AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782702158562
400 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (21/09/2016)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Des déserts glacés du Dakota du Sud à son ancien bureau de la 110e unité de police de Washington DC, la route est longue et semée d'embûches pour Jack Reacher.
Mais après avoir expédié au tapis deux individus qui lui conseillaient de filer s'il ne voulait pas être traduit en cour martiale, Reacher, intrigué et séduit, pousse enfin la porte du bureau de celle dont il ne connaît que la voix, le major Susan Turner. Et là, surprise : il tombe sur le lieutenant-c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
BlackKat
  03 octobre 2016
J'ai une bien triste nouvelle à vous annoncer!
Jack Reacher est atteint de sénilité précoce ou d'un grave Alzheimer!
Rendez-vous compte! Il ne se souvient pas d'avoir tabassé à mort un homme, seize ans plus tôt… ni même avoir eu une liaison avec certaine Candice Dayton qui aurait porté ses fruits. Jack Reacher serait papa mais l'ignore!
Naaan, je vous rassure, c'est une fausse alerte, Jack Reacher est pleine possession de ses moyens mais il devrait faire attention à ses fréquentations!
Vouloir rencontrer Susan Turner, la responsable actuelle de son ancienne unité, la 110ème spéciale, juste par envie d'un dîner parce que charmé par sa voix au téléphone, le plonge dans d'infinis tracas qui le rappellent sous les drapeaux avec menace d'une Cour Martiale à la clef, entr'autres… Et pas de dîner, Susan est sous les verrous…
Une aventure que Jack Reacher va vivre en duo, pour une fois! Avec un alter ego féminin à la hauteur des talents de notre ancien militaire, même si la Miss Susan a davantage d'états d'âme et de problèmes de conscience… Mais à la guerre comme à la guerre, tous les coups sont permis pour se sortir d'un piège qui risque de leur coûter au mieux leur carrière et au pire, la vie!
Un très très bon opus de notre ami Lee Child! Je ne peux pas dire le meilleur, n'ayant point encore tout lu mais, en tout cas, d'excellente facture! Ce retour dans l'ambiance, la hiérarchie et le carcan rigide de l'armée s'accordent intimement avec le tempérament de notre duo Jack-Susan. Certains aspects de la personnalité de Jack Reacher sont un pur produit de sa carrière sous les drapeaux et reprendre du service ne semblent qu'une formalité tant il donne toujours l'impression de ne l'avoir jamais quitté!
Mais là où il s'est affranchi du poids de ses galons et de la chaîne de commandement, Susan lui rappelle qu'un soldat ne peut pas être un électron libre… mais ne doit pas pour autant cesser d'utiliser sa matière grise! Car un militaire, c'est une force, un physique, une arme… mais aussi un cerveau et une conscience.
J'ai beaucoup aimé les joutes verbales entre ces deux-là et leur complicité dans l'élaboration des stratégies et dans l'action. Et il en faut pour résoudre ces trois affaires sans laisser de plume!
Une petite romance pour adoucir le tout et envisager que Jack Reacher, ce grand baraqué solitaire, est père, donne lieu à des scènes tendres mais surtout à quelques confrontations assez comiques.
La plume de Lee Child est toujours aussi bien affûtée, appuie la précision et l'efficacité de l'action par un jeu subtil de répétitions, reste toujours aussi précise dans la géographie des lieux et les scènes d'action. Son écriture est très visuelle et tellement riche de détails et de réflexions que ces deux qualités habilement utilisées empêchent de se cantonner à un thriller superficiel de pure castagne ou de se perdre dans l'ennui de trop de raisonnements intérieurs des personnages.
Le résultat en est donc un nouveau thriller passionnant, plongeant dans les trafics, le profit et exploitations des zones de guerre, dans la volonté d'anéantir les « empêcheurs de tourner en rond » et dans un jeu de cache-cache captivant.
Avec plus d'une vingtaine de romans à son actif, Lee Child n'est plus un novice, il maîtrise parfaitement son personnage récurrent sans jamais me lasser, jusqu'à présent. Il sait se renouveler au niveau des intrigues, celles-ci sont toujours fouillées et passionnantes. Il reste fidèle au caractère de Jack Reacher, tout en étoffant son vécu et ses émotions.
Et perso, je reste fidèle également…
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
vincent34380
  11 octobre 2016
Jack Reacher, héros récurrent de Lee Child, est un ex-officier de la police militaire dont le quotidien consiste en une suite quasiment ininterrompue d'affrontements physiques avec des malfaisants de tout acabit. Il n'a pas d'adresse fixe, ni de bagages, sauf sa brosse à dents pliante. Il parcourt le pays en auto-stop (à l'occasion en bus Greyhound) et mange dans des « diners » bon marché. « C'était pas cher, et ça ne m'a pas tué ».
Il a un don certain pour se mettre dans les ennuis, et s'en sortir à son avantage, moyennant la distribution gracieuse de quelques horions.
Reacher est en Virginie du Nord pour enfin rencontrer le Major Susan Turner, maintenant commandant de son ancienne unité. Il ne connaît que sa voix, n'ayant eu avec elle que des échanges téléphoniques, une sorte de flirt à distance, lors d'aventures précédentes.
Au motel où il réside, deux types se présentent à sa porte et lui enjoignent de quitter la ville, à moins qu'il ne veuille être traduit en cour martiale sous le motif qu'il aurait discrédité son unité ! Mais Reacher n'est pas homme à se laisser intimider. Au terme d'une séance de baston dont il a le secret, rapide et efficace, il se débarrasse des deux fâcheux.
« le type sur la gauche tanguait comme sur un bateau. Celui sur la droite chancelait en arrière. Tout déséquilibré, le type de gauche se tenait sur les talons, le torse exposé. Reacher lui décocha une droite genre coup de gourdin au plexus solaire, assez forte pour lui couper le souffle, assez douce pour ne pas causer de lésions neurologiques durables. le type se replia sur lui-même, s'accroupit, et agrippa ses genoux. Reacher passa à côté de lui et s'attaqua au type de droite, qui le voyait venir et lui décocha une faible droite de son cru. Reacher la contra avec l'avant-bras gauche et en remit une couche dans le matraquage en plein plexus.
Le type se plia en deux, tout pareil.
Ensuite, il fut assez facile de les faire pivoter pour qu'ils regardent dans la bonne direction puis, d'un coup de semelle de grosse chaussure, de les pousser vers leur voiture, d'abord l'un, puis l'autre. Ils la heurtèrent tête la première, plutôt violemment, jusqu'à cabosser les portières, s'étalèrent et restèrent allongés par terre, haletants mais encore conscients.
Une voiture cabossée à justifier et des maux de tête le matin. Rien de plus. Plutôt clément vu les circonstances. Charitable. Attentionné. Délicat, presque. »
Au Q.G de son unité, les ennuis commencent : Susan Turner n'est pas à son bureau. A sa place, le colonel Morgan, qui explique à Reacher qu'elle est suspectée de fraude, possédant un compte aux Iles Caïman crédité de 100.000 dollars. Elle est emprisonnée et mise au secret. Pour Jack, cette explication est insuffisante. Il insiste pour la voir, ce qu'on lui refuse.
Comme par hasard, il se trouve bientôt accusé d'un homicide qu'il aurait commis 16 ans auparavant, et d'une recherche en paternité pour une jeune fille de 14 ans, née d'une femme qu'il ne se rappelle même pas avoir connue.
De plus, à cause de renvois en tout petit caractères, au bas d'un formulaire qu'il avait signé lors de son engagement, et qui stipulent qu'il peut être rappelé dans un certain délai, Reacher se retrouve réintégré dans l'Armée, et donc contraint d'obéir aux ordres.
Ça commence à faire beaucoup pour Jack qui y voit là une volonté délibérée de le mettre à l'écart. Pour libérer Susan Turner, il va lui-même se laisser incarcérer et manoeuvrer pour être placé dans une cellule contiguë. Au moyen de quelques ruses et subterfuges, agrémentés de plusieurs plaies et bosses, les « enfermants » se retrouvent enfermés, et les ex-enfermés prennent la clef des champs.
Les deux majors de la police militaire, l'ancien et la nouvelle, vont se retrouver embarqués dans un sacré imbroglio, sur fond de trafic d'armes et de drogue dans lequel sont impliqués la D.E.A (Agence Anti-Drogues), et des militaires de très haut rang. Une fois leurs forces mises en commun, Turner et Reacher font faire la preuve de leur efficacité.
Tout au long de leur périple à travers les Etats Unis, leurs déplacements font l'objet de plusieurs échanges téléphoniques entre deux mystérieux individus. Juliette et Roméo, probablement des noms de code, ont l'air particulièrement bien renseignés sur le parcours des fugitifs, ce qui laisse supposer des fuites dans la chaîne de commandement.
Au contact de Turner, Reacher va s'ouvrir un peu et dévoiler au lecteur un peu de son passé, des choses qui font de lui l'homme qu'il est devenu. On le découvre dans ce roman sous un jour un peu différent, mais toujours aussi déterminé et ne reculant pas devant la violence gratuite en plusieurs occasions.
En revanche, il se trouve curieusement attendri devant Samantha, cette jeune adolescente qui pourrait être sa fille et en qui il veut se reconnaitre un peu. Leur rencontre, complètement inattendue est l'occasion de belles pages, qui nous font voir un Reacher un peu moins monolithique et enfin plus humain.
L'auteur nous capte dans les filets de son histoire, entre Virginie et Californie, avec moult rebondissements et retournements de situation. Et dans ce panier de crabes militaro-politique, Reacher et Turner naviguent avec une aisance confondante, l'intuition de l'une s'ajoutant à la force de l'autre.
Lee Child est un véritable « storyteller », qui pimente son récit de pas mal de touches d'humour. A ce propos, la description physique de Reacher vaut son pesant de cacahuètes.
« La puberté lui avait apporté des améliorations sans qu'il ait rien demandé, dont sa stature, son poids et un corps extrêmement mésomorphe, avec des abdos découpés comme une rue pavée, des pectoraux dignes d'épaulières de football américain, des biceps comme des ballons de basket et de la graisse sous-cutanée de l'épaisseur d'un Kleenex. Il n'avait jamais rien trafiqué. Ni régimes. Ni haltères. Ni club de gym. « Si ce n'est pas abîmé, on ne répare pas », tel était son point de vue. »
Reacher prend parfois quelques libertés avec la légalité, comme le montre l'emprunt d'un cabriolet Chevrolet Corvette, et de la modique somme de 80.000 $ à un dealer de drogue. Il n'en avait plus l'utilité, vu qu'il était mort dans l'incendie de son labo.
« – Il n'en a plus besoin. Et nous n'avons plus que quatre-vingt-huit cents. »
A noter le petit clin d'oeil à destination d'un confrère : l'usurpation d'identité et l'utilisation frauduleuse d'une carte de crédit au nom de David Baldacci, auteur de thrillers bien connu, qui serviront à couvrir et financer la fuite de Reacher et de sa compagne.
Aux grincheux qui me diront « Oui, on a lu cent fois cette histoire », je répondrai : c'est vrai, mais que voulez-vous, j'aime Jack Reacher! Comme j'aime Dave Robicheaux, Walt Longmire, Harry Bosch ou Jack Taylor. Je suis attaché à ces personnages, et qu'importe si la qualité des romans est inégale, c'est un vrai plaisir, chaque fois renouvelé, de les retrouver, comme on retrouve de vieux amis.
Ce roman, 18ème de la série, n'a pas dérogé à la règle. Je ne vais pas crier « Géniaaaal!!! », ni au coup de coeur, mais il m'a permis de passer un très bon moment d'évasion et de détente sans prise de tête, en compagnie de Jack.
Et c'est bien là le principal!


Lien : https://thebigblowdown.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mermere
  17 octobre 2016
Je remercie Babelio et Castermann Levy pour l'envoi de ce livre dans le cadre de la Masse critique.
Lire ce livre n'a pas été simple : reçu une semaine avant la naissance de ma seconde fille, j'ai bien cru que je n'arriverai jamais à le lire dans les délais impartis. Pas facile de trouver un moment pour lire entre deux changes de couches, de câlins pour endormir bébé ou pendant un temps calme où on aspire qu'à une chose : dormir ! Et pourtant, comme Jack Reacher, j'ai réussi moi aussi une mission impossible, j'ai fini ce roman dans les temps et j'en suis pas peu fier tant ce n'était pas gagné.
Il faut être clair : le succès de cette mission est en partie dû au roman en lui-même qui m'a grandement aidé. Honnêtement, quand j'ai vu que le roman avait été adapté au cinéma et interprété par Tom Cruise, je me suis dit "dans quelle galère tu t'es fourré là ? ça va être illisible ce truc". Et bien je me suis complètement trompé, ce livre est excellent, vraiment.
Jack Reacher revient d'on ne sait où (peut-être les tomes précédents pourraient nous éclairer là-dessus ?) et veut absolument rencontrer Turner, la nouvelle commandante de la 110e unité (poste qu'il avait lui-même occupé pendant des années), juste parce qu'il a eu une conversation chaleureuse avec elle au téléphone. le problème c'est qu'à son arrivée dans le bâtiment de la 110e à Washington on lui apprend que Turner a été arrêtée pour une histoire étrange. Reacher lui-même se retrouve épinglé et accusé de deux faits dont il se sait innocent. Commence alors une course poursuite à travers les Etats-Unis pour faire éclater la vérité.
L'histoire est très prenante et sans temps morts. J'aime beaucoup les scénarios dans lesquels un innocent doit prouver son innocence justement alors que tout l'accuse (ici le FBI, les militaires). Petit à petit, au fil du roman, Jack Reacher va devoir remettre en place les pièces du puzzle afin de démontrer qu'il s'agit d'un complot. L'histoire est assez complexe mais bien construite avec l'intégration au récit des conversations entre les deux tenants du complot (Romeo et Juliet) pour qu'on puisse savoir où en sont les poursuivants de Jack. le scenario est vraiment bien ficelé et les motivations du complot n'apparaissent vraiment qu'à la toute fin.
Le personnage de Jack Reacher est tout simplement génial. Difficile d'imaginer Tom Cruise dans ce rôle d'ailleurs (ne serait-ce que par la taille !). Pour ceux qui ne connaissent pas, Reacher c'est le militaire infaillible, qui réussit tout ce qu'il entreprend. Sûr de lui, précis, plein d'humour et de répartie, c'est vraiment un personnage à part. Quand il se bagarre, on sait déjà qu'il va gagner, il n'est jamais blessé parce qu'il analyse tous les coups de l'adversaire à l'avance et parce qu'il place ses coups de façon très précise. Reacher anticipe tout, calcule tout (il passe le roman à faire des statistiques sur les probabilités de tel ou tel fait) et ses combats sont à mourir de rire : honnêtement j'ai rigolé tout seul sur mon livre lors du combat contre les 8 bouseux de Virginie au pied de l'hôtel. Une vraie scène d'anthologie, pleine d'humour et d'action. Reacher est vraiment très drôle, même dans sa façon de répondre aux militaires (gradés ou pas), aux policiers ou à sa compagne d'aventure, Turner. Les dialogues sont savoureux et j'ai vraiment été surpris par l'aisance de Reacher et notamment par sa façon de se foutre ouvertement de la gueule de ses supérieurs. Reacher n'a peur de rien ni de personne. On est dans le bon film d'action à l'américaine où le héros réussit tout ce qu'il entreprend (Reacher ne se fait pas blesser une seule fois dans l'histoire, même contre l'horrible Shrago aux oreilles découpées en hexagones !) : pas sûr que le film me plairait justement, mais dans l'écriture c'est très bien fait et très bien amené.
Je n'avais jamais lu de romans de Lee Child et j'ai été vraiment très agréablement surpris par son style d'écriture. Pas ou peu de descriptions, on est dans l'action mais tout semble écrit au millimètre près, tout est calculé, précis, direct même les dialogues sont acérés comme des couteaux. J'ai adoré ce côté carré (moi qui suis pourtant un littéraire, et oui !).
J'ai passé un très bon moment à la lecture de ce livre. Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde et j'avais même hâte de retrouver mon roman dans les rares temps calmes dont je pouvais profiter. Si le côté "film amerloque avec Tom Cruise" vous fait peur comme moi je vous conseille malgré tout ce livre dont le style d'écriture, l'action et l'humour valent le détour et méritent vraiment d'être découverts. Bien sûr si vous cherchez des livres d'action avec une histoire d'amour et de sentiments, passez votre chemin, parce que la relation entre Turner et Reacher ne réserve pas beaucoup de surprises ou de romantisme... C'est un livre d'action mais un bon livre d'action !
Bonne lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sharon
  15 octobre 2016
Ce livre est la dix-septième aventure de Jack Reacher – et j'ai renoncé à compter combien j'en ai lu. Avantage : Jack voyage beaucoup et nous permet de découvrir toutes les facettes de l'Amérique, qu'elle soit profonde ou huppée. Aujourd'hui, après maints détours, le voici enfin revenu chez lui – c'est à dire au 110e régiment. Non, il ne veut pas réintégrer l'armée, même si le bureau qu'il a cabossé est toujours à sa place. Il veut rencontrer Susan, son successeur. Il tombe mal : elle vient d'être arrêtée. de plus, il est mis en accusation pour deux affaires différentes, dont il ne se souvient même plus des protagonistes. L'armée est magnanime, et lui fournit deux avocates pour lui permettre de plaider coupable. le système judiciaire américain est fabuleux.
L'armée américaine aussi. On peut la remercier pour avoir formé quelqu'un comme Jack Reacher ou Susan Turner, toujours prêts au combat ou à se dissimuler dans la population quoi qu'il arrive. On peut la remercier aussi de protéger ses hommes – ou pas – quel que soit le coût que cela entraîne. On peut la remercier aussi d'avoir du mal à déceler les brebis galeuses qu'elle abrite dans ses rangs, et de ne pas vraiment se soucier de ceux qui rentrent de mission définitivement traumatisés. Pour l'aide psychologique et la capacité à leur apprendre à maîtriser leur agressivité, vous repasserez. Ou comment relâcher des tueurs potentiels dans la nature.
Soyons honnête : quand on lit une aventure de Jack Reacher, ce qui nous intéresse n'est pas de savoir s'il va s'en sortir mais comment il va s'en sortir. Tous les moyens sont bons pour le tenir en dehors de l'affaire principale. Tous les moyens lui seront bons pour parvenir jusqu'à elle. Et même si le dénouement est attendue, même si les rencontres qu'a faites Jack l'amène à défendre encore et toujours ceux qui n'ont pas les moyens de le faire, ceux qui sont laissez-pour compte, lire une de ses aventures est toujours très agréable.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
henrimesquida
  21 septembre 2019
le roman nous fait bouger un peu à travers les états et le scénario bien ficelé se déverrouille au fur et à mesure que l'on avance. Il n'est pas évident de dire ce qui se passe réellement et de deviner ce qui se passe réellement. C'est d'autant mieux je trouve car on se fait notre propre idée et difficile d'ailleurs de trouver les tenants et aboutissants. Personnellement j'ai adoré et cela me donne envie de lire plus de livres dessus (c'est quand même le 18e il y a donc de quoi faire !).
La lecture est assez riche, l'auteur, Lee Child, aime les descriptions. Tout est extrêmement bien détaillé et le style est vraiment fluide. Malgré le nombre de pages assez élevé la lecture se fait très facilement et on dévore littéralement le roman. Il faut dire que l'histoire est passionnante et les rebondissements nombreux. de plus, entre un Jack Reacher plein de classe et une Susan Turner qui sait ce qu'elle veut on ne peut qu'adorer ses deux personnages et avancer avec plaisir en leur compagnie. Je ne peux que vous encourager à foncer sur ce bouquin, pas spécialement besoin de connaître la série de livres, il se lit parfaitement tout seul
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
MermereMermere   25 septembre 2016
Leurs baskets signifiaient qu'ils n'avaient pas l'intention de lui flanquer des coups de pied. Personne ne donne de coups de pied avec des chaussures de sport souples et blanches. Pas la peine. A moins qu'ils aient prévu de ne lui en donner que pour les points. Comme dans un de ces arts martiaux à la gomme qui porte un nom tout droit sorti du menu d'un restaurant chinois : taekwondo, et caetera. Très bien aux Jeux Olympiques, mais inefficace dans la rue. Lever la patte comme un chien contre une bouche d'incendie, c'est mendier un passage à tabac. Supplier d'être renversé et bombardé de coups de pieds jusqu'à en perdre connaissance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BlackKatBlackKat   24 septembre 2016
Rien de plaisant en perspective. Dans ce genre de cas, l'action immédiate est toujours la meilleure option. (...)
Assez facile. En tout cas l'approche la plus sûre. Le mantra de Reacher: contre-attaquer d'emblée. Surtout quand on est seul face à deux adversaires qui ont la jeunesse et l'énergie pour eux.
Commenter  J’apprécie          70
BlackKatBlackKat   02 octobre 2016
Reacher continuait d’analyser la hargne de son adversaire, (...), parce que le degré de passion qu’on met à se battre pour une cause est un indicateur de l’intensité avec laquelle on y adhère.
Commenter  J’apprécie          40
ElidoreElidore   30 octobre 2017
La plupart des gens remarquent les choses la troisième fois. Reacher l'avait constaté. Même s'ils n'en ont pas conscience. Une hésitation pendant qu'on parle avec un ami ? Là, du coin de l’œil, on vient de remarquer le même type pour la troisième fois. Ou la même voiture, le même camion de fleuriste, le même manteau, le même chien, les mêmes chaussures ou la même démarche.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   06 mars 2018
Les juristes de l’armée ne se déplacent pas par deux et respirent par la bouche. Eux, c’était autre chose. Rien de plaisant en perspective. Dans ce genre de cas, l’action immédiate est toujours la meilleure option. Assez facile de feindre soudain une attitude compréhensive, d’amorcer une approche joviale, la main levée en signe de bienvenue. Assez facile de laisser l’approche enthousiaste se muer en un élan incoercible, et de prolonger le geste de la main, coude dans la figure du type sur la gauche, dans un mouvement puissant, vers le bas, puis de broyer le pied droit de l’adversaire, comme si ce fol exercice avait pour seul but d’écraser un cafard imaginaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Lee Child (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lee Child
De passage à Paris, le grand Lee Child nous a accordé quelques instants pour nous parler de son dernier roman "La cible était française", la dernière aventure de Jack Reacher
autres livres classés : justicierVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

la Promesse de l'aube de Romain Gary

En quel lieu Romain Gary a-t-il rédigé ces souvenirs?

Big Sur
Tanger
Bordighera
une île suédoise

10 questions
208 lecteurs ont répondu
Thème : Romain GaryCréer un quiz sur ce livre