AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782360570676
216 pages
Asiatheque (22/10/2015)
3.75/5   34 notes
Résumé :
Momo, une jeune esthéticienne réputée mais solitaire et marginale, vit à T-Ville, cité sous-marine d'un futur proche où la surface de la Terre est devenue inhabitable. Elle propose à ses patients de leur appliquer sur la peau une M-Skin : une membrane extraordinaire qui permet de protéger parfaitement la peau contre les agressions extérieures. Ce que Momo ne révèle pas à ses patients, c'est que grâce à la M-Skin, elle connaît tout de leur intimité la plus profonde e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,75

sur 34 notes
5
3 avis
4
8 avis
3
3 avis
2
3 avis
1
0 avis

Stelphique
  22 mars 2017
Ce que j'ai ressenti:…Une jolie découverte…
J'ai grandement apprécié L'avant-propos et la Postface qui accompagne ce texte, car il permet de mieux comprendre l'oeuvre, de la situer dans le temps et la polémique sociale. Membrane est un petit texte de science-fiction, qui nous fait découvrir un univers alternatif, mais surtout qui nous parle des dérives du progrès scientifique. Près de 20 ans, ce sont écoulées depuis l'écriture de ce texte, et il n'en reste pas moins que ce jeune homme avait déjà pressenti les problématiques du monde à venir, et qu'il a encore des accents de vérités dans notre présent.
« (…) mais les experts étaient très clairs: quand bien même, les humains arriveraient à réduire la pollution atmosphérique , cela ne ferait tout au plus que freiner la dégradation de l'environnement, on ne pouvait pas l'éradiquer… »
Il y a une certaine poésie qui se dégage de ce texte, mais surtout de grands combats qu'on devine derrière ces lignes. C'est toujours intéressant de découvrir dans la littérature, un autre pays, d'autres pensées, la manière de les exprimer. Dans les textes asiatiques, il y a toujours cette douceur, cette pudeur, qui ressort, et ici, les métaphores employées mettent en valeur, la force de l'engagement de cet auteur Taiwanais.
« Pourquoi était-on obligé de grandir?
Pourquoi existait-il dans le monde des hommes des règles de vie aussi tyranniques? »
C'est une lecture qui ouvre sur les frontières, autant virtuelles que réelles, qui nous fait toucher du doigt une membrane flexible, où la tolérance prend toute sa place… Rien n'est plus pareil dans ce monde post-apocalyptique, et pourtant, il se dégage comme un plaidoyer sur l'Identité, la perception de ce qui fait de nous, un humain, comme l'ultime couche d'espoir qu'on étalerait sur nos peaux, à la manière de la M-Skin…

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Myrinna
  11 août 2018
Je suis tombée par hasard sur ce court roman intitulé « Membrane » de Ta-Wei Chi. Intéressant à plus d'un titre, l'auteur fait passer des messages engagés à travers la fiction : l'homosexualité, l'écologie et la politique. Thème d'autant plus d'actualités sur le réchauffement climatique. L'auteur est assez visionnaire même si son écriture est assez étrange et assez osée. Espérons que les hauts dirigeants vont se réveiller à temps.
Commenter  J’apprécie          170
Distact
  31 janvier 2018
On découvre Momo, une jeune femme esthéticienne, qui a un passé difficile dû à une grosse opération et qui la pousse à s'interroger si elle est vraiment entière, si son moi intérieur est intègre etc… A travers son quotidien, elle se remémore son passé et nous le fait découvrir.
Il y a une certaine poésie dans ce roman, de la sensualité et aussi de l'espace, une espèce de vide volontaire.
C'est un roman très particulier que j'ai découvert là. Je m'attendais à de la science-fiction, de notre civilisation forcée de trouver refuge sous l'eau en raison des guerres et de la dégradation de l'environnement nécessaire à la survie de notre espèce.
Tout ça en fait partie, il est vrai, mais c'est bien plus encore. C'est aussi un plaidoyer en faveur du genre humain à travers le personnage principal. Quand je parle de genre je pense au genre masculin et/ou féminin ; en moins de 200 pages l'auteur nous parle de la difficulté de l'identité sexuelle et il arrive à nous faire poser de nombreuses questions où il n'apporte pas forcément les réponses mais il nous pousse à nous interroger. C'est une nouvelle longue mais tellement riche et je dois avouer que c'est le genre d'ouvrage qu'on peut lire plusieurs fois et qui apporte à chaque fois de nouveaux questionnements et de nouvelles pistes à explorer.
Il y a un avant-propos écrit par l'auteur qui nous parle des conditions et du contexte dans lesquelles il a écrit ce roman et aussi une postface ; les deux sont nécessaires à la compréhension et au but poursuivi de l'auteur.
Une nouvelle qui ne m'a pas laissé insensible et m'a entrainé vers de nouveaux horizons insolites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
eterlutisse
  08 novembre 2015
Membrane est un court roman de SF, qui se déroule dans une cité sous-marine, dans les années 2100. de nombreuses références historiques et culturelles rattachent ce monde au nôtre le rendant très réaliste. Il a été écrit dans les années 1990, aussi semble-t-il se rapprocher tout doucement d'une uchronie.
Ce micro-univers prospectivé par Chi Ta-wei, est connecté au nôtre. Cette "ville-dôme" n'est ni une utopie ni une dystopie, c'est un reflet de notre époque, de l'anticipation de l'intensité d'un film comme Her dont il partage certaines thématiques. Pourtant c'est aussi un monde post-apocalyptique, la surface de la Terre est entièrement brûlée par les UV, mais finalement le lecteur ni passe que peu de temps aussi ce n'est pas l'impression qui domine.
Avec Membrane, on réfléchit sur l'Identité, la réalité, la conscience de soi, la relation à l'autre...
La mémoire est un thème traité de manière originale. Certains passages de la vie de l'héroïne, Momo, lui reviennent. Ils sont relus par le lecteur à l'identique, à différents moments du roman, par fragments, réorganisés,...: Comme des boucles dans lesquelles Momo serait enfermée incapable de comprendre. On a toujours un temps d'avance sur elle, on sait ce qui lui arrive, on l'observe débrouiller les fils de son histoire, nous rejoindre et puis de nouveau on s'éloigne d'une révélation de plus.
La Réalité se desquame peu à peu jusqu'au Réel.
Chi Ta-wei est un auteur dont je vais suivre les traductions assidûment !
Il fait appel à tous nos sens, il les effleure, nous masse l'imaginaire.
Lien : http://baobabcity.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
terrystad
  05 juin 2022
L'image de couverture des éditions du « Le livre de poche » de 2015 et 2017 me semble raciste. L'auteur taïwanais n'y est probablement pour rien.
En effet, l'histoire se déroule dans un futur hypothétique asiatique (personnages d'origines taïwanaise, japonaise, indienne).
La 1ere version du roman a été édité en 1996 et a probablement été écrit entre 1990 et 1995. Ce qui en fait un précurseur du thème « identité de genre » enfin plus présent aujourd'hui (2022).
À travers cette oeuvre, L'auteur critique, d'une part, la pensée militarisante de nos sociétés et, d'autre part, destructive de notre écosystème.
J'ai adoré.
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
Sceneario   17 mars 2017
Une très intéressante découverte, qui se lit, d'ailleurs, assez vite, agrémentée par une préface et une postface vraiment éclairantes !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
StelphiqueStelphique   21 mars 2017
(...) mais les experts étaient très clairs: quand bien même, les humains arriveraient à réduire la pollution atmosphérique , cela ne ferait tout au plus que freiner la dégradation de l'environnement, on ne pouvait pas l'éradiquer...
Commenter  J’apprécie          160
Fanfan-DoFanfan-Do   20 février 2022
Même si, dans leur lutte pour s’approprier les plateaux continentaux et les fosses sous-marines, les grandes puissances de ce monde n’avaient pu se résoudre à abandonner leurs grandes réalisations de la surface, toutes les œuvres terrestres connurent le même destin que celui de la Grande Muraille de Chine : ces dispositifs colossaux d’oppression des peuples devinrent de simples attractions touristiques ! Leur majesté absurde n’était plus que le symbole narquois d’une gloire révolue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
laurannslauranns   22 janvier 2017
Elle n'aimait tout simplement pas les complications sentimentales qui découlaient d'une relation charnelle.
Elle avait peur que ce genre de relation ne la lasse, ne la déçoive ou ne la désillusionne . Peut être que ce qui méritait l'appellation tendre d'amour vrai mourait toujours prématurément. Elle savait très bien la douleur que cela provoquait d'en être dépossédée, elle ne prendrait plus ce risque.
Cette douleur, elle l'avait déjà endurée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Fanfan-DoFanfan-Do   20 février 2022
C’est si ennuyeux de vivre sous une membrane de cire, pensait Momo, si seulement je pouvais passer à travers la surface de l’eau, retourner sur ce continent originel, respirer un autre air que celui des climatiseurs d’ici et voir cette étoile tristement célèbre qu’est le soleil.
Commenter  J’apprécie          00
GeminiGingerGeminiGinger   08 avril 2017
Il suffisait que Momo enfile sur son corps nu la M-Skin d'un de ses clients pour que les informations contenues dans la M-Skin s'encodent grâce au scanner dans la peau de Momo. Elle pouvait ainsi goûter à toutes les sensations vécues en une semaine par un autre individu.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : littérature taïwanaiseVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Ta-Wei Chi (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4059 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre