AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246769118
192 pages
Éditeur : Grasset (07/04/2010)

Note moyenne : 4/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Une jeune femme, à la suite d’un divorce, est en grand désarroi. Ses parents la confient à un thérapeute qui lui promet guérison et bonheur rapides. Il pratique " la thérapie de l’esprit " et semble au-dessus de tout soupçon. Hésitante, elle se rend au premier entretien. En quelques semaines, ce thérapeute lui devient indispensable. Un piège infernal se referme sur elle. Au fil de séances facturées à un tarif scandaleux, soumise à un régime de " séduction-épuisement... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
claraetlesmots
  27 avril 2010
Ce livre s'ouvre sur les lignes suivantes :
Le ciel était sale, le jour où je me suis rendue pour la première fois chez Victor Grandier.
Elle venait de mourir. Il m'avait quittée. On me méprisait.
La voiture m'a crachée sur un trottoir.
Une cloche a tinté.
J'ai monté des marches, l'oeil sec et le coeur cassé.
J'allais sur mes vingt-six ans. J'avais tout. Et je n'étais rien.
D'emblée, ce style d'écriture m'a plue. La suite de l'histoire pourrait s'intituler manipulation psychologique, la descente aux enfers qui vous déleste au passage de beaucoup d'argent…
La narratrice, une jeune femme, est déboussolée. Son mari vient de la quitter car il a appris qu'elle avait un amant. Ce dernier l'a également plaquée. Sa grand-mère vient de décéder lui léguant une forte somme d'argent. Sur le fil de la dépression, sa vie part à vau-l'eau. Sur les recommandations d'un ami de son beau-père, elle va consulter Victor Grandier, un thérapeute qui lui promet la guérison et le bonheur. Il lui propose une méthode qu'elle doit suivre au pied de la lettre…
Elle devient une proie facile sans défense pour le thérapeute.
On assiste à son manège fort bien rôdé de Victor Grandier. Il la met d'abord en confiance et lui donne de l'importance. Et surtout sa méthode est de se dévouer pendant trois semaines nuit et jour pour qu'elle aille mieux. Elle doit le consulter tous les jours pendant de longues heures et se plier à ses exigences : couper contact avec sa famille, n'écouter que lui. le tout moyennant de grosses sommes d'argent évidemment Et là, on se dit que ce n'est pas possible, qu'elle va réagir !
Mais non, car elle est « sa chose » et qu'elle est vulnérable.
Il devient son gourou et surtout il sait se rendre indispensable.
Lavage de cerveau, manipulation psychologique …En un peu plus d'un an, elle va dépenser pratiquement 200 000 Euros en consultation. . Mais le bonheur n'a pas de prix comme la possibilité de recommencer une nouvelle vie. Au fur et à mesure, il abat les dernières barrières qu'elle pouvait avoir et il l'entraîne dans des idées délirantes de Diable, de bon/de mauvais.
Sarah Chiche décrit les dérives sectaires de certains thérapeutes qui promettent monts et merveilles. Elle glisse le lecteur dans la peau de la personne fragilisée et nous aussi on s'échoue… C'est bien écrit, on se plonge dans ce livre et on en ressort scotché !

Lien : http://fibromaman.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   25 août 2020
Écoutez-moi bien, il y a trois degrés dans l’emprise démoniaque, lui dit-il. L’homme attaqué par la tentation jouit encore de son libre arbitre mais le démon met tout en œuvre pour le corrompre et l’assujettir en agissant sur ses passions. Vous n’en êtes déjà plus là. Vous êtes la proie d’une obsession démoniaque. Pour le moment, Satan se tient encore en dehors des frontières de votre corps. Mais il a envahi votre esprit d’images importunes et de pensées obsédantes, raison pour laquelle vous vous opposez soudain à mon aide. Les douleurs que vous ressentez m’inquiètent. Le Malin veut vous rentrer dans le corps. Il veut vous posséder entièrement.

Elle n’en crut pas un mot. En peu de temps pourtant, sa mémoire se mit à lui jouer des tours. Elle se sentit faible, prise de maux de tête étranges. Ses sens s’étaient déréglés. Toute lumière lui agressait les yeux. Le soir, des images qui avaient la texture du rêve l’assaillaient. Des voix perdues l’appelaient. Elle fermait les paupières et tombait poings fermés, mâchoires
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 août 2020
Elle a quinze ans. Elle a dix ans. Elle a trois ans. Elle n’a plus d’âge et plus de corps et elle rit aux éclats en se jetant dans leurs bras. Les morts parlent par sa bouche, elle leur fait la conversation, efface les querelles, réconforte sa grand-mère, danse à n’en plus finir dans les bras d’une mère jeune, se roule dans l’herbe avec ses cousins, dévale les pentes du parc en bas duquel les attendront toujours, sur une nappe blanche, brioches, pains au lait, glaces et orangeades, fait dans les bois mille cabanes, s’écorche les genoux contre l’écorce des arbres, se gave de cerises et couche sa tête sur l’herbe tendre, devant la fontaine aux amours, pour regarder à travers les branches du saule le ciel piqué d’étoiles. C’est bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 août 2020
Il avait la science des astres et parlait des dialectes rares. Il revendiquait trente ans de pratique et des patients venus du monde entier. Il avait soigné des personnes en grave dépression, permis à des couples en crise de se réconcilier, sauvé plusieurs adolescents du suicide, des femmes de l’alcoolisme et tiré d’affaire des toxicomanes. Il n’avait jamais songé à publier ses travaux. Ni la renommée ni la gloire ne l’intéressaient. Il cultivait la solitude. Seul l’animait l’amour de son prochain. Il avait, lui dit-il, la clé pour lui permettre de guérir rapidement de toutes ses souffrances et la rendre heureuse. Une méthode révolutionnaire. Une thérapie d’avant-garde, efficace et infaillible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 août 2020
Certaines personnes ont une sainte horreur des hôpitaux. I. et M. étaient de ceux qui se montrent toujours suspicieux face à la médecine. Il ne leur vint donc pas à l’idée de la conduire chez un psychiatre. Ils lui firent garder la chambre, lui donnèrent à boire tisanes et délicieux bouillons, et la supplièrent de ne plus aller chez Victor Grandier. Sur ses conseils, elle leur mentit : depuis longtemps déjà, elle ne le voyait plus. Ils insistèrent pour qu’elle se réconciliât avec sa famille. Les mots de Victor Grandier envahirent sa bouche. Elle menaça I. de rompre. Ni lui ni sa mère ne l’interrogèrent
plus sur les causes de cette brouille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 août 2020
Elle se mit à prier avec ferveur. Se consacrer aux autres lui parut tout à coup le seul but de l’existence. Elle partagea son repas avec de pauvres gens, s’assit dans la rue à leur côté et se cloîtra dans l’étude, voulant être en tous points la meilleure, la plus pure. Mais son amant lui manquait. Chaque
fois qu’elle se regardait dans la glace, elle se figurait qu’un jour O. poserait à nouveau ses mains sur sa peau. L’écart entre ce que nous sommes et ce que nous croyons être est inouï. Elle ne put résister à l’envie d’écrire à son amant pour lui raconter à quel point elle était devenue raisonnable et gentille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Sarah Chiche (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sarah Chiche
En duplex de Londres – Lecture par Sarah Chiche
Rencontre animée par Marie-Madeleine Rigopoulos - Interprète : Marguerite Capelle
Lauréate du prix Femina étranger 2020 pour son diptyque autobiographique, Deborah Levy nous livre, avec Ce que je ne veux pas savoir et le coût de la vie, un puissant récit sur l'émancipation féminine, l'écriture, l'amour et la maternité. Dans le premier volet, Deborah Levy fuit à Majorque pour réfléchir et se retrouver, et pense à l'Afrique du Sud, ce pays qu'elle a quitté, à son enfance, à l'apartheid, à son père – militant de l'ANC emprisonné –, aux oiseaux en cage, et à l'Angleterre, son pays d'adoption. À cette adolescente qu'elle fut, griffonnant son exil sur des serviettes en papier. Dans le second volet, elle est une anglaise de 50 ans qui s'est aménagé un cabanon pour écrire, seule boussole dans une vie qui peine à trouver une direction après la mort de sa mère. L'ellipse sur les décennies qui ont constitué son mariage n'est pas tout à fait anodine tant elles lui ont coûté.
À lire – Aux Éditions du sous-sol : Deborah Levy, Ce que je ne veux pas savoir et le Coût de la vie, trad.de l'anglais par Céline Leroy, 2020.
+ Lire la suite
autres livres classés : manipulationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox