AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702157033
Éditeur : Calmann-Lévy (01/04/2015)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 29 notes)
Résumé :
En mars 1997, quand une femme de militaire est assassinée derrière un bar dans une petite ville du Mississippi, Jack Reacher fait encore partie de l’armée. Infiltré, il enquête au sein de l’unité suspectée dans la base toute proche. Mais il dérange, à tel point qu’il finit par douter du bien-fondé de sa mission et de l’intégrité des hommes qui l’entourent. Certains seraient-ils prêts à tout pour étouffer l’affaire ? Doit-il obéir à la hiérarchie ou jouer la carte de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
vincent34380
  26 avril 2015
Les origines du mystère Reacher.
« En général, personne ne se souvient d'une histoire de cavalier solitaire. Mais personne n'oublie jamais le cavalier.»
Lee CHILD
Mon ressenti :
Depuis une quinzaine d'années et autant de romans, nous suivons Jack Reacher au long de son errance sans fin à travers les Etats-Unis. Ce que nous savons de lui, c'est que c'est un ancien major de la Police militaire, qu'il a quitté l'Armée avec de bons états de service. Sa principale caractéristique est de voyager léger : aucun bagage, si ce n'est une brosse à dents pliante. Il achète ses vêtements au fur à mesure de ses besoins, dans des friperies. Depuis, il a gagné sa place dans le panthéon des héros américains, sympa et audacieux.
Mais la série des Reacher, comme beaucoup d'autres séries, est arrivée à un point où il faut continuer d'aller de l'avant pour survivre. Et même si certains titres sont plus réussis que d'autres, ils obéissent aux mêmes règles, et les possibilités d'évolution sont limitées.
Il était donc temps pour Lee Child de nous réserver une surprise, et de taille !
Ce titre de Lee Child bouscule le statu quo en nous dévoilant le mystère de la création de Jack Reacher. Reacher est né dans une base militaire de Berlin-Ouest, fruit des amours d'un marine américain et d'une Française. Il passe trois ans à West Point, puis entre dans l'armée. Dans la police militaire plus exactement. En dépit de quelques flashbacks, et quelques aperçus de l'histoire familiale des Reacher, ses origines restent mystérieuses.Au début de la série, ce n'était qu'un ancien officier de la Police militaire, sans bagage. C'est sûr, c'est un vagabond, solitaire et homme d'habitudes, mais nous ne savions pas comment il en était arrivé là.
« Mission Confidentielle » commence, de façon fort habile, au moment le plus crucial dans la vie de Reacher : le moment où il a dû quitter l'Armée. Au moment d'entrer dans le Pentagone, il dit « Bien entendu, je me rappelle la date. C'était un mardi, le 11 mars 1997. C'est aussi le dernier jour où j'entrais dans cet édifice en tant qu'employé des personnes qui l'ont construit.
Ca remonte à loin. »
Le 11 mars 1997, c'était aussi, pur hasard, quatre ans et demi jour pour jour avant que le monde change en cet autre mardi à venir, et donc, comme beaucoup de choses au bon vieux temps, la surveillance à l'entrée du hall principal était scrupuleuse sans être frénétique. Non pas que mon apparence eût suscité l'hystérie. du moins de loin. Je portais mon uniforme de classe A, impeccable de haut en bas, bien repassé, ciré et astiqué, et j'arborais sur la poitrine treize années de rubans, de médailles, de décorations et de citations. J'avais trente-six ans,, j'étais grand et me tenait droit comme un I en avançant, major de la police militaire américaine en tenue parfaitement règlementaire, hormis mes cheveux trop longs et ma barbe de cinq jours. »
En quelques lignes voila tracé le portrait de Jack Reacher, tel que nous le retrouverons au cours de ses 15 prochaines aventures, à quelques détails près, et l'uniforme en moins, bien entendu.
Le colonel Leon Garber, son commandant, l' envoie à Carter Crossing, petite bourgade rurale du Mississipi, en tant qu'agent sous couverture, en civil, pour tirer au clair et désamorcer un possible scandale impliquant l'Armée. Une jeune femme a été égorgée à proximité d'une base militaire, cantonnement de deux compagnies impliquées dans une activité secrète au Kosovo (pas un gros problème, comme le pense le Reacher de 1997).
Et au fil de son enquête, nous assisterons à la « construction » du Reacher que nous connaissons : la rencontre avec la brosse à dents qui devient le symbole de son indépendance, son goût pour la nourriture simple des diners et ses critères de sélection « C'était pas cher, et ça ne m'a pas tué »
Reacher va être amené à rencontrer Elizabeth Deveraux, shériff du coin, ayant elle aussi un passé militaire, ce qui en fait une sorte d'alter ego féminin, avec qui il va avoir une relation amoureuse (d'où le titre original du livre : The Affair), laquelle donne lieu à quelques scènes de sexe, décrites avec beaucoup d'humour.
Mais la présence de Reacher dérange, apparemment. Il va donc se trouver contraint de rosser quelques gens du cru.. Ce n'est pas qu'il ait un goût particulier pour la bagarre, mais quand il n'y a pas moyen de l'éviter, il préfère frapper le premier, vite, et fort…
« Règle élémentaire face à six adversaires : être rapide. On doit passer le strict minimum de temps avec chacun. Ce qui implique de frapper chaque individu une seule fois. Parce que c'est le minimum. On ne peut pas frapper moins d'une fois… Alors j'étais prêt à louper le troisième. M'attaquer directement au quatrième ? le troisième partirait peut-être en courant. C'est sûr, l'un deux s'enfuirait. Je n'ai jamais vu une bande rester groupée une fois que les premiers crânes ont percuté le trottoir. »
« Jack Reacher est un héros américain, et quand je l'ai écrit, j'avais en tête les héros solitaires des westerns » déclarait Lee Child. Reacher est plus un justicier et un redresseur de torts qu'un policier traditionnel, et tuer de ses mains un être nuisible ne lui fait pas plus d'effet que ça. Malgré cela, ce personnage est attachant, et promène sur ses semblables un regard désabusé. C'est également un personnage plein d'humour.
Durant son séjour dans cette petite ville, les éléments qu'il découvre lui laissent penser qu'il est peut-être manipulé, et que ceux qui l'emploient, militaires ou politiques, ne sont peut-être pas à l'abri de tout soupçon. Alors va se poser à lui la question qui mettra en jeu son avenir. Obéir aux ordres, ou bien faire éclater la vérité, avec les risques que cela implique ?
« Mission confidentielle » est un roman fort bien ficelé, un page turner, avec une intrigue particulièrement tortueuse, mais qui tient très bien la route, et un vrai sens du rythme et de l'action. Nous avons droit à une revue complète du système politique américain, avec ses lobbys, sa corruption. Lee Child, pur British natif de Coventry, nous décrit de aussi très belle façon l'Amérique profonde, celle des campagnes déshéritées, des « rednecks » prompts à faire le coup de poing contre tous ceux qui ne sont pas de leur monde. La tension ne faiblit pas tout au long du roman, jusqu'à son final, impitoyable et spectaculaire pour ce qui est de l'enquête… Quant à Reacher lui-même, « Je choisis une rue au hasard, mis un pied sur le trottoir, l'autre sur la chaussée, et tendis le pouce. »
Et pour les fans inconditionnels de Reacher, dont je fais bien évidemment partie, c'est un roman clé, un roman refondateur, si j'ose dire. J'ai pris un pied terrible avec ce livre, tout bonnement irrésistible….
Lien : https://thebigblowdown.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BlackKat
  17 juin 2015
1997. Une femme est retrouvée égorgée près de Fort Kelham, une base militaire dans le Mississippi qui héberge des unités combattantes secrètes.
Une femme qui en cache plusieurs autres, comme va le découvrir Jack Reacher, envoyé en mission "sous couverture" par le Pentagone pour gérer la situation et faire en sorte que les soupçons s'écartent d'un bon soldat, a fortiori quand ce soldat n'est pas censé exister.
Très vite, Reacher a des doutes, ne se laisse pas aveugler par la poudre aux yeux jetée pour éviter tout embarras à l'Armée. Il va suivre ses ordres... officiellement... mais fera très rapidement cavalier seul pour mettre à nu la vérité des événements.
Son anonymat ne restera pas un secret bien longtemps quand Reacher fait la connaissance du Shérif, Elizabeth Deveraux, ancienne militaire émérite. Ces deux-là se ressemblent, se lient, s'affrontent mais auront à coeur de rendre justice...
Mais Jack Reacher va-t-il s'en tirer à si bon compte, avec cette grosse machine de guerre derrière?
Ce roman est un flashback dans la série des aventures de Jack Reacher. Après 15 romans dans lesquels des petits détails égrenés au fil des pages laissaient une grande marge d'imagination et de supposition, Mission confidentielle fait le point.
Loin de ressembler à un melting pot d'ingrédients réchauffés ou une analyse égocentrique sous forme de pseudo-biographie, ce roman est une aventure à part entière.
Pas de révélation fracassante, pas d'horrible traumatisme qui aurait transfigurer notre héros en un instant. On retrouve un Jack Reacher certes un peu plus jeune mais égal à ce qu'il est devenu: solitaire (quoique sensible à une certaine dame), rebelle, pugnace, activant sans cesse les neurones de son cerveau et surtout, profondément indépendant. le tout enveloppé dans une montagne de muscles qui en impose à plus d'un. C'est une force de la nature, il l'est aujourd'hui, il l'était en 1997.
C'est l'occasion pour l'auteur d'effectuer une subtile comparaison entre les Etats-Unis de 1997 et le pays à ce jour, en ponctuant son récit par des "on est en 1997, je vous le rappelle".
Et de glisser une analyse du monde rural, dans une petite ville du Mississippi, avec ceux qui ne se posent guère de questions entre bars et bagarres et ceux, enfermés dans un statut social dans une lente agonie. Ce milieu confine presque à l'asphyxie pour le lecteur tant on ressent la lourdeur silencieuse et amorphe de cette ambiance, on est loin de l'énergie trépidante d'un New-York et de sa foule. le lecteur sent le poids des non-dits et des ignorances factices et l'angoisse des menaces larvées.
Le personnage d'Elizabeth Deveraux, ancienne militaire devenue shérif, représente le bâton-relais entre le monde qui est encore celui de Reacher à l'époque, l'Armée, et celui plus trouble de la vie civile, où les influences politiques et électives sont beaucoup plus prégnantes.
La relation sans engagement ni devoir qui se noue entre les deux personnages principaux égaye un peu l'intrigue sulfureuse autour des assassinats de jeunes femmes, avec cette touche d'humour bien caustique propre à Reacher. Et on en arrive même à douter de son instinct et de son intégrité lorsque les soupçons sont dirigés vers son alter ego.
L'histoire est bien menée, de fausses pistes en faux-semblants, difficile de dénouer réellement l'écheveau avant la fin. Quelques scènes de frictions pimentent l'enquête, grâce à notre héros fort bien bâti, et alternent avec les calmes investigations de celui-ci. Et même si la vie des victimes est analysée et décortiquée, et ne servent pas exclusivement de faire-valoir, l'intérêt est surtout porté sur les manigances, les complicités et les luttes d'influence au sein des mondes militaires et politiques, de l'éthique élastique de certains hommes de pouvoir et de leurs limites, ou plutôt de leur absence de limite. L'image de ces deux univers s'en trouveraient écornés si nous ne savions pas déjà à quoi nous en tenir!
Dans ce roman Jack Reacher fait l'apprentissage de la différence dans les faits entre le droit, la Loi et la justice, entre loyauté et aveugle obéissance, et vérité. Il reste droit dans ses "rangers", n'oublie pas son bon sens critique, sa faculté de raisonnement et son esprit de déduction dans un placard parce que cela va à l'encontre des directives de son patron, l'Armée. Ce n'est pas un brave petit soldat, il n'est pas aveugle et ne joue pas le jeu. Il écoute avant tout sa conscience. Quitte à prendre quelques libertés pour punir les coupables de ces actes monstrueux.
Le personnage était déjà bien attachant mais savoir que le mystère Reacher découle d'une rébellion est très sympathique! Surtout quand il bénéficie d'appuis insoupçonnés de l'intérieur (personnages que nous retrouverons dans les romans chronologiquement postérieurs), c'en est jouissif!
N'ayant fait connaissance avec Jack Reacher que tardivement, je ne ressens pas d'effet de saturation à la lecture de ses aventures, c'est un régal à chaque fois! Et si toutefois ce roman m'éclaire sur l'origine de ce justicier solitaire, l'homme garde encore tout son mystère et ne perd toujours pas de son charme: bourru, brut de décoffrage, intelligent et empli de bon sens!
Rendez-vous donc au prochain épisode!
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
encoredunoir
  31 mai 2015
Pour cette seizième aventure de Jack Reacher, l'homme capable de faire d'une brosse à dent une arme de destruction massive, Lee Child choisit de revenir sur les origines de Reacher, de montrer comment son héros est devenu l'homme sans attaches qui traverse les États-Unis pour protéger la veuve et l'orphelin à grands coups de tatanes.
Ce genre de prequel, n'est généralement pas de très bon augure et peut apparaître comme une certaine incapacité de l'auteur à se renouveler. Mais enfin, bon, Lee Child se renouvelle-t-il vraiment depuis ses tous premiers romans, de toute façon ? Et est-ce là ce que son lecteur attend ? Voilà des questions qui méritent d'être posées. En gros, ce que l'on attend d'une aventure de Jack Reacher, ce sont ces dialogues surréalistes de série Z et les bagarres à la Jean-Claude van Damme qui vont avec :
« -Donne-moi une seule raison de ne pas descendre du pick-up pour te botter le cul ?
-Deux-cent six plutôt, répondis-je.
-Quoi ?
-C'est le nombre d'os que tu as dans le corps. »
Et dans cet épisode qui voit Reacher enquêter pour le compte de l'armée dans une petite ville du Mississippi ou un crime dont un soldat pourrait être coupable a été commis, on est plutôt bien servi de ce côté-là.
Le problème toutefois, c'est que Lee Child semble s'être engagé dans son roman sans trop d'idées. Il ressert donc les ingrédients habituels – bagarre, enquête, fausse piste, complot et un peu de sexe – de manière mécanique et surtout, avec une fâcheuse tendance à tirer à la ligne. Les quelques clins d'oeil faits à des aventures ultérieures sont amusants, les observations de Reacher et sa formidable capacité de déduction restent plaisantes, les scènes d'actions conservent cet aspect tellement sérieux qu'elles en deviennent franchement rigolotes, mais on se prend vite à sauter quelques passages dans lesquels Child aligne les descriptions longuettes des moindres actions de son héros et, au final, on finit par arriver à la fin du livre avec un certain soulagement. Un opus à réserver aux fans hardcore.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Euthib
  26 août 2018
Jack REACHER est un vrai héros américain, comme on en voit dans les westerns. Solitaire, il parcourt les Etats-Unis sans attache, sans bagage à l'exception d'une brosse à dents pliable. Il achète ses vêtements au fur et à masure de ses besoins dans les friperies. REACHER fait davantage penser au justicier qu'au policier traditionnel, et tuer de ses mains un être nuisible ne lui fait pas plus d'effet que ça. Ce personnage est attachant, faisant preuve d'humour. Il porte un regard désabusé sur ses semblables. Mais il est surtout perspicace et ne supporte pas l'injustice. Il ne recule pas devant une bagarre en cas de nécessité (tout en ayant prévenu ses adversaires des risques encourus avant de distribuer les coups).
Pour ceux comme moi qui n'avait pas encore lu un seul livre de cette série, ce roman est un bon début même s'il n'a pas été le premier écrit par Lee CHILD. Personnellement, je me suis attachée à ce héros que j'avais découvert sous les traits de Tom CRUISE au cinéma, et j'ai envie de poursuivre avec les autres romans le mettant en scène.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
colin22
  19 mai 2015
Énième aventure de Jack reacher.Nous suivons sa premiere aventure ou se mele secret defense et corruption.Notre heros solitaire va devoir resoudre les meurtres de trois femmes accro a l uniforme. On retrouve notre heros avec toujours son sixième sens,son attitude au combat,qu importe le nombre,un heros comme on les aime.J en redemande, vivement le prochain Jack Reacher!
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BlackKatBlackKat   17 juin 2015
- J'ai toujours la conscience tranquille, dit-il.
- Mais c'est plus facile de jouer les imbéciles quand on ignore réellement la réponse à la question qu'on vous pose.
- Je n'ai jamais eu de mal à jouer les imbéciles. Certains pensent que j'en suis un.
Commenter  J’apprécie          30
encoredunoirencoredunoir   31 mai 2015
-Donne-moi une seule raison de ne pas descendre du pick-up pour te botter le cul ?
-Deux-cent six plutôt, répondis-je.
-Quoi ?
-C’est le nombre d’os que tu as dans le corps.
Commenter  J’apprécie          40
BlackKatBlackKat   31 mai 2015
Les gens intelligents et consciencieux ont horreur de commettre des erreurs. Et ce n'est pas qu'une question d'ego. Certaines erreurs ont des conséquences avec lesquelles les gens dotés de conscience ont du mal à vivre.
Commenter  J’apprécie          30
BlackKatBlackKat   28 mai 2015
Je ne répondis pas. Je suis doué pour ne rien dire. Je n'aime pas parler. Je pourrais passer le reste de ma vie sans prononcer un mot de plus, s'il le fallait.
Commenter  J’apprécie          32
BlackKatBlackKat   03 juin 2015
C'était un guerrier. Pas moi. Je suis un bagarreur. Il vivait pour la victoire tactique. Je vis pour pisser sur la tombe de l'adversaire. Ce n'est pas pareil. Pas pareil du tout. L'objectif est différent.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Lee Child (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lee Child
De passage à Paris, le grand Lee Child nous a accordé quelques instants pour nous parler de son dernier roman "La cible était française", la dernière aventure de Jack Reacher
autres livres classés : GarnisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1580 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre