AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707319651
Éditeur : Editions de Minuit (07/09/2006)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Pour se connaître enfin soi-même, il n'est pas de meilleur moyen que de connaître bien son ennemi. Ordinairement, celui-ci ne fait pas mystère de sa personne : on ne voit et on n'entend que lui partout. Mais le narrateur de ce livre va devoir s'employer à débusquer le sien, mort en 1888 et oublié presque aussitôt. Désiré Nisard, critique littéraire académique et compassé, sermonneur versatile, n'en a pour autant pas fini de nuire. Il a pesé de tout son poids sur la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
jmb33320
  30 juin 2019
Bon, maintenant ça commence à bien faire ! Pour qui il se prend ce Chevillard, à toujours faire son malin ? La énième merveille du monde littéraire ? C'est pas impossible avec ses phrases construites façon puzzle… Franchement il pourrait pas plutôt écrire comme Aurélie V*******, qui, elle, sait bâtir une intrigue compréhensible et qui vous fait croire en la bonté humaine ?
Que nous propose-t-il dans ce roman, paru en 2006 ? Purement et simplement d'éradiquer totalement Jean-Marie-Napoléon-Désiré Nisard (1806-1888), l'auteur si respectable d'une monumentale « Histoire de la littérature française » (1844-1861). Et quand j'écris éradiquer, c'est en dessous de la vérité : il imagine toutes sortes de moyens (très inventifs) pour l'éliminer d'abord physiquement, puis d'effacer totalement toute mention de son existence. Mais pourquoi tant de haine ?
J'avoue, je suis accro depuis longtemps aux élucubrations délirantes de Chevillard mais aussi à son style si caractéristique. le sujet apparent de ses romans importe assez peu tant on est assuré de l'y retrouver fidèle à lui-même. Ici une haine pour Nisard, ailleurs des variations sur le goût de la truite meunière VS le gratin de chou-fleur. Beaucoup d'animaux improbables traversent ses narrations, et ici encore c'est le cas.
J'ai bien lu ici et là quelques critiques peu amènes sur son petit dernier, « L'explosion de la tortue », qui n'a vraiment pas fait l'unanimité (pas encore lu en ce qui me concerne, mais son tour viendra !).
Je n'aurais qu'un conseil à l'intention de celles et ceux qui voudraient le découvrir : commencez un de ses romans (les volumes « L'Autofictif » sont plutôt pour les fans hardcore). Si vous êtes sensibles à son univers si particulier, alors vous pourrez en découvrir davantage. Si cette première lecture vous laisse de marbre, inutile de poursuivre : ce qui vous agace, vous le retrouveriez assurément dans ses autres livres !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
vincentf
  25 juin 2010
Ainsi donc, c'était, et c'est toujours hélas, de là qu'ils venaient, qu'ils viennent encore hélas, tous nos maux. Désiré Nisard, voilà donc le nom qui explique tout. Eric Chevillard a trouvé où se cachait celui que l'on nommait métaphoriquement la bête immonde, le diable ou le Mal, et il se donne pour projet pharaonique de le démolir, d'écrire enfin un livre sans Nisard, ce livre tant désiré que nous cherchons tous sans le savoir. le lecteur, qui entre dans le jeu en se léchant les babines, veut bien qu'on le démolisse, cet ignoble individu dont il voit se développer au fil des pages hilarantes du bouquin les méfaits les plus ignobles, qui vont des faits divers les plus sordides au triste Convoi de la laitière, livre insignifiant qui aggrave encore le diagnostique cruel de la puissance de choc de Désiré Nisard. Hommes, mes semblables, mes frères, nous sommes parasités, Nisard pose sa grosse patte velue sur nos corps et nos cerveaux (Chevillard en rajouterait, il ferait, pour décrire l'ennemi, dans l'hyperbole nauséabonde, rajouterait maintes verrues et pustules à la patte nisardienne, il le faut, le bouc émissaire doit dégoûter même les plus dégoûtants des gâteux ; je ne fais que pâlement, sans style, refléter sa hargne). Unissez-vous, gens de tous les pays, armons-nous, armons-nous, armons-nous, enfants de l'Helvétie, le temps est venu (il est trop tard hélas) de démolir Nisard. Chevillard a dressé la liste des supplices, à nous d'en rajouter, de notre cru, et de tous nous y mettre, car Nisard détruit les couples, les élans innocents, les ambitions généreuses et tout ce qui rend le bonheur possible sur cette terre infectée. Nisard, rappelons-le, est la cause de cette statistique bouleversante : "On compte qu'en moyenne, à chaque instant, dans le monde, quatre doigts sur cinq sont fourrés où il ne faut pas". Rejoignons donc l'infortuné Chevillard, allons consoler Métilde, sa veuve, victime de la toute puissance nisardienne, qui a fini par démolir le martyr qui avait voué sa vie à la démolition de Nisard en ne trouvant pour cela qu'un seul moyen, se détruire lui-même en devenant Nisard, car, et c'est là la tragédie de notre pauvre humanité vieillissante, on ne peut, même en le haïssant de toute nos forces, que désirer Nisard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MarianneL
  12 octobre 2013
Jean Marie Napoléon Désiré Nisard, homme politique, écrivain et critique littéraire oublié du XIXème siècle, est la cible de ce roman, dans lequel un Éric Chevillard habité par la rage cherche toutes les manières possibles d'éradiquer toute trace de Nisard.
Pourquoi donc s'en prendre à ce personnage médiocre ? Car Désiré Nisard, dès 1835, outre son opportunisme politique, sa servilité et la platitude de ses écrits, fut le déclinologue de la littérature française, la jugeant depuis la fin du XVIIème siècle irrémédiablement fichue. On pourrait penser Nisard définitivement oublié, mais les traces de son conservatisme étroit sont visibles partout, éteignoir de la fantaisie et l'imagination.
«Vous souhaitez acheter un feutre mou pour avoir un peu plus d'allure, un sombrero pour améliorer votre espagnol, une bombe pour pousser votre cheval dans la plaine, un melon pour ressusciter le burlesque, une casquette pour rajeunir, une cagoule pour que les choses changent, un bibi pour laisser parler la femme, une couronne pour être obéi, un canotier pour vos parties de campagne, un haut-de-forme pour épouser Métilde, désolé, la chapellerie Nisard ne vend que des bonnets de nuit.»
«Dans le pantalon noir, le sexe de Nisard fait une protubérance bénigne qui pourrait bien être cependant la tumeur dont périra le monde. Les bras de Nisard appellent l'étreinte du vide, il le tient embrassé contre lui, dans sa poitrine creuse ; ses doigts égrènent un chapelet, boulier du temps perdu.»
Alors avec son brio et sa fantaisie uniques, Eric Chevillard décline la liste imaginaire des forfaits de Nisard – notamment dans une série de crimes et actions délictueuses commises par ce coupable. Il invente toutes les façons de lui nuire et de l'éliminer, et tente de concevoir l'espace qu'on trouverait dans un livre sans Nisard, mêlant son humour à un hommage brillant à la liberté en matière de création.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
tiri_noiret
  04 août 2017
Du grand Chevillard, qui en somme, en biffant la vie d'un critique du siècle passé, s'ausculte ici et construit sa propre identité. Dans ce style détaché qu'on lui connaît, l'auteur finalement bâtit la biographie de cet ennemi dont il voudrait effacer chacune des preuves de sons existence et nous le révèle presque "en gloire".
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
tiri_noirettiri_noiret   17 octobre 2017
La littérature selon Nisard est un bien triste missel, une école de résignation. Le lecteur y vient tête basse entendre des sermons et des réprimandes. Au moins, sur ce dernier point, dûment corrigé et puni, Nisard n'eût-il pu qu'approuver cet ouvrage. La littérature selon lui énonce la loi morale en vigueur pour l'espèce humaine. Les écrivains sont des guides spirituels, des directeurs de conscience. L'âme égarée ne les consultera pas en vain, ils sauront effectivement la remettre sur le droit chemin... La folie, la fantaisie, la satire, la hargne et le défi, la mélancolie et tous les autres soleils noirs de la poésie ont roulé dans le fossé avec le convoi de la laitière. Ne demeure, planté sur le talus, qu'un épouvantail grimaçant coiffé d'une mitre d'évêque: la littérature selon Nisard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Éric Chevillard (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Chevillard
Payot - Marque Page - Eric Chevillard - L'explosion de la tortue
autres livres classés : nouveau romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15251 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre