?

Vous rencontrerez treize univers différents, allant de la dystopie, de l'anticipation, à l'horreur et au fantastique. Vous déambulerez dans les couloirs d'un hôpital déroutant, rencontrerez une jeune femme qui ouvre la bouche au soleil, un lieutenant de la gendarmerie prévôtale durant la Première Guerre mondiale, un étrange bonhomme qui se penche devant un réservoir, un pauvre bougre en quête d'une nouvelle vie, une jeune paysanne à la beauté nymphale se plaisant à danser sur la rive… Vous voyagerez à bord d'un étrange vaisseau et dans les tréfonds de l'âme humaine. Vous voguerez entre passé, futur, le possible et l'impossible.
Une série de textes diversifiés aux plumes tout aussi hétéroclites qui titillera la sensibilité de chacun. Amoureux de l'Imaginaire et du décorticage des nuances ronronnant en chacun de nous, vous trouverez forcément votre compte : bien évidemment, toutes les nouvelles sont susceptibles de ne pas être à votre goût, mais toutes ont le potentiel d'être l'élue de votre coeur.

Il suffit d'un personnage plus qu'un autre, d'une intrigue qui vous parle davantage, d'un thème supplémentaire qui titille votre imaginaire, une fin qui constitue l'apothéose de ce que vous attendiez, comme vous surprendre assez pour marquer votre esprit.
Les auteurs et autrices de cette anthologie ont l'air d'affectionner ce sursaut de stupeur final, terminant par un irrémédiable « Oh. » Mais ils peuvent aussi apprécier de ne pas donner de conclusion, justement. de vous laisser là, pantelants, les neurones cogitant sur ce que vous venez de lire… ils entrouvrent une porte derrière laquelle vous trouverez ce que votre propre imagination est capable de produire pour poser le dernier point. Une fin heureuse ? Ou, au contraire, une chute toujours plus vertigineuse ?

Imagination, il y en a. Les auteurs ont su redoubler d'inventivité pour concocter ce breuvage littéraire. L'originalité, la pierre angulaire de Noir d'Absinthe, s'assied une nouvelle fois sur son trône.
Nous sommes suspendus au fil conducteur de tous ces récits : la Fée Verte. Personnifiée, réelle, imaginaire, un fond de verre ou la bouteille pleine, c'est elle qui nous dirige dans les couloirs qu'elle a creusés pour nous, muse de ce collectif d'écrivains talentueux.

À cela s'ajoute une direction soignée, un choix subtil dans l'enchainement des nouvelles. Un mot, une phrase, un thème qui fait écho à l'autre. le rythme aussi, fond comme forme.
On tombe, on remonte, on respire, on suffoque, on ahane, on s'apaise.
Dans notre rétine, les couleurs changent dès que nous passons le portail d'un nouvel univers, d'une nouvelle histoire, mais un seul éclat reste : l'émeraude.
Les treize auteurs vous proposent un verre.
Bois, et ils te diront quelle folie tu es.
Lien : http://marmiteauxplumes.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Bryanna
  28 mai 2019
La Folie et L'Absinthe est un recueil de nouvelles dont le titre et le thème vont très bien avec la maison d'édition qui en est à l'origine : Noir d'Absinthe.
Avant de plonger dedans, je me dois de faire une petite mise en garde : ce livre est pour les lecteurs avertis. Les sujets abordés ainsi que les tournures prises par les histoires peuvent être dérangeants et trop durs pour certains lecteurs. Sexe, meurtre, viols sont évoqués, parfois avec peu de filtres.
*
Dans ce recueil, nous retrouvons treize nouvelles (je me demande si ce chiffre est le fruit du hasard…) écrites par treize auteurs différents. Je ne vais pas faire un résumé ou une analyse de chacune d'entre elles, mais toutes sont bien dans le thème et exploitent tant la folie que l'absinthe, de manières différentes, ce qui fait que nous nous plongeons à chaque fois dans des univers variés.
Les personnages eux aussi, n'ont pas grand chose en commun. Hommes ou femmes, leurs histoires, passé et qualité de vie, tout comme leur rapport à l'absinthe, changent d'une nouvelle à l'autre.
*
Les auteurs révèlent chacun leur plume, ce qu'ils sont capable d'écrire, au travers de textes plus ou moins longs (la nouvelle la plus courte fait trois pages). Certains récits semblent être candides, innocents, jusqu'à ce qu'ils prennent un tournant plus sombre, se fondant parfaitement dans le thème du recueil. D'autres sont directement dans le vif du sujet, avec des passages très durs ou une ambiance malsaine qui flotte tout au long de l'histoire.
Chaque plume est différente, apporte une atmosphère nouvelle au recueil et cela permet de découvrir une large palette des auteurs de cette maison d'édition, et les univers présents pourront certainement séduire ceux qui sont fan du genre.
*
Dans chacune des nouvelles, l'absinthe est présente. Parfois ce sont ses feuilles qui sont mises en avant, d'autres fois, on assiste à la création du fameux breuvage. Il arrive qu'elle soit détournée, comme dans la première nouvelle. Cependant, quoiqu'il arrive, on voit toujours ses effets ravageurs, plongeant les protagonistes ou leurs proches dans la folie ou dans des hallucinations étranges mais potentiellement libératrices.
*
De mon côté, cette lecture a été assez particulière, parfois dérangeante, et je pense devoir admettre que ce n'était pas forcément une lecture pour moi. Cependant, certaines nouvelles m'ont marquées plus que d'autres.
Pour Brune, d'Emilie Chevalier Moreux, par moments j'ai presque eu l'impression de lire une histoire extraite d'un récit mythologique. Si la plume de l'autrice est très poétique, légère, celle-ci ne tombe pas dans le voyeurisme et toute l'horreur du viol et de ses conséquences sont présentes.
Manuel d'antropologie botanique, d'Audrey Salles, est très certainement ma nouvelle préférée. Dans l'estomac de l'héroïne pousse une plante, et, très vite elle devient idolâtrée par des amateurs d'absinthe. Si sa passivité ne la pousse pas à agir -on dirait qu'elle est aussi active dans l'histoire que nous, lecteurs-, l'on peut tout de même voir les problèmes que son manque d'initiative entraînent.
Enfin, Elisabeth, de Cécile Pommereau est plus légère, pleine d'humour. On y suit Laurent, en compagnie -plutôt déplaisante- d'une fée qui lui est apparue en même temps que son alcoolisme. Réelle ou fruit de sa folie ?
*
Je conclurai simplement en disant que La Folie et l'Absinthe est un recueil qui tient ses promesses, et que les nouvelles, bien variées trouveront certainement des lecteurs qui pourront les apprécier à leur juste valeur.
*
La Folie et l'Absinthe
Editions Noir d'Absinthe
Publication 2019
260 pages
Aimez-vous les recueils de nouvelles ? Seriez-vous tenté par celui ci ?
A très bientôt pour un nouvel article !
Brybry'
Lien : https://labrybliotheque.home..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
DiabolauDiabolau   11 mai 2019
Lire en vous est devenu une seconde nature, et comme quand vous entendez des touristes parler la langue étrangère que vous avez étudiée (...), vous tendez l'oreille, vous décryptez, vous ne pouvez tout simplement pas vous empêcher de comprendre ce qu'ils se disent, et lorsqu'ils vous commandent des bloody-mary's après avoir commenté votre sale gueule ou la piètre qualité de vos vêtements, vous les servez. Après vous être discrètement penché derrière le comptoir pour lâcher un glaviot dans les verres.

[Gillian Brousse – Please stand by]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
DiabolauDiabolau   11 mai 2019
Lorsque, comme moi, vous avez considérablement réduit le nombre de personnes susceptibles de vous chier dessus, vous commencez à relever la tête. Et aux derniers étages, la vue est dégagée.

[Gillian Brousse – Please stand by]
Commenter  J’apprécie          40
DiabolauDiabolau   11 mai 2019
Ce soir, nous vous privons de ce que vous nous avez tous volé. De ce que vous n'avez pas le droit de posséder si nous en sommes privés.
Ce soir, nous vous ôtons votre dernier espoir.

[Gillian Brousse – Please stand by]
Commenter  J’apprécie          40
DiabolauDiabolau   10 mai 2019
Une nouvelle église avait même été sanctifiée au sein de l'usine, austère bâtiment de ciment et de verre où se tenaient des messes chaque jour de la semaine. Plus besoin de quitter le bleu pour aller prier, le bénitier était d'ailleurs là pour se laver les mains avant d'aller communier.
Depuis l'inauguration, le clergé se montrait moins réticent vis-à-vis du travail dominical. Comme quoi, spirituel et matériel arrivent toujours à s'entendre.

[Geoffrey Legrand – Les illusions de Cyprien Eisenberg]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DiabolauDiabolau   10 mai 2019
— Malgré sa haine rance, il reste mon père. Par manque de courage ou par excès de lucidité, je ne parviens pas à rompre le cordon.

[Geoffrey Legrand – Les illusions de Cyprien Eisenberg]
Commenter  J’apprécie          40

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3540 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..