AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809710953
Éditeur : Editions Philippe Picquier (05/05/2015)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 81 notes)
Résumé :
Il faut d'abord imaginer ce Grand Nord de la Chine aux si longs hivers, les fleurs de givre sur les vitres et l'explosion vitale des étés trop brefs. Puis Xiao'e, une jeune fille modeste, pas spécialement belle, dit-elle, pour qui la vie n'a jamais été tendre :« j'appartenais à une catégorie insidieusement repoussée et anéantie par d'invisibles forces mauvaises ». Et puis Léna aux yeux gris-bleu et au mode de vie raffiné, qui joue du piano et prie en hébreu, dont le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
Piatka
  24 juin 2015
Le nord de la Chine, Harbin, deux femmes que tout oppose en apparence se rencontrent. Xiao'e, jeune fille modeste née à la campagne après le viol de sa mère sur la tombe de son grand-père, correctrice d'épreuves dans une agence de presse, loue une chambre chez Léna, octogénaire juive, raffinée et solitaire, descendante d'émigrés russes ayant fui la Sibérie pour la Mandchourie pendant la révolution russe.
Voilà sommairement la trame de ce récit qui oscille en permanence entre mélancolie et gaieté, et où les blessures de chacune, progressivement révélées, se répondent en miroir, s'entremêlent pour former un roman attachant, sincère et finalement surprenant. J'avoue avoir trouvé le démarrage un peu lent, sans évolution notoire. Xiao'e, la narratrice de ce récit écrit à la première personne, en perpétuel affrontement avec sa logeuse, me semblait un brin capricieuse et pour tout dire banale. Puis, grâce à Léna, personnage fort et mystérieux, le roman gagne en profondeur et, comme "Les histoires de fleurs dont parlent les femmes sont la plupart du temps teintées de nostalgie", c'est tout un pan de l'histoire des émigrés juifs russes sur cette terre d'asile gelée qui nous est révélée en remontant le fil de la vie de Léna. Ce fut une découverte pour moi, et aussi bien sûr un des grands intérêts du récit.
Il faut, à mon avis, ne pas chercher à en savoir plus et se laisser emporter par l'écriture de Chi Zijian, sa sensibilité, sa justesse de ton, poétique et rythmé à la fois, jusqu'aux incroyables révélations intimes des deux femmes qui, bien au-delà des apparences, m'ont entraînée là où la vie intérieure de chacune palpite, authentique et terriblement solitaire finalement.
Je remercie vivement Babelio et les Editions Picquier pour la découverte de cette talentueuse auteur chinoise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          682
rabanne
  12 avril 2019
Ce n'est que ma deuxième incursion dans la littérature chinoise (après Balzac et la petite tailleuse chinoise). Un roman et une auteure qu'il m'a vraiment plu de découvrir.
Un récit qui entremêle le destin de deux femmes blessées, oscillant entre passé et présent, ville et campagne, âpreté et poésie.
Je me suis laissée porter par ce récit à la fois dramatique et spirituel, historique également (évoquant l'occupation japonaise, l'exil des juifs de Mandchourie), qui parle d'enfance sacrifiée, de deuil, d'amours contrariés, de culpabilité et de folie...
La fragilité des héroïnes m'a touchée, autant que leur complémentarité, leur ténacité et leur sang-froid. Un combat contre la domination masculine, les injustices, la rudesse de ce "Grand Nord" de la Chine. Il y a aussi la place de la foi religieuse, entre tolérance et persécutions, légendes païennes et superstitions ancestrales.
Un livre qui mérite que l'on prenne son temps (et je l'ai pris), celui de l'imprégnation, de la méditation, de la résonance. Bref, un joli moment de lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6625
nadejda
  11 mai 2015
La beauté mélancolique ("La mélancolie a sa beauté, une beauté que l'intéressée doit savourer dans la solitude." remarque la narratrice) et l'intérêt que j'ai trouvé à ce livre plein de poésie, de mystère et d'émotion résident dans la rencontre entre deux femmes que tout semble opposer, issues de milieux totalement différents.

Xiao'e, la narratrice, est une jeune chinoise née à la campagne, elle a fait ses études à Harbin et est correctrice dans une agence de presse où son amie Weina est journaliste. Elle se trouve sans logement et ne peux se permettre un loyer élevé. C'est Weina qui va, pour la troisième fois, lui en proposer un chez une dame âgée qu'elle vient d'interviewer, qui vit seule dans une maison très ancienne anachronique et isolée au milieu de la modernité de la ville d'Harbin avec son supermarché Carrefour, ses tours, le bruit et la pollution.
Lena est une juive russe dont la famille a émigré à Harbin : « Quand éclata la révolution d'Octobre et que les soviets s'emparèrent du pouvoir tsariste, puis que la guerre civile fit rage et que la tempête antijuive ne cessa de s'enfler, certains Juifs qui ne supportaient pas les humiliations fuirent à travers la Sibérie jusqu'en Chine. C'est à cette époque-là que la mère et le grand-père de Léna arrivèrent à Harbin. Léna était encore dans le ventre de sa mère enceinte de six mois. Son père, qui était luthier, avait été tué à coups de pierres à Iekaterinbourg par des antisémites. »
Ce n'est pas sans quelques heurts, dus à leurs traditions et leur éducation éloignées, que va se dérouler leur cohabitation mais elles vont petit à petit se rapprocher.
Les fleurs vont jouer leur rôle d'intermédiaire, elles sont présentes dans toute la maison de Lena et tiennent une grande place tout au long du récit, alliées au déroulement des saisons où l'hiver est prépondérant et aux fêtes qui les scandent.
« Léna avait les doigts verts. Jamais je n'ai vu quelqu'un d'aussi doué pour cultiver les fleurs. Elle associait à merveille le plaisir des yeux et l'utilité. Dans la longue auge de bois sous la fenêtre de la terrasse fleurissaient des soucis, mais en réalité elle y cultivait en même temps de la pimprenelle. Sur l'appui de la fenêtre du salon étaient alignés trois grands pots de terre. Au premier coup d'oeil, on voyait des hortensias rouge vif, des michelias jaunes et des pensées multicolores, mais un examen plus attentif vous faisait découvrir de fines ciboulettes au pied des hortensias, de la menthe cachée parmi les michelias, et des piments du ciel qui rivalisaient de couleur avec les pensées. Sur les étagères à livres s'alignaient les orchidées et la ciboule alliacée. Dans sa chambre, sous les arums rampaient des pélargoniums d'un vert brillant. »
« En décembre, la température descend jusqu'à moins vingt ou moins trente à Harbin. Pour que les légumes ne gèlent pas, j'enroulais mon filet à provisions dans de la bourre de soie. »
Lena cette femme âgée encore très belle, aux goûts raffinés, très attachée à sa religion, va également apprendre à Xiao'e à choisir avec soin ses vêtements, à se mettre en valeur par un maquillage adapté à sa personnalité pour lui montrer que l'apparence sert aussi à sortir de la morosité et à dissimuler les peines.
« (Lena) m'avait préparé un cadeau, une écharpe angora couleur cerise. Elle me dit que l'écharpe sur mon pull blanc ajusté serait comme des fleurs de prunier rouges sur fond de neige. Elle avait enseigné la musique et la peinture, deux arts sans aucun doute intimement liés depuis toujours. Elle qui était passée de l'un à l'autre en avait été imprégnée au point d'être elle-même comme un tableau ou une volée de notes. »
Une complicité va s'établir entre elles et même une certaine tendresse qui les fera se confier l'une à l'autre, leur secret….
Ce roman au ton intimiste parfois bouleversant mais restant pudique, m'a fait découvrir une région de la Chine et un pan d'histoire que j'ignorais tout en me rendant attachant les différents protagonistes. Les hommes sont aussi très présents mais pas toujours à leur avantage comme à travers ce que dit Weina à Xiao'e :
« « Quand il y a de la tendresse dans le regard d'une femme, d'où cela vient-il ? C'est toujours à cause de la flamme que lui manifeste un de ces salauds d'hommes ! Mais souviens-toi que tôt ou tard, cette flamme s'éteindra… Voilà pourquoi une femme intelligente ne doit pas se donner à un homme pour la vie. La femme est une rose, l'homme est l'abeille. Quand il a fini de butiner son pollen, qu'elle n'a plus d'attraits pour lui, il s'envole vers une autre rose. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          556
Annette55
  18 janvier 2019
Imaginons nous transportés à Harbin, au sein de la Chine contemporaine, chef -lieu d'une province de ce Grand Nord, son célébre parc de sculptures sur glace en plein hiver, ses tours et ses embouteillages et même son super - marché Carrefour , sa pollution ...une Chine marquée pourtant par le poids des traditions .
Deux femmes que tout semble opposer se rencontrent .
Elles apprendront à se connaitre , se découvrir , s'apprivoiser , s'apprécier ....
Xiao'e , modeste, pas laide ni particulièrement belle, la narratrice , nous conte les péripéties de son entrée dans la vie active...
Obligée de chercher un nouveau logis pour la 3éme fois , elle trouve une chambre chez Lena , vieille dame au mode de vie raffiné.
ELle a quitté la Russie après la révolution d'octobre , vivant seule , une des dernières descendantes d'immigrés juifs .....
Ancienne prof de musique elle prie matin et soir et joue du piano.
Pourquoi n'avait- elle pas connu l'amour , dotée d'une vie intérieure si riche?
Xiao'e correctrice dans un journal, peine à s'épanouir , à trouver sa voie, à naitre femme.
Le récit des ses rencontres l'oblige à dévoiler une partie de son enfance.
Une relation intime très personnelle se tisse alors entre ces deux êtres si dissemblables .
Elles partagent un lourd secret , un drame , un fardeau oú les fantômes côtoient les ombres et oú les morts reviennent vivants la nuit....oú les blessures et les traumatismes de l'enfance réapparaissent lors des récits entre ces deux solitudes blessées....

J'ai beaucoup aimé ce récit gracieux et tendre, à l'écriture nuancée et délicate oú l'émotion affleure , à la fois poétique, lumineux et mélancolique , désabusé parfois.
Bonsoir-la-rose alterne entre le doux, le questionnement des " esprits " , l'amer de la haine , les souvenirs douloureux , le traumatisme du " souffre douleur " pour Xiao' e qui doit faire son chemin seule dans la grande ville.
Une jolie histoire émouvante d'une infinie délicatesse .
" Je ne veux pas entendre la voix du temps, car pour moi le temps est une rivière à sec où plus rien ne coule . "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          619
pdemweb1
  26 août 2015
Xiao, jeune chinoise matérialiste d'une ville du nord de la Mandchourie, raconte son entrée dans la vie active.
Son emploi, correctrice dans une agence de presse, n'est pas ce qui la préoccupe le plus, mais plutôt sa vie amoureuse et la quête d'un logement.
Le récit de ses rencontres l'oblige à dévoiler son passé et donc bien que Xiao soit matérialiste, elle est obligée de prêter aux morts des sentiments vivants.
Zijian Chi grâce à des digressions, de retours en arrière de la vie de Xiao, a écrit un roman intéressant et émouvant.
Zijian Chi montre la grande solidarité féminine qui permet à Xiao de survivre, et si dans un premier temps; les comportements des hommes de Xiao sont caricaturaux, leur personnalité prend du volume au cours du roman.
"Bonsoir la rose" fourmille de détails de la vie des habitants de Manchourie.
Bien amenée, la fin du roman est inattendue.
Merci Littlecat pour cette bonne idée.
Commenter  J’apprécie          640
Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
rabannerabanne   12 avril 2019
C'est bon de marcher sous la pluie, personne ne s'aperçoit que vous pleurez.
Commenter  J’apprécie          237
rabannerabanne   11 avril 2019
Weina était en train de boire. Les paroles de Linlin la firent pouffer de rire et elle m'aspergea de vin rouge, si bien que mon pull blanc fut décoré de fleurs de prunier rouges.
Commenter  J’apprécie          214
rabannerabanne   10 avril 2019
Elle comprit sûrement, à mon regard admiratif, qu'elle était d'une beauté saisissante, car je vis passer dans ses yeux un éclair d'ivresse. Cependant, elle dit avec quelque ironie : "En fin de compte, impossible de rivaliser avec la jeunesse. Chez toi, le fond est bon, et quatre à cinq minutes suffisent pour te rendre resplendissante. Moi en revanche, il me faut tout ce temps sans parvenir à dissimuler mon air de vieille dame."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
rabannerabanne   12 avril 2019
Qui ignore le repentir ne verra jamais se lever l'aurore dans l'autre monde.
Commenter  J’apprécie          50
rabannerabanne   11 avril 2019
La première fois qu'il m'a prise, il n'était pas dans le vif du sujet depuis trois minutes que déjà il en sortait. Mon corps le mettait en feu, en clin d'œil il a fait boum !
Commenter  J’apprécie          65
Videos de Zijian Chi (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Zijian Chi
Payot - Marque Page - Zijian Chi - Bonsoir, la rose
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
64 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre
.. ..